Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
13 janvier 2017 5 13 /01 /janvier /2017 22:56

Doctors and members of the medical community are raising concerns after President-elect Donald Trump met with Robert F. Kennedy Jr., who has advocated for parental opt-out provisions for routine childhood vaccinations.

"President-elect Trump has some doubts about the current vaccine policies, and he has questions about it," Kennedy told reporters immediately after the meeting on Tuesday.

"His opinion doesn't matter, but the science does matter, and we ought to be reading the science, and we ought to be debating the science. Everybody ought to be able to be assured that the vaccines that we have — he's very pro-vaccine, as am I — but they're as safe as they possibly can be." Kennedy also told reporters that Trump asked him to chair a commission on vaccine safety, but the Trump team did not confirm that appointment and said the president-elect was exploring a commission that would look broadly at autism.

"The president-elect enjoyed his discussion with Robert Kennedy Jr. on a range of issues and appreciates his thoughts and ideas," the Trump transition team said in a statement.

"The president-elect is exploring the possibility of forming a commission on autism, which affects so many families; however, no decisions have been made at this time.

The president-elect looks forward to continuing the discussion about all aspects of autism with many groups and individuals."

The meeting, coupled with Trump's past statements on vaccines, has raised alarm in the medical community, which stands by a preponderance of evidence that shows no link between autism and vaccines.

Kennedy has made controversial statements about vaccines for many years, generally unsupported by the larger medical community.

He wrote a 2014 book that supported a theory born in the 1990s that claimed thimerosal, a mercury-based vaccine additive, is a dangerous neurotoxin that could trigger autism and should be banned.

Kennedy has linked vaccines and autism on his website.

The Food and Drug Administration and Centers for Disease Control and Prevention have reviewed hundreds of studies since then and have consistently found no link between thimerosal-containing vaccines and autism.

The additive is no longer used in routine childhood vaccines and is considered safe in the doses used in influenza vaccines, according to the CDC. In 2015,

Kennedy visited several states to argue against rules that make it more difficult for students to be exempt from vaccine requirements, although he said he is "pro-vaccine," according to his website. In response to Trump's meeting with Kennedy, the American Academy of Pediatrics released a statement emphasizing the safety of vaccines and their importance in safeguarding children's health against common, easily spread and sometimes deadly childhood illnesses.

"Claims that vaccines are linked to autism or are unsafe when administered according to the recommended schedule have been disproven by a robust body of medical literature," said Dr. Fernando Stein and Dr. Karen Remley, the president and vice president, respectively, of the American Academy of Pediatrics, in a statement today.

"Delaying vaccines only leaves a child at risk of disease. Vaccines keep communities healthy and protect some of the most vulnerable in our society, including the elderly and children who are too young to be vaccinated or have compromised immune systems."

"We stand ready to work with the White House and the federal government to share the extensive scientific evidence demonstrating the safety of vaccines, including the recommended schedule," Stein and Remley wrote.

Could Donald Trump Autism Comments Hurt Him? Experts Call Republican Candidates' Vaccine Claims 'False' and 'Dangerous' Dr. William Schaffner, an infectious disease expert at Vanderbilt University Medical Center, said he was hopeful about a commission on autism and hoped it would leave out any mention of vaccines.

"A commission on autism might well be a very good thing to direct attention" to the condition, he said. But "as regards to vaccines, we would keep reinforcing the notion that vaccines are one of the greatest public health triumphs, they are safe and effective and not associated with autism."

Other medical groups have also responded to the meeting, including the Infectious Diseases Society of America, which released a statement in support of vaccines this morning saying the group "stands behind the overwhelming scientific evidence that has repeatedly demonstrated the overall safety and benefit of routine childhood vaccinations."

"Children are far more likely to be harmed by vaccine preventable illness, such as measles, than by the vaccines that prevent such infections,"

IDSA officials said in the statement. Trump previously expressed skepticism about vaccines. During a 2015

Republican candidates' debate Trump reiterated statements he had made associating autisme with vaccines.

"We had so many instances, people that work for me," Trump said.

"Just the other day, 2 years old, a beautiful child, went to have the vaccine and came back and a week later got a tremendous fever, got very, very sick, now is autistic."

"Autism has become an epidemic — 25 years ago, 30 years ago, you look at the statistics, not even close," he said.

"It has gotten totally out of control." Alison Singer, the president and a co-founder of the Autism Science Foundation, released a statement after that debate saying science overwhelmingly supported vaccinations as safe. In a statement yesterday she said she is concerned that underimmunizing children will put them at risk for contracting preventable diseases, adding that opting out of vaccinations will not lower the risk for developing autism.

"Science has answered" the question, Singer said. "All of the studies that we have done have shown there is no link between vaccines and autism."

Repost 0
Published by Jean-Pierre LABLANCHY - CHRONIMED - dans Infections froides
commenter cet article
13 janvier 2017 5 13 /01 /janvier /2017 08:01

Les punaises de lit reviennent en force pour sucer notre sang la nuit.

Alors que les insecticides sont de moins en moins efficaces, une équipe de chercheurs américains propose une solution innovante : utiliser des feuilles de haricot.

Vous connaissez probablement le pou, la puce et la tique.

Mais avez-vous déjà entendu parler de la punaise de lit ?

Cet insecte parasite, qui partage notre quotidien depuis des milliers d’années, se cache discrètement dans nos matelas et sort la nuit pour se repaître de notre sang.

Sur cette vidéo on peut observer une punaise de lit emprisonnée dans une feuille de haricot.

Copier leur structure pourrait donner naissance à des matériaux contre ces nuisibles. © ucirvinews, YouTube

Après l’arrêt de l’utilisation d’insecticides nocifs pour la santé dans les années 1970, la punaise de lit, Cimex lectularius, a fait son grand retour.

De plus, l’augmentation du nombre de voyageurs lui a permis de se propager dans de nombreux pays.

Pour toutes les structures d’hébergement, ne jamais être infesté est maintenant devenu mission impossible.

D’autre part, ces vilaines bêtes sont de plus en plus résistantes aux insecticides, et leur éradication est donc difficile.

Dans une étude publiée dans le Journal of the Royal Society Interface, des chercheurs américains de l’université de Californie à Irvine proposent une nouvelle méthode originale pour se débarrasser de ce parasite : des feuilles de haricot !

L’idée leur est venue en observant la population des Balkans.

En effet, dans les pays de cette péninsule, les habitants utilisent une stratégie bien particulière pour se débarrasser de ces animaux nocturnes : ils recouvrent le sol autour de leur lit avec des feuilles de haricot.

Une astuce étonnante, mais qui fonctionne.

Les punaises de lit se retrouvent en effet prisonnières au cours de leurs excursions, et il ne reste plus qu’à brûler les feuilles le matin pour les exterminer définitivement.

La vidéo ci-dessus montre comment la punaise de lit se retrouve capturée.

Punaises de lit clouées sur des feuilles de haricot

Comment les punaises de lit sont-elles prises au piège dans les feuilles de haricot ?

Pour répondre à cette question, l’équipe de recherche a observé la fixation de l’insecte aux feuilles par microscopie électronique à balayage et par vidéo à haute résolution.

Les feuilles présentent en surface des appendices effilés appelés trichomes.

Ces derniers agissent comme des lames de couteaux et transpercent les pattes de ces parasites : ils sont alors littéralement cloués sur place.

Les feuilles de haricot pourraient théoriquement être utilisées comme remède contre les punaises de lit.

Cependant, elles ont tendance à sécher rapidement et leur utilisation prolongée n’est pas possible.

Les auteurs cherchent désormais à copier la structure de ces feuilles pour mettre au point un matériau aux propriétés similaires.

Hélas, leurs résultats n’ont rien donné pour le moment...

Les matériaux fabriqués ne fonctionnent pas aussi bien que la surface végétale.

Selon Michael Potter, participant à cette étude, « la nature est difficile à imiter, mais les bénéfices pourraient être énormes ».

Repost 0
Published by Jean-Pierre LABLANCHY - CHRONIMED - dans Infections froides Concept
commenter cet article
13 janvier 2017 5 13 /01 /janvier /2017 07:44

Le microbiome interagit avec les traitements en psychiatrie.

Les gens qui éprouvent un «boule dans l'estomac» en période de stress comprendront le lien entre l'intestin et l'humeur d'une personne.

Il existe maintenant des preuves scientifiques à l'appui de ce lien.

Une nouvelle étude fournit des preuves supplémentaires que le microbiome d'une personne (les micro-organismes trouvés dans une niche particulière et qui interagissent avec le corps) joue un rôle important dans la santé et la maladie.

Cette fois, la preuve pointe vers le bien-être psychologique, et plus spécifiquement l'humeur et l'équilibre mental.

La preuve vient du laboratoire du Dr Vicki Ellingrod. L'universitaire a entrepris des études sur la connexion entre le microbiote intestinal et les états d'humeur et d'anxiété.

Plus précisément, ce lien a été démontré à l'aide de rats. Pour la recherche, les rats de laboratoire ont été soumis à un stress chronique sur une période de sept semaines.

Pendant ce temps, la diversité des microorganismes intestinaux a été évaluée en utilisant des méthodes de sondes génétique.

On a constaté que, pendant la contrainte, la population de microorganismes diminue (à un rythme proportionnel à l'augmentation du stress). En outre, comme les populations microbiennes ont diminué le comportement des rats est modifié et ils ont commencé à montrer ce que les chercheurs ont décrit comme un comportement "désespoir-like".

Dans un second cycle de recherche, les microorganismes particuliers associés aux rats stressés ont été transférés dans un nouveau groupe de rongeurs qui n'avaient pas été soumis aux facteurs de stress.

Fait intéressant, ces rats ont commencé à démontrer des changements comportementaux similaires après seulement cinq jours. L'alternance suggère que la composition des microorganismes résidant dans l'intestin est reliée à des réponses de type stress.

Les tests effectués sur des êtres humains ayant des problèmes de santé mentale, tels que la dépression et le trouble bipolaire, suggèrent également une réduction de la diversité et de la population de microorganismes chez les personnes atteintes de telles conditions par rapport à la population générale.

Étant donné que certaines personnes souffrant de dépression, prennent des médicaments antidépresseurs, ce qui amène une prise de poids, ce changement de masse corporelle pourrait être attribuable à des changements dans le profil microbien.

L'implication de la recherche pointe vers une cure microbienne pour le stress impliquant l'utilisation d'un cocktail approprié de microbes vivants (un probiotique).

La recherche a été publiée dans la revue Neuropsychopharmacology.

L'étude de recherche est appelée «Communauté microbienne intestinale et les changements comportementaux dans un modèle de stress chronique doux de dépression chez les rats.

" Lire la suite:

http://www.digitaljournal.com/life/health/how-your-microbiome-may-affect-mental-illness/article/481969#ixzz4VcXb90dR

Repost 0
Published by Jean-Pierre LABLANCHY - CHRONIMED - dans Infections froides
commenter cet article
11 janvier 2017 3 11 /01 /janvier /2017 10:23

Au moins 27 000 personnes seraient touchées par la maladie de Lyme, transmise par la tique, chaque année en France. PODCAST Pr Perronne.

 

La maladie de Lyme : une maladie protéiforme dont le diagnostic est compliqué et du coup le traitement aléatoire et parfois mal ciblé.

Après les Etats-Unis, la France promet un plan national de lutte contre la maladie qui devrait être opérationnel d’ici l’été prochain. Des centres régionaux spécialisés devraient voir le jour, ainsi qu’un protocole national de diagnostic et de soin.

Ces annonces clarifient un peu une vive controverse scientifique. Sur la maladie de Lyme, le corps médical est divisé entre orthodoxes et hétérodoxes, les associations de malades sont exaspérées. Pour quelles raisons ? On ouvre le débat dans le téléphone sonne !

Les invités

Chef du service des maladies infectieuses de l'hôpital de la Pitié Salpêtrière

Chef de service en infectiologie à l’hôpital Raymond-Poincaré de Garches

Journaliste

 

PODCAST :

https://www.franceinter.fr/emissions/le-telephone-sonne/le-telephone-sonne-10-janvier-2017

Repost 0
Published by Jean-Pierre LABLANCHY - CHRONIMED - dans Infections froides
commenter cet article
11 janvier 2017 3 11 /01 /janvier /2017 09:40

Les maladies auto-immunes des articulations sont liées à la maladie de Lyme.

 

Arthritis Rheumatol; ePub 2016 Dec 28; Arvikar, et al

January 9, 2017

Rheumatoid Arthritis for January/February 2017

 

Les maladies auto-immunes systémiques des articulations ( p. ex. arthrite rhumatoïde [AR], arthrite psoriasique [PSA], spondyarthrite périphérique [SpA]) peuvent suivre la maladie de Lyme, selon une étude récente.

 

Les chercheurs ont examiné les dossiers de tous les patients adultes suivis dans une clinique d'arthrite de Lyme (LA) sur une période de 13 ans, dans lesquels il y avait une maladie systémique auto-immune diagnostiquée et touchant les articulations après la maladie de Lyme.

Ils ont trouvé:


• 30 patients qui ont été identifiés qui avaient développé un nouveau syndrome de maladie  auto-immune systémique des articulations avec une médiane de 4 mois après la maladie de Lyme (habituellement manifestée par l'érythème migrant [EM]).
• 15 souffraient d'arthrite rhumatoïde (RA), 13 souffraient d'arthrite psoriasique (PsA) et 2 souffraient de spondyarthrite périphérique (SpA).
• Les 30 patients présentaient généralement une polyarthrite, et ceux qui avaient une PsA ou une SpA avaient souvent un psoriasis, une atteinte axiale ou une enthésite antérieures.
• La plupart des patients présentant des troubles systémiques auto-immuns des articulations étaient positifs pour les anticorps IgG de B burgdorferi, détectés par dosage immunoenzymatique, mais avaient des titres significativement plus faibles et des fréquences inférieures d'auto-anticorps associés à la maladie de Lyme que les patients atteints de LA.

 

 

Citations:

Arvikar SL, Crowley JT. Sulka KB, Steere AC. Autoimmune arthritides, rheumatoid arthritis, psoriatic arthritis, or peripheral spondyloarthritis following Lyme disease. [Published online ahead of print December 28, 2016]. Arthritis Rheumatol. doi:10.1002/art.39866.

 

Repost 0
Published by Jean-Pierre LABLANCHY - CHRONIMED - dans Infections froides
commenter cet article
8 janvier 2017 7 08 /01 /janvier /2017 09:18

Les anticorps de patients atteints de sclérose en plaques reconnaissent préférentiellement l'adhésine hyperglucosylée d'Haemophilus influenzae non typable.

Walvoort MT, et al. Sci Rep. 2016.

Dans les maladies auto-immunes, il a été proposé que des "déclencheurs moléculaires" exogènes, c'est-à-dire que ce soit des "agents non infectieux non accompagnés", pourrait perturber le contrôle du système immunitaire adaptatif et entraîner des pathologies graves.

L'étiologie de la sclérose en plaques (SM) reste incertaine.

Cependant, des données épidémiologiques suggèrent que l'exposition à des agents infectieux peut être associée à un risque accru de SEP et que la progression peut être liée à des molécules antigéniques exogènes, dérivées de bactéries, imitant des glycoconjugués de surface de cellules de mammifères déclenchant des réponses auto-immunes.

Auparavant, des anticorps spécifiques d'un glucopeptide de glucoasparagine (N-Glc), CSF114 (N-Glc), ont été identifiés dans des sérums d'une sous-population de patients atteints de SP.

Puisque le répertoire du glycoprotéome humain ne possède pas cet acide aminé modifié de manière unique, nous avons tourné notre attention vers des bactéries, c'est-à-dire Haemophilus influenzae, exprimant des adhésines de surface cellulaire comprenant le N-Glc pour établir une connexion entre l'infection par H. influenzae et la SEP.

Nous avons exploité la machinerie biosynthétique de l'agent pathogène opportuniste H. influenzae (et des enzymes homologues de A. pleuropneumoniae) pour produire un ensemble unique de protéines d'adhésine glucosylées définies.

De façon intéressante, nous avons révélé qu'un domaine protéique hyperglucosylé, basé sur l'adhésine de surface cellulaire HMW1A, est préférentiellement reconnu par des anticorps provenant de sérums d'une sous-population de patients atteints de SP. En conclusion, l'adhésine hyperglucosylée est le premier exemple d'antigène natif N-glucosylé qui peut être considéré comme un candidat pertinent pour déclencher des anticorps pathogènes dans la SEP.

PMID 28008952 [PubMed - en cours]

Texte intégral Http://www.nature.com/articles/srep39430

Repost 0
Published by Jean-Pierre LABLANCHY - CHRONIMED - dans Infections froides
commenter cet article
8 janvier 2017 7 08 /01 /janvier /2017 09:02

Approches novatrices pour le contrôle des biofilms cliniquement pertinents: tendances actuelles et perspectives futures.

Ivanova K, et al. Curr Top Med Chem. 2017.

Les bactéries qui colonisent et forment des biofilms sur les tissus vivants et les dispositifs médicaux sont une préoccupation mondiale pour la santé.

Ils causent des infections mortelles et sont associés à une mortalité et une morbidité accrues dans les hôpitaux.

Bien que les antibiotiques aient été appliqués avec succès pour le traitement des maladies bactériennes, les changements adaptatifs et génétiques des microorganismes dans les biofilms les rendent intrinsèquement résistants à tous les agents antibactériens connus.

Par conséquent, de nouvelles stratégies antimicrobiennes qui n'exercent pas de pression sélective sur la population bactérienne et minimisent le risque d'apparition de résistance ont été recherchées pour prévenir et traiter les infections liées au biofilm.

Le but de cette revue est de donner un aperçu critique des nombreux groupes et de la raison d'être des matériaux et des surfaces avancés possédant des propriétés antibactériennes et antibactériennes.

Le développement de revêtements d'antibiofilm à base de molécules interférant avec la communication cellule-cellule bactérienne et l'intégrité du biofilm sont discutés.

La transformation nanométrique d'antibiotiques obsolètes et la fonctionnalisation de surface avec des bactériophages et des antibactériens naturels comprenant des enzymes, des peptides antimicrobiens et des polyphénols sont également envisagées.

Enfin, des efforts récents visant à concevoir une nouvelle génération de matériaux antibactériens intégrés sont rapportés.

PMID 28056746 [PubMed - fourni par l'éditeur]

Repost 0
Published by Jean-Pierre LABLANCHY - CHRONIMED - dans Infections froides
commenter cet article
8 janvier 2017 7 08 /01 /janvier /2017 08:53

Agents infectieux et maladies neurodégénératives:

Alam MZ, et al. Curr Top Med Chem. 2017.

Des études récentes ont montré que les infections bactériennes et virales sont des facteurs de risque de diverses maladies neurodégénératives telles que la sclérose latérale amyotrophique (SLA), la sclérose en plaques (SM), la maladie d'Alzheimer (AD) et la maladie de Lyme (LD).

Cependant, il est toujours controversé comment les infections jouent un rôle dans la progression des maladies neurologiques.

Les infections du système nerveux central peuvent entraîner des dommages multiples dans les cellules infectées et voisines.

L'infection conduit à l'activation des processus inflammatoires et des réponses immunitaires de l'hôte, qui agit comme mécanisme de défense et provoque également des dommages aux fonctions neuronales de l'hôte et la viabilité.

Plusieurs pathogènes bactériens et viraux ont été signalés pour la neurodégénérescence, comme la production et le dépôt d'agrégats de protéines mal repliés, le stress oxydatif, les processus autophagiques déficients, les synaptopathies et la mort neuronale.

Ces effets peuvent agir en combinaison avec d'autres facteurs, comme le vieillissement, les maladies métaboliques et la composition génétique de l'hôte.

Nous nous concentrerons dans cette étude sur le lien possible entre la neurodégénérescence et les infections en particulier Chlamydophila pneumoniae, Borrelia burgdorferi, Mycoplasma etc.

PMID 28049398 [PubMed - fourni par l'éditeur]

Repost 0
Published by Jean-Pierre LABLANCHY - CHRONIMED - dans Infections froides
commenter cet article
8 janvier 2017 7 08 /01 /janvier /2017 08:43

Les acides gras oméga 3 et la parodontite chez les adultes américains

Asghar Z. Naqvi, MD, MPH, MNSa, b, Catherine Buettner, MD, MPHa, b, Russell S. Phillips, MDa, b, Roger B. Davis, ScDa, b, c et Kenneth J. Mukamal, MD, MPH, MAa, b, c aHarvard Medical School, Boston, MA BBeth Israël Deaconess Medical Center, Boston, MA École de santé publique de Boston, Boston, MA

La parodontite est une maladie inflammatoire chronique chronique causée par l'accumulation de matrice bactérienne à la ligne des gencives.

Elle est caractérisée par la séparation des gencives et de la dent, qui forme une poche parodontale et peut conduire à l'os et à la perte des dents.

Les thérapies traditionnelles pour la parodontite se concentrent sur le ciblage de l'infection bactérienne, qui peut être l'événement initiateur responsable de l'inflammation et la destruction des tissus. Des stratégies thérapeutiques plus récentes ont ciblé la réponse de l'hôte à l'infection bactérienne, qui peut jouer un rôle plus crucial dans la pathogenèse de la parodontite et ses effets systémiques associés.

Dans les modèles animaux, la parodontite induit l'accumulation de plaques grasses dans les vaisseaux sanguins, (1) qui semble être due à des réponses inflammatoires de l'hôte aux bactéries, plutôt qu'aux bactéries elles mêmes.

Les acides gras polyinsaturés (AGPI) sont des acides gras avec plus d'une double liaison carbone-carbone, y compris les acides gras oméga 3 (n-3), oméga 6 (n-6) et oméga 9 (n-9). N-3 provenant de sources marines comme l'acide eicosapentaénoïque (EPA) et l'acide docosahexaénoïque (DHA), et des sources végétales comme l'acide linolénique (LNA), qui comprend l'acide alpha-linolénique (ALA) et un acide gras n-6 apparenté (3-5)

En effet, l'application topique de produits bioactifs dérivés d'acides gras n-3 (y compris le DHA et l'EPA) confère une protection spectaculaire contre l'inflammation (GLA), l'acide gamma-linolénique (GLA) - induite de la perte tissulaire et osseuse associée à la parodontite dans des modèles expérimentaux (6).

Chez l'homme, un essai a randomisé 30 sujets atteints de parodontite reçoivent 12 semaines de traitement systémique de l'EPA, du GLA, de l'EPA et du GLA, ou du placebo d'huile d'olive. (7)

L'étude a montré une diminution significative de la profondeur de sondage chez les patients recevant cette supplementation

Tendance à la diminution de la profondeur de sondage chez les sujets recevant l'EPA seul.

Cependant, on ignore si l'apport de LNA ou de DHA est également inversement associé à la parodontite chez l'homme.

De plus, il n'existe pas d'études de population importantes sur la parodontite et les AGPI dont on pense qu'elles ont des propriétés anti-inflammatoires, comme le DHA, l'EPA et le LNA.

Cette étude vise à examiner l'association entre ces n-3 et la prévalence de la parodontite dans un échantillon national représentatif d'adultes.

Texte intégral : Https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pmc/articles/PMC3320731/

Repost 0
Published by Jean-Pierre LABLANCHY - CHRONIMED - dans Nutrition Infections froides
commenter cet article
6 janvier 2017 5 06 /01 /janvier /2017 22:47

Naltrexone à faible dose pour le traitement de la fibromyalgie: résultats d'un petit essai randomisé, en double aveugle, contrôlé par placebo, contrebalancé, évaluant les niveaux de douleur quotidiens.

Essai contrôlé randomisé

Younger J, et al. Arthrite rénale

OBJECTIF:

Déterminer si de faibles doses (4,5 mg / jour) de naltrexone réduisent la gravité de la fibromyalgie par rapport aux effets non spécifiques du placebo.

Dans cette étude de réplication et d'extension d'un essai clinique antérieur, nous avons testé l'impact de la faible dose de naltrexone sur la douleur quotidienne autodéclarée.

Les résultats secondaires comprenaient la satisfaction générale à la vie, l'humeur positive, la qualité du sommeil et la fatigue.

Méthodes:

Trente et une femmes atteintes de fibromyalgie ont participé à l'étude randomisée, en double aveugle, contrôlée par placebo et contrebalancée. Pendant la phase active, les participants ont reçu 4,5 mg de naltrexone par jour.

Une conception longitudinale intensive a été utilisée pour mesurer les niveaux quotidiens de douleur.

Nous avons observé une réduction significativement plus importante de la douleur initiale chez les patients prenant une dose faible de naltrexone que chez ceux recevant le placebo (réduction de 28,8% versus réduction de 18,0%, p = 0,016).

Une faible dose de naltrexone a également été associée à une amélioration de la satisfaction générale à l'égard de la vie (P = 0,045) et à une amélioration de l'humeur (P = 0,039), mais sans amélioration de la fatigue ou du sommeil.

Trente-deux pour cent des participants ont répondu aux critères de réponse (définis comme une réduction significative de la douleur plus une réduction significative de la fatigue ou des troubles du sommeil) lors d'un traitement à faible dose de naltrexone, contrairement à un taux de réponse de 11% = 0,05).

La dose faible de naltrexone a été jugée tout aussi tolérable que le placebo et aucun effet secondaire grave n'a été rapporté.

CONCLUSION:

La preuve préliminaire continue de montrer que la faible dose de naltrexone a un effet spécifique et cliniquement bénéfique sur la douleur fibromyalgie.

Le médicament est largement disponible, peu coûteux, sûr et bien toléré.

Des essais contrôlés randomisés en groupes parallèles sont nécessaires pour déterminer pleinement l'efficacité du médicament.

Copyright © 2013 par l'American College of Rheumatology. PMID 23359310 [PubMed - indexé pour MEDLINE]

Repost 0
Published by Jean-Pierre LABLANCHY - CHRONIMED - dans Infections froides
commenter cet article