Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
9 septembre 2017 6 09 /09 /septembre /2017 21:29

Sa jambe sauvée en Géorgie par des virus guérisseurs Serge Fortuna prépare un prochain voyage, en Pologne cette fois où la phagothérapie est autorisée.

« Je veux voir si l’on peut faire des passerelles avec la France, si l’on peut envisager que ce soit remboursé par la Sécurité sociale ».

Serge Fortuna prépare un prochain voyage, en Pologne cette fois où la phagothérapie est autorisée.

Il est passé près de l’amputation.

Très près.

Il en avait d’ailleurs lui-même fait la demande aux médecins.

Mais Serge Fortuna est tombé sur un documentaire qui a changé sa vie.

Sur Arte, l’émission parle de ce docteur Alain Dublanchet, microbiologiste à l’hôpital de Villeneuve-Saint-Georges.

On le voit partir en Géorgie chercher des virus bactériophages pour sauver la jambe d’une de ses patientes.

Serge Fortuna y voit la dernière chance pour sauver la sienne.

En novembre dernier, il débarque à Tbilissi, la capitale géorgienne.

Ce staphylocoque doré, il l’a attrapé à 17 ans, suite à un accident de mobylette.

Fracture ouverte, greffes, opérations, hospitalisation, puis infection.

« Sauf qu’à l’époque on ne parlait pas d’infections nosocomiales, raconte Serge Fortuna, on m’a dit que j’avais la gangrène ».

« J’ai demandé l’amputation, lettre de motivation à l’appui »

La bactérie ne le quittera jamais vraiment et sa vie sera jalonnée de séjours à l’hôpital.

Avec 39 opérations au total, il n’a pas peur de parler de « succession de mutilations ».

« J’avais baissé les bras, j’ai réclamé l’amputation, lettre de motivation à l’appui ».

C’est donc là que les phages sont entrés dans sa vie.

Cette thérapie, tombée dans l’oubli en France, est toujours utilisée en Europe de l’Est.

La technique est simple : introduire des virus mangeurs de bactéries pour éliminer l’infection (voir ci-dessus).

Alors que le corps humain est de plus en plus résistant aux antibiotiques, la phagothérapie, méthode quasiment naturelle et sans danger, pourrait selon le professeur Alain Dublanchet, sauver des membres de l’amputation et même des vies.

En Géorgie, Serge Fortuna débarque avec juste une adresse, et le Guide du routard.

La clinique qu’il a trouvée sur internet n’est pas vraiment engageante.

« Je ne savais pas où j’allais, il n’y avait même pas de plaque à l’entrée, mais je n’avais pas le choix ».

Des ampoules à boire, des pansements sur la jambe… les phages ont fait le boulot, en 20 jours seulement.

Guéri grâce à un traitement à 6 € la boite «

Là-bas, on trouve le traitement sans ordonnance et pour six euros la boite ».

Son parcours médical a couté des centaines de milliers d’euros à la Sécurité sociale française.

En Géorgie, il a dépensé au total 30 euros. Les résultats de ses analyses sont tombées il y a quinze jours et plus aucune trace de la bactérie.

Même si selon le Dr Dublanchet, il faut trois à quatre ans de recul pour estimer la guérison d’une ostéite complète.

Serge Fortuna, réalisateur de métier, a donc décidé de faire de son expérience, le combat de sa vie.

Un film en préparation (voir dessous), un site internet, des conférences… Il veut médiatiser le plus possible cette technique médicale.

En attendant que change un jour la législation sur la phagothérapie, il se bat pour les autres malades.

« Il faut que les gens qui ont en besoin sachent qu’il existe cette alternative. Je veux leur dire qu’il n’y a aucune crainte à y aller, qu’il faut y aller ».

À 56 ans, Serge Fortuna va désormais reprendre ses documentaires, ses voyages, une vie normale.

« Mais je resterai à l’affût sur le sujet… jusqu’à la fin de ma vie »

Par Sandrine MICHELIER |

A lire aussi :

Il frôle l'amputation : un documentaire en préparation

Sa jambe sauvée en Géorgie par des virus guérisseurs: les bacteriophages du Dr Dublanchet.

Partager cet article

Repost 0
Published by Jean-Pierre LABLANCHY - CHRONIMED - dans Infections froides
commenter cet article

commentaires