Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
3 juin 2017 6 03 /06 /juin /2017 07:40

42 % des Français sont prêts à téléconsulter mais les pouvoirs publics sont réticents.

C'était une promesse du candidat Macron : développer les téléconsultations pour répondre aux déserts médicaux et à l'encombrement des urgences.

La France est-elle prête ?

Le veut-elle ? Pas sûr.

Selon une étude* réalisée par BVA pour la société Zava (site de consultations médicales), que nous dévoilons, plus d'un Français sur deux (51 %) a déjà utilisé un service en ligne d'accès aux soins.

Ainsi, un Français sur trois a déjà pris un rendez-vous médical grâce à Internet, un sur quatre a acheté des médicaments en ligne (sans ordonnance) et, enfin, 3 % ont déjà consulté un médecin en ligne.

Au final, 42 % des sondés se disent prêts à téléconsulter.

Les Français paraissent donc mûrs pour la médecine digitale.

Dans ce contexte, Zava, un nouveau service de téléconsultations, avec diagnostic et prescription, a ouvert en juin dernier en France.

Le premier du genre.

Quatre médecins francophones salariés installés à Londres (Royaume-Uni) répondent aux patients.

Créé en 2011 au Royaume-Uni, Zava est disponible dans six pays.

Sur zavamed.com, le patient remplit un dossier détaillé, joint éventuellement des photos, et un médecin le contacte par mail ou par téléphone.

L'ordonnance, émise au Royaume-Uni et valable en France selon la réglementation européenne, est envoyée sous trois heures à la pharmacie du patient.

Mais les 25 € de consultation restent à sa charge, les consultations de télémédecine n'étant toujours pas remboursées en France.

Une nouvelle expérimentation en cours.

«Ce qui coince ? C'est la longueur des procédures d'autorisation, analysent les avocates Nathalie Beslay et Joséphine Flament, expertes en santé.

Ensuite, pour qu'elles soient remboursées, il faut inscrire les consultations dans la nomenclature.

Enfin, les agences régionales de santé (NDLR : qui délivrent les autorisations) n'apprécient pas ce modèle économique et font barrage.

Elles protègent le système actuel et redoutent une dérive des remboursements.»

Il y aurait donc une résistance politique au déploiement de la télémédecine.

Après un échec, une seconde expérimentation nationale dénommée «Etape» est en cours sous l'égide du ministère de la Santé.

Ses conclusions sont attendues pour... 2019.

«Il y a pourtant une vraie demande, pour des problèmes intimes ou par manque de temps, insiste Roxane Ferrand, directrice de Zava France.

C'est pratique, rapide et confidentiel.» Un vrai gros chantier donc pour la nouvelle ministre de la Santé, Agnès Buzyn. *

Sondage BVA pour Zava réalisé en avril auprès de 1 000 personnes âgées de plus de 18 ans.

Téléconsultation: les français sont prêts, l'état beaucoup moins ...

Partager cet article

Repost 0
Published by Jean-Pierre LABLANCHY - CHRONIMED - dans Concept
commenter cet article

commentaires