Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
30 septembre 2012 7 30 /09 /septembre /2012 20:27
medwireNews: Researchers have discovered an adult-onset immunodeficiency syndrome with symptoms similar to those of advanced HIV in Thailand and Taiwan.
Sarah Browne (National Institutes of Health, Bethesda, Maryland, USA) and colleagues enrolled 155 patients, aged 18 to 78 years, with suspected immunodeficiency and 48 healthy controls (group 5) for comparison purposes.
Fifty-two patients had nontuberculous mycobacterial (NTM) infection (group 1), 45 had another opportunistic infection with or without NTM infection (group 2) - both infections that commonly affect immunocompromised patients such as those with HIV - nine had disseminated tuberculosis (group 3), and 49 had pulmonary tuberculosis (group 4).
The patients with NTM and/or opportunistic infection had similar CD4+ T-lymphocyte counts to those with disseminated or pulmonary tuberculosis despite being negative for HIV infection.
Patients in groups 1 and 2 also had unusually high levels of autoantibodies against interferon-γ, at 81% and 96%, respectively, compared with 11%, 2%, and 2% of those in groups 3, 4, and 5, respectively.
Notably, no other anticytokine autoantibodies or genetic mutations were associated with the infections seen in groups 1 and 2.
Interferon-γ helps the immune system to clear infections, therefore the presence of interferon-γ autoantibodies makes the affected individuals very vulnerable to opportunistic infections.
"Our study showed that this adult onset immunodeficiency syndrome is strongly associated with high-titer neutralizing antibodies to interferon-γ, supporting the central role of interferon-γ in the control of numerous pathogens," write Browne and team in The New England Journal of Medicine.
"Since many patients with anti-interferon-γ autoantibodies remain actively infected despite antimicrobial therapy, this observation suggests that therapeutic targeting of anti interferon-γ autoantibodies may warrant investigation," they conclude.
By Helen Albert, Senior medwireNews Reporter
24/08/2012
Repost 0
Published by Chronimed - dans Infections froides
commenter cet article
30 septembre 2012 7 30 /09 /septembre /2012 20:00
medwireNews : People with high levels of antibodies to bacteria linked to periodontal disease have an increased risk for pancreatic cancer, while the risk is reduced in those with increased antibodies to oral commensal bacteria, say researchers.
Dominique Michaud, from Brown University in Providence, Rhode Island, USA, and colleagues suggest: "Host genetic susceptibility related to immune function could explain our observations," noting that it "has been proposed that the prolonged inflammation observed in chronic pancreatitis patients is what initiates or aids the progression of a pancreatic tumour."
Conversely, they argue in Gut , the association between a reduced risk for pancreatic cancer and high levels of antibodies to commensal bacteria indicates that "it is plausible that elevated levels of antibodies to oral bacteria in individuals serve as a marker for a genetically stronger immune response, providing protection against carcinogenesis."
The team measured immunoglobulin G antibodies to 25 oral bacteria in prediagnosis blood samples from 405 pancreatic cancer patients and 416 matched controls from the European Prospective Investigation into Cancer and Nutrition Study.
The researchers found that there were very high correlations between pancreatic cancer and antibodies against two strains of Porphyromonas gingivalis , Aggregatibacter actinomycetemcomitans , and two species of Veilonella .
Highs levels of antibodies, defined as greater than 200 ng/mL, to the ATTC 53978 strain of P. gingivalis were significantly more common in cases than in controls.
Further analysis indicated that high levels of antibodies to P. gingivalis ATTC 53978 were associated with a significant increase in pancreatic cancer, at a multivariate adjusted odds ratio of 2.14 compared with antibody levels below 200 ng/mL. The association remained significant after taking into account smoking status and removing patients with diabetes from the analysis.
By contrast, the results demonstrated that individuals with consistently high levels of commensal bacteria antibodies had a strong and statistically significant reduced risk for developing pancreatic cancer compared with those with lower antibody levels, at a multivariate adjusted odds ratio of 0.55.
By Liam Davenport, medwireNews Reporter 20/09/2012
Repost 0
Published by Chronimed - dans Infections froides
commenter cet article
27 septembre 2012 4 27 /09 /septembre /2012 17:56
Marc Mennessier note dans Le Figaro qu’« une étude [internationale] publiée dans Nature montre clairement un lien entre la composition de ce que les spécialistes appellent le microbiote et la survenue d'un diabète de type 2 ». Le journaliste explique que « les chercheurs ont analysé les caractéristiques génétiques (ou métagénome) de la flore intestinale de 345 patients chinois atteints ou non de diabète de type 2 ». L’un des auteurs, Stanislav-Dusko Ehrlich (Institut national de la recherche agronomique), indique : « Nous avons trouvé une signature microbienne de cette maladie avec un changement très net dans la composition globale du microbiote ». Marc Mennessier relève ainsi que « les patients diabétiques présentent notamment un déficit marqué en bactéries productrices de butyrates, substances dont se nourrissent les cellules qui tapissent la paroi intestinale (entérocytes). Fragilisées, ces dernières deviennent plus perméables à certaines bactéries pathogènes qui, en passant dans le sang, entraînent une réaction inflammatoire caractéristique du diabète de type 2 ». Le journaliste ajoute que « l'équipe dirigée par Junjie Qin et Jun Wang, de l'Institut de génomique de Pékin, a démontré que ces biomarqueurs pouvaient diagnostiquer l'existence d'un diabète de type 2 chez un individu avec une précision de 81% ». Stanislav-Dusko Ehrlich remarque qu’« aujourd'hui très peu d'institutions ont la capacité de faire des analyses aussi poussées mais il est possible de développer à moyen terme des tests diagnostiques extrêmement simples à mettre en œuvre sous la forme d'une bandelette que le patient introduirait lui-même dans ses matières fécales ». Marc Mennessier note en outre que « ce type de test pourrait s'appliquer au diabète de type 2 mais aussi à certains troubles hépatiques ou la maladie de Crohn qui en sont dépourvus. […] Mais pour M. Ehrlich, le «Graal» consiste à prédire l'évolution de ces maladies, en «détectant les perturbations microbiennes avant la manifestation des signes cliniques et l'apparition de dégâts irréversibles pour l'organisme». Cette médecine préventive permettrait selon lui, d'éviter bien des souffrances et de «pérenniser», en réduisant le coût énorme de la prise en charge de ces maladies, «l'accès à la santé pour tous» ». Laurent Frichet
Repost 0
Published by Chronimed - dans Infections froides
commenter cet article
27 septembre 2012 4 27 /09 /septembre /2012 07:04
Citation: Emerging Microbes & Infections (2012) 1, e27; doi:10.1038/emi.2012.28 Published online 19 September 2012 Emerging hepatitis B virus infection in vaccinated populations: a rising concern? Tung-Hung Su1,2,3 and Pei-Jer Chen1,2,3 1Department of Internal Medicine, National Taiwan University Hospital, Taipei 10002, Taiwan 2Graduate Institute of Clinical Medicine, National Taiwan University College of Medicine, Taipei 10002, Taiwan 3Hepatitis Research Center, National Taiwan University Hospital, Taipei 10002, Taiwan Correspondence: PJ Chen, E-mail: peijerchen@ntu.edu.tw Received 22 March 2012; Revised 3 July 2012; Accepted 6 July 2012 Abstract Hepatitis B infection, especially by perinatal transmission, is endemic in Asian countries. After the first successful universal hepatitis B virus (HBV) vaccination programme for newborns in Taiwan, it became feasible to prevent HBV transmission and the resultant hepatocellular carcinoma in endemic countries. However, a small subset of vaccinated people have a suboptimal immunological response to vaccination, and the immunity of some young adults who were vaccinated as infants seems to have waned over time. Despite this loss, recent studies suggest that anamnestic anti-HBs antibody responses rapidly resume and eliminate acute HBV infection acquired through sexual contact or blood transfusion, even though the anti-HBs antibody titre has decreased below a protective level. These observations indicate prolonged protection by the HBV vaccine. Therefore, for people with a low infection risk, a universal booster vaccination is not currently recommended, but it should be considered for high-risk groups. However, we still advocate close monitoring of acute hepatitis B among patients who lack a protective level of anti-HBs antibody and suggest a wait-and-see policy to determine the necessity for booster vaccines. Keywords: anamnestic effect; anti-HBs antibody; immunity; hepatitis B; vaccination
Repost 0
Published by Chronimed - dans Infections froides
commenter cet article
22 septembre 2012 6 22 /09 /septembre /2012 09:47
Que les amateurs de viande rouge se méfient : une morsure de tique pourrait les rendre allergiques à leur mets préféré. C’est ce que suggère un article publié dans le « Journal of General Internal Medicine ». L’anaphylaxie retardée à la viande rouge est un syndrome nouvellement identifié dans le sud-est des États-Unis. Elle survient de trois à six heures après l’ingestion de viande rouge. Susan Wolver, Diane Sun et leurs collègues (Virginia Commonwealth University, États-Unis) rapportent le cas de trois patients qui éclairent cette allergie à la viande rouge. Le carbohydrate est impliqué Il semble que cette réaction est liée à des anticorps contre un carbohydrate (alpha-gal) fabriqués par un sujet en réaction à une morsure de tique, notamment la tique LoneStar. Le problème est que le même carbohydrate est présent dans la viande. De sorte que lorsqu’un sujet mordu par une tique mange de la viande, il libère de l’histamine en réponse à la présence d’alpha-gal, d’où un risque d’anaphylaxie. Il faut noter que l’anaphylaxie à la viande rouge est la première allergie alimentaire décrite qui soit due non pas à une protéine mais à un hydrate de carbone. « Là où les tiques sont endémiques, concluent les auteurs, par exemple dans le sud-est des États-Unis, il faudrait avoir à l’esprit ce nouveau syndrome devant un casd’anaphylaxie. Les directives actuelles sont de conseiller aux patients d’éviter la viande de mammifère - bœuf, porc, mouton, gibier. » › Dr EMMANUEL DE VIEL Journal of General Internal Medicine ; DOI 10.1007/s11606-012-2144-z.
Repost 0
Published by Chronimed - dans Infections froides
commenter cet article
18 septembre 2012 2 18 /09 /septembre /2012 19:16
La chlamydiose est la plus fréquente des infections sexuellement transmissibles (IST) chez les jeunes : elle touche 3,6 % des femmes et 2,4 % des hommes âgés entre 18 et 24 ans. Transmise par la bactérie Chlamydia trachomatis à l'occasion de rapports sexuels non protégés ou d'un simple contact peau à peau, la chlamydiose est « la principale cause de stérilité tubaire dans les pays industrialisés » selon l'Institut national de Prévention et d'Education pour la Santé. Le ministère en charge de la Santé et l'INPES viennent de lancer une campagne de dépistage à destination des jeunes. Son slogan, « Connaissez-vous Chlamydia ? Nous pouvons tous (en) être porteurs sans le savoir », rappelle un fait inquietant : l'infection est le plus souvent asymptomatique. Lorsque les symptômes de contamination apparaissent au bout de trois semaines, ils se manifestent par des brûlures, un écoulement par la verge, l'anus ou le vagin, une fièvre et des douleurs abdominopelviennes. Mais, selon l'INPES, « 64 % des femmes et 68 % des hommes ayant eu un dépistage positif en 2009 n'avaient identifié aucun signe visible ». L'absence de symptôme « entraîne une découverte souvent tardive de l'infection qui peut dormir pendant des mois, voire des années avant de se compliquer, dans certains cas, de douleurs chroniques, grossesse extra-utérine et stérilité tubaire... » insiste l'INPES. Le dépistage s'effectue par un prélèvement local, urinaire ou vaginal, et la chlamydiose se soigne facilement. Enfin, rappelons que le préservatif reste l'unique moyen de prévention de cette IST.
Repost 0
Published by Chronimed - dans Infections froides
commenter cet article
18 septembre 2012 2 18 /09 /septembre /2012 19:08
Une importante interrogation (encore sans réponse aujourd'hui) concerne la signification des statistiques sur la prévalence croissante de l'autisme : reflète-t-elle simplement les progrès présents en matière de diagnostic, ou une envolée effective de sa fréquence dans le monde (culminant avec l'estimation de 2,6 % de la population générale en Corée) ? Pour Emily Simonoff (professeur de pédopsychiatrie à Londres), on ne peut répondre avec certitude à cette question, faute d'un « biomarqueur» disponible pour caractériser formellement l'autisme. Il faut aussi s'entendre sur ce dont on parle vraiment. En effet, les actuels « troubles du spectre autistique» ne se résument pas à l'autisme classique de Kanner, mais comprennent aussi « le syndrome d'Asperger, l'autisme atypique et d'autres troubles envahissants du développement.» Et dans les critères retenus désormais pour évoquer l'autisme, on n'exige plus forcément la « présence de stéréotypies et de comportements ou centres d'intérêts répétitifs», mais ce diagnostic peut être envisagé devant « suffisamment de symptômes relatifs à des déficits de la socialisation et de la communication.» Quant aux causes de l'autisme, encore inconnues, plusieurs dimensions (probablement complémentaires) sont explorées, surtout d'ordre environnemental ou génétique (confortées par des études comparatives sur les jumeaux monozygotes ou dizygotes). À mi-chemin de ces hypothèses, l'auteur rappelle la piste du « cerveau hyper-masculinisé» (proposée par Simon Baron-Cohen) où une imprégnation androgénique in utero excessive par la testostérone foetale entraînerait ultérieurement « des modifications de la personnalité en relation avec l'autisme», dans la mesure où le taux de testostérone foetale se révèlerait en corrélation inverse avec la fréquence des contacts oculaires à un an, avec le degré d'empathie vers huit ans, et en corrélation directe avec l'intensité des traits autistiques. Mais quoi qu'il en soit, les recherches récentes ont « anéanti l'hypothèse de la mauvaise mère» (en anglais « refrigerator mother», mère-réfrigérateur) à laquelle certains imputaient jadis la responsabilité des troubles autistiques ou psychotiques chez son enfant. Simonoff E : Autism spectrum disorder: prevalence and cause may be bound together. Br J Psychiatry, 2012; 201: 88-89. 17/09/12 Dr Alain Cohen
Repost 0
Published by Chronimed - dans Infections froides
commenter cet article
15 septembre 2012 6 15 /09 /septembre /2012 08:53
C’est un sujet à la mode, et peut être avez-vous vu les études et résumés (parfois repris sur ce site) qui font de certains adénovirus, et en particulier Ad-36, l’exemple type d’une association infection expérimentale/ prise de poids chez l’animal. Si l’exemple est frappant, il n’est (sans doute) pas unique, et d’autres micro-organismes, comme Helicobacter pylori, si présent à tous les âges dans les populations peu favorisées, ont été associés à un moindre poids des adultes concernés. Les infections de l’enfance font-elles, d’une façon ou d’une autre, l’IMC des adultes qu’ils deviendront ? Frappés par le fait qu’aux Philippines les taux d’obésité ont flambé entre 1985 et 2005 (avec un quart de la population en surpoids et un gain de presque 10 kg chez les femmes de 40 ans), alors que dans le même temps étaient réalisées de grandes campagnes de vaccination et que l’accès aux soins s’améliorait considérablement, G Suh et al. -affiliés à Stanford, USA- ont recherché, sur une cohorte de 1 863 personnes, d’éventuels rapports entre IMC de l’adulte et infections infantiles. Etude, donc, des données de la Cebu Longitudinal Health and Nutrition Survey, composée d’enfants nés à Cebu entre mai 1983 et avril 1984, et pour lesquels étaient collectées et conservées des données anthropométriques, diététiques et infectieuses, qui pouvaient être comparées à d’autres items enregistrés 20 ans plus tard. Passées à la moulinette des statistiques, régressions multivariées et autres χ², et en admettant pour des populations asiatiques des IMC > 23 et 27 Kg/m2 pour définir surpoids et obésité, l’analyse finale révélait que les infections respiratoires hautes étaient associées à une augmentation de l’IMC, alors que les diarrhées, fièvres et environnements insalubres l’étaient avec un IMC plus faible. Des résultats et surtout une analyse assez rigoureuse pour, selon les auteurs, affirmer que les infections infantiles ne seraient pas sans retentissement ultérieur… En 2005 paraissait dans la revue Nature un article de RF Ley et coll. au titre éloquent « Microbial ecology : human gut microbes associated with obesity ». Comme de nombreux autres avant eux, G. Suh et coll. se réfèrent à ce travail princeps, rappelant que les infections, tant par les cytokines et autres médiateurs de l’inflammation qu’elles induisent que par les traitements antibiotiques prescrits, influencent évidemment la flore intestinale. Sans doute ne sera-t-on guère étonné, finalement, qu’une enfance diarrhéique induise de faibles IMC 20 ans plus tard, mais peut-être un peu surpris que des infections pulmonaires produisent l’effet contraire. Les auteurs avancent ici le modèle Ad-36, justement responsable expérimentalement d’obésité, et remarquent que les infections respiratoires induisent de fortes consommations d’antibiotiques, donc d’importantes modifications de la flore intestinale dont on ne connaît pas les conséquences. Pourquoi pas, après tout ? Dr Jack Breuil 13/09/2012 G Suh et coll. : Infectious diseases in children and body mass index in young adults. Emerging Infectious Diseases 2012 ; 9 : 1490-2.
Repost 0
Published by Chronimed - dans Infections froides
commenter cet article
12 septembre 2012 3 12 /09 /septembre /2012 08:23
C’est une « découverte » qui passionne tant les Américains qu’elle a été reprise par plusieurs media grand public et de nombreux sites spécialisés dans la communication médicale : la curcumine (issue du curcuma) empêche le virus de la fièvre de la vallée du Rift de se multiplier dans un modèle cellulaire expérimental. Suit la description des mécanismes en jeu, tels que décryptés par les auteurs du G. Mason University, USA : la curcumine développerait son effet inhibiteur en interférant avec les mécanismes de phosphorylation IKK.β2 de la protéine virale NSs, avec altération du cycle cellulaire normal. Un phénomène qui a pu être retrouvé aussi avec la souche virale ZH501, hautement virulente ; enfin, nec plus ultra, la curcumine « down- régulerait » la réplication virale dans le foie de souris expérimentalement infectées. CQFD. La curcumine, donc, douée d’une efficacité antivirale remarquable ? A. Narayanan, première auteure de l’article, est d’origine indienne et à ce titre élevée au curcuma, ce qui a certainement été une grande motivation pour elle. Son remarquable travail, cependant, confirme encore une fois que le curcuma, épice ancestrale majeure de la médecine ayurvédique, pourrait être douée d’activités anti infectieuses –en l’occurrence antivirales- remarquables. Une recherche bibliographique rapide semble confirmer le fait, avec pour l’exemple deux publications particulièrement contributives. La première, réalisée par D-Y Chen et al., de Taiwan (Food Chemistry, 119 ; 1346-51), démontrait en 2010 qu’un traitement à la curcumine 30 µM réduisait de 90 % la production de virus grippaux d’une culture cellulaire, les auteurs évoquant en outre un effet direct de la curcumine sur l’infectiosité de particules virales H1N1 ou H6N1. La seconde, la même année (Zandi K et al, Nat Prod Commun), comparait l’activité de plusieurs produits naturels sur des cellules Vero infectées au virus herpes simplex HSV-1, et montrait que les meilleurs effets étaient obtenus par la curcumine et ses dérivés… Nombreux sont les Indiens qui soignent, depuis longtemps, leurs maux de gorge et autres syndromes grippaux en absorbant leur dose quotidienne de curcuma. La science semble aujourd’hui leur donner raison, et les dérivés du curcuma promis à un bel avenir. A. Narayanan souhaite poursuivre ses recherches avec d’autres virus, Bunyavirus, alphavirus (encéphalite équine) et même retrovirus (dont le VIH). On attendra les résultats de ses travaux avec intérêt. Dr Jack Breuil 11/09/2012 Narayanan A et coll. : Curcumin inhibits Rift valley fever virus replication in human cells. J Biol Chem., 2012 ; publication avancée en ligne le 30 juillet.
Repost 0
Published by Chronimed - dans Infections froides
commenter cet article
5 septembre 2012 3 05 /09 /septembre /2012 19:18
Contemporary Clinical Trials Volume 33, Issue 6, November 2012, Pages 1132–1142 Antibiotic retreatment of Lyme disease in patients with persistent symptoms: A biostatistical review of randomized, placebo-controlled, clinical trials Allison K. DeLonga, , , Barbara Blossomb, Elizabeth L. Maloneyc, Steven E. Phillipsd a Center for Statistical Sciences, Department of Biostatistics, Brown University, Providence, RI, USA b Department of Statistics, Colorado State University, Fort Collins, CO, USA c Partnership for Healing and Health, Ltd., Wyoming, MN, USA d Greenwich Hospital, Greenwich, CT, USA Received 4 May 2012 Revised 16 July 2012 Accepted 14 August 2012 Available online 19 August 2012 http://dx.doi.org/10.1016/j.cct.2012.08.009, How to Cite or Link Using DOI Permissions & Reprints Abstract Introduction Lyme disease (Lyme borreliosis) is caused by the tick-borne spirochete Borrelia burgdorferi. Long-term persistent illness following antibiotic treatment is not uncommon, particularly when treatment is delayed. Current treatment guidelines for persistent disease primarily rely on findings from four randomized, controlled trials (RCTs), strongly advising against retreatment. Methods We performed a biostatistical review of all published RCTs evaluating antibiotic retreatment, focusing on trial design, analysis and conclusions. Results Four RCTs met the inclusion criteria; all examined the efficacy of intravenous ceftriaxone versus placebo at approximately 3 or 6 months. Design assumptions for the primary outcomes in the two Klempner trials and two outcomes in the Krupp trial were unrealistic and the trials were likely underpowered to detect clinically meaningful treatment effects. The Klempner trials were analyzed using inefficient statistical methods. The Krupp RCT was well-designed and analyzed for fatigue, finding statistically significant and clinically meaningful improvement. Fallon corroborated this finding. Fallon also found improvement in cognitive functioning, a primary outcome, at 12 weeks which was not sustained at 24 weeks; improvements in physical functioning and pain were demonstrated at week 24 as an interaction effect between treatment and baseline symptom severity with the drug effect increasing with higher baseline impairment. Discussion This biostatistical review reveals that retreatment can be beneficial. Primary outcomes originally reported as statistically insignificant were likely underpowered. The positive treatment effects of ceftriaxone are encouraging and consistent with continued infection, a hypothesis deserving additional study. Additional studies of persistent infection and antibiotic treatment are warranted. Keywords Lyme disease; Neuroborreliosis; Randomized controlled trial; Statistical power; Minimum clinically important difference (MCID); Treatment guidelines Figures and tables from this article: Full-size image (73 K) Fig. 1. Flow diagram of the literature search for randomized, controlled trials evaluating antibiotic retreatment in Lyme disease patients with persistent symptoms following a standard course of treatment. Figure options Table 1. Available measures of treatment effects for each trial and outcome. NS effect not given, reported as not statistically significant.“–”Within-arm effects were not reported for each trial. Table options View in workspace Table 2. SF-36 summary score changes found to be clinically and statistically significant for chronic diseases of similar severity to Lyme disease. ‡ Not determined; § Not significant. Table options View in workspace Table 3. Estimated differences in the proportion of patients expected to be classified as improved using Klempner et al.'s categorization for various mean treatment effects consistent with published MCIDs. Klempner et al.'s results are provided and confirm clinically meaningful mean differences of 2 to 5 points fall within Klempner et al.'s 95% confidence intervals [16]. Table options View in workspace Table 4. Mean response times of Lyme patients and controls on the Alphabet Arithmetic test (Pollina et al., Table 3) [39] and the differences in the two groups presented as the percentage faster that healthy participants completed the task compared to the Lyme patients. 1 In the STOP-LD study design, Krupp et al. [24] assumed a 25% improvement as the MCID.2 Age- and education-matched controls. Table options View in workspace Corresponding author at: Center for Statistical Sciences, Department of Community Health, Brown University, Providence, RI 02912, USA. Tel.: + 1 401 863 9697; fax: + 1 401 863 9182. Copyright © 2012 Elsevier Inc. All rights reserved. Jacques Szefner jszefner@aol.com
Repost 0
Published by Chronimed - dans Infections froides
commenter cet article