Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
10 février 2017 5 10 /02 /février /2017 09:02

Protection cardiovasculaire : du thé (pour changer du café...) ?

Le thé et le café sont les deux boissons les plus consommées à l'échelon mondial.

Il ne faut donc pas s'étonner de la prolixité de la littérature médicale internationale sur le sujet, au point que les publications sont autant d'épisodes à un feuilleton sans fin, largement alimenté par des épidémiologistes qui ne manquent pas d'imagination.

Le café est plus souvent à l'honneur que le thé, ce qui est notoirement injuste, car il y a probablement plus de buveurs de thé que de café, en sachant que les statistiques mondiales sur ce sujet ne sont pas d'une grande précision ...

Pour autant, il subsiste beaucoup d'incertitudes sur les effets cardiovasculaires de ces deux breuvages, les résultats étant souvent discordants d'une étude à l'autre, habituellement du fait de failles méthodologiques, qu'il s'agisse des critères d'évaluation de leur consommation ou des critères de jugement.

L'étude de cohorte prospective qui vient d'être publiée dans l'American Journal of Medicine est une émanation de la MESA (Multi-Ethnic Study of Atherosclerosis) qui a « fourni » 6 508 sujets d'ethnies diverses.

La consommation de café ou de thé a été évaluée de manière semi-quantitative à partir de questionnaires et trois catégories ont été ainsi distinguées : (1) nulle ; (2) occasionnelle (< 1 tasse par jour) ; (3) régulière ( ≥1 tasse par jour). Le score calcique coronaire (SCC) a été évalué dans tous les cas et sa progression au fil du temps a été estimée sous la forme d'un rapport dérivé d'un modèle mixte par régression, le critère de jugement utilisé étant log (score calcique +1), les coefficients étant de nature exponentielle pour refléter l'évolution par rapport à la valeur de référence avec un maximum de sensibilité.

Les analyses des risques proportionnels propres au modèle de Cox ont servi à évaluer l'association entre la consommation des dits breuvages et l'incidence de certaines évènements cardiovasculaires, notamment accidents vasculaires cérébraux, accidents ischémiques transitoires et infarctus du myocarde.

Progression moindre de la charge calcique coronaire et moins d'événements cardiovasculaires pour les buveurs de thé réguliers Au cours d'un suivi médian de 5,3 années pour ce qui est de l'évolution des SCC et de 11,1 années pour les ECV, la progression de la charge calcique coronaire a été moindre chez les buveurs réguliers de thé, versus les abstinents, après ajustement dans le cadre d'une analyse multivariée.

Cet effet positif sur un marqueur de l'athérosclérose coronaire a été associé à une moindre incidence des ECV à long terme en cas de consommation régulière de thé (≥ 1 tasse par jour), soit un odds ratio (OR) ajusté de 0,71 (intervalle de confiance à 95 %, IC, 0,53-0,95) (versus non buveurs de thé).

La même comparaison n'a révélé aucune tendance de ce type chez les buveurs de café, qu'il s'agisse des scores calciques ou encore de l'incidence des ECV, le hazard ratio ajusté correspondant étant en effet de 0,97 (IC, 0,78-1,20).

La progression de la charge calcique coronaire a certes été corrélée négativement à la consommation de café, mais de façon marginale, à la différence du thé.

Pour une fois, le thé est plus à l'honneur que le café. Cette étude prospective de grande envergure suggère que la consommation régulière de thé freine la progression de la charge calcique coronaire, tout en réduisant l'incidence des ECV à très long terme.

Ces résultats méritent confirmation, mais en attendant, il est licite de s'interroger sur les mécanismes de cet effet cardioprotecteur éventuel et...providentiel.

Partager cet article

Repost 0
Published by Jean-Pierre LABLANCHY - CHRONIMED - dans Nutrition
commenter cet article

commentaires