Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
11 juin 2017 7 11 /06 /juin /2017 15:00

A noter : à dijon le laboratoire biopole 21 organise une conférence dont le thème est :

"Lyme est vraiment un problème diagnostique".

Animé par le dr Pierre Zachary resp bio du chu de Strasbourg.

http://www.biopole21.com

"Lyme est vraiment un problème diagnostique".  Animé par le dr Pierre Zachary resp bio du chu de Strasbourg.
Repost 0
Published by Jean-Pierre LABLANCHY - CHRONIMED - dans Infections froides
commenter cet article
10 juin 2017 6 10 /06 /juin /2017 16:37

Xénodiagnostic pour détecter l'infection par Borrelia burgdorferi: une première étude chez l'homme.

Marques A, et al. Clin Infect Dis. 2014.

CONTEXTE: Les études sur les animaux suggèrent que Borrelia burgdorferi, l'agent de la maladie de Lyme, peut persister après une thérapie antibiotique et peut être détectée par divers moyens, y compris le xénodiagnose utilisant le vecteur de tiques naturelles (Ixodes scapularis).

Aucune preuve convaincante n'existe pour la persistance de spirochètes viables après des cours recommandés d'antibiotiques chez les humains.

Nous avons déterminé la sécurité d'utilisation des larves de I. scapularis pour le xénodiagnostic de l'infection par B. burgdorferi chez l'homme.

MÉTHODES:

Les tiques larval I. scapularis élevées en laboratoire ont été placées sur 36 sujets et ont été autorisées à se réapproprier.

Les tiques ont été testées pour B. burgdorferi par réaction en chaîne par polymérase (PCR), culture et / ou amplification isotherme suivie d'une PCR et d'une spectroscopie de masse par ionisation par électrospray.

En outre, des tentatives ont été faites pour infecter les souris immunodéficientes par morsure de tique ou l'inoculation des tiques.

Le Xenodiagnosis a été répété chez 7 individus.

RÉSULTATS:

Le Xenodiagnosis a été bien toléré sans événements indésirables graves.

L'événement indésirable le plus fréquent était une démangeaison légère sur le site de fixation des tiques.

Le xénodiagnostic a été négatif chez 16 patients atteints de syndrome de Lyme post-traitement (PTLDS) et / ou de taux élevés d'anticorps C6 et chez 5 patients après avoir terminé un traitement antibiotique pour l'érythème migrans.

Le Xenodiagnosis était positif pour l'ADN de B. burgdorferi chez un patient atteint d'érythème migrans au début de la thérapie et chez un patient atteint de PTLDS.

Cependant, il n'y a pas suffisamment de preuves pour conclure que des spirochètes viables étaient présentes chez les patients.

CONCLUSIONS:

Le Xenodiagnosis utilisant des larves d'Ixodes scapularis était sûr et bien toléré.

Des études supplémentaires sont nécessaires pour déterminer la sensibilité du xénodiagnostic chez les patients atteints de la maladie de Lyme et la signification d'un résultat positif.

Enregistrement des essais cliniques NCT01143558.

Xenodiagnosis :

https://en.m.wikipedia.org/wiki/Xenodiagnosis

Article intégral

https://academic.oup.com/cid/article/58/7/937/412095/Xenodiagnosis-to-Detect-Borrelia-burgdorferi

Xénodiagnostic pour détecter l'infection par Borrelia burgdorferi: une première étude chez l'homme. Idée créative.
Repost 0
Published by Jean-Pierre LABLANCHY - CHRONIMED - dans Infections froides
commenter cet article
10 juin 2017 6 10 /06 /juin /2017 16:21

Essai randomisé d'une thérapie à plus long terme pour les symptômes attribués à la maladie de Lyme.

Essai contrôlé randomisé

Berende A, et al. N Engl J Med. 2016. Auteurs Berende A1, Hofstede HJ1, Vos FJ1, van Middendorp H1, Vogelaar ML1, Tromp M1, van den Hoogen FH1, Donders AR1, Evers AW1, Kullberg BJ1. Informations sur l'auteur 1Dombre des départements de médecine (AB, HJMH, FJV, MLV, MT, BJK), Psychologie médicale (HM, MLV, AWME), Rheumatology (FH) et Health Evidence (ARTD) et Radboud Center for Infectious Diseases (AB, HJMH, FJV, MLV, MT, BJK), Radboud University Medical Center et Sint Maartenskliniek (FJV, FH), à Nijmegen et à l'Unité Santé, Médicologie et Neuropsychologie, Institut de psychologie, Université de Leiden, Leiden (HM , AWME) - tous aux Pays-Bas.

Citation N Engl J Med. 2016 31 mars; 374 (13): 1209-20. Doi: 10.1056 / NEJMoa1505425.

CONTEXTE:

Le traitement des symptômes persistants attribués à la maladie de Lyme reste controversé.

Nous avons évalué si le traitement antibiotique à plus long terme des symptômes persistants attribués à la maladie de Lyme conduit à de meilleurs résultats que le traitement à plus court terme.

MÉTHODES:

Dans un essai randomisé, en double aveugle contrôlé par placebo mené en Europe, nous avons assigné des patients atteints de symptômes persistants attribués à la maladie de Lyme - soit temporellement liés à une maladie de Lyme éprouvée, soit accompagnés d'un test d'immunoblot IgG ou IgM positif pour Borrelia burgdorferi - recevoir un cours oral de 12 semaines de doxycycline, de clarithromycine plus d'hydroxychloroquine ou de placebo.

Toutes les études ont reçu une ceftriaxone intraveineuse ouverte pendant 2 semaines avant d'initier le schéma randomisé.

La principale mesure de résultat était la qualité de vie liée à la santé, évaluée par le bilan sommaire des composantes physiques de l'inventaire du statut de santé RAND-36 (RAND SF-36) (gamme de 15 à 61 ans, avec des scores plus élevés indiquant une meilleure qualité de vie ),

À la fin de la période de traitement à la semaine 14, après le cours de ceftriaxone de 2 semaines et le cours de 12 semaines du médicament étudié aléatoire ou le placebo avait été complété.

RÉSULTATS:

Sur les 281 patients qui ont subi une randomisation, 280 ont été inclus dans l'analyse de l'intention de traitement modifiée (86 patients dans le groupe doxycycline, 96 dans le groupe clarithromycine-hydroxychloroquine et 98 dans le groupe placebo).

Le score récapitulatif des composantes physiques SF-36 n'a pas varié de manière significative parmi les trois groupes d'étude à la fin de la période de traitement, avec un score moyen de 35,0 (intervalle de confiance à 95% [IC], 33,5 à 36,5) dans le groupe doxycycline, 35,6 (IC 95%, 34,2 à 37,1) dans le groupe clarithromycine-hydroxychloroquine et 34,8 (IC 95%, 33,4 à 36,2) dans le groupe placebo (P = 0,69; différence de 0,2 [IC 95%, -2,4 à 2,8]

Dans le groupe doxycycline par rapport au groupe placebo et une différence de 0,9 [IC 95%, -1,6 à 3,3] dans le groupe clarithromycine-hydroxychloroquine par rapport au groupe placebo);

Le score n'a pas non plus varié de manière significative entre les groupes lors des visites d'étude subséquentes (P = 0,35).

Dans tous les groupes d'étude, le score sommaire des composantes physiques SF-36 a augmenté de façon significative de la période de référence à la fin de la période de traitement (P

Les taux d'événements indésirables étaient semblables chez les groupes d'étude.

Quatre événements indésirables graves liés à l'usage de drogues se sont produits pendant la phase ouverte de 2 semaines de ceftriaxone, et aucun événement indésirable grave lié au médicament n'a eu lieu pendant la phase aléatoire de 12 semaines.

CONCLUSIONS:

Chez les patients atteints de symptômes persistants attribués à la maladie de Lyme, le traitement antibiotique à plus long terme n'a pas eu d'effets bénéfiques supplémentaires sur la qualité de vie liée à la santé au-delà de ceux qui ont un traitement à plus court terme.

(Financé par l'Organisation néerlandaise pour la recherche et le développement en santé, ZonMw, le numéro ClinicalTrials.gov, est NCT01207739).

PMID 27028911

[PubMed - indexé pour MEDLINE]

Essai randomisé d'une thérapie à plus long terme pour les symptômes attribués à la maladie de Lyme. 281 patients, pas d'amélioration.

Article intégral

http://www.nejm.org/doi/full/10.1056/NEJMoa1505425

Repost 0
Published by Jean-Pierre LABLANCHY - CHRONIMED - dans Infections froides
commenter cet article
10 juin 2017 6 10 /06 /juin /2017 07:49

Le professeur Perronne, spécialiste de la maladie de Lyme en Déodatie

Publié le Vendredi 9 Juin 2017

Plus de 350 personnes, pour la plupart propriétaires forestiers privés sont venus écouter le professeur Christian Perronne, spécialiste de la maladie de Lyme, ce vendredi à Saint-Jean-d'Ormont près de Saint-Dié-des-Vosges.

Les forestiers sont en première ligne face au risque d'être mordu par une tique infectée par la bacterie borreliose.

L' infectiologue est devenu un lanceur d'alerte qui dénonce en France un scandale sanitaire autour de cette maladie : méconnaissance du corps médical, tests de dépistage peu fiables et controverse sur les traitements.

2 SUICIDES DANS LES VOSGES EN 2016

La maladie chronique de Lyme n'est pas reconnue en France, difficilement identifiable, elle peut avoir des conséquences neurologiques et psychiatriques graves, et provoquer l'errance de nombreux patients en quête de traitements.

L'an passé dans les Vosges, deux propriétaires forestiers en grande souffrance se sont suicidés

Cette rencontre se tient à l'initiative du CNPPF, centre national professionnel de la propriété forestière qui compte 1500 adhérents dans le département, nous y reviendrons dans notre journal la semaine prochaine.

Nicolas Brédard / Marie-Danièle Rogovitz

Le professeur Perronne, spécialiste de la maladie de Lyme en Déodatie.
Repost 0
Published by Jean-Pierre LABLANCHY - CHRONIMED - dans Infections froides
commenter cet article
10 juin 2017 6 10 /06 /juin /2017 07:11

De l' intérêt de traiter un adulte diagnostiqué schizophrène depuis plus de 10 ans

Je vous relate l' histoire d' un patient de 37 ans diagnostiqué schizophrène vers ses 20 ans et traité pour maladie de Lyme par Paul Trouillas depuis un peu plus d' un an et dont tous les symptômes ont disparu.

Enfant il avait eu un érythème migrant non traité à l' époque .

A l' adolescence douleurs articulaires migrantes sans diagnostic.

Alors qu'il était en IUT d' informatique , hallucinations auditives qui font porter le diagnostic de schizophrénie .

Divers traitements psychiatriques sans succès ; plonge dans l' alcool , a de nouveau des douleurs articulaires qui l' empêchent de marcher , prise de poids , arrête son travail .... " chance!" en 2014 il fait un AVC à 34 ans d' où des recherches de Lyme à l' hôpital neurologique qui reviennent positives et 3 semaines de Rocéphine --> arrêt des hallucinations .

Relâché déclaré guéri il se retrouve avec des séquelles d' hémiplégie + les douleurs articulaires + 18 heures de sommeil / jour et rechance rencontre le Dr Trouillas .

Au bout d' un an de traitement je le vois sans plus aucun traitement psychiatrique , sans douleurs , avec un sommeil normal , récupérant petit à petit la mémoire , svelte et voulant reprendre une activité professionnelle , ce qui n' est pas si simple car le diagnostic de schizophrénie lui colle à la peau et même sa famille y adhère toujours .

Il est donc un peu seul et replié sur lui mais veut redémarrer une nouvelle vie.

Conclusion : il n' est jamais trop tard pour traiter et bravo au Dr Trouillas.

Dr ACM

De l' intérêt de traiter un adulte diagnostiqué schizophrène depuis plus de 10 ans
Repost 0
Published by Jean-Pierre LABLANCHY - CHRONIMED - dans Infections froides
commenter cet article
10 juin 2017 6 10 /06 /juin /2017 06:16

Une famille affirme que le traitement expérimental par hyperthermie a guéri la maladie de Lyme de leur fille

BELMONT, Mass. -

Après des années de maladie, une adolescente de Belmont a été diagnostiqué maladie de Lyme et sa famille a pris ce que certains pourraient appeler des mesures drastiques pour l'aider à aller bien.

Pour Sara Mulhern, ses neuf ans de maladie ont commencé au camp d'été sur le cap.

"des symptômes semblables à ceux de la grippe. J'ai eu une forte fièvre et je savais que quelque chose n'allait pas", a déclaré Mulhern.

Un médecin local pensait que c'était un virus.

Mais dans les années qui ont suivi, Sara sera diagnostiquée avec des douzaines de maladies différentes, y compris les troubles obsessionnels compulsifs, la fatigue chronique, l'arthrite et la dépression.

Au lycée, elle manquait plus de 100 jours d'école. "C'est le psychologue de l'école qui a finalement dit:" avez-vous regardé Lyme? ", a déclaré le père de Sara, Bob Mulhern.

Les tests révélaient que Sara avait neuf des 10 marqueurs indiquant un diagnostic de Lyme;

Une conclusion qui a motivé ses parents, Bob et Tina Mulhern.

Pendant des mois, les médecins ont essayé plusieurs antibiotiques, par voie orale et par voie intraveineuse, mais ils n'étaient pas aidés.

"Toute cette année entière, je faisais des recherches, jusqu'à 3 heures du matin", a déclaré Tina Mulhern.

Cette recherche les a menés à la St. Georg Klinik en Allemagne.

Les médecins pensent que les traitements hyperthermiques sur corps entier peuvent débarrasser le corps de Lyme.

La température corporelle d'un patient augmente de plus de 105 degrés.

La clinique a déclaré que cela tue les bactéries.

Après avoir réfléchi et consulté le médecin de Sara, elle a décidé de l'essayer. "J'étais comme," Wow, je veux vraiment continuer ma vie et je pense que même si c'est effrayant, ça en vaut vraiment le coup ", a déclaré Sara Mulhern.

Un site Web de collecte de fonds a contribué aux coûts, montant à 60 000 $ sur 30 jours.

Sara a pratiqué des sessions dans un sauna infrarouge et des antibiotiques IV.

En janvier, elle est arrivée à la clinique et à subi deux cycles de traitements en hyperthermie.

"J'ai littéralement senti comme si j'étais sur un nouveau niveau. J'étais comme avant, je me sens si bien", a déclaré Mulhern.

Elle se sentait assez bien pour faire un voyage à Paris avec sa mère sans aucun des symptômes qui la trahissaient depuis des années.

"Nous nous sommes tellement amusés. Cette partie de sa personnalité etait cachée", a déclaré Tina Mulhern.

Maintenant, Sara continue de se remettre et dit qu'elle se sent étonnamment bien.

Elle prévoit de recommencer le collège au printemps prochain.

Ses parents ne peuvent presque pas croire à un tel changement. "Elle a maintenant de l'énergie et elle apprécie d'être en bonne santé et d'être capable de faire les choses maintenant qu'elle ne pouvait pas faire auparavant", a déclaré Bob Mulhern.

La maladie chronique de Lyme n'est pas officiellement reconnue par les Centers for Disease Control and Prevention. Il y a controverse quant à savoir si la condition existe réellement.

Aux États-Unis, l'hyperthermie a été testée dans des essais cliniques pour le traitement du cancer, mais elle est encore considérée comme une technique expérimentale.

Sara et sa mère, Tina, ont commencé une fondation à but non lucratif pour aider d'autres personnes à faire face à des symptômes similaires.

Une famille affirme que le traitement expérimental par hyperthermie a guéri la maladie de Lyme de leur fille
Repost 0
Published by Jean-Pierre LABLANCHY - CHRONIMED - dans Infections froides
commenter cet article
7 juin 2017 3 07 /06 /juin /2017 09:33

 

 

https://mail.google.com/mail/u/0/#inbox/15c5ee8a10a207d3?projector=1

Maladie de Lyme : épidémie ou psychose ? Vidéo. Replay . Avec le Pr Christian Perronne.
Repost 0
Published by Jean-Pierre LABLANCHY - CHRONIMED - dans Infections froides
commenter cet article
7 juin 2017 3 07 /06 /juin /2017 06:27

https://m.youtube.com/watch?index=17&list=PLtw9iWxwfPldYIunR7lctt9-unraLFtRa&v=ol96H-DlaWA

Autisme: nouvelle approche par Marco Ruggieri. (Video en Anglais)
Autisme: nouvelle approche par Marco Ruggieri. (Video en Anglais)
Repost 0
Published by Jean-Pierre LABLANCHY - CHRONIMED - dans Infections froides
commenter cet article
5 juin 2017 1 05 /06 /juin /2017 19:12

Les Drs Dietrich KLINGHARDT et Marco RUGGIERO voient leurs travaux publiés. Un changement de paradigme pour la détection et le traitement de la maladie de Lyme: le RK protocole. Judith Albertat.

http://thescipub.com/abstract/10.3844/ofsp.11074

 

The Ruggiero-Klinghardt (RK) Protocol for the Diagnosis and Treatment of Chronic

Conditions with Particular Focus on Lyme Disease Dietrich Klinghardt and Marco Ruggiero American Journal of Immunology

Here we describe the Ruggiero-Klinghardt (RK) Protocol that is based on integration of Autonomic Response Testing (ART) with diagnostic ultrasonography and on application of therapeutic ultrasounds; the latter are used as a provocation tool and as an instrument to optimize drug uptake and utilization in specific areas of the body.

This protocol consists of a precise sequence of diagnostic and therapeutic procedures with the ultimate goal of improving sensitivity and specificity of diagnosis at the same time evaluating and optimizing efficacy of treatments in chronic conditions including, but not limited to, persistent Lyme disease.

The RK Protocol represents a paradigm shift in diagnostics and therapeutics:

Thus, compartmentalized microbes, transformed cells, toxins and metabolites could be detected using a safe and non-invasive method. In addition, the RK Protocol allows optimization of efficacy of drugs and other therapeutic interventions.

Although the RK Protocol was initially developed for persistent Lyme disease, it shows significant potential in conditions ranging from cancer to neurodegenerative diseases and autism. In oncology, the RK Protocol may serve to facilitate early diagnosis and to increase sensitivity of cancer cells to the killing effects of a variety of remedies ranging from conventional radio- and chemotherapy to more recent forms of immunotherapy. Thus, the 1st goal of the RK Protocol is diagnostic:

That is, to make pathogens, toxins, transformed cells and cells infected by viruses that are inaccessible to conventional diagnostic and therapeutic tools, "visible" to the therapist who can detect them with laboratory methods and deal with them with appropriate interventions; and also to make them "visible" to the immune system that can fight them in a physiological manner.

The 2nd goal is to optimize drug uptake and utilization in the organs and tissues studied and targeted with these procedures.

Copyright © 2017 Dietrich Klinghardt and Marco Ruggiero.

This is an open access article distributed under the terms of the Creative Commons Attribution License, which permits unrestricted use, distribution, and reproduction in any medium, provided the original author and source are credited.

Les Drs Dietrich KLINGHARDT et Marco RUGGIERO voient leurs travaux publiés. Un changement de paradigme pour la détection et le traitement de la maladie de Lyme: le RK protocole. Judith Albertat.
Les Drs Dietrich KLINGHARDT et Marco RUGGIERO voient leurs travaux publiés. Un changement de paradigme pour la détection et le traitement de la maladie de Lyme: le RK protocole. Judith Albertat.

Publié dans l'American Journal of Immunology : le jeûne cétosé comme méthode de diagnostic des borrelioses persistantes.

Rien de nouveau, il s'agit d'obtenir un passage de formes vivantes dans le sang pour permettre la production d'anticorps, ainsi les tests diagnostiques deviennent -ils plus nettement positifs.

L'aspect thérapeutique du jeûne est abordé mais n'est pas retenu comme une solution certaine.

The Ruggiero-Klinghardt (RK) Protocol for the Diagnosis and Treatment of Chronic Conditions with Particular Focus on Lyme Disease Dietrich Klinghardt and Marco Ruggiero American Journal of Immunology

Abstract Here we describe the Ruggiero-Klinghardt (RK) Protocol that is based on integration of Autonomic Response Testing (ART) with diagnostic ultrasonography and on application of therapeutic ultrasounds; the latter are used as a provocation tool and as an instrument to optimize drug uptake and utilization in specific areas of the body.

This protocol consists of a precise sequence of diagnostic and therapeutic procedures with the ultimate goal of improving sensitivity and specificity of diagnosis at the same time evaluating and optimizing efficacy of treatments in chronic conditions including, but not limited to, persistent Lyme disease.

The RK Protocol represents a paradigm shift in diagnostics and therapeutics: Thus, compartmentalized microbes, transformed cells, toxins and metabolites could be detected using a safe and non-invasive method.

In addition, the RK Protocol allows optimization of efficacy of drugs and other therapeutic interventions.

Although the RK Protocol was initially developed for persistent Lyme disease, it shows significant potential in conditions ranging from cancer to neurodegenerative diseases and autism. In oncology, the RK Protocol may serve to facilitate early diagnosis and to increase sensitivity of cancer cells to the killing effects of a variety of remedies ranging from conventional radio- and chemotherapy to more recent forms of immunotherapy.

Thus, the 1st goal of the RK Protocol is diagnostic: That is, to make pathogens, toxins, transformed cells and cells infected by viruses that are inaccessible to conventional diagnostic and therapeutic tools, "visible" to the therapist who can detect them with laboratory methods and deal with them with appropriate interventions; and also to make them "visible" to the immune system that can fight them in a physiological manner.

The 2nd goal is to optimize drug uptake and utilization in the organs and tissues studied and targeted with these procedures.

Copyright © 2017 Dietrich Klinghardt and Marco Ruggiero.

This is an open access article distributed under the terms of the Creative Commons Attribution License, which permits unrestricted use, distribution, and reproduction in any medium, provided the original author and source are credited.

Repost 0
Published by Jean-Pierre LABLANCHY - CHRONIMED - dans Infections froides
commenter cet article
5 juin 2017 1 05 /06 /juin /2017 00:10

Jo Mutter vous en dira plus: ça y est c'est en ligne!

https://www.youtube.com/watch?v=yGj8K3oYO_0

N'hésitez pas à transférer le lien sans modération! Bonne fin de soirée,

Judith Albertat

Soutenez la recherche

Support Research on Lyme Disease! Faites un don! Donate!

www.iforlyme.org

Judith Albertat : video de Jo Mutter
Repost 0
Published by Jean-Pierre LABLANCHY - CHRONIMED - dans Infections froides
commenter cet article