Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
8 janvier 2017 7 08 /01 /janvier /2017 22:43

Pesticides : du poison dans nos assiettes ?

Le glyphosate est le pesticide le plus utilisé au monde.

D’après l’OMS, il pourrait être cancérigène.

La Commission européenne ne semble pourtant pas décidée à l’interdire.

Faut-il craindre cette substance que l’on retrouve dans la plupart de nos aliments ?

L’évolution fut lente depuis les premiers signes jusqu’à ce constat : “Sven, ton troupeau a un problème.” Sven Krey, 34 ans, la mine rose et ronde, est assis dans sa cuisine.

Une douce lumière pénètre par la fenêtre, pourtant il a la chair de poule en se souvenant comment l’horreur s’est installée dans sa ferme, près de la mer du Nord [en Allemagne].

Un lieu idyllique, où le mot “horreur” paraît déplacé. Les Krey prennent si bien soin de l’allée que leurs deux enfants vont jusqu’à l’étable en chaussons.

C’est cette même allée qu’ont empruntée ces cinq dernières années vétérinaires, agronomes et spécialistes des bovins.

Au début, raconte Sven Krey, la production de lait de ses 150 vaches a baissé.

Ensuite, elles ont perdu du poids : 30, 40 kilos. Puis sont venus les diarrhées, les ulcères de la taille d’une main sur le pis, les jambes paralysées. L’année 2014 fut la plus noire.

Six bêtes abattues en urgence. Le reste du troupeau était en si piteux état que l’agriculteur ne savait plus où donner de la tête.

Il en est presque arrivé à préférer une vache morte à une vache vivante, car les animaux malades lui coûtent cher – nourriture, vétérinaire, nerfs.

Sven Krey s’est longtemps demandé s’il devait parler de son histoire.

Il veut, raconte-t-il, exprimer tout ce qu’il a sur le cœur.

L’immense désespoir.

Mais aussi le soulagement quand quelqu’un, enfin, a donné à l’horreur une raison possible.

Il y a un peu plus d’un an, Achim Gerlach, un vétérinaire de la commune de Burg, dans le Schleswig-Holstein [un Land du nord de l’Allemagne], vient pour la première fois à la ferme des Krey.

Il diagnostique les signes d’une intoxication chronique chez ses vaches : tissus nécrosés au niveau des mamelles, de la queue, des oreilles, problèmes à l’estomac et aux pattes.

Depuis quelque temps, ce sont des syndromes que le Dr Gerlach rencontre souvent. Il semble y avoir quelque chose dans la nourriture des vaches qui les rend malades.

Le vétérinaire fait analyser leur urine.

Tous les échantillons présentent d’importantes quantités de résidus de la même substance : le glyphosate.

Une nouvelle époque Il existe bien des manières de qualifier l’époque actuelle.

Nous nous disons à l’ère du numérique, ou encore du terrorisme ou des réfugiés.

Sans tambour ni trompette, il y a quelques dizaines d’années, une autre époque s’est ouverte sur notre planète : celle du glyphosate.

Le glyphosate est le pesticide le plus utilisé et le plus vendu au monde.

Commercialisé en 1974 aux Etats-Unis par le groupe agro-industriel américain Monsanto sous le nom de Roundup,

il est aujourd’hui employé tout autour du globe. Producteurs de maïs américains, cultivateurs de coton indiens, barons du soja argentins et céréaliers allemands, tous traitent leurs champs au glyphosate.

Une substance qui tue presque toutes les espèces de mauvaise herbe dans le monde entier.

Et parfois pas seulement la mauvaise herbe.

Cela fait longtemps que l’on entend dire que le glyphosate nuit aussi aux animaux et aux hommes.

Comme dans le cas des vaches de Sven Krey.

Et cette éventuelle dangerosité a déclenché une guerre idéologique.

Le glyphosate tue !

Il faut immédiatement l’interdire !

Voilà ce que répètent les écologistes. Le glyphosate sauve des vies, il augmente les rendements agricoles et nourrit la population mondiale !

Voilà ce que répondent les responsables agricoles et les organisations du secteur agro-industriel.

Ce qui a longtemps manqué dans cette guerre entre écologistes et tenants de l’agriculture conventionnelle, c’est une instance scientifique qui émette un avis exempt de toute propagande.

Monsanto fait main basse sur les Big Data pour conquérir le monde

Un jour du mois de mars 2015, le Centre international de recherche sur le cancer (Circ) de l’Organisation mondiale de la santé (OMS) a rendu un avis.

Après un examen approfondi des études scientifiques existantes, il est arrivé à la conclusion que le glyphosate était “probablement cancérigène!

Il se trouve que la Commission européenne [doit] se décider sur l’autorisation d’utilisation du glyphosate en Europe [l’autorisation de l’utilisation du pesticide expirant à la fin du mois de juin 2016, la Commission doit se prononcer sur son renouvellement dans les prochaines semaines; le 13 avril les députés européens ont voté une résolution non contraignante réclamant une remise

Anke Sparmann

Partager cet article

Repost 0
Published by Jean-Pierre LABLANCHY - CHRONIMED - dans Nutrition
commenter cet article

commentaires