Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
8 octobre 2017 7 08 /10 /octobre /2017 13:38

Une étude dévoile comment les êtres humains évoluent

Une gigantesque étude génétique – dont le but était de chercher à déterminer comment le génome humain évolue sur une ou deux générations – suggère que la sélection naturelle se débarrasse de variants de gènes nuisibles qui raccourcissent la vie des gens.

Ces travaux, impliquant l’analyse de l’ADN de 215 000 personnes, sont publiés dans la revue PLoS Biology le 5 septembre.

“Pour identifier les éléments du génome humain susceptibles d’évoluer, les chercheurs ont passé au crible de grandes bases de données génétiques américaines et britanniques, en quête de mutations dont la prévalence serait différente selon les tranches d’âge, explique Nature.

Pour chaque personne, l’âge auquel ses parents sont morts et dans certains cas, l’âge à sa propre mort, a été enregistré comme une mesure de la longévité”.



Hakhamanesh Mostafavi, biologiste de l’évolution à l’université de Colombia, principal auteur de l’étude et ses collègues ont testé plus de 8 millions de mutations communes. Ils ont découvert que deux d’entre elles sont moins fréquentes avec l’âge.

Nature détaille :

Un variant d’un gène lié à la maladie d’Alzheimer a rarement été retrouvé chez les femmes de plus de 70 ans.

Et une mutation d’un gène associée au tabagisme chez les hommes disparaît dans la population d’âge mûr.”

Les chercheurs suggèrent que les personnes qui ne possèdent pas ces mutations sont susceptibles de vivre plus longtemps.

“En soi, ces travaux ne prouvent pas qu’il y a évolution”, note la revue scientifique, car en termes d’évolution à proprement parler, la durée de vie a moins d’importance que la capacité à se reproduire et à propager son patrimoine génétique.

Et la question de savoir si ces gènes à effet tardif réduisent la capacité à se reproduire reste entièrement ouverte.

Une étude dévoile comment les êtres humains évoluent.

Partager cet article

Repost 0
Published by Jean-Pierre LABLANCHY - CHRONIMED
commenter cet article

commentaires