Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
8 avril 2017 6 08 /04 /avril /2017 18:35

En Europe, c’est dans l’Hexagone que la plus forte diminution de benzodiazépines a été observée entre 2012 et 2015.

Mais la consommation des Français reste forte.

La France consomme moins de benzodiazépines. Telle est la tendance révélée par le dernier rapport de vigilance de l’Agence Nationale de sécurité du médicament qui vient de publier son troisième état des lieux sur la prise de ces médicaments prescrits contre l'anxiété, dans les troubles du sommeil ou l’épilepsie.

Une lecture optimiste de ce rapport montre que c’est dans l’Hexagone que la plus forte diminution a été observée entre 2012 et 2015 avec une baisse de moins 10 % contre 5,1% en moyenne en Europe.

Et l’agence sanitaire de pointer que la France se situe désormais derrière l’Espagne, les pays les moins attirés par ces molécules étant l'Allemagne et le Royaume-Uni.

Résultat, 117 millions de boîtes de benzodiazépines vendues en ville et à l'hôpital contre 131 millions en 2012.

Mais la consommation reste forte.

Car près de 13,4% de la population française a été au moins une fois en contact avec une benzodiazépine en 2015. Dans 82% des cas, c’est un médecin généraliste qui initie le traitement.

Et 15% des nouveaux utilisateurs n’ont pas respecté la durée des recommandations, parmi lesquels environ 2% de plus d’un an.

Haut risque de dépendance et d’effets secondaires

Le rapport pointe également le problème posé par ces molécules à haut risque de dépendance et d’effets secondaires surtout dans la population âgée.

Car si, quel que soit l’âge, les femmes restent les plus fortes consommatrices, la fréquence augmente avec l’âge et culmine chez celles qui ont plus de 80 ans.

Commercialisées depuis les années 1960, une vingtaine de médicaments de cette classe sont sur le marché, et parmi les plus utilisés on trouve l’alprazolam (Xanax), suivi du zolpidem (Stilnox) et du bromozépam (Lexomil).

Et l’agence de rappeler qu’environ 23% des effets indésirables graves déclarés avec les benzodiazépines sont des affections du système nerveux (somnolence, comas, convulsions voire, plus rarement, amnésies).

Outre le risque de dépendance physique et psychique, il faut avoir en mémoire que la consommation de benzodiazépines multiplie également par 8 le risque d’accidents de la route.

Partager cet article

Repost 0
Published by Jean-Pierre LABLANCHY - CHRONIMED - dans Concept
commenter cet article

commentaires