Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
15 août 2017 2 15 /08 /août /2017 04:05

Récemment, la dengue a été signalée en Haute-Garonne et un cas autochtone de chikungunya a été confirmé dans le Var.

Les deux maladies sont transmises par le moustique-tigre.

Des opérations de démoustication ont dû être programmées.

Depuis le 1er mai 2017, ce sont plus de 60 cas de dengue qui ont été déclarés en France métropolitaine, mais tous étaient importés, c’est-à-dire qu'ils provenaient de personnes revenues de voyages.

En Haute-Garonne, suite à plusieurs cas confirmés de dengue, des opérations de démoustication utilisant des insecticides ont eu lieu, notamment dans des quartiers de Toulouse, afin de supprimer le vecteur de la maladie : le moustique-tigre.

Un cas autochtone de chikungunya dans le Var

Si, pour l’instant, il ne semble pas y avoir de transmission autochtone de la dengue en Métropole, la situation est différente pour le chikungunya : le 11 août 2017, dans le Var, un cas autochtone a été confirmé par le Centre national de référence des arbovirus.

Le patient varois ne revenait pas d’une région contaminée par le chikungunya, il aurait donc contracté le virus en France métropolitaine, piqué par un moustique.

Ce premier cas autochtone s’ajoute aux deux autres cas de chikungunya importés déjà recensés en Métropole.

Depuis le 1er mai 2017, il y a aussi eu cinq cas de Zika confirmés en France métropolitaine, mais tous importés.

Dengue et chikungunya : rares mais néanmoins présents en Métropole Article de Relaxnews paru le 18 décembre 2012

La dengue et le chikungunya ne sont plus uniquement des maladies tropicales.

La Métropole a connu à peu près 400 cas de ces deux maladies en 2011, dont des cas autochtones.

Mêmes si ces maladies restent rares, les moustiques responsables s’installent peu à peu sur le territoire.

Comment faire face dans le futur ?

Une cinquantaine de cas de chikungunya et près de 350 cas de dengue ont été observés en France métropolitaine en 2011, d'après le dernier Bulletin Épidémiologique Hebdomadaire (BEH) de l'Institut de veille sanitaire (InVS), publié mardi 18 décembre.

Ces chiffres témoignent de la présence de la dengue et du chikungunya sur le territoire métropolitain, mais dans une moindre mesure.

Les auteurs du BEH précisent que la majorité des signalements effectués au réseau de surveillance renforcée dans les départements où le moustique vecteur est implanté (Corse, Provence - Alpes - Côte d'Azur et Languedoc-Roussillon) étaient des cas suspects autochtones.

La dengue, comme le chikungunya, est causée par un virus.

Les deux maladies, d'origine tropicale, commencent à prendre leurs aises sur le territoire métropolitain...

L’Île-de-France, la plus touchée par la dengue et le chikungunya

Concernant les cas importés, l'ensemble des signalements effectués pour le chikungunya provenaient du Congo, d'Inde, d'Indonésie, du Laos, des Maldives et de Mayotte, alors que les cas de dengue provenaient essentiellement d'Asie du Sud-Est et des Antilles françaises.

En France métropolitaine, les cas étaient essentiellement répartis en Île-de-France (40 %) et en Provence - Alpes - Côte d'Azur (15 %). «

Le nombre de cas importés de chikungunya et de dengue en France métropolitaine est essentiellement déterminé par le contexte épidémiologique international et le flux des voyageurs des zones où ces virus circulent.

Avec l'extension de l'implantation du vecteur vers d'autres régions métropolitaines, une réflexion sur une évolution du plan antidissémination du chikungunya et de la dengue doit être envisagée », concluent les auteurs du BEH.

Transmises par le moustique tigre, la dengue et le chikungunya sont en France.

Partager cet article

Repost 0
Published by Jean-Pierre LABLANCHY - CHRONIMED - dans Infections froides
commenter cet article

commentaires