Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
23 mai 2017 2 23 /05 /mai /2017 21:58

Parkinson et Alzheimer : des tiques à l’origine de milliers de mauvais diagnostiques

Par Stéphane Parent

Les Canadiens ont découvert l’existence de cette maladie que depuis 3 à 5 ans alors que les autorités du Center for Disease Control aux États-Unis confirmaient qu’il y avait probablement eu des milliers d’erreurs de diagnostic.

Des deux côtés de la frontière, les médecins américains et canadiens ont par mégarde sous-évalué pendant des dizaines d’années la prévalence de la maladie de Lyme pendant des dizaines d’années.

Des patients que l’on croyait atteints de la sclérose en plaques, de la maladie d’Alzheimer, du syndrome de fatigue chronique ou de la maladie de Parkinson souffraient probablement de la maladie de Lyme dont les symptômes sont souvent semblables.

Plutôt que les quelque 30 000 cas déclarés annuellement, l’incidence réelle de la maladie se rapprocherait des 300 000 cas par année en Amérique du Nord.

La maladie de Lyme se répand toujours un peu plus au Canada

La maladie de Lyme est présente en ce moment au sud de la Colombie-Britannique, au Manitoba, en Ontario, au Québec, en Nouvelle-Écosse ainsi qu’au Nouveau-Brunswick.

Au fur et à mesure que le climat change à travers le pays en raison du réchauffement climatique, la maladie de Lyme se répand.

En 2015, quelque 700 nouveaux cas ont été recensés par l’Agence de santé publique du Canada.

En 2009, l’Agence n’en dénombrait que 140. Les Canadiens pourraient s’attendre dans 10 ans a entre 10 mille et 20 mille nouveaux cas par an.

Le saviez-vous?

La maladie de Lyme est une maladie grave découverte en 1982.

À l’époque, l’infection avait causé plusieurs problèmes arthritiques chez des enfants de la ville de Lyme, au Connecticut.

La maladie entraîne aussi des complications cardiaques et neurologiques.

Les tiques sont petites, leur taille variant de celle d’une graine de pavot à celle d’un pois.

La taille de la tique varie selon son âge et selon qu’elle s’est ou non nourrie récemment.

La morsure est généralement indolore; vous pouvez donc ne pas savoir que vous avez été mordu.

La maladie de Lyme peut être transmise par une tique.

La maladie de Lyme peut être transmise par une tique.

© IS/iStock RCI avec les informations de Patrick Bergeron de Radio-Canada Sur le même thème

Parkinson et Alzheimer : des tiques à l’origine de milliers de mauvais diagnostiques Lyme en cause.
Repost 0
Published by Jean-Pierre LABLANCHY - CHRONIMED - dans Infections froides
commenter cet article
23 mai 2017 2 23 /05 /mai /2017 07:38

Souffrances psychiques et maladies mentales

Quand l'inflammation monte au cerveau

Souffrances psychiques et maladies mentales  Quand l'inflammation monte au cerveau. Conference du Dr Albert Werckmann Psychiatre.
Repost 0
Published by Jean-Pierre LABLANCHY - CHRONIMED - dans Infections froides
commenter cet article
23 mai 2017 2 23 /05 /mai /2017 05:14

Maladie de Lyme : un don de 4.850 €

Le docteur Raouf Ghozzi, président de la Fédération française contre les maladies vectorielles à tiques (FFMVT), dont la maladie de Lyme, a reçu dernièrement un chèque de 4.850 € de Didier Cubertafont, un professionnel de la forêt.

Le docteur Ghozzi est chef de service de médecine interne au centre médico-chirurgical des Hôpitaux de Lannemezan.

C'est à ce titre qu'il a reçu le don des travailleurs forestiers en présence de M. Van Meer, atteint de la maladie de Lyme, dans le cadre de son travail, et actuellement soigné dans le service lannemezanais.

Ce chèque représente le produit de la vente en France de 460 calendriers, et principalement en Savoie, par des travailleurs liés à la forêt, qui sont particulièrement exposés aux maladies vectorielles à tiques.

«Merci aux travailleurs forestiers pour cette initiative spontanée, s'est félicité le Dr Ghozzi.

En espérant que la reconnaissance de la complexité de la maladie de Lyme et des maladies associées soit à l'ordre du jour, grâce à la prise de conscience du ministère de la Santé.

Les travailleurs forestiers sont particulièrement concernés par cette maladie».

Lyme: le Dr Ghozzi reçoit un don des forestiers.

http://www.ladepeche.fr/article/2017/05/22/2579196-maladie-de-lyme-un-don-de-4-850-e.html

Repost 0
Published by Jean-Pierre LABLANCHY - CHRONIMED - dans Infections froides
commenter cet article
22 mai 2017 1 22 /05 /mai /2017 06:15

Déjà reconnue depuis plus de 2 000 ans par la médecine chinoise traditionnelle comme un remède puissant contre la fièvre et, depuis peu, contre la malaria, l’armoise annuelle (Artemisia Annua), est une plante aromatique aux qualités médicinales sans équivoque.

Récemment des études visant à utiliser la plante pour combattre les cellules cancéreuses se sont avérées très surprenantes.

Ainsi, selon une série d’études, l’artémisine, substance extraite de l’armoise annuelle et utilisée en herbologie chinoise depuis des siècles, réduirait les cellules cancéreuses du poumon jusqu’à 28%.

En la combinant avec du fer, cette plante incroyable tue 98% des cellules cancéreuses en seulement 16 heures.

Encore mieux; elle n’attaque sélectivement que les «mauvaises» cellules, sans affecter les tissus sains. “En général, nos résultats montrent que l’artémisine arrête le facteur de transcription ‘E2F1′ et intervient dans la destruction des cellules cancéreuses du poumon”, a-t-on indiqué dans la conclusion des recherches menées dans le laboratoire du cancer à l’Université de Californie.

Une autre étude, de l’Université de Washington, menée par les Drs Narenda Singh et Henry Lai, et jusqu’à présent, la plus vaste faite sur l’artémisine aux États-Unis démontre que l’artémisine, toujours combinée au fer, a fait ses preuves avec un taux de 75 % de destruction du cancer du sein après seulement 8 heures et de presque 100% de destruction en seulement 24 heures.

Les cellules cancéreuses ayant tendance à accumuler davantage de fer que les cellules normales afin de favoriser la division cellulaire, elles deviennent plus vulnérables à la combinaison artémisine – fer.

Enfin, de nombreuses autres expériences ont été menées jusqu’à présent et elles ont toutes prouvé que l’artémisine combiné avec le fer pouvait effectivement détruire le cancer chez différents organes (intestins, prostate, etc.).

L’armoise annuelle en infusion offrirait déjà une bonne protection contre différents cancers mais la version séchée pour réduite en poudre serait nettement plus efficace.

Le Dr Len Saputo qualifie l’artémisine de « bombe intelligente contre le cancer ».

Dans cette vidéo en anglais, le docteur Saputo présente comment «l’artémisine et des médicaments transportant du fer marqué d’artémisine pourraient être développés en de puissants médicaments anticancéreux ».

Video : https://youtu.be/_Or8xLOGBu8

L'artémisine : une plante anti paludéenne avec des propriétés anti-tumorales.
Repost 0
Published by Jean-Pierre LABLANCHY - CHRONIMED - dans Infections froides
commenter cet article
21 mai 2017 7 21 /05 /mai /2017 20:05

L'Urolithine A induit une mitophagie et prolonge la durée de vie de C. elegans et augmente la fonction musculaire chez les rongeurs.

Ryu D, et al. Nat Med. 2016

Les effets biologiques des urolithines restent mal caractérisés, malgré l'exposition humaine répandue par la consommation alimentaire de leurs précurseurs métaboliques, les ellagitannins, qui se trouvent dans les fruits de grenade, ainsi que dans les noix et les baies.

Nous avons identifié l'urolithine A (UA) comme un composé naturel de première classe qui induit la mitophagie à la fois in vitro et in vivo suite à la consommation orale. Chez C. elegans, l'UA a empêché l'accumulation de mitochondries dysfonctionnelles avec l'âge et la durée de vie prolongée.

De même, l'UA a prolongé l'activité normale pendant le vieillissement chez C. elegans, y compris la mobilité et le pompage du pharynx, tout en conservant la capacité respiratoire mitochondriale.

Ces effets ont été traduits en rongeurs, où l'UA a amélioré la capacité d'exercice dans deux modèles de souris différents de déclin lié à l'âge de la fonction musculaire, ainsi que chez les jeunes rats.

Nos résultats mettent en évidence les avantages pour la santé de l'urolithine A et son application potentielle dans les stratégies pour améliorer la fonction mitochondriale et musculaire.

PMID 27400265 [PubMed - en cours]

L'Urolithine A induit une mitophagie et prolonge la durée de vie de C. elegans et augmente la fonction musculaire chez les rongeurs. Cet extrait de la grenade améliore la fonction des mitochondries.
Repost 0
Published by Jean-Pierre LABLANCHY - CHRONIMED - dans Infections froides
commenter cet article
21 mai 2017 7 21 /05 /mai /2017 19:56

La connexion Microbiome-Mitochondrion: Ancêtres communs, mécanismes communs, objectifs communs.

Franco-Obregón A, et al. MSystems. 2017 mai-juin.

Lynn Margulis dans les années 1960 propose élégamment une histoire phylogénétique partagée entre les bactéries et les mitochondries;

Cette relation est devenue une pierre angulaire de la biologie cellulaire moderne.

Pourtant, une facette intéressante de l'interaction entre le microbiome et les mitochondries a été largement ignorée, celle de la relation de biologie des systèmes qui sous-tend la santé et la longévité de l'hôte.

Les mitochondries sont des descendants de bactéries pleomorphes aérobies primordiales (genre probable Rickettsia) qui sont entrées (littéralement et fonctionnellement) dans un partenariat mutualiste avec des microbes anaérobies anciens (probablement Archaea).

Une symbiose stable a été établie, compte tenu de la polyvalence métabolique des mitochondries précoces, qui étaient capables de fournir de l'énergie avec ou sans oxygène, alors que la collecte des éléments nutritifs était la responsabilité présumée de l'hôte.

Alors que les relations microbiennes avec les protistes à une seule cellule doivent avoir eu lieu dans le passé, comme cela se produit aujourd'hui, l'évolution des organismes multicellulaires a généré un nouveau cadre pour la symbiose avec le monde microbien, ce qui a amené l'ancien partenariat à un niveau entièrement nouveau.

La communication cellulaire entre les microbes et les protistes à une seule cellule a été augmentée par multicellularité pour permettre une communication éloignée entre les cellules hôtes et le microbiome, ce qui a entraîné le développement de relations métaboliques complexes et un système immunitaire pour gérer ces interactions.

Ainsi, l'hôte est maintenant le corps et ses mitochondries résidentes, et le microbiome est un fournisseur essentiel de métabolites qui agissent au niveau des mitochondries dans le muscle squelettique pour stabiliser le métabolisme de l'hôte.

Nous, les humains, sommes responsables d'un microbiota profondément vaste et diversifié, dont la majorité réside dans l'intestin.

En effet, la diversité génétique microbienne de notre microbiota dépasse la nôtre de plusieurs ordres de grandeur et l'abondance cellulaire équivaut à peu près à notre devenir somatique.

La science clinique moderne a clairement souligné l'importance du microbiome pour la santé et le bien-être métaboliques. Cette perspective souligne une facette fondamentale de cette symbiose, l'axe ancestral des mitochondries-microbiomes.

PMID 28497122 [PubMed - en cours] PMCID PMC5425687

Article intégral :

https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pmc/articles/PMC5425687/

La connexion Microbiome-Mitochondrion: Ancêtres communs, mécanismes communs, objectifs communs.
La connexion Microbiome-Mitochondrion: Ancêtres communs, mécanismes communs, objectifs communs.
Repost 0
Published by Jean-Pierre LABLANCHY - CHRONIMED - dans Infections froides
commenter cet article
21 mai 2017 7 21 /05 /mai /2017 17:45

Dans une étude de 27 enfants diagnostiqués avec un trouble bipolaire pédiatrique (PBD), 89% ont été testés positifs pour un ou plusieurs agents pathogènes liés à une maladie transmise par les tiques.

Les agents pathogènes comprenaient Lyme (Borrelia burgdorferi), Bartonella, Babesia et Mycoplasma pneumoniae.

81% de l'échantillon étaient des hommes et 19% étaient des femmes.

L'âge moyen au diagnostic du PBD était de 7,3 ans. -

https://www.change.org/p/president-trump-and-congress-drain-the-cdc-swamp-and-legalize-lyme-disease

Chez 27 enfants diagnostiqués dépression bipolaire, 89% étaient infectés par maladie de Lyme et/ou Co-infections.
Chez 27 enfants diagnostiqués dépression bipolaire, 89% étaient infectés par maladie de Lyme et/ou Co-infections.
Repost 0
Published by Jean-Pierre LABLANCHY - CHRONIMED - dans Infections froides
commenter cet article
21 mai 2017 7 21 /05 /mai /2017 17:29

NIGELLE et asthme

La consommation de nigelle peut améliorer le contrôle global de la maladie et diminuer les exacerbations chez des sujets présentant un asthme partiellement contrôlé.

L’asthme est une maladie causée par une inflammation chronique des voies respiratoires.

L’inflammation des bronches et des poumons est pratiquement permanente, même dans les formes légères.

Il est caractérisé par une hyperactivité bronchique et un syndrome obstructif.

L’objectif du traitement est de contrôler ou de réduire la sévérité des exacerbations. Lors d’une exacerbation, un ou plusieurs signes de la crise d’asthme ne disparaissent pas malgré la prise du traitement de secours et du traitement de fond.

Les signes s’aggravent progressivement et deviennent quasi continus.

La nigelle ou cumin noir (Nigella sativa) est une plante aromatique de la famille des renonculacées.

Ses graines noires sont comestibles et employées comme épices.

Ses graines et son huile sont utilisées par les médecines traditionnelles d’Asie et du Moyen-Orient pour traiter un large éventail de problèmes de santé.

Le célèbre médecin perse, Avicenne, note déjà dans ses écrits leur intérêt pour le traitement des dyspnées et de l’asthme.

La nigelle contient des terpénoïdes et, en particulier, de la thymoquinone, un puissant antioxydant avec des propriétés anti-inflammatoires et antihistaminiques.

Plusieurs études iraniennes suggèrent qu’elle diminue la sévérité des crises d’asthme et soulage les symptômes de la rhinite allergique.

Une étude[1] randomisée, en simple aveugle et contrôlée contre placebo a été définie pour évaluer l’effet de la nigelle sur les mesures cliniques et les indicateurs de l’inflammation et de la constriction des voies respiratoires chez des patients présentant un asthme partiellement contrôlé.

Soixante-seize patients âgés de 18 à 65 ans souffrant d’asthme ont été recrutés dans la clinique de l’université de Damman, en Arabie saoudite.

L’asthme de ces patients était partiellement contrôlé.

Les patients étaient non-fumeurs et suivaient depuis plus ou moins trois mois un traitement quotidien d’entretien avec des corticoïdes inhalés sans autres médicaments de l’asthme que des bêta-agonistes d’action courte.

Les patients ont été répartis de façon aléatoire en trois groupes et ont reçu un placebo ou 1 ou 2 g par jour d’extrait de graines de nigelle pendant douze semaines.

On leur a également demandé de poursuivre leur traitement quotidien d’entretien par inhalateur.

Le contrôle des symptômes de l’asthme a été évalué à 6 et 12 semaines en notant les symptômes diurnes et nocturnes, la limitation des activités, le recours à l’usage de l’inhalateur, la fréquence des exacerbations et la fonction pulmonaire.

Au départ de l’étude les tests de la fonction pulmonaire et les autres paramètres mesurés étaient similaires dans les trois groupes.

La prise du placebo n’a eu aucune incidence sur les différents paramètres mesurés.

La prise de l’extrait de graines de nigelle, en parallèle avec le traitement d’entretien par inhalateur a amélioré le contrôle global de la maladie et diminué les exacerbations chez les patients présentant un asthme partiellement contrôlé.

Elle a diminué un marqueur de l’inflammation qui sous-tend la maladie. Cependant cet effet a été observé uniquement avec la dose d’un gramme par jour sans que les chercheurs puissent expliquer pourquoi la dose de 2 grammes était sans effet.

La fonction pulmonaire a également été améliorée.

On a observé que, dans l’asthme, l’interféron gamma diminue l’inflammation.

Or la prise d’extrait de graines de nigelle a produit une augmentation significative de l’interféron gamma.

Une inflammation prolongée peut avoir comme conséquence un remodelage des tissus pulmonaires et les chercheurs soulignent que la prise d’extrait de graines de nigelle pourrait aider à réduire la sévérité de ce remodelage, prévenant ainsi la sévérité du remodelage bronchique, responsable d’un déclin progressif et irréversible des voies respiratoires.

. [1] Salem AM et al., Effect of Nigella sativa supplementation on lung function and inflammatory mediators in partly controlled asthma : a randomized controlled trial. Ann Susi med 2017 ; 37(1) : 64-71. 5 mai 2017

Huile de Cumin Noir et Asthme. = la Nigelle Sative est antihistaminique et augmente la production d'Interféron Y.
Huile de Cumin Noir et Asthme. = la Nigelle Sative est antihistaminique et augmente la production d'Interféron Y.
Repost 0
Published by Jean-Pierre LABLANCHY - CHRONIMED - dans Infections froides
commenter cet article
21 mai 2017 7 21 /05 /mai /2017 08:04

Une conférence sur la maladie de Lyme se tient à Paris au moment même où d'âpres discussions sont en cours auprès des autorités de santé.

La manifestation est organisée par l'ILADS, une association américaine qui lutte pour la reconnaissance de la forme chronique de la maladie.

DIAGNOSTIC.

“Nous les généralistes, nous sommes confrontés à la détresse de ces patients qui ont en commun ces symptômes étranges, mais à qui l’on continue de dire que c’est dans leur tête”, explique Philippe Raymond, médecin généraliste à Valence, très engagé dans la prise en charge de la maladie de Lyme.

Avec d’autres médecins et représentants de l’association de malades France Lyme, il était présent à la conférence de l’ILADS (International Lyme and Associated Diseases Society) qui se tient ce vendredi et ce samedi à l'Hôtel Marriot Opéra Ambassador à Paris.

L'ILADS est une organisation américaine qui lutte pour la reconnaissance de la forme chronique de la maladie de Lyme.

Un grand nombre de malades échappe au diagnostic et se retrouve dans une véritable impasse thérapeutique En effet, dans de nombreux pays dont la France, cette maladie infectieuse transmise par la piqûre de tiques, est essentiellement reconnue par les autorités de santé, dans sa forme aiguë.

C’est-à-dire quand elle se manifeste peu de temps après la piqûre par l’apparition sur la peau d’une rougeur appelé érythème migrant, se développant autour du point de piqûre.

Au-delà, le diagnostic ne peut être officiellement posé que si les tests de dépistage - Elisa et Western Blot - sont positifs.

C’est du moins, ce qu’impose aux patients et aux médecins, la conférence de consensus de 2006 sur le diagnostic et le traitement de la maladie.

Problème, ces tests font l'objet d'une intense controverse car ils sont considérés par beaucoup de médecins comme inefficaces.

Du coup, un grand nombre de malades échappe au diagnostic et se retrouve dans une véritable impasse thérapeutique, avec toujours les mêmes symptômes : fatigue, migraines, douleurs articulaires, paralysie faciale etc...

Sans diagnostic, ils ne peuvent effectivement pas bénéficier d’une prise en charge et en l'occurrence d’un traitement antibiotique qui permettrait de lutter contre la ou les bactéries du genre Borrelia, responsables de l’infection.

Une situation intenable qui les expose aux pires dérives des médecines alternatives.

Les médecins et malades sont présents aujourd’hui à la conférence de l’ILADS,

et espèrent donc une révision de la conférence de consensus de 2006 afin que la forme chronique soit enfin reconnue.

La question fait actuellement l’objet d’âpres discussions dans le cadre du “plan Lyme” lancé en septembre 2016 par Marisol Touraine, alors ministre des Affaires sociales et de la Santé.

Ce jeudi justement, la veille de la conférence ILADS, une réunion s’est tenue à la haute autorité de santé (HAS) avec les experts de Lyme et les représentants de malades.

L’enjeu est de mettre d’accord tout ce petit monde sur la révision du consensus de 2006 et ce avant la fin de l'année.

Si rien n’a filtré de cette réunion, il ne fait pas mystère qu’elle est le théâtre d’une vive opposition entre ceux qui estiment que les tests actuels sont efficaces et refusent donc de réviser la conférence de consensus de 2006 et ceux qui au contraire les jugent inefficaces et estiment qu’il faut s’en passer.

"Nous demandons que le diagnostic puisse être posé même si les tests sont négatifs"

“Ce que nous demandons, c’est que le diagnostic puisse être posé même si les tests sont négatifs. On peut faire un diagnostic à partir des signes cliniques.

Les médecins pourront alors prescrire des cures d’antibiotiques, ce qu’ils n’ont pas le droit de faire aujourd’hui”, explique le Pr Christian Perronne, infectiologue au CHU de Garches et organisateur de la conférence ILADS de Paris.

Un sujet sur lequel n’a pas souhaité réagir le Pr Benoît Jaulhac, directeur du Centre National de Référence des Borrelia au CHU de Strasbourg et l’un des principaux opposants à la révision du consensus de 2006.

EXPLOSIF.

Le seul moyen de mettre tout le monde d’accord, serait certainement l’arrivée sur le marché d’un test éprouvé qui permettrait de dire si oui ou non, la bactérie est présente chez le patient.

Plusieurs pistes sont à l’étude en France, provenant notamment de la médecine vétérinaire qui a déjà développé pour l'animal, des tests dits de PCR, basés sur l’amplification de l’ADN du microbe présent dans le sang.

Mais lors de la conférence de l’ILADS, le Dr Samuel Shor, directeur de l’ILADS et chercheur à l’université Georges Washington à Washington D.C. a présenté un test prometteur développé avec la société américaine Ceres Nanoscience.

Ce test repose sur l’utilisation de nanoparticules capables de concentrer et détecter dans les urines du patient, une protéine provenant de la membrane des bactéries impliquées dans la maladie de Lyme.

Il signerait donc de manière indiscutable la présence du pathogène.

“Il est actuellement en cours d’évaluation pour obtenir l’approbation de la FDA - l’Agence américaine des produits alimentaires et des médicaments”, explique Samuel Shor.

La solution à la crise Lyme en France viendra peut être des Etats-Unis.

Mais en attendant, les malades continuent de se mobiliser.

Ils manifesteront leur colère ce samedi dans les jardins du Luxembourg à Paris.

Une protestation en forme d’avertissement car, selon le Pr Christian Perronne, “aujourd’hui, la situation est explosive.”

Maladie de Lyme:selon le Pr Christian Perronne, “aujourd’hui, la situation est explosive.”
Repost 0
Published by Jean-Pierre LABLANCHY - CHRONIMED - dans Infections froides
commenter cet article
20 mai 2017 6 20 /05 /mai /2017 09:45

LA MALADIE DE LYME DEVANT LA JUSTICE

Raphaël Cario, un homéopathe de Limonest a été jugé en correctionnelle.

La raison ?

Comme une centaine de médecins en France, il a envoyé en analyse à un laboratoire strasbourgeois des tests complémentaires (dits Werstern blot) de patients susceptibles d’être atteints par la maladie de Lyme.“

Je suis poursuivi pour charlatanisme et compérage avec ce laboratoire, qui s’est fait rembourser ces Wertern blot par la Sécu, alors qu’il n’avait pas le droit.

Je n’étais pas au courant de cette règle”, confie le médecin lyonnais.

Le protocole pour cette maladie, transmise le plus souvent par une piqûre de tique et qui peut avoir de graves conséquences sur la santé (atteintes articulaires et cardiaques...), n’autoriserait pas le remboursement par la Sécurité sociale de diagnostics complémentaires lorsque le premier test est négatif.

Dr Raphaël Cario: Medecins et malades veulent se faire entendre.
Repost 0
Published by Jean-Pierre LABLANCHY - CHRONIMED - dans Infections froides
commenter cet article