Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
22 août 2017 2 22 /08 /août /2017 21:28

Angleterre : Matt Dawson victime de la maladie de Lyme

Le 22/08/2017

Le demi de mêlée des Wasps, Matt Dawson: Opéré du coeur, l'ancien capitaine et demi de mêlée du XV d'Angleterre avoue avoir été victime de la maladie de Lyme après avoir été piqué par une tique dans un parc de Londres.

L'année dernière, alors qu'il se promenait en famille avec ses enfants dans un parc londonien, Matt Dawson, 44 ans, ancien demi de mêlée et capitaine du XV d'Angleterre (77 sélections), champion du monde en 2003, a été piqué par une tique qui lui a occasionné une infection et des états fiévreux.

Après avoir été diagnostiqué victime de la maladie de Lyme, Dawson, dont le sang a été infecté, a été opéré du cœur à de multiples reprises afin d'éviter l'infarctus.

«J'ai eu très peur pour moi et ma famille», avoue aujourd'hui l'ancien international de Northampton puis des Wasps.

Après dix mois de traitement intensif, et toujours sous surveillance, Dawson semble désormais sorti d'affaire.

Mais d'après les médecins qui le suivent, il devra attendre encore quelques temps avant de recouvrer l'intégralité de ses moyens physiques.

Rappelons qu'en France, pour ne rester que dans l'univers du sport, notre confrère Jean-Paul Rey (La Dépêche, Var-Matin, Midi-Olympique), spécialiste de rugby et de cyclisme, est décédé en mars 2017 à l'âge de 71 ans des suites de la maladie de Lyme.

Quinze mille cas semblables sont détectés chaque année en France.

Angleterre : Matt Dawson victime de la maladie de Lyme
Repost 0
Published by Jean-Pierre LABLANCHY - CHRONIMED - dans Infections froides
commenter cet article
15 août 2017 2 15 /08 /août /2017 06:10

Étude: Les bactéries intestinales peuvent causer, prédire et prévenir la polyarthrite rhumatoïde MAYO CLINIQUE ROCHESTER, Minn.

Les bactéries dans votre intestin font plus que décomposer vos aliments.

Ils peuvent également prédire la susceptibilité à la polyarthrite rhumatoïde, suggère Veena Taneja, Ph.D., une immunologiste au Centre de Médecine Individuelle de Mayo Clinic.

Le Dr Taneja a récemment publié deux études - une dans Génome Médicale et une dans l'arthrite et la rhumatologie - reliant les points entre le microbiota intestinal et la polyarthrite rhumatoïde.

Plus de 1,5 million d'Américains souffrent d'arthrite rhumatoïde, un trouble qui cause un gonflement douloureux dans les articulations.

Les scientifiques ont une compréhension limitée des processus qui déclenchent la maladie.

Le Dr Taneja et son équipe ont identifié les bactéries intestinales comme une cause possible;

Leurs études indiquent que le test de microbiota spécifique dans l'intestin peut aider les médecins à prédire et à prévenir l'apparition de la polyarthrite rhumatoïde.

«Ce sont des découvertes passionnantes que nous pourrions utiliser pour personnaliser le traitement des patients», a déclaré le Dr Taneja.

L'article publié dans Genome Medicine résume une étude sur les patients souffrant d'arthrite rhumatoïde, leurs proches et un groupe témoin sain.

L'étude visait à trouver un biomarqueur - ou une substance qui indique une maladie, une affection ou un phénomène - qui prédit la susceptibilité à la polyarthrite rhumatoïde.

Ils ont noté qu'une abondance de certaines lignées bactériennes rares provoque un déséquilibre microbien qui se retrouve chez les patients souffrant d'arthrite rhumatoïde.

«En utilisant la technologie de séquençage génomique, nous avons pu identifier certains microbes intestinaux qui étaient normalement rares et peu abondants chez des individus en bonne santé, mais élargis chez des patients souffrant de polyarthrite rhumatoïde», a déclaré le Dr Taneja. Implications pour prédire et prévenir la polyarthrite rhumatoïde

Après d'autres recherches sur des souris et, éventuellement, des microbilles intestinales et des signatures métaboliques pourraient aider les scientifiques à construire un profil prédictif pour savoir qui est susceptible de développer de la polyarthrite rhumatoïde et le cours que prendra la maladie, a déclaré le Dr Taneja.

Sur la base d'études sur la souris, les chercheurs ont trouvé une association entre le micro-album de l'intestin et le phénotype de l'arthrite.

La présence de ces bactéries peut conduire à de nouvelles façons de diagnostiquer les patients et de réduire le déséquilibre qui provoque la polyarthrite rhumatoïde avant ou à ses débuts, selon John Davis III, MD et Eric Matteson, MD, rhumatologues de la Clinique Mayo et co- auteurs.

La poursuite de la recherche pourrait conduire à des traitements préventifs. Possibilité d'un traitement plus efficace avec moins d'effets secondaires

Le deuxième article, publié dans Arthritis and Rheumatology, a exploré une autre facette des bactéries intestinales.

Le Dr Taneja a traité un groupe de souris sensibles à l'arthrite avec une bactérie, Prevotella histicola, et l'a comparé à un groupe qui n'avait pas de traitement.

L'étude a révélé que les souris traitées avec la bactérie avaient une diminution de la fréquence et de la gravité des symptômes, et moins de conditions inflammatoires associées à la polyarthrite rhumatoïde.

Le traitement a produit moins d'effets secondaires, tels que le gain de poids et l'atrophie des villosités - une condition qui empêche l'intestin d'absorber les nutriments - qui peut être liée à d'autres traitements plus traditionnels.

Alors que les essais humains n'ont pas encore eu lieu, les systèmes immunitaires et l'arthrite des souris imitent les humains et se révèlent prometteurs pour des effets positifs similaires.

Étant donné que cette bactérie fait partie des intestins humains sains, le traitement est moins susceptible d'avoir des effets secondaires, affirme le coauteur de l'étude, Joseph Murray, M.D., un gastro-entérologue de la Mayo Clinic.

La polyarthrite rhumatoïde est un trouble auto-immun; Il se produit lorsque le corps s'attaque par erreur lui-même.

Le corps décompose les tissus autour des articulations, provoquant un gonflement qui peut éroder l'os et déformer les articulations.

La maladie peut endommager d'autres parties du corps, y compris la peau, les yeux, le cœur, les poumons et les vaisseaux sanguins.

L'étude a été financée par le Centre Mayo Clinic pour la médecine individualisée, qui soutient la recherche qui vise à trouver des traitements compatibles avec la structure génétique unique d'un patient. Il soutient également la transformation des découvertes de recherche en applications pratiques pour les soins aux patients.

Mayo Clinic

Les bactéries intestinales peuvent causer, prédire et prévenir la polyarthrite rhumatoïde.
Repost 0
Published by Jean-Pierre LABLANCHY - CHRONIMED - dans Infections froides
commenter cet article
15 août 2017 2 15 /08 /août /2017 06:00

Des bactéries commensales dérivées de l'intestin humain suppriment la maladie inflammatoire et démyminatrice du SNC (Scérose en Plaques)

Ashutosh Mangalam, Shailesh K. Shahi, David Luckey, Melissa Karau, Eric Marietta, Ningling Luo, Rok Seon Choung, Josephine Ju, Ramakrishna Sompallae, Katherine Gibson-Corley, Robin Patel, Moses Rodriguez, Chella David, Veena Taneja, Joseph Murray

Points forts

• Une bactérie intestinale humaine a un potentiel en thérapie pour la sclérose en plaques (MS)

• P. Histicola peut supprimer la maladie dans un modèle animal préclinique de MS

• P. Histicola supprime la maladie en induisant des cellules T régulatrices CD4 + FoxP3 +

L'intestin humain est colonisé par un grand nombre de microorganismes (~ 1013 bactéries) qui supportent diverses fonctions physiologiques.

Une perturbation dans le microbiome sain peut conduire au développement de maladies inflammatoires, telles que la sclérose en plaques (MS).

Par conséquent, les commensions intestinales pourraient offrir des options thérapeutiques prometteuses pour le traitement de la SP et d'autres maladies.

Nous rapportons l'identification des bactéries commensales dérivées d'intestins humains,

Prevotella histicola, qui peuvent supprimer l'encéphalomyélite auto-immune expérimentale (EAE) dans un modèle de souris transgénique d'antigène leucocytaire humain (HLA) de classe II.

P. histicola supprime la maladie par la modulation des réponses immunitaires systémiques. Le dépistage de P. histicola a entraîné une diminution des cellules Th1 et Th17 pro-inflammatoires et une augmentation des fréquences des cellules T régulatrices CD4 + FoxP3 +, des cellules dendritiques tolérantes et des macrophages suppressifs.

Notre étude fournit des preuves que l'administration de commensaux intestinaux peut réguler une réponse immunitaire systémique et peut donc avoir un rôle possible dans les stratégies de traitement pour la SEP.

Http://www.cell.com/cell-reports/fulltext/S2211-1247%2817%2930997-X?_returnURL=http%3A%2F%2Flinkinghub.elsevier.com%2Fretrieve%2Fpii%2FS221112471730997X%3Fshowall%3Dtrue# .WYwbok3Ibgo.twitter Accès ouvert DOI: http://dx.doi.org/10.1016/j.celrep.2017.07.031

Des bactéries commensales dérivées de l'intestin humain suppriment la maladie inflammatoire et démyminatrice du SNC (Scérose en Plaques). Prevotella histicola.

Article complet :

http://www.cell.com/cell-reports/fulltext/S2211-1247%2817%2930997-X?_returnURL=http%3A%2F%2Flinkinghub.elsevier.com%2Fretrieve%2Fpii%2FS221112471730997X%3Fshowall%3Dtrue#.WYwbok3Ibgo.twitter

Repost 0
Published by Jean-Pierre LABLANCHY - CHRONIMED - dans Infections froides
commenter cet article
15 août 2017 2 15 /08 /août /2017 04:05

Récemment, la dengue a été signalée en Haute-Garonne et un cas autochtone de chikungunya a été confirmé dans le Var.

Les deux maladies sont transmises par le moustique-tigre.

Des opérations de démoustication ont dû être programmées.

Depuis le 1er mai 2017, ce sont plus de 60 cas de dengue qui ont été déclarés en France métropolitaine, mais tous étaient importés, c’est-à-dire qu'ils provenaient de personnes revenues de voyages.

En Haute-Garonne, suite à plusieurs cas confirmés de dengue, des opérations de démoustication utilisant des insecticides ont eu lieu, notamment dans des quartiers de Toulouse, afin de supprimer le vecteur de la maladie : le moustique-tigre.

Un cas autochtone de chikungunya dans le Var

Si, pour l’instant, il ne semble pas y avoir de transmission autochtone de la dengue en Métropole, la situation est différente pour le chikungunya : le 11 août 2017, dans le Var, un cas autochtone a été confirmé par le Centre national de référence des arbovirus.

Le patient varois ne revenait pas d’une région contaminée par le chikungunya, il aurait donc contracté le virus en France métropolitaine, piqué par un moustique.

Ce premier cas autochtone s’ajoute aux deux autres cas de chikungunya importés déjà recensés en Métropole.

Depuis le 1er mai 2017, il y a aussi eu cinq cas de Zika confirmés en France métropolitaine, mais tous importés.

Dengue et chikungunya : rares mais néanmoins présents en Métropole Article de Relaxnews paru le 18 décembre 2012

La dengue et le chikungunya ne sont plus uniquement des maladies tropicales.

La Métropole a connu à peu près 400 cas de ces deux maladies en 2011, dont des cas autochtones.

Mêmes si ces maladies restent rares, les moustiques responsables s’installent peu à peu sur le territoire.

Comment faire face dans le futur ?

Une cinquantaine de cas de chikungunya et près de 350 cas de dengue ont été observés en France métropolitaine en 2011, d'après le dernier Bulletin Épidémiologique Hebdomadaire (BEH) de l'Institut de veille sanitaire (InVS), publié mardi 18 décembre.

Ces chiffres témoignent de la présence de la dengue et du chikungunya sur le territoire métropolitain, mais dans une moindre mesure.

Les auteurs du BEH précisent que la majorité des signalements effectués au réseau de surveillance renforcée dans les départements où le moustique vecteur est implanté (Corse, Provence - Alpes - Côte d'Azur et Languedoc-Roussillon) étaient des cas suspects autochtones.

La dengue, comme le chikungunya, est causée par un virus.

Les deux maladies, d'origine tropicale, commencent à prendre leurs aises sur le territoire métropolitain...

L’Île-de-France, la plus touchée par la dengue et le chikungunya

Concernant les cas importés, l'ensemble des signalements effectués pour le chikungunya provenaient du Congo, d'Inde, d'Indonésie, du Laos, des Maldives et de Mayotte, alors que les cas de dengue provenaient essentiellement d'Asie du Sud-Est et des Antilles françaises.

En France métropolitaine, les cas étaient essentiellement répartis en Île-de-France (40 %) et en Provence - Alpes - Côte d'Azur (15 %). «

Le nombre de cas importés de chikungunya et de dengue en France métropolitaine est essentiellement déterminé par le contexte épidémiologique international et le flux des voyageurs des zones où ces virus circulent.

Avec l'extension de l'implantation du vecteur vers d'autres régions métropolitaines, une réflexion sur une évolution du plan antidissémination du chikungunya et de la dengue doit être envisagée », concluent les auteurs du BEH.

Transmises par le moustique tigre, la dengue et le chikungunya sont en France.
Repost 0
Published by Jean-Pierre LABLANCHY - CHRONIMED - dans Infections froides
commenter cet article
14 août 2017 1 14 /08 /août /2017 16:58

Maladie de Lyme: le tueur masqué sur Paris Match. Douleurs articulaires, lésions neurologiques, paralysies, ses séquelles sont graves alors qu’une prise massive et rapide d’antibiotiques en viendrait à bout.

Enquête et témoignages. Quand mon amie Fabienne Piel me téléphone ce jour de février 2016, la fluidité de ses propos et le ton énergique de sa voix me sidèrent. Sa conversation n’est plus hachée ni hésitante. Il y a dix ans, pourtant, le neurologue du CHU de Montpellier lui annonçait qu’elle était atteinte de la maladie d’Alzheimer.

A 42 ans, elle est affectée par des troubles de la mémoire.

Elle a oublié sa chienne rottweiller dans le coffre de sa voiture et l’a cherchée pendant deux jours. Incapable de se concentrer, elle a aussi abandonné son élevage de chiens.

A l’IRM, les plaques amyloïdes, qui détruisent les neurones, ont rendu leur verdict : on lui prescrit un traitement pour enrayer un Alzheimer précoce. En vain.

Jusqu’au coup de fil. Fabienne me raconte que le Dr Philippe Bottero, médecin généraliste à Nyons, dans la Drôme, lui a diagnostiqué la maladie de Lyme.

C’est une pathologie infectieuse, dont la bactérie, appelée « Borrelia burgdorferi », est transmise par la tique.

Après neuf mois sous antibiotiques, Fabienne a retrouvé un confort de vie et surtout une clarté d’esprit.

Elle a entamé le chemin de Saint-Jacques-de-Compostelle avec son âne et s’est occupée seule de leur maison d’hôtes de Bollène.

Un an plus tôt, elle collait encore des Post-it sur son frigo pour ne rien oublier... mais oubliait de les lire !

Son témoignage relance ces questions : pourquoi aucun traitement ne guérit la maladie d’Alzheimer alors que les chercheurs croulent sous l’argent légué par les malades décédés ?

Et s’il suffisait de simples antibiotiques pour en atténuer les symptômes ?

Une des origines de l’Alzheimer serait-elle une maladie infectieuse due à la « Borrelia » de Lyme ?

Le Dr Judith Miklossy, neurologue à Lausanne, en est convaincue : « En 1988, lors d’une autopsie, j’ai observé le cerveau d’un mort par infarctus et j’y ai découvert des borrélies de Lyme qui avaient fabriqué des plaques amyloïdes identiques à celles d’Alzheimer.

» Elle ajoute :

« En 1986 et 1987, deux biopsies de cerveaux de malades d’Alzheimer ont révélé la présence de borrélies. Selon le spécialiste américain de Lyme Alan Mac- Donald, ce sont elles qui ont créé des lésions cérébrales typiques d’Alzheimer. »

Par la suite, une étude a montré que, sur 27 cas d’Alzheimer, 14 comportaient des borrélies dans leur liquide céphalo-rachidien, leur sang et leur cerveau.

Plus de la moitié des patients auraient donc été victimes d’une erreur de diagnostic : ils n’avaient pas Alzheimer mais la forme chronique de la maladie de Lyme, appelée « neuroborréliose ».

Quant aux 13 autres, pourraient-ils avoir été infectés par une autre bactérie que « Borrelia » ? Diagnostiqués Alzheimer, ils auraient eu la maladie de Lyme « Oui, suppose le Dr Judith Miklossy. Avec la piqûre de la tique porteuse de Lyme, il existe toujours des co-infections. Il est donc urgent de traiter ces maladies infectieuses avec de la pénicilline.

» Qu’est-ce que cette maladie de Lyme, qui avance masquée et provoque des symptômes empruntés à d’autres maladies graves comme Alzheimer ?

Une imitatrice, comme on appelait la syphilis autrefois ? En tout cas, seul un lourd traitement d’antibiotiques permet de la débusquer et de l’empêcher de nuire davantage. Sinon, elle continue à se dissimuler derrière des noms terrifiants comme schizophrénie,

Parkinson, dépression, troubles bipolaires, infarctus, méningite, sclérose en plaques, polyarthrite rhumatoïde, et même... autisme.

Un test d’antibiotiques sur 200 enfants a montré que quatre sur cinq avaient moins de troubles comportementaux au bout de trois mois de traitement ! Pour le Pr Luc Montagnier, découvreur du virus du sida, « certaines maladies dites psychiatriques sont d’origine infectieuse ».

Alors, avant de diagnostiquer une de ces lourdes pathologies, pourquoi ne pas commencer par un traitement antibiotique qui éliminerait d’emblée la forme chronique de la maladie de Lyme ?

Nombreux sont ceux qui ont été un jour piqués par une tique infectée par « Borrelia », sans le savoir.

Sa piqûre est indolore puisque la salive du parasite est anesthésiante et sa trace sur la peau disparaît en peu de temps.

En outre, la bactérie peut rester à l’abri des cellules pendant des années jusqu’à la survenue d’un facteur déclencheur.

On estime à 300 000 le nombre de nouveaux cas par an aux Etats-Unis, plus de 1 million de personnes seraient touchées en Europe et une sur quatre-vingts dans le monde.

Le Pr Montagnier parle de « pandémie du XXIe siècle ».

Les borrélies existent depuis la préhistoire.

Mais le fléau actuel commence en 1972, aux Etats-Unis, à Old Lyme, Lyme et East Haddam, des villages du Connecticut, quand une épidémie d’arthrite alerte la population. Lyme donne son nom à cette maladie encore inconnue.

Ce n’est qu’en 1982 que le bactériologiste Willy Burgdorfer met en évidence cette souche de « Borrelia » décrite ainsi : une bactérie qui change d’apparence, une ennemie redoutable.

Virulente, elle pénètre dans les cellules et y fabrique des leurres. Elle a un ADN plus complexe que les autres bactéries et défie les anticorps.

Et, peu à peu, elle empêche ses victimes de mener une vie normale. Assia Salve, 45 ans, psychiatre addictologue au CHU de Dijon, évoque son chemin de croix :

« En avril 2012, j’ai de la fièvre, des douleurs musculaires et articulaires. Un bilan sanguin laisse apparaître une infection virale.

Déjà, en 2002, j’avais eu des vertiges, des brûlures dans les mains et une réaction méningée. J’avais alors pensé à la sclérose en plaques.

En 2012, quand les symptômes reviennent, on me met sous cortisone.

Je ne tiens plus debout.

Je me dis que je fais une dépression atypique.

Mais les antidépresseurs sont sans effet.

Comme mon examen clinique est toujours normal, je suis placée en unité de surveillance, où personne ne croit à mes symptômes.

On me parque en maison de repos pour alcooliques et déments. Le cauchemar !

De retour chez moi, grabataire, je me bourre de vitamines, ma famille se relaie à mon chevet.

Mon expertise psychiatrique pour suspicion d’hypocondrie ne donne rien. Ni celle pour anorexie mentale. Entre-temps, je fais 22 tubes de prélèvements pour détecter un éventuel cancer.

Mon cardiologue, qui a entendu parler de la maladie de Lyme, me dirige vers le Pr Christian Perronne* du CHU de Garches, un des meilleurs spécialistes mondiaux.

En mars 2015, j’obtiens enfin un rendez-vous.

Pour la première fois, je me sens écoutée et on me fait un bilan sérologique complet.

C’est ainsi que j’apprends que les tests de dépistage de la borréliose sont faussés en France.

J’ai dû les envoyer dans la seule clinique spécialisée d’Europe, le Centre de la borréliose d’Augsbourg (BCA), en Allemagne !

Je démarre un traitement antibiotique par intraveineuse.

Les toxines des bactéries compliquent encore mon état : les borrélies sont en train de lutter pour leur survie.

Miracle, en dix-neuf jours, je ne ressens plus la fatigue écrasante.

Mais, en novembre 2015, je rechute. Je dois me remettre sous antibiotiques.

Depuis, ça va mieux, malgré une raideur de la nuque, des problèmes de déglutition et des brûlures aux yeux.

A présent, je sais que la borréliose a profité de mon infection virale pour se développer.

C’est dommage que la plupart des médecins français ne reconnaissent toujours pas les ravages de la maladie de Lyme... » Avec des symptômes différents, même parcours du combattant pour Juliette Martin, 17 ans, qui vit à Nantes.

Son père le retrace.

« Dès février 2014, ma fille enchaîne les syncopes au lycée.

Après scanner et ponction lombaire, le neurologue pense à des migraines. De février à juin 2014, elle a des nausées et sa fatigue persiste.

En août, en colonie de vacances sur les îles du Frioul, elle refait des syncopes.

Au CHU de la Timone, à Marseille, on ne lui trouve rien d’anormal. En septembre, on voit un cardiologue au CHU de Nantes.

Toujours sans résultat.

Placée en médecine interne en novembre, elle multiplie les malaises : épilepsie, épuisement, douleurs articulaires.

En décembre, elle est paralysée. Mais comme l’IRM ne détecte rien sur le plan neurologique, le corps médical se révèle impuissant.

Nous pensons à la maladie de Lyme. En 2010, Juliette a en effet été piquée par un insecte.

Le médecin lui a donné un traitement d’antibiotiques pendant une semaine.

Par l’association France Lyme, nous sommes dirigés vers un généraliste de Rennes.

Il envoie son bilan sanguin chez un vétérinaire – leurs tests sont les plus fiables de France.

Notre fille a bien la borréliose.

Suivie par le Pr Perronne, il semble que Juliette soit en rémission.

Au CHU de Nantes, elle avait été observée par trois psychiatres. Heureusement qu’ils avaient admis qu’elle avait bien toute sa tête ! » Quand la maladie devient chronique, il est rare d’en guérir Par déni ou par ignorance de la maladie, Juliette a évité de peu un internement psychiatrique.

Tout comme Yannick Schraen, 15 ans, diagnostiqué, à tort, hystérique. Il y a deux ans, le garçon présente les symptômes de la grippe.

Puis, il ne peut plus marcher. Au CHU de Lille, on lui fait passer le test de la maladie de Lyme. Négatif.

Il entre dans un centre de rééducation mais, très vite, il ne tient plus assis.

Sa souffrance est indicible. Hospitalisé, sous morphine et sous antidépresseurs, son corps présente des plaques rouges et arrondies.

Par chance, ses parents voient sur France 5 le documentaire de Chantal Perrin,

« Quand les tiques attaquent », où le Pr Perronne témoigne des dangereux effets d’une piqûre de tique. Ils le contactent et le professeur fait hospitaliser leur fils en le mettant sous antibiotiques à hautes doses.

A Noël 2015, Yannick sort de Garches en marchant !

Au troisième stade de la maladie, quand elle devient chronique, il est rare d’en guérir.

Les rémissions alternent avec les rechutes.

Mais, d’après le Pr Perronne, de nombreux patients ont retrouvé un confort de vie.

C’est le cas de Milaine Grolleau,

40 ans, qui vit dans le Puy-de-Dôme. Durant l’été 2013, elle ressent des douleurs sous les pieds. « Je pense à une tendinite et je prends antalgiques et anti-inflammatoires.

Pendant l’hiver, j’ai l’impression qu’on me coupe le bras.

Ma main gauche devient bleue. S’ajoutent des douleurs au ventre.

En avril 2014, je perds 10 kilos, mes cheveux tombent par poignées, j’ai une paralysie faciale.

Ma tension monte à 16/9, mon pouls à 147. Au CHU de Clermont-Ferrand, le neurologue a la quasi-certitude que j’ai une sclérose en plaques. Surprenant, car mon IRM cérébrale est normale ainsi que ma ponction lombaire !

Comme j’ai une quarantaine de symptômes, on me donne des antidépresseurs sous prétexte que c’est moi qui somatise.

Je consulte alors le Dr Bottero. Mes tests sanguins détectent une co-infection à la “Babesia”, un parasite qui atteint les reins des chiens et des chats.

Le 1er août 2015, je prends des antibiotiques.

Deux mois plus tard, mes symptômes disparaissent.

Aujourd’hui, je peux faire 2 kilomètres à pied ! Je prends 400 milligrammes par jour de cette molécule, un traitement qui me coûte 250 euros par mois, non remboursés ! » Les tests sanguins de Frédéric Quemerais étaient – faussement – négatifs !

« Je ne reçois donc pas le traitement précoce qui m’aurait évité de développer la forme chronique de la maladie.

Après un parcours de plusieurs années sans diagnostic, j’arrive dans le service du Pr Perronne : plus de deux ans d’antibiotiques, d’antiparasitaires et d’antifongiques font régresser les symptômes lourds.

Une renaissance !

Mais, en 2015, je rechute. Depuis, je suis sous traitement anti-infectieux. Le plus grave :

ma femme présente des symptômes similaires aux miens.

Comme elle n’était ni diagnostiquée ni traitée pendant ses deux grossesses, nos deux filles sont porteuses d’une borréliose congénitale.

La maladie de Lyme a bouleversé nos existences. » Face à tant de vies brisées, qu’attendent les autorités de santé et le corps médical pour adopter des tests sanguins fiables ?

Au ministère de la Santé, Marisol Touraine aurait annoncé des financements pour la recherche...

Le temps presse au risque d’un scandale sanitaire. * Le Professeur Christian Perronne, le plus grand spécialiste français de la maladie de Lyme, vient de sortir un livre :

« La vérité sur la maladie de Lyme » par le Professeur Christian Perronne, chez Odile Jacob. 1. Trois stades de la maladie de Lyme l Début : la piqûre crée souvent un érythème migrant localisé qui ne démange pas et dont la lésion ovale et rosée, entourée parfois d’un cercle rouge, varie de 2,5 à 50 centimètres. Il disparaît sans séquelle.

La bactérie commence alors sa migration dans le corps. Infection disséminée :problèmes cardiaques, méningés, neurologiques, de peau, d’inflammation aux articulations, à la racine des nerfs. Infection chronique : des années après, elle touche la peau, la moelle épinière et le cerveau, mais aussi les organes.

Résultat : une grande fatigue, des douleurs diffuses et des troubles de la mémoire ou un « brouillard cérébral ». 2. Prévention :

Eviter les hautes herbes.

Glisser le bas du pantalon dans les chaussettes.

S’enduire de répulsif.

En cas de morsure : retirer la tique en la « dévissant » avec un tire-tique. Désinfecter.

Surveiller la morsure pendant un mois.

Si apparaissent rougeur sur la peau, fièvre, douleurs et fatigue, prendre d’urgence un traitement antibiotique. Toutes les tiques ne sont pas porteuses de germes. 3. Voies de transmission: placenta, sexuelles, mammifères, oiseaux, insectes et arthropodes (tiques). Réalité ou légende ?

La maladie de Lyme serait due à une manipulation génétique des tiques Pourquoi, en 1972, les habitants de trois villages du Connecticut ont-ils été les premiers touchés par la maladie de Lyme ?

Parce qu’ils se situent à quelques encablures de Plum Island, une ancienne base de l’armée américaine ?

Celle-ci est pourtant fermée depuis la Seconde Guerre mondiale.

Mais, dès 1949, le gouvernement américain y établit un laboratoire de recherches sur les maladies animales, à l’époque où l’URSS et les Etats-Unis se livrent une guerre scientifique.

Dans le cadre de l’opération secrète du programme Paperclip – l’exfiltration de 2 000 savants nazis – la CIA fait venir un bactériologiste, Erich Traub, qui a sévi sous le IIIe Reich.

Le plan militaire américain aurait été de lancer une guerre bactériologique dirigée sur les animaux de l’Union soviétique pour la neutraliser en affamant ses habitants.

Dans son laboratoire de Plum Island, Erich Traub aurait infecté des bovins, des chevaux et des porcs avec le virus de la fièvre aphteuse.

Mais un revirement a lieu, les Etats-Unis préférant utiliser des armes plus conventionnelles contre l’URSS.

L’île est alors utilisée par le ministère de l’Agriculture qui y poursuivra des recherches moins belliqueuses.

Erich Traub rentre en Allemagne en 1953. Mais un avocat de Long Island, Michael Carroll, sort un best-seller, « Lab 257 », en 2004, où il affirme qu’Erich Traub aurait aussi manipulé des tiques en décuplant leurs quantités de « Borrelia » afin de les rendre plus contagieuses.

Les tiques se seraient échappées de l’île, notamment sur les oiseaux migrateurs qui viennent nicher tout près... des trois villages du Connecticut. Dans son bureau, le Pr Perronne montre un érythème migrant sur son écran d’ordinateur

Thierry Esch / Paris Match

Le Pr Christian Perronne, chef du département des maladies infectieuses et tropicales del’hôpital universitaire Raymond-Poincaré de Garches, dénonce le déni français sur la maladie de Lyme. Paris Match.

Pourquoi, en France, les effets de la bactérie de Lyme, “Borrelia burgdorferi”, restent-ils méconnus ?

Pr Christian Perronne.

Dès les années 1920, un microbiologiste de l’Institut Pasteur et Prix Nobel, Charles Nicolle, écrit déjà sur les borrélies ; de nombreuses maladies inflammatoires et dégénératives sont dues à des microbes cachés dans nos tissus qui provoquent “des infections inapparentes”.

Si le traitement antibiotique ne marche pas toujours, c’est parce que parasites et virus se mêlent aux bactéries transmises par les insectes, dont les tiques.

A l’inverse, après la Seconde Guerre mondiale, on assiste à un “mouvement antimicrobes”.

Aux Etats-Unis, un chef de la santé publique déclare que les maladies infectieuses, “c’est du passé car nous avons l’hygiène, les vaccins et les antibiotiques”.

Sa parole contamine nos dirigeants : l’infectieux, c’est terminé.

Ce sont alors les maladies génétiques et immuno logiques qui prévalent encore aujourd’hui. Pour redonner sa place au microbe, quelles furent vos difficultés ?

Il y a trente ans, j’ai découvert que je pouvais guérir certaines maladies auto-immunes par des cocktails d’anti-infectieux.

J’ai donc monté des protocoles officiels de recherche pour évaluer l’efficacité de mes traitements.

Mais les spécialistes de ces maladies ont empêché la participation de malades volontaires à ces études car “c’était du charlatanisme” !

Ainsi, les médecins libéraux ne doivent plus prescrire d’antibiotiques dans les “cas douteux”, sinon ils risquent la radiation du conseil de l’ordre.

C’est le cas du Dr Bottero à Nyons, un des premiers en France à soulager des enfants autistes et des schizophrènes.

La borréliose de Lyme chronique fait partie des causes possibles de maladies graves comme la sclérose en plaques, Alzheimer, Parkinson... Il y a plus de 800 symptômes dus aux borrélies. En France, personne n’est au courant du lien entre Alzheimer et la borréliose...

Non. Un chercheur de l’Inserm m’a affirmé que la piste infectieuse dans Alzheimer, c’était de la foutaise !

Pourtant, une équipe de Philadelphie vient encore de démontrer le lien entre certaines formes d’Alzheimer et les borrélies.

Le problème ?

Dans les cas de maladies chroniques, certains guérissent sous antibiotiques et antiparasitaires, alors que pour d’autres leur efficacité est nulle. Il est vraisemblable que des facteurs viraux soient en cause. "Beaucoup de maladies dites inflammatoires ou auto-immunes ont une composante infectieuse" La borréliose de Lyme n’est donc pas la seule coupable.

Non. Mais j’affirme que la plupart des maladies chroniques dites “inflammatoires”, “auto-immunes” ou “dégénératives” ont une composante infectieuse.

C’est elle qui déclenche ou entretient la maladie. Comment les victimes peuvent-elles échapper à l’errance médicale ?

Devant un érythème migrant, il faut exiger de son médecin une prescription d’antibiotiques avec la dose officielle (4 grammes d’amoxicilline par jour pendant deux ou trois semaines).

Pour les formes avancées de la maladie, la seule méthode diagnostique fiable est un traitement d’épreuve : si l’antibiotique agit, c’est qu’il y a infection.

Si les tests sanguins ne détectent pas toujours ces bactéries, les médecins français ne peuvent donc pas donner d’anti-infectieux.

Or, ce n’est pas le cas de l’autre côté de nos frontières... En Allemagne, les tests sont plus sensibles. Beaucoup de patients français s’y font suivre.

Là-bas, si les médecins dépassent les doses admises d’antibiotiques, les autorités ne leur créent pas de problème.

En France, les maladies chroniques sont diagnostiquées par leurs symptômes.

On n’en recherche pas les causes.

Or, beaucoup de maladies se recoupent. J’ai eu un patient diagnostiqué polyarthrite rhumatoïde à Nantes et sclérose en plaques à Angers !

La borréliose de Lyme peut simuler ces deux maladies. N’y a-t-il pas de tests fiables en France pour détecter la borréliose et les infections associées ?

Seulement chez les vétérinaires. Ils s’appuient sur le concept d’“infection inapparente”. Mais on n’a pas le droit d’appliquer ces tests à l’humain. Un laboratoire les a appliqués à quelques malades.

Un médecin l’a dénoncé, il a failli voir son cabinet fermé par mesure disciplinaire !

Les tests actuels sont réalisés à partir d’une souche américaine isolée chez une tique il y a plus de trente ans. Ils ne représentent pas du tout la biodiversité de ce genre bactérien. Vous enseignez à la faculté de Versailles-Saint-Quentin. Informez-vous vos étudiants sur les effets de cette maladie ?

Oui, des étudiants m’affirment qu’on leur enseigne que Lyme est une maladie inventée par Internet.

On leur dit qu’il ne faut pas se préoccuper de ceux qui sont négatifs aux tests, de ceux qui se plaignent de “trop de symptômes”, sinon il faut les envoyer en psychiatrie ! Qu’est-ce qui freine la recherche ? Il y a dix ans, peu de personnes connaissaient la borréliose de Lyme en France.

J’ai pourtant publié une étude qui montre que sur 100 malades, j’en ai guéri 80, mais les études cliniques sont longues et coûteuses, surtout quand la cause de la pathologie est multifactorielle.

De son côté, l’industrie pharmaceutique pourrait financer des tests sur les infections inapparentes, ainsi que sur leur traitement.

On ferait des économies de santé, quand on voit le coût des maladies chroniques autres que Lyme

Maladie de Lyme: le tueur masqué sur Paris Match.
Repost 0
Published by Jean-Pierre LABLANCHY - CHRONIMED - dans Infections froides
commenter cet article
14 août 2017 1 14 /08 /août /2017 08:38

Le microbiome salivaire comme indicateur de la carcinogenèse chez les patients atteints de carcinome épidermoïde oropharyngé: une étude pilote.

Wolf A, et al. Sci Rep. 2017.

Cette étude visait à effectuer une analyse comparative initiale du microbiome par voie orale chez les patients atteints de carcinome épidermoïde oral et oropharyngé par rapport à des témoins sains.

Ce projet, conçu comme étude pilote, comprenait 11 patients (1 femme, 10 hommes, âge moyen de 61,6 ans, SD = 8,2 ans) et 11 témoins en bonne santé (1 femme, 10 hommes, âge moyen, 46,7 ans, SD = 15,1 ans).

Les échantillons de salive ont été analysés par séquençage à haut débit du gène ARN 16S en utilisant la plate-forme MiSeq.

Les données de séquence ont révélé des changements microbiens qui peuvent miroiter la progression de la maladie et reflètent les conditions préalables cliniques telles que l'âge, la consommation d'alcool, la taille de la tumeur, le statut des ganglions lymphatiques, l'habitude de fumer et la positivité tumorale du VPH.

Par conséquent, la cartographie des changements microbiens chez les patients atteints de carcinomes à cellules squameuses orales et oropharyngées pourrait améliorer notre compréhension de la pathogenèse de la maladie et contribuer à la conception de nouvelles stratégies de diagnostic et de traitement.

PMID 28725009 [PubMed - en cours] PMCID PMC5517471

Article intégral

https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pmc/articles/PMC5517471/

Le microbiome salivaire comme indicateur de la carcinogenèse chez les patients atteints de carcinome épidermoïde oropharyngé: une étude pilote.
Le microbiome salivaire comme indicateur de la carcinogenèse chez les patients atteints de carcinome épidermoïde oropharyngé: une étude pilote.
Repost 0
Published by Jean-Pierre LABLANCHY - CHRONIMED - dans Nutrition Infections froides
commenter cet article
11 août 2017 5 11 /08 /août /2017 13:45

Une bonne nouvelle à partager.

Un de nos 'amis infiltrés' a remarqué qu'une des agences de la Commission (European Centre for Disease Prevention and Control) vient de publier la liste des 30 maladies qui portent les risques les plus graves en terme de propagation des maladies qui traversent les frontières entre les pays membres.

Et la maladie de Lyme est sur la liste!

Cela veut dire que les gouvernements nationaux qui négligent ces risques, pourraient peut-être se réveiller.

En prenant contact avec la Commission, nous allons faire référence à ce rapport ainsi qu'à la directive qui statue sur les compétences de cette institution pour demander une action pour réveiller les états membres et les aider à reconnaitre la maladie, en vue de développer des moyens pour une prise en charge diagnostic et thérapeutique, tout en attirant leur attention sur la forme chronique et les co-infections.

 

Voici le lien au rapport:

 

https://ecdc.europa.eu/sites/portal/files/documents/Tool-for-disease-priority-ranking_handbook_0_0.pdf

La commission européenne reconnait la maladie de Lyme.
Repost 0
Published by Jean-Pierre LABLANCHY - CHRONIMED - dans Infections froides
commenter cet article
10 août 2017 4 10 /08 /août /2017 20:29

Le 7 juin, l’OMS convoque une réunion entre le Rapporteur spécial du Conseil des Droits de l’Homme des Nations Unies et des professionnels internationaux de la santé,

Human_Rights_and_Lyme_Disease.pngscientifiques, experts et défenseurs des Droits de l’Homme, à Genève, en Suisse.

Elle établit les violations de droits dont sont victimes les personnes atteintes de borrélioses.

Elle est l’aboutissement du rapport de mars 2017[1], produit par un groupe d’experts concernant la mise à jour des recommandations diagnostiques de l’OMS pour les borrélioses.

L’auteure principale, experte en Droits de l’Homme, Jenna Luché-Thayer, était entourée de spécialistes incontestés de Lyme, dont Richard Horowitz et Judith Miklossy.

Cette étude, listant notamment toutes les références essentielles, analyse comment, à l’échelle mondiale, les recommandations de diagnostic ICD10 existantes empêchent le diagnostic et le traitement des borrélioses, y compris la borréliose de Lyme et la borréliose de la fièvre récurrente.

À travers le monde, les cliniciens, les scientifiques, les chercheurs, les patients ont examiné et compilé la littérature scientifique pour démontrer les manifestations variées vécues par des personnes atteintes de ces maladies. Suivant le rapport

On estime environ 380 000 nouveaux cas par an de borrélioses de Lyme causées par la morsure des tiques aux seuls États-Unis.

C’est plus de cas que le cancer du sein et plus de six fois le nombre de nouveaux cas de VIH / SIDA.

Néanmoins, les quelques recommandations de diagnostic ICD10 liées à la borréliose ne représentent qu’une fraction des symptômes que la maladie de Lyme peut causer.

Il argumente sur le fait que cette obsolescence entraîne un refus inhumain de traitement à des gens très malades et des attaques infondées contre les médecins dont la mission est pourtant de soigner.

Une science dépassée, des recommandations désuètes et des motivations financières biaisées, dira J. Luché-Thayer.

On se souvient que le regretté Bernard Christophe avait porté plainte pour non-assistance à personnes en danger auprès du Procureur de la République fin 2011 et avait été harcelé puis traîné en justice à partir de ce moment.

Aujourd’hui cette accusation de violation des Droits de l’Homme, est bien à

l’échelle internationale la même plainte.

La présentation de la décision de l’OMS, le 8 juin 2017, est sans appel : les violations des Droits de l’Homme pour les patients atteints de fièvre récurrente et de maladie de Lyme sont patentes.

Pour autant, il ne faut pas se bercer d’illusions sur ses effet sur les états comme la France, dont les pseudos experts strasbourgeois ou toulousains (entre autres) sont particulièrement fermés à la question de Lyme.

On pourra lire le communiqué de presse de Jenna Luché-Thayer sur sa page linkedin (anglais) et sa traduction sur le site de la FFMVT. Diane O’Leary (PhD, Georgetown University), philosophe spécialiste de bioéthique, en donne ici un compte rendu en vidéo,

Une décision éthique sur la maladie de Lyme chronique.

Les violations des Droits de l’Homme pour les patients atteints de fièvre récurrente et de maladie de Lyme sont patentes.

Merci aux médecins du réseau qui ont participé à cette action ;-)

Dr Philippe RAYMOND 07130 ST PERAY

Repost 0
Published by Jean-Pierre LABLANCHY - CHRONIMED - dans Infections froides
commenter cet article
8 août 2017 2 08 /08 /août /2017 22:10

La synergie entre le système immunitaire hôte et le bactériophage est essentielle pour une phageothérapie réussie contre un pathogène respiratoire aigu

Dwayne R. Roach6, Chung Yin Leung6, Marine Henry, Eric Morello, Devika Singh, James P. Di Santo, Joshua S. Weitz'Correspondence informations sur l'auteur Joshua S. WeitzEmail l'auteur Joshua S. Weitz, Laurent Debarbieux7, 'Correspondence Informations sur l'auteur Laurent DebarbieuxEmail de l'auteur Laurent Debarbieux Ces auteurs ont contribué de manière égale 7 Contact DOI:

http://dx.doi.org/10.1016/j.chom.2017.06.018 |

Points forts • Une phage thérapeutique efficace à P. aeruginosa pulmonaire nécessite des composants immunitaires innés

• Les neutrophiles sont nécessaires pour contrôler les bactéries sensibles aux phages et aux phages sensibles •

Les modèles prédisent que la «synergie immunophage» est due à une rétroaction non linéaire

Résumé La hausse des bactéries multi-médicaments (MDR) a suscité un intérêt renouvelé pour l'utilisation de bactériophages en thérapie.

Cependant, les mécanismes contribuant à la clairance bactérienne médiée par le phage dans un hôte animal restent peu clairs.

Nous avons étudié les effets de l'immunité de l'hôte sur l'efficacité du traitement par phage pour la pneumonie aiguë causée par MDR Pseudomonas aeruginosa dans un modèle de souris.

La comparaison de l'efficacité des traitements phage-curatifs et prophylactiques chez les patients immunodépendants sains, déficients en MyD88, déficientes en lymphocytes et chez les souris murines dépéritées par les neutrophiles a révélé que la synergie des phages neutrophiles est essentielle à la résolution de la pneumonie.

La modélisation de la population des résultats in vivo a en outre montré que les neutrophiles sont nécessaires pour contrôler à la fois les variants sensibles au phage et les variants résistants aux phages à une infection claire. Cette «synergie immunophage» contraste avec le paradigme selon lequel le succès de la thérapie par phage est en grande partie dû à la permissivité bactérienne à la destruction des phages.

Enfin, les phages thérapeutiques n'ont pas été éliminés par des cellules effectrices immunitaires pulmonaires et ont été immunologiquement bien tolérés par les tissus pulmonaires.

La synergie entre le système immunitaire hôte et le bactériophage est essentielle pour une phageothérapie réussie contre un pathogène respiratoire aigu.
Repost 0
Published by Jean-Pierre LABLANCHY - CHRONIMED - dans Infections froides
commenter cet article
8 août 2017 2 08 /08 /août /2017 18:00

Augmentation des bactéries intestinales fabriquant des acides d-lactiques chez les patients atteints d'un syndrome de fatigue chronique.


Sheedy JR1, Wettenhall RE, Scanlon D, Gooley PR, Lewis DP, McGregor N, Stapleton DI, Butt HL, DE Meirleir KL.
 

En Vivo. 2009 Jul-Aug; 23 (4): 621-8.



Les patients souffrant de syndrome de fatigue chronique (SFC) sont affectés par des symptômes de dysfonctionnement cognitif et d'une déficience neurologique dont la cause n'a pas encore été élucidée.

Cependant, ces symptômes sont remarquablement similaires à ceux des patients présentant une acidose D-lactique.

Une augmentation significative des microorganismes fécaux anaérobies facultatifs Gram positifs chez 108 patients atteints du SFC comparativement à 177 sujets témoins (p <0,01) est présentée dans ce rapport.

Le nombre viable d'Enterococcus produisant de l'acide D-lactique et Streptococcus spp.

Dans les échantillons fécaux du groupe CFS (3,5 x 10 (7) cfu / L et 9,8 x 10 (7) cfu / L respectivement) étaient significativement plus élevés que ceux du groupe témoin (5,0 x 10 (6) cfu / L et 8,9 x 10 (4) cfu / L respectivement).

L’Analyse des profils des exometaboliques d'Enterococcus faecalis et de Streptococcus sanguinis, représentants d'Enterococcus et Streptococcus spp.

Respectivement, par RMN et HPLC ont montré que ces organismes produisaient significativement plus d'acide lactique (p <0,01) à partir de glucose (13) C marqué, que l'Escherichia coli Gram négatif.

De plus, les deux E. faecalis et S. sanguinis sécrètent plus d'acide D-lactique que E. coli.

Cette étude suggère un lien probable entre la colonisation intestinale de bactéries et d'expressions de symptômes facultatifs anaérobies de l'acide D-lactique positives à Gram positif dans un sous-groupe de patients atteints de SFC.

Étant donné que cela pourrait expliquer non seulement un dysfonctionnement neurocognitif chez les patients atteints du SFC, mais aussi un dysfonctionnement mitochondrial, ces résultats peuvent avoir des implications cliniques importantes.

Augmentation des bactéries intestinales fabriquant des acides d-lactiques chez les patients atteints d'un syndrome de fatigue chronique.

EQUILIBRE ACIDO-BASIQUE ACIDOSE LACTIQUE

https://www.google.fr/amp/slideplayer.fr/amp/3740247/

Repost 0
Published by Jean-Pierre LABLANCHY - CHRONIMED - dans Infections froides
commenter cet article