Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
28 janvier 2017 6 28 /01 /janvier /2017 10:43

Un consensus d’experts européens vient cadrer l’utilisation de la transplantation fécale

La transplantation de microbiote fécal (TMF) a obtenu des résultats prometteurs tant dans l’infection à Clostridium difficile que dans des troubles liés à l’altération du microbiote intestinal. Des textes de référence sont déjà établis par des groupes de travail notamment en France (document publié par l’ANSM en 2014), en Australie et aux Etats-Unis. Ces recommandations sont basées sur des preuves incluant des essais cliniques randomisés, des revues systématiques et méta-analyses, mettant en évidence la haute efficacité de ce traitement contre les infections récurrentes à Clostridium difficile. Sur la base de ces données, l’European Society for Microbiology and Infectious Disease et l’American College of Gastroenterology recommandent la TMF pour le traitement des infections récurrentes à C. difficile. Dans un contexte de sécurisation des pratiques, 28 experts européens de 10 pays différents ont collaboré pour établir un consensus réactualisé et global sur les indications de la TMF, la sélection des donneurs, la préparation du matériel fécal de transplantation, la gestion et la délivrance de ces échantillons et les exigences de base pour la mise en œuvre en centre de TMF. Les recommandations concernant la délivrance du transplant et la mise en œuvre clinique de la transplantation sont décrites ci-dessous.

Les indications

La transplantation de microbiote fécal est recommandée comme traitement optionnel pour les infections à Clostridium difficile récurrentes d’intensité faible à modérée. Sa mise en œuvre en pratique clinique est recommandée (Recommandation forte, niveau de preuve fort).
La transplantation de microbiote fécal est recommandée comme traitement optionnel des infections à Clostridium difficile résistantes (Recommandation forte, niveau de preuve faible).
Le niveau de preuve est insuffisant pour recommander la TMF comme traitement lors d’un premier épisode d’infection à Clostridium difficile (Recommandation faible, niveau de preuve faible).
Les experts ont pris en compte la possibilité d’utiliser la transplantation de microbiote fécal pour d’autres indications cliniques, telles que les maladies inflammatoires de l’intestin, le syndrome de l’intestin irritable, les troubles métaboliques, la pédiatrie, sans qu’aucune recommandation ferme basée sur des preuves puisse encore émerger hormis dans un contexte de recherche.
La sélection des donneurs

Les donneurs potentiels pour la TMF doivent subir dès le début du processus de sélection un entretien médical dans le but d’exclure des facteurs de risque et antécédents médicaux à risque (Recommandation forte, niveau de preuve faible).
Les donneurs doivent faire l’objet d’une nouvelle entrevue le jour même du don, afin de vérifier l’absence de survenue d’un problème potentiellement dangereux (Recommandation forte, niveau de preuve faible).
Les critères d’exclusion retenus par le groupe d'experts correspondent aux attentes de la Commission Européenne pour la sélection de donneurs allogéniques de tissus de transplantation en vie (tels que les antécédents d’exposition au VIH, VHB, VHC, l'utilisation de drogues, les comportements sexuels à risques, les antécédents récents de vaccination avec un virus attenué,… ) ainsi qu’à des critères d’exclusion liés à la présence de troubles gastro-intestinaux ou à la prise de traitements pouvant nuire au microbiote intestinal (tels que l’apparition récente de signes et symptômes gastro-intestinaux comme une diarrhée, des nausées, des douleurs abdominales,… l’utilisation d’antibiotiques, un voyage en zone tropicale, etc).

RÉSUMÉ PAR Nathalie Barrès

Partager cet article

Repost 0
Published by Jean-Pierre LABLANCHY - CHRONIMED
commenter cet article

commentaires