Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
10 juillet 2017 1 10 /07 /juillet /2017 21:46

Une étude faite à Harvard prouve que les enfants non vaccinés ne posent aucun risque immunologique et détruit la logique de l'obligation vaccinale dans une lettre ouverte

posté par: helensco sur 1er mai 2017 @ 6.35pm ©

Cher législateur:

Mon nom est Tetyana Obukhanych. je détiens un Phd en immunologie, et j'écris cette lettre dans le souhait de corriger plusieurs lieux communs mal compris concernant les vaccins et pour vous aider à formuler un point de vue juste et équilibré sur leur compréhension, c'est-à-dire soutenu par des théories vaccinales acceptées, et à la lumière des dernières découvertes scientifiques.

Les enfants non vaccinés représentent-ils une menace pour le public qui est vacciné ?

C'est souvent ce qui a été déclaré à ces personnes qui ont choisi de ne pas vacciner leurs enfants pour des raisons de conscience : mettre en danger le reste du public, et c'est là la justification qui en derrière analyse sous-tend la plupart des législations sur les vaccins.

Actuellement considérée comme loi fédérale et selon les états US concernés,  vous devriez être conscients de la nature des protection accordées par beaucoup de vaccins actuels - et ceci comprend la plupart des vaccins recommandés par le CDC pour les enfants - est non compatible avec de telles déclarations.

J'ai exposé ci-dessous ce qui concerne ces vaccins recommandés et qui ne peuvent pas empêcher la transmission de maladies, soit parce qu'ils ne sont pas conçus pour empêcher la transmission de l'infection (ou plutôt, ils sont destiné à empêcher seulement les symptômes de la maladie ), ou parce qu'ils concernent des maladies non-transmissibles.

Les personnes gens qui n'ont pas reçu le vaccins mentionné ci-dessous ne pose aucune menace pour le grand public, ce qui implique une discrimination contre enfants non vaccinés, dans l'école publique, avec mise à l'écart non justifiée.

Le vaccin IPV  (pour "inactivé poliovirus vaccin") ne peut pas empêcher transmission du poliovirus (voir annexe pour le scientifique étude, point # 1).

La forme sauvage du virus polio est inexistante aux USA depuis au moins deux décennies.

Et même si cette forme sauvage de poliovirus a pu être importée à l'occasion de voyages, la vaccination contre la polio par IPV ne peut pas affecter le sécurité de l'espace public .

S'il vous plaît de noter que l'éradication de cette forme  sauvage de poliovirus est attribuée à l'utilisation deun vaccin différent, qui est l'OPV  (ou oral poliovirus vaccin).

Ce vaccin OPV est être à la prévention et la transmission de la forme sauvage du poliovirus , et l'utilisation de OPV a été progressive en dehors des USA, et a remplacé l'IPV,  lié à des problèmes de sécurité.

Le Tétanos est une maladie non contagieuse. Cette maladie s'attrape lors de plaies profondes  contaminées avec des spores de c. tetani.

La vaccination contre le tétanos (via le DTAP qui est une combinaison de vaccins) ne peut pas changer le sécurité au niveau de l'espace public; c'est destiné uniquement à une protection personnelle, et est destiné à empêcher les symptômes de la maladie

De même pour la diphtérie, provoquée par les effets de la toxine diphtérique, le vaccin contre la diphtérie(aussi contenu dans le vaccin DTAP ) n'est pas conçu pour empêcher la colonisation et la transmission de c. diphtheriae.

La vaccination dont la diphtérie ne peut pas changer non plus la sécurité des espaces publics ; Elle est également destinée à la protection strictement personnelle.

Le vaccin contre la coqueluche (AP) (le der,nier élément du DTAP combiné ), est maintenant utilisé aux USA, et a remplacé l'ancien vaccin cellulaire contre  la coqueluche vaccin à la fin des années 1990, ce qui a entraîné une résurgence sans précédent de la coqueluche.

Une expérimentation conduite sur la coqueluche chez les primates a révélé que ce vaccin AP n'est pas apte à la prévention de la colonisation et la transmission de b. la coqueluche (voir annexe pour le scientifique étude, point # 2). 

La FDA a émis un avertissement concernant cette découverte cruciale. [1]

En outre, en 2013 lors de la rencontre du conseil de scientifiques, conseillers du  CDC a révélé d'alarmantes données supplémentaires concernant la variante de la coqueluche (souches prn-négatives) actuellement en circulation aux USA a acquis un avantage sélectif qui lui permet d'infecter ces personnes qui sont hautement protégées par le vaccin DTAP (voir annexe pour le document du CDC, point # 3), ce qui signifie que les personnes qui sont hautement protégées par le vaccin DTAP seront plus probablement infectés, et ainsi devenir contagieux, contrairement aux personnes non vaccinées.

Parmi les nombreux types de h. influenzae, le vaccin HIB ne couvre seulement que le type b. avec pour unique intention de réduire les troubles symptomatiques (maladie-moins).

Et l'introduction du vaccin HIB a -par inadvertance- déplacé la souche dominance vers un autre type de h. influenzae .

Ces types de souches ont provoqué une maladie envahissante et de haut niveau de sévérité et ont augmenté l'incidence chez les adultes depuis l'ère de la vaccination HIB chez les enfants (voir annexe pour le scientifique étude, point # 4).

La population générale est devenue plus vulnérable à cet envahissement par la maladie et façon significative plus maintenant qu'avant le début de la campagne de vaccination HIB.

La discrimination contre les enfants qui sont non vaccinés avec ce vaccin HIB n'est en aucun cas justifiée scientifiquement.

(suite page suivante)

Partager cet article

Repost 0
Published by Jean-Pierre LABLANCHY - CHRONIMED - dans Concept
commenter cet article

commentaires