Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
1 février 2017 3 01 /02 /février /2017 16:55

Parlez-vous virus ? Des chercheurs ont identifié un système de “communication” entre un virus et ses congénères.

Cette découverte ouvre des perspectives nouvelles pour contrecarrer les attaques virales.

“Les virus détectent les signaux chimiques laissés par leurs ancêtres afin de pouvoir décider de tuer ou simplement d’infecter leurs hôtes”, dévoile Nature.

C’est la première fois qu’un système de communication virale est identifié.

Le code secret des phages – ces virus qui attaquent les bactéries – a été mis au jour par une équipe dirigée par le généticien des microbes Rotem Sorek, de l’Institut Weizmann, en Israël.

Ses résultats ont été publiés dans Nature le 18 janvier.

Initialement, les scientifiques cherchaient à démontrer qu’une bactérie que l’on trouve habituellement dans le sol, Bacillus subtilis, était en mesure d’alerter d’autres bactéries sur la présence de phages.

“Ils savaient que cette bactérie communiquait avec ses camarades en sécrétant et en détectant tout un éventail de produits chimiques”, détaille l’article de Nature, destiné au grand public.

Deux types d’infection À leur grande surprise, les chercheurs se sont aperçus que l’envahisseur viral de Bacillus subtilis produisait une substance chimique – qu’ils ont baptisée arbitrium – dont le taux influence le type d’infection à faire subir à son hôte.

“Certains phages peuvent infecter les cellules de deux façons différentes, détaille la revue scientifique.

Habituellement, ils détournent les cellules hôtes de leur fonction et les utilisent pour se multiplier jusqu’à ce qu’elles éclatent et meurent.

Parfois, cependant, les phages insèrent leur propre matériel génétique dans le génome de l’hôte, puis restent en sommeil jusqu’à ce qu’un élément déclencheur les amène à se réveiller et à se multiplier.”

Pour Peter Fineran, microbiologiste à l’université d’Otago en Nouvelle-Zélande, l’un des relecteurs de l’étude, cité par Nature, l’idée qu’une substance chimique produite par les phages puisse influencer la nature de l’infection a du sens : Si le phage se trouve à court d’hôtes, il peut s’efforcer de limiter les dégâts qu’il cause, et attendre tranquillement que son hôte reprenne sa croissance.”

Les chercheurs se demandent si les virus qui infectent des organismes plus complexes comme les êtres humains peuvent également communiquer entre eux.

“Certains, comme le VIH ou l’herpès, ont également deux modes d’infection : active ou latente”, souligne dans Nature Martha Clokie, microbiologiste spécialisée dans l’étude des phages à l’université de Leicester, au Royaume-Uni.

Elle ajoute, enthousiaste : Si on avait une molécule capable de plonger les virus dans une latence totale, on aurait un excellent médicament.”

Partager cet article

Repost 0
Published by Jean-Pierre LABLANCHY - CHRONIMED - dans Infections froides
commenter cet article

commentaires