Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
29 septembre 2017 5 29 /09 /septembre /2017 06:22

http://www.samento.com.ec/sciencelib/4lyme/Biochemistryoflymedisease.htm

Biochemistry of Lyme Disease: Borrelia burgdorferi Spirochete/Cyst by Prof. Robert W. Bradford and Henry W. Allen

The Townsend Letter for Doctors and Patients, February-March 2006

http://www.townsendletter.com/FebMar2006/lyme0206.htm

Introduction

The history of science has presented some unusual twists and turns in man's quest for knowledge.

One researcher working quietly in one part of the world may unwittingly be solving another researcher's problem in another location.

As we shall see in greater detail, government researchers and others, in an effort to combat future bio-terrorist attacks, have unknowingly contributed greatly to Lyme disease research. A discovery of great importance relating to a toxin produced by the causative agent of Lyme disease, Borrelia burgdorferi, has been linked to a similar toxin produced by the organism Clostridium botulinum.

The toxicity of these and other related substances is so great that bio-terrorists have long considered using them in terrorist attacks throughout the world. Anthrax and its spores are only one among many of such candidate organisms.

For this reason, US government scientists and others are compelled to learn as much as possible about these highly dangerous toxins in an effort to develop antagonists against their fatal action.

It is remarkable that the research to combat possible future bio-terrorist attacks may be applied directly to therapeutic protocols for Lyme disease.

A description of these toxins and their biological activity is presented below, along with a listing of therapeutic substances that may be applied in the treatment of Lyme disease. In 1982, the agent responsible for Lyme disease was discovered by Willy Burgdorfer, who isolated spirochetes belonging to the genus Borrelia from the mid-guts of ticks infecting deer, other wild animals, and dogs.

Spirochetes are spiral-shaped bacteria of very early origin in the evolutionary scheme.

The causative organism was named Borrelia burgdorferi (Bb), after its discoverer. Since then, the number of reports of Lyme disease have increased so dramatically that, today, Lyme disease is the most prevalent tick-borne illness in the United States (carried by fleas, mites, mosquitoes, and ticks).

Lyme Disease Toxin Because many of the symptoms of Lyme disease involve the nervous system, it was speculated that the spirochete produced a toxin that disrupted normal nerve function.

Through the use of DNA manipulations and a database of known protein toxin DNA sequences, a match was made with a selected Borrelia burgdorferi (Bb) gene and a specific toxin in the database.

Protein generated from this cloned Bb gene was examined biochemically and found to have characteristics similar to that of botulinum, the toxin of Clostridium botulinum, a zinc endoproteinase.

1 The toxin from Bb belongs to a family of toxic proteins known as "zinc endoproteinases" or metalloproteases, and includes the toxin from the organism causing tetanus as well as those from many other well-known infectious diseases.

The structures of this family of toxins are all very similar, as determined by x-ray crystal analysis

.2 They all contain zinc and perform the same proteolytic function, namely, cleaving the chemical (covalent) bond between two specific amino acids in a particular protein found in nerve cells.

3 The substrate for this enzyme is very large, implying that any inhibitor of enzyme activity blocking the entry of the substrate into the active site must also be very large.

One reason for learning the structure of the toxin (including the active site) is to determine the geometry of this site, the exact positions of the atoms that bind other atoms in the substrate. Knowing the arrangement of these atoms permits the development of inhibitors of the toxin, substances that compete with the normal substrate for active site occupancy.

4 Action of Toxin The action of botulinum (as well as the toxin from the Lyme spirochete) is to prevent, through its action as a proteolytic enzyme, the release of the neurotransmitter acetylcholine. Nerve endings may be associated with other nerves or muscles (the neuromuscular junction).

To understand this mechanism in greater detail, consider the basic principles of nerve physiology described below. Nerve Cells A typical nerve cell consists of a long filament or axon, the terminal end of which lies in close proximity to another nerve cell.

The space between them is known as the synaptic cleft (synapse). One nerve cell communicates with another through the release of a chemical substance known as a neurotransmitter held within small sacs (vesicles) lying near the terminal end.

An electrical pulse travels the length of the axon and, when it reaches the nerve cell terminal, causes the vesicles to rupture through the presynaptic membrane and discharge the neurotransmitter into the synaptic cleft.

The neurotransmitter is bound by a protein (receptor) in the postsynaptic membrane of the adjoining nerve cell causing, in turn, the transmission of an electrical pulse down the axon of the second nerve cell. By this mechanism, nerve cells communicate with one another through the action of a neurotransmitter.

One such neurotransmitter is a simple organic substance known as acetycholine.

The structure of acetylcholine is shown by this formula: CH3C(O)-O-CH2-CH2-N+(CH3)3 Mechanism of Neurotransmitter Release Only recently has the mechanism of neurotransmitter release been understood at the molecular level.

The proteins responsible for this highly detailed process have been isolated and characterized. Some parts of the puzzle are not as yet completely understood, for example, the process of membrane fusion.

A study of the release of neurotransmitters from nerve endings has also revealed the mechanism of "switching," a process by which only one nerve among several in close proximity may be separately fired.

This switching process is analogous to a similar process occurring in computers. Our brains work in a manner, in many ways, similar to that of computers. (See Chart 2.) Each vesicle within a nerve ending contains only one type of neurotransmitter.

The vesicle containing a specific neurotransmitter (NT) contains on its surface a specific protein designated VAMP (vesicle-associated membrane protein).

This protein is a member of a family of specific proteins, differing only in the sequence of amino acids forming a chain extending from the protein.

If the NT is designated NTA, the VAMP found in the membrane of the vesicle containing NTA, will always be VAMPA. In other words, a specific neurotransmitter is always associated in the vesicle with a specific type of VAMP.

Finding another type of VAMP – for example, VAMPB – on the surface of a vesicle containing NTA will never occur.

The difference between VAMPA and VAMPB lies only in the sequence of amino acids in the peptide (protein chain) extending from the protein.5 During the random motion of vesicles in the region of a nerve ending, some encounter another protein embedded in the presynaptic membrane, designated SNAP-25 (synaptosomal-associated membrane protein).

All SNAP-25 proteins belong to a family of similar proteins, differing only in the amino acid sequences of two peptides extending from the protein.

A particular member of this family may, for example, be designated (SNAP-25)A. If a vesicle bearing on its surface the protein VAMPA encounters the protein (SNAP-25)

A lying in the presynaptic membrane, the three peptides (two from SNAP-25 and one from VAMP) rapidly intertwine and automatically form a triple helix, which twists in a manner similar to a "twist-tie" used on bread wrappers (ATP-driven).

The structure of this peptide triple helix is similar to the triple helix found in collagen (a).

5 The result of the twisting action is to draw the vesicle close to the surface of the presynaptic membrane. When the membrane of the vesicle contacts the presynaptic membrane, the two membranes automatically fuse, resulting in the vesicle contents (containing NTA) emptying into the synapse. The membrane flattens out and the VAMP/SNAP-25 proteins (the SNARE complex) are recycled.6 (See Chart 2) NSF Protein A third protein linked to the VAMP/SNAP-25 complex is N-ethylmaleimide-sensitive factor (NSF). N-ethylmaleimide is simply a chemical reagent used by biochemical researchers (not a normal body metabolite), capable of attaching acetyl groups [CH3C(O)-] to sulfhydryl groups (-SH) as found in the amino acid cysteine, a constituent of many proteins.

The protein NSF is "sensitive" to this reagent (binds acetyl groups when exposed to the reagent), indicating that its surface is rich in sulfhydryl groups.

This observation gives a hint about the activity of NSF, an agent that holds together two other proteins (VAMP and SNAP-25).

Sulfhydryl groups are normally used to bind two proteins together (cross-linking) or to bind different parts of a single protein to each other.

This is accomplished by the elimination of two hydrogens (-H) from two sulfhydryl groups (-SH) (usually by a single atom of oxygen, thereby forming water), resulting in a disulfide linkage (-S-S-). For this reason, NSF is believed to function as a link between VAMP and SNAP-25, forming a single rigid unit.

5 Specificity of Nerve Firing If a vesicle having VAMPA on its surface encounters a (SNAP-25)B (or any type other than A), no intertwining of the peptides will occur, the vesicle will not contact the presynaptic membrane and, consequently, no neurotransmitter will be released.

The NTA, released into the synapse, almost immediately contacts a receptor (RA) in the postsynaptic membrane capable of binding this neurotransmitter. If this receptor is found in nerve A, this nerve only is fired (i.e., develops an action potential that travels down the axon). Any nerve ending in close proximity not carrying RA in its postsynaptic membrane will not be activated. If NTB is released into the synapse, only those nerve endings carrying RB will be activated.

By synthesizing large amounts of vesicles containing NTA and simultaneously synthesizing an equal number of (SNAP- 25)A, the corresponding type of nerve is activated.

5 Dietary Supplements in Lyme Disease One of the known actions of the Lyme spirochete toxin is to diminish the release and availability of the neurotransmitter acetylcholine, a simple organic compound (see above for chemical structure).

This substance is biosynthesized by the body as required in nerve activation and transmission. Supplementation by the precursors of acetylcholine synthesis would be of value to Lyme patients since they have a deficiency of this substance.

Listing 1: Dietary Supplements Increasing Acetylcholine Synthesis Improving Neurologic Function Phosphatidylcholine (Lecithin)Acetyl-L-Carnitine Vitamin B5 (Pantothenic Acid) Vitamin B6 (Pyridoxine) Vitamin C (Ascorbic Acid) Lysine (Amino Acid) S-Adenosylmethionine (SAM) (Sulfur-bound Adenosyl Methionine) If the inhibition of acetylcholine release were total, Lyme patients and those suffering from food poisoning would not be able to move; they would be completely paralyzed.

Since the blockage is only partial, any increase in the amount of available neurotransmitter would benefit anyone experiencing neurotransmitter blockage. For this reason, dietary supplements increasing the amount of available acetylcholine have been shown to benefit Lyme patients.

Acetylcholine Formation, we can see phopsphatidylcholine is a constituent of lecithin, a well- known dietary supplement. Acetylcholine is simply choline to which an acetyl group (CH3CO-) has been attached.

Lecithin is the source of choline, and acetyl-L-carnitine (ALC) is the source of the acetyl group.

Carnitine is synthesized by the body and requires several factors, including the amino acid lysine and vitamin C (ascorbic acid).

The supplement known as SAM (S-adenosylmethionine) supplies methyl groups (CH3-) to lysine, forming trimethyllysine.

This compound is further processed, requiring additional vitamin C, resulting in carnitine that supplies the necessary acetyl group.8,9 History of Lyme and Related Spirochetal Diseases The discovery by Burgdorfer that Lyme disease was caused by a spirochete placed it in a category of other diseases known to be caused by spirochetes.

An example of such a disease is syphilis, the scourge of Europe for hundreds of years. Arsenic and some of its compounds had been known for quite some time as a highly successful and popular means of fatally poisoning someone (remember the King in Shakespeare's Hamlet).

Following the discovery of the Germ Theory of Disease by Louis Pasteur (1822–1895), it was theorized that, if arsenic was toxic enough to kill, it may also be effective in killing the organisms that cause disease.

In the early 1900s, the German chemist-physician Paul Ehrlich (1854–1915) developed a chemical treatment for syphilis.

By using a "shotgun" approach of trying hundreds of compounds in an effort to find one that worked, Ehrlich discovered what became known as Salvarsan or "606" after 606 compounds had been tested.

Salvarsan is an organic compound of arsenic and may be highly toxic if not properly used. For his monumental discovery, Ehrlich was awarded the Nobel Prize in 1908. Salvarsan may be considered the first man-made antibiotic.26 Arsenic belongs to that column in the periodic table of chemical elements known as the "Group V elements," which also include phosphorus, antimony and bismuth.

Following the success of Salvarsan as a treatment for syphilis, other compounds of antimony and bismuth were also prepared and tried against spirochetes. Examples of these compounds include bismuth subcitrate, bismuth subsalicylate (Pepto-Bismol), bismuth subgallate, and many others.

An example of an antimony-containing antibiotic is Pentostam (an antimonial, antimony sodium gluconate).27,28 A biological molecule known as ATP (adenosine triphosphate) supplies energy to biological systems through the high energy bonds found in a chain of three terminal phosphate groups.

One of the mechanisms by which arsenic exerts its toxic effect is the substitution of phosphorus by arsenic in ATP, since both arsenic and phosphorus lie in the same column of the periodic table of chemical elements and have similar chemistry.

When this substitution occurs, the molecule experiences immediate hydrolysis, breaks down, and no longer functions as a source of energy for the cell.

Both antimony and bismuth are also found in this column of the periodic table (Group V). 29,30

What may be the first case of Lyme disease was noted about 1974 in a 14-year old boy, taken to the hospital with extreme pains in the muscles of his legs and unable to walk.

This case, coupled with other pertinent facts related to the boy and a highly classified US government laboratory conducting research on contagious animal diseases in this same area, is suggestive of a link between these two events.

The government laboratory alluded to is found on Plum Island, just north of Long Island, NY, and south of Lyme, Connecticut. Because of its secret nature, access to the island was only by ferry boat and restricted to the government workers employed there.

The 14-year old boy lived near the ferry boat dock. Although not providing proof, these considerations are highly indicative of a possible link between this research laboratory and the subsequent outbreak in 1975 of an unknown disease involving juveniles in the same area of Lyme, Connecticut.

 

32 A condensed form of the history of Lyme disease is shown in Listing 2.23 Listing 2: History of Lyme Disease 1900 Effective antisyphilitic, Salvarsan, (syphilis, a spirochete disease) discovered by Paul Ehrlich, MD. 1908 Ehrlich awarded Nobel Prize for the arsenic-containing compound to treat syphilis. 1952/2004 Highly classified US Government animal disease research laboratory, Plum Island, in close proximity to Lyme, CT. 1974 First Lyme symptoms, 14-year old boy, Lyme, CT. 1975 Lyme disease first recognized by Allen Steere, MD, in Lyme, CT. 1982 The causative Lyme spirochete was discovered by Dr. Willy Burgdorfer. 1983 Borrelia burgdorferi was named after Dr. Willy Burgdorfer. 2003 American Biologics' Bradford Variable Projection Microscope (BVPM) images of Lyme spirochete and cyst forms. 2004 Dr. Robert Bradford, through the Bradford Research Institute (BRI), an independent research entity, funded by American Biologics, is the developer of Bismacine,TM a chemical compound of bismuth. This formulation has shown to be effective at the Ingles Hospital against the spirochete and cyst forms of the Lyme organism. © 2004 BRI Etiology and Difficulty of Treatment The first step in being able to treat any disease is to learn the cause (etiology) of that disease. Once the cause of Lyme disease was known, it seemed that a treatment modality would soon follow and the problem would be solved. Unfortunately, as history has shown, this was not to be the case. As more was learned about the causative agent, namely, the spirochete Borrelia burgdorferi, it became obvious that this organism was unlike any that had been previously studied. It is one of the largest of spirochetes (0.25 x 25 µ) Spirochetes in general are difficult to treat for several reasons: They have the ability to burrow into or between cells and hide, gaining protection from the immune system. Both Bb and Treponema pallidum, the causative agent for syphilis, have highly unusual outer membranes, and the molecular architecture of these membranes is responsible for their ability to cause persistent infection. Bb also has a three-layer cell wall, helping to determine the spiral shape of the spirochete. This distinctive cell wall resembles those of Gram-negative bacteria, although Bb does not stain Gram-negative but is stained by silver stains (containing silver nitrate). This characteristic may be related to the purported treatment of Lyme disease by colloidal silver.33 Another unusual structural feature is a single flagella, attached to each end of the spirochete, running the length of the organism and surrounded by it. This feature is significant in relation to immune protection, since most bacterial flagella are highly antigenic. Still another difference in Bb structural architecture is a clear gel-like coating surrounding the bacteria, giving it protection from the immune system.31 (See Chart 7) The DNA of Bb is arranged in a different manner than in other bacteria, lying along the inside of the inner membrane, and resembling a net just under the skin. The bacteria replicates specific genes, inserts them into its own cell wall and then pinches off that part of the cell membrane, releasing it into the surrounding medium. This fragment of the spirochete membrane with incorporated DNA is known as a "bleb." It is not understood why this strange event occurs or what advantage it gives the organism but some studies suggest that the function of blebs is to bind IgM antibodies, thereby protecting the organism from the immune system.33 Bb is one of the most immuno-suppressive infectious agent, affecting cellular immunity, humoral immunity, and natural killer (NK) cell population.24, 25 The spirochete is typically observed in the Bradford Peripheral Blood Assessment (BPBA) utilizing the Bradford Variable Projection Microscope (BVPM) in three different forms.23 I. Normal spiral form of spirochete, length of approximately 25 µ with evenly spaced blebs along its membrane. (See Photo 1) Photo 1 Photo 1 Darkfield-Phase 10,000X II. The elongated bleb form described above, by doubling back on itself, forms a circle of blebs. (See Photo 2) Photo 2 Photo 2 Darkfield-Phase 10,000X III. The elongated form doubles back on itself, forming close-packed multiple clusters of figure 8s (convolutions), typically observed inside a B-cell, but may been seen isolated. (See Photo 3) Photo 3 Photo 3 Phase 18,000X IV. Cyst forms developed inside a B-cell, without the clustered spiral form of the spirochete. (See Photo 4) Photo 4 Photo 4 Phase-Darkfield 10,000X V. Cyst forms developed inside a B-cell with clustered spiral form of spirochetesee. (See Photo 4A)23 Photo 4A Photo 4A Phase-Darkfield 10,000X VI. Cyst forms inside a basophil. (See Photo 5) Photo 5 Photo 5 Darkfield-Phase 12,000X VII. Cyst forms inside an eosinophil. (See Photo 6) Photo 6 Photo 6 Darkfield-Phase 10,000X VIII. Scanning electron microscopy of blebs on spirochete membrane. (See Photo 7) Photo 7 Photo 7 Electron Microscopy Bb deposits cysts inside eosinophil segments with the immune response similar to parasite infection, resulting in increased EOC. Photo 8 shows an infected EOC and a normal EOC. Photo 8 Photo 8 Infected Normal Phase Phase EOC 10,000X Bb deposits cysts inside basophil segments. Photo 9 shows an infected basophil and a normal basophil. Photo 9 Photo 9 Normal Infected Phase Darkfield Basophil 10,000X The PMNs, after a finite period of time, will start to recognize the deposited cysts in the WBCs and put their energy into destroying the cysts. In this process, the PMNs stop normal cytoplasmic streaming with a resultant increase in bacteria count. (See Photo 10) Photo 10 Photo 10 Normal Normal Darkfield Phase Neutrophil 10,000X Photo 11 shows a non-infected PMN cytoplasmic streaming activity. Photo 11 Photo 11 Infected Infected Darkfield Phase Neutrophill 10,000X The cell division time of Bb is very long compared to other bacteria. A typical cell wall reproduction time for Streptococcus or Staphylococcus is less than 20 minutes, while the total reproduction time of Bb is from 12-24 hours. Most antibiotics inhibit the formation of cell walls and are effective only when the bacteria are dividing with the formation of new cell wall. With the slow replication time of Bb, an antibiotic would have to be present 24 hours a day for one year and six months to be present during the cell wall reproduction period.33 There are basically two mechanisms by which Bb can survive within the host and remain for long periods of time, unknown by the victim. Because of these processes, a person infected by Bb can remain unsymptomatic for long periods of time and then suddenly, without warning, begin to experience symptoms once again. One of these mechanisms involves the invasion of tissues by the spirochete. The tip of the organism has the ability to bind to cells, spin and twirl until it stimulates the cells own enzymes to digest a part of the membrane, finally allowing entry. Once inside, the spirochete results in either the death of the cell or takes up residency within. It may lie dormant for years, protected from both the immune system and the action of antibiotics. Experiments have shown that, if a culture of Bb is placed under conditions of nutrient deprivation or starvation, it senses that it cannot survive in a metabolically active state and generates what are known as "cysts" or small sacs attached to the organism by slender threads. Cysts contain immature spirochetes in a metabolically inactive form. Eventually, they break off from the parent body and either remain lodged in tissues or enter the blood where they are sensed as foreign antigens by eosinophils (a type of WBC) and phagocytized. Eosinophils release granules of positively charged basic protein that attach to the normally negative surface of cells. They attempt to destroy the invading foreign bodies (cysts) but have little success.33 (See Photo 12.) Photo 12: Scanning electron microscopy of the spirochete cyst form23 Photo 12 Lymphocyte Invasion by Bb When a spirochete attacks a B-cell, it attaches the tip to the surface, spins and twirls until it enters, then multiplies inside until the B-cell bursts. Some spirochets become coated with fragments of B-cell membrane and escape detection by the immune system by masquerading as a B-cell. Most of the antigenic proteins in Bb (those in other bacteria mark the microorganism for destruction by the immune system) are found on the inside of the inner membrane where they cannot contact those WBC that detect invaders.33 Bb Surface Antigens Experiments have shown that Bb can rather quickly change surface antigens so that antibodies made against one strain are effective in killing that strain, but a second strain having different surface antigens will take up residence in a different tissue where it escapes detection and survives. For these reasons and others, it becomes apparent that this particular spirochete has evolved disguises and biological techniques to guarantee its survival and thwart any attempts to circumvent it.33 (See Listing 3.) Listing 3: Distinguishing Characteristics of Borrelia burgdorfer Internal Flagella Glycoprotein Coat DNA Net Arrangement Bleb Formation Prolonged Replication Time Cellular Invasion Ability Cyst Formation Destruction of B-Cells Camouflage as B-Cell Internal Antigenic Proteins Surface Antigen Transformation Spiral Shape Nitrous Oxide (NO), A Potential Lyme Therapeutic Agent Nitrous oxide (chemical formula NO) is a gas, at one time commonly used as an anesthetic (laughing gas). In more recent times, the biochemical activity of NO has been related to the relaxation of the small muscle fibers in the walls of blood vessels. They serve to either relax or constrict the flow of blood passing through those vessels. The mechanism of NO bioactivity has also been learned; this involves the substance c-GMP (cyclic guanosine monophosphate). The amount of c-GMP at any time is regulated by the enzyme, phosphodiesterase type 5 (PDE-5), having the capacity to destroy it. c- GMP fits into a cavity on the surface of PDE-5, the "active site" of this enzyme. Any other substance capable of being bound by the active site of PDE-5 inhibits the activity of the enzyme by blocking the entry of c-GMP, thus allowing a greater survival of c-GMP. To summarize, any inhibitor of PDE-5 allows an increase in the amount of available c-GMP and consequent relaxation of blood vessels, permitting a greater flow of blood through those vessels.10 It has been demonstrated that NO is toxic to Borrelia burgdorferi, the causative organism of Lyme disease.11 Therefore, any inhibitor of PDE-5 is a potential therapeutic agent for Lyme disease. Inhibitors of PDE-5 in common use today are the drugs sildenafil (more commonly known as Viagra), Levitra, and Cialis. Whether these drugs act therapeutically against the Lyme spirochete has not been demonstrated clinically and remains unknown. (See Chart 8.) Inhibitors of the Lyme Spirochete Toxin A large amount of work is being conducted today in an effort to uncover more inhibitors of the Lyme spirochete toxin. One known inhibitor of toxin activity is the substance glycyrrhizic acid (GA), the active principle of licorice root, used in Oriental medicine for thousands of years.12 GA is also the active principle of the American Biologics product, Biorizin™. The molecular structure of GA includes a steroid with large bulky substituents. Being a large molecule, GA is capable of binding into the active site of the toxin, thereby blocking the normal substrate, two adjacent amino acids in the protein SNAP-25. (See Chart 8 and Chart 9) A second inhibitor of Lyme (botulinum-like) toxin is the dipeptide, glutamylglutamate (Glu-Glu), consisting of two glutamic acids bound together as a dipeptide.13 The tripeptide Glu-Glu-Glu also inhibits botulinum.13 These substances are inhibitors because of their similarity to the amino acid pair, asparagine- phenylalanine, the normal substrate of botulinum. Although being bound by the toxin's active site, the toxin is unable to cleave the Glu-Glu linkage. (See Chart 8 and Listing 4.) Listing 4: Inhibitors of Borrelia burgdorferi (Bb) and its Toxin Inhibitor Glycyrrhizic Acid (Licorice Root) Biorizin™ Glutamylglutamate (Glu-Glu Dipeptide) Nitrous Oxide (NO) (Arginine Stimulates Production) Bismacine™ Chromocine™ Silver Ion Inhibits Toxin Toxin Bb Bb Bb Bb © 2005 BRI Lyme Spirochete Binds to Hostal Tissue A specific protein (BBK32) has been isolated from the Lyme spirochete Bb and has been shown to bind fibronectin, the universal cellular binding agent. This discovery may be highly significant in relation to the known ability of Bb to become deeply imbedded and hide in most hostal tissue.14 (See Chart 9) Structure Determination of Bb Outer Surface Proteins The structures of two outer surface proteins (OspA and OspC) have been determined by x-ray crystal analysis to a resolution of 2.5 A. OspA has been found to be very different from OspC relative to the arrangement of alpha helices and other folding of the protein.15 Structure Determination of Botulinum Complexed with SNAP-25 Botulinum, a neurotoxin produced by the organism Clostridium botulinum is one of the agents responsible for food poisoning. A similar toxin is produced by the Lyme causative organism Borrelia burgdorferi. The detailed structure of botulinum complexed with its substrate, SNAP-25, may lead to the development of inhibitors of complex formation.16 (See Chart 10). Major Diseases Linked to Lyme Spirochete Lyme Spirochete Found in the Brain of MS Patients The causative organism of Lyme disease, Borrelia burgdorferi, has been found in the brains of many victims of multiple sclerosis (MS). The antibiotics minocycline, tinidazole, and hydroxychloroquine are reportedly capable of destroying both the spirochetal and cyst form of Bb. Because of this apparent correlation, it is proposed that double-blind clinical trials be performed to confirm this finding.17 (See Listing 5) Listing 5: Lyme Disease Linked to Four Major Diseases Multiple Sclerosis, Alzheimer's, Systemic Scleroderma and Arthritis ALZHEIMER'S The spirochete Borrelia burgdorferi has been found in the brain of many Alzheimer patients. Also in the brain, antigens and genes of Bb have been co-localized with beta-amyloid deposits. MULTIPLE SCLEROSIS The spirochete Borrelia burgdorferi (Bb) has been found in the brain of many multiple sclerosis (MS) patients along with amyloid deposits. MS has been linked to Lyme disease both seasonally and by location. SYSTEMIC SCLERODERMA The spirochete Borrelia burgdorferi has been found in the blood in systemic scleroderma. Treatment with antibiotics effective against Bb returned the skin to normal. LYME-INDUCED ARTHRITIS Only certain strains of Bb are capable of causing the symptoms of arthritis. © 2005 BRI Lyme Spirochete Found in the Brain of Alzheimer Patients Spirochetes found in the brain of many Alzheimer disease (AD) patients were positively identified as Borrelia burgdorderi, the causative organism of Lyme disease. Borrelia antigens and genes were also co-localized with beta-amyloid deposits in these AD cases.18 (See Listing 5, above) Lyme Spirochete Linked to Systemic Scleroderma A patient confirmed to have systemic scleroderma was also shown to be infected with the Lyme spirochete, Bb. Treatment with antibiotics known to be effective against Bb returned the skin of this patient to normal within a few weeks.19 (See Listing 5, above) Lyme-Induced Arthritis Linked to Various Strains of Bb It has been noted clinically that some Lyme-induced arthritis patients are affected by the disease to different degrees. A laboratory study demonstrated that different strains of Bb were capable of activating to various degrees a particular enzyme (matrix metalloproteinase) found in human synoviocytes. These cells are found in the synovial fluid of joints and form some of the substances found in this fluid. Matrix metalloproteinases are proteolytic enzymes capable of degrading most of the proteins in the extracellular matrix. Different strains of Bb activate these proteases to varying degrees, explaining variations seen clinically in the severity of Lyme-induced arthritis. To date, more than 50 strains of Bb have been identified.20 (See Chart 11 and Chart 12). Similarity Between DNA Sequences of Brain Tissue and Bb OspA DNA sequences of Bb outer surface protein A (OspA) compared with a data bank of DNA sequences of human neural tissue yielded three sequences that were identical. The three corresponding Bb peptides were synthesized, and antibodies were induced against them. The antibodies cross-reacted with human neural tissues. These findings imply that antibodies developed by Lyme disease patients against OspA will also bind to their own neural tissue, representing a form of autoimmune disease in which a person's immune system attacks his own tissues.21 (See Chart 13) Carbohydrates Consumed by Lyme Spirochete An effort to determine which carbohydrates Bb consumes revealed that the organism utilizes the monosaccharides glucose, mannose and N-acetylglucosamine, as well as the disaccharides maltose and chitobiose. A popular treatment for arthritis includes the administration of chondroitin sulfate and N-acetylglucosamine. If the arthritis is Lyme-induced, N-acetylglucosamine is contraindicated.22 (See Chart 14) See Chart 15: Inhibitors of PDE-5 Increase Nitrous Oxide, Toxic to Bb Listing 6: Bradford Research Institute/Ingles Hospital Preliminary Clinical Outcome Group I: 50 Ingles Hospital patients, Bismacine™ therapy, 100% favorable response Group II:20 Ingles Hospital patients, Bismacine™ with Chromocine™ therapy Reoccurrence - 3 patients (4%) in Group I Bismacine™ with Chromocine™, our most efficacious therapy to date. © 2005 BRI Listing 7: Clinical Outcome Data (Group I) Preliminary Data Treatment Dates January 2004 through April 2005 (14 months) Treatment Program BRI Bismuth Protocol Number of Patients 55 (Male - 21 Female - 34) Age of Patients 18 years to 76 years Patient Response Acute Herxheimer reactions (10 days to 2 weeks) Duration of Treatment 2 weeks to 6 weeks (in-patient) Results Duration of Treatment 2nd week 3 Patients - 5.6% 3rd week 19 Patients - 30.9% 4th week 20 Patients - 36.4% 5th week 10 Patients - 18.2% 6th week 5 Patients - 9.0% © 2005 BRI Listing 8: Clinical Outcome Data (Group II) Preliminary Data Treatment Date April 2005 through May 2005 Treatment Program Bismacine™ plus Chromocine™ protocol Number of Patients 20 (Average patients/month - 3.9) Male - 15 Female - 5 Age of Patients 17 years to 92 years Patient's Response Minimal to no Herxheimer reactions Duration of Treatment 1 to 5 weeks (in-patient) 1st week 1 Patient 5.0% 2nd week 7 Patients 35.0% 3rd week 10 Patients 50.0% 4th week 1 Patient 5.0% 5th week 1 Patient 5.0% See Chart 16: Clinical Outcomes Conclusion Bb is one of the most immunosuppressive infectious agents known and, as a result, many secondary infectious agents are found along with Bb, including fungus, virus, bacteria, and mycoplasma. Clinically, these concurrent agents and their mechanisms are in themselves immunosuppressive and must be functionally assessed, diagnosed, and treated in order to achieve an effective Lyme disease program. References All references beginning with http:// are internet addresses. 1. Cartwright MJ, Martin SE, Donta ST. A novel neurotoxin (Bb Tox 1) of Borrelia burgdorferi. Abstracts: General Meeting of the American Society for Microbiology,1999:54. http://www.lyme.org/conferences/99_abstract.html 2. http://www.stormingmedia.us/18/1815/A181553.html 3. Schmidt JJ, Stafford RG. Fluorigenic substrates for the protease activities of botulinum neurotoxins, serotypes A, B, and F. Appl Environmental Microbiol. 2003;69:297-303. 4. http://www.medicalnewstoday.com/index.php?newsid=8150 5. http://www.neuro.wustl.edu/neuromuscular/pathol/snare.htm 6. http://ajpcell.physiology.org/egi/content/full/285/2/C237#FIG1 7. http://www.pasteur.fr/recherche/borrelia/Borrelia_burgdorferi.html 8. Vaz FM, Wanders R. Carnitine biosynthesis in mammals. Biochem J. 2002;361:417-29. 9. http://www.orbit6.com/cognition/neurotr1.htm 10. http://www.physiciansselect.com/L-arginine-information.htm 11. http://www2.lymenet.org/domino/nl.nsf/0/9e85f54e56d31dc5852565e30017f60f? OpenDocument (2/6/06: Link does not work.) 12. Hayden J, Pires J, Roy S et al.. Discovery and design of novel inhibitors of botulinus neurotoxin A: targeted "hinge" peptide libraries. J Appl Toxicol. 2003;23:1-7. 13. http://jmedchemdef.org/archives/CBMTSIII/cbmts3-38.pdf 14. Raibaud S, Schwarz-Linek U, Kim JH et al. Borrelia burgdorferi binds fibronectin through a tandem beta zipper – a common mechanism. J Biol Chem. 2005 Feb 28 (E-Published ahead of print). 15. Eicken C, Sharma V, Klabunde T et al. Crystal structure of Lyme disease antigen outer surface protein C from Borrelia burgdorferi. J Biol Chem. 2001; 276:10010-5. 16. Breidenbach MA, Brunger AT. Substrate recognition strategy for botulinum neurotoxin serotype A. Nature. 2004;432:925-9. 17. Fritzsche M., Chronic lyme borreliosis at the root of multiple sclerosis – is a cure with antibiotics attainable? Med Hypotheses. 2005;64:438-48. 18. Miklossy J, Khalili K, Gern L et al. Borrelia burgdorferi persists in the brain in chronic lyme neuroborreliosis and may be associated with Alzheimer disease. J Alzheimers Dis. 2004;6:639-49. 19. Wackernagel A, Bergmann AR, Aberer E. Acute exacerbation of systemic scleroderma in Borrelia burgdorferi infection. J Eur Acad Dermatol Venereol. 2005;19:93-6. 20. Singh SK, Morbach H, Nanki T et al. Differential expression of matrix metalloproteinases and cyclooxygenases in synovial cells exposed to borrelia burgdorferi. Inflamm Res. 2004;53:689-96. 21. Alaedini A, Latov N. Antibodies against OspA epitopes of borrelia burgdorferi cross-react with neural tissue. J Neuroimmunol. 2005;159:192-5. 22. von Lackum K, Stevenson B. Carbohydrate utilization by the lyme borreliosis spirochete, borrelia burgdorferi. FEMS Microbiol Lett. 2005;243:173-9. 23. Bradford RW, Allen HW. Lyme Disease, Potential Plague of the Twenty-First Century. Chula Vista, California: Bradford Research Institute; 2004. 24. Zajkowska JM, Hermanowska-Szpakowicz T. Subpopulations of the peripheral lymphocytes in the early clinical forms of lyme disease. Med Sci Monit. 2000;6:278-84. 25. http://www.anapsid.org/lyme/strickerpanel.html 26. http://www.dailymirror.lk/inside/junior/020530.html 27. http://www.intox.org/databank/documents/sodstib/ukpid80.htm (2/6/06: Link does not work.) 28. Sox TE, Olson CA. Binding and killing of bacteria by bismuth subsalicylate. Antimicrob Agents Chemother. 1989;33:2075-82. 29. http://www.atsdr.cdc.gov/HEC/CSEM/arsenic/physiologic_effects.html 30. http://www.treedictionary.com/DICT2003/shigo/CHEM.html 31. http://www.lymenet.de/literatur/Microbiology.htm 32. Carroll MC. Lab 257: The Disturbing Story of the Government's Secret Plum Island Germ Laboratory. New York: William Morrow Publishing Co.; 2004. 33. Grier, T. The Complexities of Lyme Disease, from: Lyme Disease Survival Manual, 1997.

Biochimie de la maladie de Lyme.(Anglais).
Repost 0
Published by Jean-Pierre LABLANCHY - CHRONIMED - dans Infections froides
commenter cet article
26 septembre 2017 2 26 /09 /septembre /2017 11:02

Microbes: l'heure de l'infection jouerait un rôle sur sa gravité

 
 

De récentes études montrent que nos mécanismes de défense contre les microbes sont plus ou moins actifs à différentes heures de la journée.

Vaut-il mieux rencontrer un microbe le matin, le midi ou le soir? Le jour ou la nuit? Une nouvelle étude menée à l'université McGill de Montréal montre que l'heure à laquelle on est infecté n'est pas indifférente à la sévérité du mal (travaux publiés dans Scientific Reports).

L'équipe menée par le Pr Nicolas Cermakian s'est intéressée à la leishmaniose. Cette maladie touche l'homme et de nombreux autres mammifères, dont le chien, qui y est très sensible. Elle se manifeste soit sur la peau soit dans les viscères. Elle est due à des protozoaires mobiles, des cellules isolées plus complexes que les bactéries, du genre Leishmania de la famille des Trypanosomatidae. Elle est transmise par la piqûre de femelles de certaines espèces de moustiques, surtout le soir. Chaque année, elle infecte plus d'un million de personnes par an dans le monde, essentiellement dans les zones tropicales. Elle cause chaque année plusieurs milliers de décès et laisse beaucoup de séquelles aux personnes guéries.

c'est la première fois qu'un tel phénomène est prouvé pour un parasite transmis par un moustique vecteur.

Les chercheurs canadiens ont injecté à des souris-modèles le parasite. Puis ont mesuré à la fois la réponse immunitaire des sujets infectés et la vitesse d'invasion des parasites. Ils ont ainsi pu constater que ces deux paramètres variaient beaucoup en fonction de l'heure à laquelle l'infection était déclenchée. «Nos études précédentes avaient montré que notre système immunitaire possède une horloge biologique propre, explique Nicolas Cermakian. Nos mécanismes de défense contre les microbes sont plus ou moins actifs à différentes heures de la journée.»

Bizarrement, l'infection aux parasites est la plus efficace en fin de journée, début de soirée, alors que c'est précisément le moment où le système immunitaire est le plus actif et fort. Les chercheurs estiment que le parasite va prospérer grâce au processus inflammatoire déclenché par son arrivée avec la mobilisation de cellules comme les macrophages et les neutrophiles, censés le combattre, mais que le parasite va «retourner» et utiliser à son avantage.

Des chercheurs de l'université de Cambridge avaient, l'an dernier, démontré que l'infection due au virus de l'herpès était elle aussi dépendante de l'horloge biologique immunitaire. Mais c'est la première fois qu'un tel phénomène est prouvé pour un parasite transmis par un moustique vecteur. Une meilleure compréhension des mécanismes en jeu pourrait permettre la mise en place de nouvelles modalités de traitement, estiment les chercheurs.

 

Chronobiologie:  l'heure de l'infection joue un rôle sur sa gravité.
Repost 0
Published by Jean-Pierre LABLANCHY - CHRONIMED - dans Infections froides
commenter cet article
23 septembre 2017 6 23 /09 /septembre /2017 19:25

La tique, une méconnue qui mobilise enfin la recherche

Par Soline Roy le 02/06/2017

La tique, une méconnue qui mobilise enfin la recherche Ixodes ricinus, l'espèce la plus répandue en France.

Deuxième vecteur de maladie dans le monde, la tique cache encore bien des mystères.

Entre bronca des malades de Lyme et querelles d'experts autour de cette pathologie qu'elle transmet, la recherche se mobilise.

Objectif, mieux connaître l'écologie de cet acarien et les pathogènes qu'il propage. C'est une petite bête qui monte, qui monte…

Sur les brins d'herbe, à la une des magazines et dans les laboratoires de recherche scientifique.

«Les tiques sont un véritable problème de santé publique et vétérinaire », estime Jean-François Cosson, vétérinaire, directeur de recherche à l'Inra (Institut national de recherche agronomique).

Et elles coûtent cher : la seule borréliose de Lyme, principale maladie transmise par les tiques en Europe, coûterait la bagatelle de «19 millions d'euros par an aux Pays-Bas rien que pour le volet santé humaine !», ajoute le chercheur.

Or «on en sait trop peu sur les tiques et leur écologie », regrette-t-il. Distribution géographique, saisons d'activité, micro-organismes qu'elle peut transmettre…

«Tout cela demande des capacités de collecte de données que nous ne possédons pas », regrette le spécialiste en écologie évolutive.

 «Les tiques existent depuis plus de 100 millions d'années»

Olivier Plantard, directeur de recherche à l'Inra La bestiole n'est pourtant pas une nouvelle venue.

«Les tiques existent depuis plus de 100 millions d'années », indique Olivier Plantard, directeur de recherche à l'Inra.

Elle sait «se nourrir sur tout et n'importe quoi », expliquait Muriel Vayssier-Taussat, responsable de l'équipe Vectotiq à l'Inra, lors d'une séance houleuse consacrée à la maladie de Lyme à l'Académie de médecine en septembre 2016.

Mammifères, oiseaux, reptiles…

Tout lui convient.

«Elle vit dans les forêts, les jardins, les pâtures, les prairies…

Bref, un peu partout où on peut trouver des animaux »...

La tique, une méconnue qui mobilise enfin la recherche.
Repost 0
Published by Jean-Pierre LABLANCHY - CHRONIMED - dans Infections froides
commenter cet article
23 septembre 2017 6 23 /09 /septembre /2017 19:21

Maladie de Lyme : les laboratoires et les autorités confrontés au risque juridique

Par Armelle Bohineust le 26/10/2016

Maladie de Lyme : les laboratoires et les autorités confrontés au risque juridique

Le test «Elisa» censé diagnostiquer la maladie de Lyme s'est révélé inefficace.

Cent trente malades, atteints de la borréliose de Lyme, ont assigné en justice cinq laboratoires.

Les patients sont de plus en plus nombreux à dénoncer les effets secondaires des médicaments et le manque d'efficacité des dispositifs de diagnostic.

Les effets secondaires des médicaments sont attaqués par les patients, le manque d'efficacité des dispositifs de diagnostic aussi.

Cent trente malades, atteints de la borréliose de Lyme, une maladie transmise par les tiques, ont assigné en justice cinq laboratoires, dont l'italien DiaSorin.

Maladie de Lyme : les laboratoires et les autorités confrontés au risque juridique.
Repost 0
Published by Jean-Pierre LABLANCHY - CHRONIMED - dans Infections froides
commenter cet article
23 septembre 2017 6 23 /09 /septembre /2017 11:07

Maladie de Lyme : "Une épidémie, voire même une pandémie"

Par franceinfo – Radio France

Mis à jour le 20/05/2017 publié le 20/05/2017

Samedi 20 mai avait lieu la journée mondiale de la maladie de Lyme, une maladie d'origine infectieuse, transmise par les piqûres de tiques.

Les associations se mobilisent pour une meilleure prise en charge de la maladie.

C'est le cas de l'organisation Droit de guérir, dont le président Matthias Lacoste, était l'invité de franceinfo.

"Aujourd'hui en France, on reconnaît la forme aigüe de cette maladie. Quand on est piqué par une tique, on est traité avec 21 jours d'antibiotiques.

Mais après, le corps médical français considère qu'on est guéri, même si les symptômes réapparaissent plus tard, ce qui arrive parfois.

À ce moment-là, le patient reçoit un autre diagnostic, on lui parle de maladie auto-immune, ça peut être toute sorte de maladie auto-immune" explique Matthias Lacoste, lui-même atteint par la maladie de Lyme.

Le président de l'association a raconté à franceinfo ses "13 ans d'errance médicale, avec différentes molécules".

Je suis même passé par des chimiothérapies à faibles doses.

Plus j'avançais dans les traitements, plus je m'apercevais que mon état se dégradait.

Matthias Lacoste, président de l'association Droit de guérir et victime de la maladie de Lyme à franceinfo Matthias Lacoste a fini par rencontrer un médecin spécialisé dans les infections froides : "Il m'a dit que je n'avais pas de spondylarthrite ankylosante, mais bien une maladie de Lyme.

Et donc j'ai commencé à me traiter réellement pour cette infection et je continue encore aujourd'hui, et ça fait à peu près deux ans que je suis sous antibiotiques".

Des manifestations sont régulièrement organisées pour dénoncer cette mauvaise prise en charge de la maladie de Lyme. Matthias Lacoste a tenté de camper devant le ministère de la Santé, au début du mois d'avril dernier, pour essayer d'obtenir des mesures concrètes.

"Un plan Lyme est toujours en cours d'élaboration.

En ce moment il y a un protocole national de diagnostic et de soins qui est en train d'être réécrit avec des experts.

Il devrait aboutir sur un nouveau consensus, on l'espère, avec de nouvelles recommandations, notamment la reconnaissance d'une forme chronique de cette maladie et tous les traitements qui en découlent" précise le président de l'association Droit de guérir.

Il faudra faire comme aux États-Unis qui ont reconnu la forme chronique de la maladie de Lyme.

Aujourd'hui on parle d'une épidémie, voire même d'une pandémie.

Officiellement, il y a 33 000 nouveaux cas chaque année.

Mais les associations de malades parlent d'au moins dix fois plus.

Matthias Lacoste, président de l'association Droit de guérir et victime de la maladie de Lyme à franceinfo

Pour Matthias Lacoste, la prise en charge de la maladie doit d'autant plus évoluer que la diffusion de la maladie serait sous-évaluée :

"Certaines personnes, comme le professeur Luc Montagnier, codécouvreur du VIH, parle de 90% de la population européenne porteurs de la borrelia burgdorferi qui est l'agent pathogène responsable de la maladie de Lyme.

Alors tout le monde n'est bien sûr pas malade aujourd'hui, puisque dans la plupart des cas le système immunitaire fait son travail.

Jusqu'au jour où la personne a un affaiblissement du système immunitaire pour diverses raisons, et bascule dans une forme chronique, comme moi j'ai fait".

Maladie de Lyme : "Une épidémie, voire même une pandémie".
Repost 1
Published by Jean-Pierre LABLANCHY - CHRONIMED - dans Infections froides
commenter cet article
22 septembre 2017 5 22 /09 /septembre /2017 05:46

Alzheimer : des scientifiques identifient un virus et deux types de bactéries comme causes majeures de la maladie. Le tournant tant attendu ?

Dans une tribune publiée par le "Journal of Alzheimer's disease", des chercheurs suggèrent que la maladie d'Alzheimer pourrait être causée par des virus ou des bactéries. Atlantico :

Dans une tribune publiée par le "Journal of Alzheimer's disease", écrite par une équipe de chercheurs et de cliniciens, des virus ou des bactéries pourraient être à l'origine de la maladie d'Alzheimer, contrairement à ce que l'on pensait précédemment.

Bien que non confirmée, cette hypothèse est-elle crédible ?

Comment expliquer ce changement de position sur la maladie? En quoi cela change-t-il ce que l'on sait de l'Alzheimer?

Stéphane Gayet : La notion de maladie infectieuse est souvent associée dans la conscience collective à une évolution aiguë.

On a à l’esprit les infections aiguës virales, comme le rhume, la laryngite virale, la trachéite, la grippe, la conjonctivite aiguë virale, la gastroentérite aiguë, l’hépatite virale A, la rubéole, les oreillons…

Ces maladies virales ont en effet une évolution aiguë, durent en général moins d’une semaine -à part l’hépatite virale A- et guérissent à la fois spontanément et le plus souvent sans laisser de séquelle. On a également à l’esprit les infections aiguës bactériennes, comme l’angine streptococcique, le panaris ou le furoncle à staphylocoque doré, l’infection urinaire à colibacille, la salmonellose digestive ou toxi-infection alimentaire, la pneumonie à pneumocoque, la méningite à méningocoque…

Ce sont également des maladies qui ont une évolution aiguë, mais qui sont souvent plus sévères que les maladies virales, ont besoin d’une aide thérapeutique sous la forme d’un traitement antibiotique et peuvent laisser des séquelles plus ou moins graves.

La notion de maladie infectieuse chronique est plus récente.

Elle déroge à la règle générale de la maladie infectieuse qui a un début et une fin.

La maladie infectieuse chronique semble en effet ne pas avoir de fin, car son contexte de survenue et d’évolution n’y prédispose pas.

La maladie infectieuse chronique est d’une façon générale due à un microorganisme peu pathogène ou virulent et survient chez une personne dont les défenses immunitaires sont diminuées.

La notion de maladie infectieuse latente est encore différente : c’est une maladie d’origine virale ou bactérienne qui évolue de façon imperceptible et qui de ce fait ne semble pas rendre malade.

L’infection latente par le virus VIH du sida avant la phase de sida avéré, l’infection latente par le virus de l’herpès entre deux poussées et l’infection tuberculeuse latente (ITL) en sont des exemples typiques.

La possibilité pour la maladie d’Alzheimer d’être due à une infection chronique très lente est tout à fait crédible.

Cela fait penser à la syphilis tertiaire dans sa forme neurologique et à la maladie de Lyme chronique, également dans sa forme neurologique.

Cela est encore à rapprocher de la maladie de Creutzfeldt-Jakob qui est une encéphalite chronique à prion ou ATNC, à l’origine d’une démence d’évolution lente et irréversible.

Les auteurs de cette tribune se plaignent de l’aveuglement de la communauté scientifique mondiale qui s’obstine depuis 10 à 15 ans à ne cautionner des recherches en matière de maladie d’Alzheimer qu’en direction d’une cause toxique ou immunologique, refusant de prendre en compte les arguments en faveur d’une origine infectieuse.

Nos possibilités d’investigations microbiologiques nous permettent aujourd’hui de faire des recherches impensables il y a 10 ou 15 ans.

On est à présent capable de trouver des traces de virus dans le noyau d’une cellule ou des traces de bactérie dans son cytoplasme.

Car plus une infection est lente et discrète, et plus la mise en évidence de son agent infectieux est difficile.

On découvre ainsi des traces de virus dans le cerveau de personnes qui semblent en bonne santé ; mais que vont ou peuvent produire ces virus ? Nous sommes ainsi amenés à revoir nos anciennes conceptions, classiques, en matière de pathologie infectieuse.

La maladie d’Alzheimer, mais aussi la sclérose en plaques, la maladie de Parkinson ou encore la sclérose latérale amyotrophique (SLA ou maladie de Charcot) pourraient parfaitement être liées à des infections chroniques très lentes. Depuis quelque temps, on commence à évoquer l’éventuelle responsabilité du virus de l’herpès dans la maladie d’Alzheimer.

Ce virus est présent chez tout un chacun.

Chez les uns, il reste silencieux, tout à fait latent, chez les autres, il peut donner un herpès récurrent (bouton de fièvre), mais aussi une paralysie faciale (responsabilité probable de ce virus) ou une maladie gravissime et très rare, une encéphalite herpétique.

On peut s’attendre à bien des découvertes à venir avec ce virus qui s’incorpore au noyau de certaines de nos cellules, comme le fait le virus VIH du sida.

Concrètement, quelles seraient les prochaines étapes à franchir pour valider l'hypothèse, et pour permettre l'apparition de tels traitements ?

Il y a encore beaucoup de travail à réaliser. Entre la mise en évidence de traces d’un virus ou d’une bactérie chez certains malades et la preuve de la responsabilité de ce virus ou cette bactérie dans la genèse de la maladie, il y a un grand pas à franchir.

Il faudrait déjà que la communauté scientifique internationale accepte cette idée d’une cause infectieuse probable et que plusieurs équipes de recherche se lancent dans de tels projets.

Plus l’infection est lente et discrète, plus la recherche est difficile. On doit travailler à une échelle de plus en plus petite, ce qui complexifie la recherche et confère un caractère un peu aléatoire aux résultats obtenus.

L’approche est à la fois virologique, bactériologique, immunologique et histologique.

Il est fort probable que l’agent infectieux en cause ait besoin de facteurs favorisants pour provoquer la formation de ces plaques amyloïdes qui entraînent la mort de nombreuses cellules nerveuses ou neurones.

Des métaux comme le fer et peut-être l’aluminium pourraient peut-être jouer un rôle favorisant. Mais la première étape décisive sera la validation par la communauté scientifique mondiale de la forte probabilité d’une cause infectieuse à la maladie d’Alzheimer, ce qui n’est pas encore le cas.

Car c’est une piste que, semble-t-il, les nombreuses enquêtes épidémiologiques à grande échelle n’ont pas suffisamment explorée, trop focalisées qu’elles étaient sur une cause toxique ou immunologique.

L’écho qui sera donné à cette tribune dans les semaines et les mois à venir nous éclairera sur une éventuelle redirection des recherches sur cette épouvantable maladie.

Avec la maladie d’Alzheimer, on a multiplié les enquêtes épidémiologiques à très large échelle.

Elles ont permis de mettre en évidence des facteurs favorisants, mais pas la cause princeps de cette maladie.

Si l’on avait de bons arguments en faveur de la responsabilité d’un virus ou d’une bactérie, cela ferait avancer les recherches d’une façon considérable. Si l'hypothèse venait à être confirmée, quelles seraient les nouvelles possibilités de traitements contre la maladie ? Les microorganismes en vue dans la maladie d’Alzheimer sont : le virus de l’herpès ; Chlamydophila pneumoniae, petite bactérie intracellulaire à l’origine de pneumonies atypiques et proche de Chlamydia trachomatis qui est quant à elle à l’origine d’infections génitales tant chez la femme que chez l’homme ; des spirochètes, famille de bactéries à laquelle appartiennent celle de la syphilis et celle de la maladie de Lyme. La mise en évidence du rôle avéré ou très probable d’un agent infectieux microbien dans la maladie d’Alzheimer pourrait déboucher sur un traitement curatif comme une antibiothérapie de longue durée ou un traitement préventif comme une vaccination (dans le cas d’un virus).

Cette découverte pourrait également déboucher sur une prévention non spécifique de type hygiénique. La possibilité d’une cause bactérienne à plusieurs maladies neurologiques -longtemps considérées comme « dégénératives »- est une raison de plus pour stimuler la recherche en faveur de nouveaux antibiotiques et surtout de nouvelles familles d’antibiotiques, voire de nouveaux agents thérapeutiques antibactériens différents des antibiotiques classiques (comme des peptides antibactériens qui sont des petites protéines).

Cette possibilité pourrait également stimuler la recherche en direction de médicaments antiviraux curatifs qui restent à ce jour focalisés sur certains virus répandus et donnant des maladies graves (comme le virus VIH du sida, les virus des hépatites chroniques…).

Heureusement, dans l’hypothèse de la responsabilité du virus de l’herpès dans la maladie d’Alzheimer, nous disposons déjà d’antiviraux efficaces sur ce type de virus ; mais que feront-ils sur une infection chronique très lente ? http://www.atlantico.fr/decryptage/alzheimer-scientifiques-identifient-virus-et-deux-types-bacteries-comme-causes-majeures-maladie-tournant-tant-attendu-3170368.html#FCb7MVsRc7Uf2XWb.03

Envoyé de mon iPhone

Alzheimer : des scientifiques identifient un virus et deux types de bactéries comme causes majeures de la maladie. Le tournant tant attendu ?
Repost 0
Published by Jean-Pierre LABLANCHY - CHRONIMED - dans Infections froides
commenter cet article
21 septembre 2017 4 21 /09 /septembre /2017 06:07

Lyon : des virus qui soignent les infections résistantes aux antibiotiques

On les appelle les virus "bactériophages", les tueurs de bactéries.

Ils ont été utilisés pour soigner deux patients lyonnais souffrant d'infections résistantes aux antibiotiques.

La technique est ancienne, mais les progrès en biologie permettent maintenant d'isoler des "phages" très purs

Mercredi, les Hospices civils de Lyon (HCL), comprenez les hôpitaux lyonnais, présentaient le résultat de deux traitements innovants et pour tout dire aux origines inattendues.

Deux malades souffrant de très sévères infections résistantes aux antibiotiques ont en effet été guéris grâce à l'utilisation, encore exceptionnelle, de bactériophages, virus "prédateurs de bactéries" naturellement présents... dans les égouts ou les eaux usées. (Voir l'interview du Pr Ferry par Frédéric Llop, le 20 septembre 2017 dans le journal de 12h de France 3 Rhône-Alpes)

Les deux patients, dont une femme de 80 ans, souffraient d'infections ostéoarticulaires particulièrement graves et qui ne pouvaient plus cicatriser.

Le Pr Tristan Ferry, du service des maladies infectieuses et tropicales aux HCL, a expliqué que, grâce à l'injection d'un "cocktail de bactériophages" dans la zone atteinte, l'infection a pu être résorbée.

Un procédé ancien abandonné à cause des antibotiques

Ce recours aux bactériophages (ou "phages") est connu de longue date mais était tombé en désuétude en Europe occidentale depuis la popularisation des antibiotiques.

Ils sont encore utilisés, mais avec des modalités différentes, dans des pays de l'Est, comme la Géorgie, la Russie, la Pologne ou l'Ukraine.

Selon de Professeur Ferry, cette technique redevient aujourd'hui tout à fait prometteuse en raison des cas toujours plus nombreux de résistance aux antibiotiques.

Grâce aux progrès considérables en biologie moléculaire et en génomique, "nous pouvons travailler maintenant avec des bactériophages de très bonne qualité", a expliqué Guy-Charles Fanneau de La Horie, président du directoire de Pherecydes Pharma, le laboratoire qui a fourni le "cocktail de bactériophages" ayant permis de soigner les deux patients.

Des virus "très purs", appliqués en une seule fois, pour un résultat précis

"Nous recevons assez régulièrement des échantillons d'eaux d'égouts dans lesquelles nous cherchons des bactériophages", a-t-il indiqué.

Le laboratoire prépare ensuite des produits purs, chaque flacon d'un millilitre contenant un milliard de phages "de très bonne qualité", selon M. Fanneau de La Horie.

"Le gros avantage" des bactériophages est d'être appliqué en une seule fois, à la différence des antibiotiques qui demandent des traitements longs, a relevé Tristan Ferry.

Autre avantage : chaque phage s'attaque à une bactérie précise. Il ne s'attaque pas aux autres bactéries, dont nombre ont des effets bénéfiques sur la santé.

Il faut par conséquent repérer la bactérie fautive.

Pas de mise sur le marché pour le moment

Le recours à ces bactériophagespour les deux patients des HCL a été exceptionnel.

Car à ce jour, les bactériophages ne disposent pas en effet de l'autorisation de mise sur le marché (AMM) indispensable pour commercialiser un nouveau traitement.

Pherecydes Pharma dispose désormais de toute une gamme de bactériophages pour lutter contre les diverses infections résistantes aux antibiotiques.

Il ne s'agit pas d'être concurrent mais complémentaire des antibiotiques, a assuré M. Fanneau de La Horie.

* En attendant, Pherecydes poursuit des programmes d'études cliniques dont l'objectif est de déboucher sur des AMM. Mais ces programmes vont demander encore plusieurs années.

Les bactériophages sont des virus qui soignent les infections résistantes aux antibiotiques. Les hôpitaux de Lyon commencent à les utiliser.

Vidéo :

https://www.youtube.com/watch?v=ao_Xq0kOCE4&sns=em Envoyé de mon iPhone

Repost 0
Published by Jean-Pierre LABLANCHY - CHRONIMED - dans Infections froides
commenter cet article
18 septembre 2017 1 18 /09 /septembre /2017 14:37

Un nouveau test urinaire de la maladie de Lyme maintenant disponible en Europe

Publié le 21 août 2017

Nous avons reçu aujourd'hui le communiqué de presse suivant, que nous reproduisons intégralement.

COMMUNIQUÉ DE PRESSE

Ceres Nanosciences et Innatoss Laboratories lancent le test d'antigène de Nanotrap® Lyme dans l'Union européenne

Le test d'antigène de Nanotrap® Lyme, un test d'urine direct pour la présence d'une protéine de bactéries de Lyme, sera mis à la disposition des patients dans toute l'Europe.

MANASSAS, Virginie - 15 août 2017 - Ceres Nanosciences, Inc. (Ceres) et Innatoss Laboratories (Innatoss) ont annoncé aujourd'hui un partenariat qui délivrera le test Nanotrap® Lyme Antigen sur les laboratoires d'essais cliniques d'Innatoss aux Pays-Bas pour bénéficier d'un patient dans toute l'Union européenne.

Le Nanotrap® Lyme Antigen Test est le premier test à base d'urine hautement sensible capable de détecter directement un antigène de protéine de Lyme chez un patient à n'importe quel stade d'infection.

En 2015, Ceres a lancé le Nanotrap® Lyme Antigen Test pour les patients aux États-Unis, après avoir publié les résultats d'une étude clinique de 268 patients menée par l'Université George Mason en collaboration avec des leaders de la communauté des maladies infectieuses.

Pour en savoir plus sur le Nanotrap® Lyme Antigen Test aux États-Unis, visitez https://www.lymedx.com/.

Le partenariat annoncé aujourd'hui fait d'Innatoss un fournisseur exclusif du Nanotrap® Lyme Antigen Test en tant que laboratoire test développé en Autriche, en Belgique, en France, en Allemagne, au Luxembourg, aux Pays-Bas, en Suisse et au Royaume-Uni.

Cela complètera le test Q-detect ™ certifié par Innatoss pour la fièvre Q. "Ceres est ravi d'annoncer ce partenariat avec Innatoss pour rendre disponible le test Nanotrap® Lyme Antigen aux patients en Europe", a déclaré Ross Dunlap, Directeur Général de Ceres,

"La réputation d'Innatoss en tant qu'organisation axée sur la science de haute qualité, et leur plan de reproduire notre approche centrée sur le patient et axée sur les données pour déployer le test Nanotrap® Lyme Antigen s'harmonise bien avec la stratégie de Ceres.

Nous sommes ravis d'être leur partenaire lors du lancement du test en Europe ". Anja Garritsen, directrice générale d'Innatoss Laboratories, confirme le besoin de ces patients pour ce test de maladie de Lyme.

"Un test efficace pour la détection directe de Borrelia burgdorferi a été sur nos listes de souhaits et de patients depuis longtemps.

Avec le Nanotrap® Lyme Antigen Test, nous présentons un tel test en Europe.

C'est une étape importante pour surmonter la controverse entourant les tests de la maladie de Lyme.

Nous nous attendons à ce que les résultats permettent de répondre à la question difficile que posent les médecins et leurs patients: les symptômes et les problèmes de santé liés à l'infection active de Borrelia burgdorferi?

À propos de Ceres Nanosciences, Inc. Ceres Nanosciences est une entreprise privée axée sur le développement de produits de recherche et de diagnostic utilisant sa technologie unique et exclusive de particules Nanotrap®.

La technologie des particules Nanotrap® offre une capacité puissante de capture de biomarqueurs et de traitement des échantillons biofluides pour un large éventail d'applications de diagnostic et de besoins de gestion des échantillons.

La technologie de particules Nanotrap® a été inventée à l'Université George Mason et a été développée sous le financement des National Institutes of Health (NIH).

Avec le soutien du NIH, de l'Agence de défense des projets de recherche avancée (DARPA), de la Fondation Bill et Melinda Gates et du Commonwealth de Virginie, Ceres se concentre sur l'intégration de cette technologie dans une gamme de produits de diagnostic innovants.

À propos de Innatoss Laboratories Innatoss Laboratories est une organisation à forte intensité de recherche axée sur les tests de diagnostic et les années d'expérience dans l'industrie pharmaceutique et de diagnostic.

Innatoss travaille en étroite collaboration avec les organisations de patients et les centres médicaux de l'université en contribuant à des innovations significatives et scientifiques.

La mission d'Innatoss consiste à réduire considérablement les problèmes de santé associés aux maladies infectieuses telles que la fièvre Q et la maladie de Lyme en fournissant des tests de diagnostic fiables et prédictifs qui permettent un traitement adéquat et opportun. Innatoss n'apporte ces tests qu'au marché après validation sonore et avec un accès facile à la population à risque.

Contact presse: Ross M. Dunlap, Ceres Nanosciences, Inc 1.800.615.0418 ext. 202 rdunlap@ceresnano.com Maarten van der Zanden, Innatoss Laboratories BV, T: +31 6 3735 3787 E: maarten.vanderzanden@innatoss.com

http://www.ceresnano.com/nanotrap-lyme-test

Un nouveau test urinaire de la maladie de Lyme maintenant disponible en Europe.
Repost 0
Published by Jean-Pierre LABLANCHY - CHRONIMED - dans Infections froides
commenter cet article
9 septembre 2017 6 09 /09 /septembre /2017 21:29

Sa jambe sauvée en Géorgie par des virus guérisseurs Serge Fortuna prépare un prochain voyage, en Pologne cette fois où la phagothérapie est autorisée.

« Je veux voir si l’on peut faire des passerelles avec la France, si l’on peut envisager que ce soit remboursé par la Sécurité sociale ».

Serge Fortuna prépare un prochain voyage, en Pologne cette fois où la phagothérapie est autorisée.

Il est passé près de l’amputation.

Très près.

Il en avait d’ailleurs lui-même fait la demande aux médecins.

Mais Serge Fortuna est tombé sur un documentaire qui a changé sa vie.

Sur Arte, l’émission parle de ce docteur Alain Dublanchet, microbiologiste à l’hôpital de Villeneuve-Saint-Georges.

On le voit partir en Géorgie chercher des virus bactériophages pour sauver la jambe d’une de ses patientes.

Serge Fortuna y voit la dernière chance pour sauver la sienne.

En novembre dernier, il débarque à Tbilissi, la capitale géorgienne.

Ce staphylocoque doré, il l’a attrapé à 17 ans, suite à un accident de mobylette.

Fracture ouverte, greffes, opérations, hospitalisation, puis infection.

« Sauf qu’à l’époque on ne parlait pas d’infections nosocomiales, raconte Serge Fortuna, on m’a dit que j’avais la gangrène ».

« J’ai demandé l’amputation, lettre de motivation à l’appui »

La bactérie ne le quittera jamais vraiment et sa vie sera jalonnée de séjours à l’hôpital.

Avec 39 opérations au total, il n’a pas peur de parler de « succession de mutilations ».

« J’avais baissé les bras, j’ai réclamé l’amputation, lettre de motivation à l’appui ».

C’est donc là que les phages sont entrés dans sa vie.

Cette thérapie, tombée dans l’oubli en France, est toujours utilisée en Europe de l’Est.

La technique est simple : introduire des virus mangeurs de bactéries pour éliminer l’infection (voir ci-dessus).

Alors que le corps humain est de plus en plus résistant aux antibiotiques, la phagothérapie, méthode quasiment naturelle et sans danger, pourrait selon le professeur Alain Dublanchet, sauver des membres de l’amputation et même des vies.

En Géorgie, Serge Fortuna débarque avec juste une adresse, et le Guide du routard.

La clinique qu’il a trouvée sur internet n’est pas vraiment engageante.

« Je ne savais pas où j’allais, il n’y avait même pas de plaque à l’entrée, mais je n’avais pas le choix ».

Des ampoules à boire, des pansements sur la jambe… les phages ont fait le boulot, en 20 jours seulement.

Guéri grâce à un traitement à 6 € la boite «

Là-bas, on trouve le traitement sans ordonnance et pour six euros la boite ».

Son parcours médical a couté des centaines de milliers d’euros à la Sécurité sociale française.

En Géorgie, il a dépensé au total 30 euros. Les résultats de ses analyses sont tombées il y a quinze jours et plus aucune trace de la bactérie.

Même si selon le Dr Dublanchet, il faut trois à quatre ans de recul pour estimer la guérison d’une ostéite complète.

Serge Fortuna, réalisateur de métier, a donc décidé de faire de son expérience, le combat de sa vie.

Un film en préparation (voir dessous), un site internet, des conférences… Il veut médiatiser le plus possible cette technique médicale.

En attendant que change un jour la législation sur la phagothérapie, il se bat pour les autres malades.

« Il faut que les gens qui ont en besoin sachent qu’il existe cette alternative. Je veux leur dire qu’il n’y a aucune crainte à y aller, qu’il faut y aller ».

À 56 ans, Serge Fortuna va désormais reprendre ses documentaires, ses voyages, une vie normale.

« Mais je resterai à l’affût sur le sujet… jusqu’à la fin de ma vie »

Par Sandrine MICHELIER |

A lire aussi :

Il frôle l'amputation : un documentaire en préparation

Sa jambe sauvée en Géorgie par des virus guérisseurs: les bacteriophages du Dr Dublanchet.
Repost 0
Published by Jean-Pierre LABLANCHY - CHRONIMED - dans Infections froides
commenter cet article
7 septembre 2017 4 07 /09 /septembre /2017 09:38

Infections par entérovirus et survenue du diabète de type 1

Pr Ronan Roussel, Hervé Perron



San Diego, CA, É.-U.


Certaines souches d’entérovirus pourraient activer des rétrovirus endogènes et entraîner la production de toxines ciblant les cellules bêta du pancréas.

Ces observations pourraient ouvrir la voie à des pistes thérapeutiques. Explications d’Hervé Perron (Directeur Scientifique chez Geneuro) interrogé par Ronan Roussel.


Ronan Roussel — Bonjour, bienvenue sur le plateau de Medscape au congrès de l’American Diabetes Association (ADA) 2017, à San Diego. Cet ADA est vraiment passionnant et nous avons aujourd’hui l’occasion de recevoir Hervé Perron, qui est enseignant-chercheur et cofondateur de la société Geneuro.

Je suis Ronan Roussel, professeur de diabétologie à l’hôpital Bichat à Paris et nous allons évoquer le rôle de certaines parties du génome que je ne connaissais pas et qui sont les rétrovirus endogènes dans un contexte particulier connecté à la physiopathologie au diabète de type 1 [1,2].

Quel est le rôle, ou en tout cas l’association, de l’infection par des entérovirus comme déclencheur ou facilitateur de la survenue du diabète de type 1 ?

Pouvez-vous nous dire comment ça marche ? Et peut-être d’abord, que sont ces rétrovirus endogènes ?


Hervé Perron — Ces rétrovirus endogènes représentent 8 % du génome humain et sont la trace d’infections ancestrales pendant lesquelles des rétrovirus de l’environnement sont rentrés dans la lignée germinale.

Ceux qui nous intéressent sont rentrés à l’époque des primates supérieurs et se sont accumulés, dispersés dans le génome humain parce qu’ils en avaient les capacités.

Aujourd’hui, on s’aperçoit que bien que la plupart soient défectifs, certains ont pu avoir des contributions positives à la physiologie — mais ce n’est pas le sujet — et tous les autres sont dormants ou ne font rien ou sont inactifs, mais pas tous.


Ronan Roussel — D’accord.

Donc, des morceaux de notre génome, des résidus de l’évolution, ont été intégrés là. Mais quel est le lien avec les entérovirus qui, eux, sont de vrais virus qui nous infectent ?


Hervé Perron — Quand un entérovirus fait une intrusion dans le tissu du placenta, probablement en remontant de l’intestin, on a le constat que des souches que l’on isole chez les non-diabétiques et des souches que l’on isole chez les diabétiques n’ont pas le même effet.

Les souches isolées chez les diabétiques, qui sont légèrement différentes de souches référentes, ont montré qu’elles étaient capables d’activer, de réveiller certaines copies, qui elles, ont gardé un potentiel parmi tous ces éléments, même si elles sont minoritaires.


Ronan Roussel — Donc les entérovirus réveillent ces bouts de génome qui étaient des rétrovirus qui avaient été intégrés. Qu’est-ce que cela veut dire « il les réveillent » ? Qu’est-ce qui se passe ?


Hervé Perron — Il y a ce qu’on appelle une transactivation.

On l’a montré ça dans d’autres conditions [ndlr, comme la sclérose en plaques] : quand il y a transactivation d’un élément endogène, il va retrouver la capacité, s’il l’a gardait, d’exprimer des protéines rétrovirales, même si ce sont devenues des protéines de notre génome ; elles seront tolérées comme des protéines du soi, mais en même temps, certaines − dont celles que l’on a étudiées de la famille W, qui est une protéine d’enveloppe rétrovirale à l’origine − ont des capacités pathogènes qui ciblent le système immunitaire en étant capables de créer une inflammation dans le tissu où elle est activée.

Cette inflammation va recruter des lymphocytes T qui, en présence cette protéine, sont capables d’une activation polyclonale anormale, disproportionnée, qui va faciliter l’acquisition d’auto-immunité et la destruction tissulaire.

C’est l’impact sur le système immunitaire.


On a aussi observé que via un récepteur qui s’appelle TLR4, qui lui-même initie l’inflammation dans le système immunitaire, certaines cellules qui expriment ce même récepteur ne sont pas des cellules immunitaires et seront ciblées par cette protéine quand elle est exprimée dans le tissu.

Or, il se trouve que cette protéine endogène est retrouvée dans des séries [ndlr, de patients décédés] que l’on a étudiées, dans 60 à 70 % des cas qu’on a pu analyser dans les pancréas de type 1.

Cette protéine est sécrétée sur les îlots bêta et, quand in vitro on met la protéine sur une culture avec des îlots bêta humains, cette protéine inhibe, en relation avec la dose, la réponse au glucose des cellules bêta, qui deviennent incapables de produire leur insuline.


Ronan Roussel — D’accord, un effet fonctionnel aussi.

Donc, ces passagers clandestins ancestraux dans notre génome sont réveillés par le virus lui-même, enfin, l’entérovirus…


Hervé Perron — Si c’est la mauvaise souche.


Ronan Roussel — … si c’est la mauvaise souche.

Et, du coup, vont faire produire une protéine qui va être un facteur d’inflammation d’une part (elle « secoue les petits drapeaux » et l’infiltration lymphocytaire va se passer et éventuellement être la cible de l’agression… dans la double auto-immunité), et puis en plus vont avoir un effet fonctionnel en mettant des bâtons dans les roues dans la fonction normale insulinosécrétoire des cellules bêta.


Hervé Perron — Voilà.


Ronan Roussel — Pour autant, cela ne passe pas chez tout le monde. C’est-à-dire que ce n’est pas « j’ai la souche d’entérovirus — “tac” — je vais faire un diabète de type 1 ». On sait qu’il y a une vulnérabilité chez certains et pas chez d’autres…


Hervé Perron — Il y a un énormément de choses qui interviennent en amont et en aval.

En amont, c’est sûr que si ce n’est pas la mauvaise souche d’entérovirus, il ne va rien se passer.

Encore faut-il qu’elle soit remontée dans le pancréas — à mon avis, il n’y a pas 36 voies anatomiques et localement cela n’arrive pas chez tout le monde que les entérovirus remontent. On en retrouve aussi chez les témoins, mais cela ne fait rien.

Il est possible que l’état chromosomique où se trouvent ces éléments ne soit pas le même chez tout le monde — c’est ce qu’on appelle l’épigénétique — et on sait que certains facteurs peuvent la modifier et que des événements antérieurs peuvent aussi modifier cette épigénétique, donc favoriser l’activation de ces éléments.

Troisièmement, une fois qu’ils sont activés, si un certain seuil n’est pas atteint, cela ne sera pas autoentretenu et ne continuera pas.

Et pour ce qui est de la réaction immunitaire, elle sera aussi contrôlée par le système HLA qui fait que certains HLA vont répondre fortement et d’autres peu ou pas du tout.


Ronan Roussel — D’accord. Donc vous avez mentionné tout à l’heure que c’était 60 à 70 % des pancréas de certaines études, donc cela veut dire que ce n’est pas une observation anecdotique de « parfois ça se passe comme ça », c’est-à-dire que c’est extrêmement fréquent, si ce n’est pas permanent.

Du coup, c’est quand même une cible thérapeutique potentiellement importante.

Où en est-on de ce côté ?

Y-a-t il des espoirs concrets de pouvoir guérir le diabète de type 1 ou, en tout cas, de l’éviter ?


Hervé Perron — On peut dire que c’est un espoir. Il est concret dans le sens où on a développé un anticorps thérapeutique qui neutralise cette toxine.


Ronan Roussel — Donc c’est à la protéine, c’est aux produits de ces rétrovirus endogènes intégrés dans notre génome qu’on s’attaque et non pas à l’entérovirus, par exemple, ou à l’interaction entre l’entérovirus et la partie génétique ?


Hervé Perron — Oui, parce qu’on a observé qu’il est impossible de contrôler la variabilité des différentes souches qui seraient éventuellement capables d’activer et des moments auxquels, chez certaines personnes, elles vont réussir à faire une intrusion dans le pancréas. On ne peut pas contrôler ça, ni le prévoir, ni le gérer.

Ce que l’on fait actuellement, c’est traiter les conséquences, qui sont multiples.

Donc, on est dans un système où il y a différents facteurs activateurs variables et parfois il en faut plusieurs.

On a des conséquences sur différentes voies physiopathologiques, mais au milieu on a l’activation d’un élément dans le génome avec une protéine qui est conservée…


Ronan Roussel — D’accord. C’est ce goulot-là qu’on va cibler…


Hervé Perron — Exactement…


Ronan Roussel — Où en est-on des essais ? Sont-ils planifiés ? En cours ?


Hervé Perron — Ils sont en cours. Parce qu’on a déjà validé les modèles précliniques, les essais de phase 1 ont déjà été faits, les essais de phase 2 sont en cours dans d’autres indications, mais dans le diabète on a lancé des essais de phase 2 initiaux sur la tolérance et la sécurité médicamenteuse dans le diabète de type 1, mais avec des points d’analyse secondaires qui vont forcément nous dire s’il y a une tendance vers une efficacité que l’on développera dans la suite.


Ronan Roussel —

En anticipation − puisqu’évidemment c’est trop tôt – c’est à quel moment du cours du diabète de type 1 ?

À son diagnostic ? Cela pourrait-il éventuellement marcher plus tard ?

Serait-ce plutôt plus tôt chez des sujets à risque pas encore diabétiques ?


Hervé Perron — Au début, avant d’avoir les résultats, on s’était dit oui, cela doit s’exprimer dans les îlots bêta, et puis une fois qu’ils sont détruits, cela s’arrête. On s’est aperçu que non : c’est produit dans des cellules qui sont autour, qui sécrètent — les cellules bêta sont plutôt la cible parce qu’elles expriment le récepteur TLR4 — et, quand on a analysé les pancréas à différentes durées d’évolution, qu’on a dosé aussi ce qui re-circulait dans le sang, on s’est aperçu que cette protéine était toujours là jusqu’à la fin de la vie...


Ronan Roussel — Cela reste une cible potentielle.

Très bien. Merci beaucoup. Donc, en fait, une piste thérapeutique finalement au-delà de ces observations, parties du préclinique et qui sont toujours en cours de développement et de compréhension.

Ce n’est pas spécifique du diabète de type 1 — la sclérose en plaques est aussi une maladie où on parle beaucoup de ce type de rétrovirus endogènes et de leur produit qui s’avère, finalement, toxique lorsqu’il est observé.

Infections par entérovirus et survenue du diabète de type 1. Sclérose en plaques.
Repost 0
Published by Jean-Pierre LABLANCHY - CHRONIMED - dans Infections froides
commenter cet article