Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
4 avril 2017 2 04 /04 /avril /2017 07:13

Dans une cohorte britannique, un lien entre hépatites B et C et maladie de Parkinson

Dr Irène Drogou

30.03.2017

Une étude de l'université d'Oxford met en évidence une association entre les hépatites B et C et la survenue de maladie de Parkinson.

Les virus des hépatites B et C seraient associés à un risque augmenté de la maladie de Parkinson, selon une étude britannique publiée dans « Neurology ».

Une étude précédente menée à Taïwan avait montré un lien similaire avec l'hépatite C, sans retrouver l'association avec l'hépatite B.

Les chercheurs de l'université d'Oxford tirent leur constat d'une base de données hospitalière nationale à partir de laquelle ils ont identifié les diagnostics initiaux de différentes hépatites (B, C, auto-immunes, chroniques actives) et de séropositivité VIH. Sur la période 1999 à 2011, les scientifiques ont recensé 22 000 cas d'hépatites B, 48 000 d'hépatites C, 6 000 d'hépatites auto-immunes, 4 000 d'hépatites chroniques actives et presque 20 000 de VIH.

Par rapport à un groupe témoin constitué de plus de 6 millions d'individus ayant des maladies bénignes, les chercheurs ont constaté que le risque de développer une maladie de Parkinson était augmenté de 76 % chez les sujets ayant une hépatite B, et de 51 % chez les sujets ayant une hépatite C.

En valeur absolue, cela correspond à 44 sujets VHB + ayant développé une maladie de Parkinson, par rapport aux 25 cas attendus dans la population générale, et à 73 sujets VHC + par rapport aux 49 cas attendus dans la population générale.

Le risque n'était pas augmenté pour les autres hépatites ni pour le VIH. Julia Pakpoor, l'auteur principal, souligne que leur étude est limitée par l'absence d'ajustement sur le mode de vie, par exemple tabagisme ou consommation d'alcool.

« Le développement de la maladie de Parkinson est complexe, avec à la fois des facteurs génétiques et environnementaux, explique-t-elle. Il est possible que le virus de l'hépatite lui-même ou le traitement de l'infection joue un rôle dans le déclenchement de la maladie de Parkinson.

Il est possible également que les sujets à risque d'hépatites soient aussi plus à risque de maladie de Parkinson.

Nous espérons que la compréhension de cette association nous aidera à mieux comprendre comment la maladie de Parkinson se développe ».

Source : Le Quotidien du médecin n°9568 ÉCRIT PAR

Partager cet article

Repost 0

commentaires