Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
13 août 2017 7 13 /08 /août /2017 16:34

.Du saumon transgénique dans les assiettes canadiennes'

Une société américaine affirme avoir mis sur le marché, pour la première fois, des poissons génétiquement modifiés.

Du saumon génétiquement modifié arrive dans votre assiette ! Du moins, si vous vivez en Amérique du Nord…

“AquaBounty Technologies, l’entreprise de Maynard, dans le Massachusetts, qui a développé ce poisson, a annoncé le 4 août qu’elle avait vendu quelque 4,5 tonnes de son produit hautement débattu a des clients au Canada”, dévoile Nature. Initialement développé par un scientifique canadien, selon un article du Toronto Star daté de 2015, ce poisson de type Salmo salar (saumon d’Atlantique) a été transformé pour grossir deux fois plus vite que les saumons d’élevages non modifiés, et atteindre la taille nécessaire à sa mise sur le marché en seulement dix-huit mois.

The Guardian ajoute : “Ce produit nécessite en outre 75 % de nourriture en moins pour atteindre la taille d’un saumon sauvage, réduisant jusqu’à 25 fois son empreinte carbone, affirme la société.”

Les Canadiens, cobayes malgré eux

Si le maïs ou le soja sont depuis longtemps sur le marché alimentaire, c’est la première fois qu’un animal transgénique est utilisé comme nourriture.

“Les premiers animaux génétiquement modifiés sont arrivés sur le marché, et les consommateurs canadiens deviennent, sans le savoir, les premiers cobayes”, déplore dans le quotidien britannique Thibault Rehn, du réseau québécois Vigilance OGM.

Après vingt-cinq ans d’attente, la société a obtenu l’année dernière le feu vert du ministère de la Santé du Canada et de l’Agence canadienne d’inspection des aliments pour vendre ses produits.

“Santé Canada [le ministère de la Santé] n’exige pas d’étiquetage sur les aliments génétiquement modifiés, ce qui signifie que les articles ont été évalués en fonction des normes de sécurité et de nutrition”, note le Toronto Sun.

Cela signifie également qu’il est impossible de savoir si le saumon qu’on achète au Canada a été modifié génétiquement ou non.

“C’est bon pour l’économie”

Pour Lucy Sharratt, coordinatrice du réseau canadien d’action sur les biotechnologies, citée par le journal de Toronto, ce manque de transparence est “choquant”.

“On demande aux Canadiens de faire confiance aux données de l’entreprise et à un processus qu’on ne leur permet pas d’examiner”, insiste-t-elle.

Des militants aux États-Unis comme au Canada exigent que les autorités réglementaires réexaminent leurs décisions.

Certains ont même saisi la justice. Ces actions ne semblent cependant pas inquiéter l’entreprise.

Pour Ron Stotish, son directeur général, “les poissons génétiquement modifiés sont bons pour l’économie, ils sont attractifs, car ils peuvent être élevés à proximité des zones métropolitaines plutôt que d’être transportés de l’étranger, ramenant ainsi des emplois aux États-Unis et au Canada”.

Dans Nature, il ajoute : Et comme les saumons d’AquaBounty sont élevés dans des cuves, ils ne risquent pas de tomber sur les parasites et les agents pathogènes qui affectent souvent les saumons élevés en cage.”

Du saumon transgénique dans les assiettes canadiennes
Repost 0
Published by Jean-Pierre LABLANCHY - CHRONIMED - dans Nutrition
commenter cet article
13 août 2017 7 13 /08 /août /2017 06:37

Bactéries anaérobies en tant que producteurs d'antibiotiques.

Behnken S, et al. Appl Microbiol Biotechnol. 2012.

Les bactéries anaérobies sont les plus anciennes créatures terrestres.

Elles se reproduisent à l'ombre dans le sol et dans l'intestin des organismes supérieurs et jouent un rôle majeur dans la santé humaine, l'écologie et l'industrie.

Cependant, jusqu'à ce jour, aucun antibiotique ou aucun autre métabolite secondaire n'a été connu venant des anaérobies.

L'Extraction des séquences génomiques de Clostridium spp. a révélé une forte prévalence de gènes de biosynthèse putatifs (PKS et NRPS), et récemment, le premier antibiotique du monde anaérobie, le closthioamide, a été isolé de la bactérie dégradant la cellulose : le Clostridium cellulolyticum.

L'induction génétique réussie de la biosynthèse des antibiotiques par un anaérobie encourage des recherches supplémentaires sur les anaérobies obligés pour exploiter leur potentiel de biosynthèse caché.

PMID 22854892 [PubMed - indexé pour MEDLINE]

Les Bactéries anaérobies en tant que producteurs d'antibiotiques.
Repost 0
Published by Jean-Pierre LABLANCHY - CHRONIMED - dans Concept
commenter cet article
13 août 2017 7 13 /08 /août /2017 06:32

Un nouvel antibiotique : le Closthioamide - un nouveau produit naturel inhabituel avec une puissante activité antibiotique contre le staphylocoque doré.

Défi :

La résistance des agents pathogènes gram-positifs contre les antibiotiques est un problème croissant.

L'une des bactéries gram-positives les plus problématiques en santé publique est le Staphylococcus aureus (doré) résistant à la méthicilline (MRSA), car il ne peut être traité qu'avec de la vancomycine et de la teicoplanine, car il est résistant à tous les autres antibiotiques en usage clinique.

Des souches variées, cependant, ont également développé une résistance à la vancomycine.

En outre, les entérocoques résistant à la vancomycine (VRE) sont l'une des causes les plus importantes des infections nosocomiales.

Étant donné que la résistance à la vancomycine est souvent accompagnée d'une résistance multi-médicaments, il n'existe pas d'antibiotiques disponibles pour traiter ces infections VRE à ce jour.

Le Closthioamide, est isolé à partir de Clostridium cellulolyticum.

La technologie

L'invention qui concerne le closthioamide, est un nouveau type d'antibiotiques représentant un produit naturel polythioamide totalement sans précédent.

Le Closthioamide est le premier métabolite secondaire isolé de bactéries strictement anaérobies, en particulier Clostridium cellulolyticum.

Ce composé unique n'est que modérément cytotoxique (contre les cellules HeLa), mais il est très actif contre les souches pathogènes de Staphylococcus aureus résistant à la méthicilline (SARM) ainsi que contre les entérocoques résistants à la vancomycine (VRE) avec MIC50 de 0,58 μM.

Le Closthioamide est donc significativement plus puissant contre ces bactéries que la ciprofloxacine, le médicament standard utilisé contre le VRE, avec une sélectivité de la souche remarquable.

Opportunité commerciale In-licensing ou coopération pour le développement d'un antibiotique.

Statut de développement

Des essais in vitro avec un panel d'agents pathogènes et de lignées cellulaires.

Situation des brevets Priorité déposée en octobre 2009.

Demande internationale déposée en 2010 (WO 2011 050994).

Brevet américain délivré (US 8,673980). Demande de brevet européen en instance (EP2493851A2).

Lecture complémentaire Lincke et al. 2010.

Le Closthioamide est un antibiotique anti-polymère sans précédent provenant de la bactérie strictement anaérobie Clostridium cellulolyticum.

Angew. Chem. Int. DOI: 10.1002 / anie.200906114. Kloss et al. 2013.

Formation d'un complexe de cuivre dinucléaire (I) à partir du Closthioamide antibactérien dérivé du Clostridium. Angew. Chem. Int. Ed. 2013, 52, 10745 -10748 Produits naturels DOI: 10.1002 / anie.201304714

Un nouvel antibiotique : le Closthioamide - un nouveau produit naturel inhabituel avec une puissante activité antibiotique contre le SARM.
Repost 0
Published by Jean-Pierre LABLANCHY - CHRONIMED - dans Concept
commenter cet article
13 août 2017 7 13 /08 /août /2017 05:57

Œufs contaminés : au tour de l'Espagne...

Les autorités espagnoles ont découvert des ovoproduits contaminés par l'insecticide fipronil dans une entreprise agroalimentaire du nord du pays.

SOURCE AFP

L'Espagne n'échappe pas à la crise des œufs contaminés.

Vendredi après-midi, un lot de « 20 000 unités d'œufs liquides pasteurisés » présentant des traces de fipronil a été découvert « dans une entreprise agroalimentaire du Pays basque espagnol », a indiqué à l'Agence France-Presse un porte-parole du département de la santé du gouvernement régional.

Ces ovoproduits « n'avaient pas encore été utilisés » et ils seront tous détruits, a-t-il précisé.

Ce porte-parole, qui ne souhaitait pas être nommé, a indiqué ignorer l'origine du lot en question.

Certains médias espagnols suggéraient toutefois qu'il avait été importé de France.

Cela porte à seize le nombre de pays européens affectés par la crise des œufs contaminés par le fipronil, qui a éclaté le 1er août et a également touché la Suisse et Hong Kong.

L'utilisation du fipronil, considéré par l'Organisation mondiale de la santé (OMS) comme « modérément toxique » pour l'homme, est interdite sur les animaux destinés à la chaîne alimentaire dans l'Union européenne.

Publié le 12/08/17 Source lepoint.fr

Quels œufs choisir ?

Vous voilà avec votre caddie, au rayon œufs, avec l’embarras du choix.

Impossible de deviner lesquels sont contaminés, mais vous pouvez en savoir plus sur leur grâce à un code imprimé sur chaque coquille.

Le premier chiffre indique le mode d’élevage de la poule, suivi de deux lettres correspondant au pays où l'œuf a été enregistré (FR pour la France, DE pour l'Allemagne, NL pour les Pays-Bas, IT pour l'Italie…),

puis trois caractères identifient l’élevage d’origine et les deux derniers donnent le numéro d’identification du bâtiment.

Le premier chiffre (0, 1, 2 ou 3) est donc capital, voici comment les décrypter :

0 pour les œufs bio ;

1 pour les œufs issus d’élevages en plein air ;

2 pour les élévages "au sol", où les poules ne vont pas à l'extérieur ; et enfin

3 pour les œufs provenant d'élevages en cage.

(France Info)

Œufs contaminés : au tour de l'Espagne... soit 16 pays actuellement concernés.
Repost 0
Published by Jean-Pierre LABLANCHY - CHRONIMED - dans Nutrition
commenter cet article
12 août 2017 6 12 /08 /août /2017 23:40

Œufs contaminés : une crise européenne Par France 3

L'affaire des œufs contaminés est partie de Belgique, en juin dernier.

Des poules ont été traitées avec un cocktail toxique.

"Aujourd'hui, 86 poulaillers, un quart des élevages, sont bloqués", explique le journaliste Hervé Godechot. 180 élevages hollandais sont également concernés.

"Une catastrophe pour la filière, les pertes vont se compter en millions d'euros", poursuit-il.

Comme les Pays-Bas exportent dans toute l'Europe, des millions d’œufs contaminés se sont répandus en Allemagne, en Suisse, Suède, Royaume-Uni et en France.

La Hollande teste désormais la viande de poulet En Allemagne, les supermarchés Aldi ont subitement retiré tous les oeufs de leurs rayons et c'est comme ça que l'affaire a éclaté au grand jour.

Il faut donc attendre les suites de l'enquête pour savoir l'ampleur de cette crise.

"L'affaire en tout cas ne s'arrête pas là, on vient d'apprendre que les Hollandais testent maintenant la viande de poulet", déclare Hervé Godechot.

Œufs contaminés : une crise européenne.
Repost 0
Published by Jean-Pierre LABLANCHY - CHRONIMED - dans Nutrition
commenter cet article
12 août 2017 6 12 /08 /août /2017 20:37

Selon l'ANSM, cette recrudescence "pourrait être liée à l'augmentation de la concentration du produit vendu et à sa plus grande disponibilité".

Une enquête est en cours pour confirmer l'ampleur du phénomène.

Entre 2015 et 2016, le nombre de signalements d'intoxications à la cocaïne a été multiplié par deux en France.

Il continue d'augmenter cette année, a alerté ce vendredi l'Agence du médicament (ANSM).

Augmentation du nombre et de la sévérité des intoxications liées à la consommation de cocaïne

Les chiffres transmis par les 13 centres d'addictovigilance du pays font état d'"une augmentation préoccupante du nombre et de la sévérité des intoxications liées à la consommation de cocaïne", indique l'Agence nationale de sécurité du médicament.

Augmentation de la "pureté" de la cocaïne L'agence ne donne toutefois pas le nombre exact de cas signalés car les données sont "en cours d'analyse", a expliqué une porte-parole.

Les résultats d'une enquête nationale d'addictovigilance, chargée "de mieux circonstancier les cas et l'évolution de la consommation de cocaïne en France", sont attendus "d'ici la fin l'année", a-t-elle ajouté.

Cette recrudescence "pourrait être liée à l'augmentation de la concentration du produit vendu (augmentation de la 'pureté' de la cocaïne) et à sa plus grande disponibilité", avance l'ANSM.

Face à ce phénomène, l'agence sanitaire invite les services d'urgence à être attentifs aux symptômes évoquant une intoxication à la cocaïne,

"afin de permettre une prise en charge médicale plus rapide de ces patients".

Vomissements, hypertension, paranoïa

Cette intoxication peut se manifester par des signes généraux (tremblements, vomissements, pupilles dilatées, peau molle et pâle...) mais aussi par des complications cardiovasculaires (tachycardie, hypertension...), neurologiques (convulsions) ou psychiatriques (hallucinations, paranoïa...).

Selon l'Observatoire français des drogues et des toxicomanies (OFDT), 2,2 millions de Français ont déjà consommé de la cocaïne (soit 5,6% des 18-64 ans), dont 450.000 (1,1%) dans l'année précédant l'enquête, publiée en 2015.

"Le taux moyen de pureté des échantillons saisis dans la rue se situe à 51% en 2016, soit une teneur en nette hausse depuis 2011 où la teneur moyenne était de 27%", note aussi l'observatoire, qui estime que "cette hausse pourrait continuer à favoriser la nouvelle accélération de la diffusion de cocaïne récemment observée".

Par J.P. avec AFP le 12/08/17

Intoxication à la cocaïne: les signalements ont doublé l'an dernier.
Repost 0
Published by Jean-Pierre LABLANCHY - CHRONIMED - dans Concept
commenter cet article
12 août 2017 6 12 /08 /août /2017 19:32

CONTAMINATION DES VACCINS PAR DES RÉTROVIRUS : LA DÉCOUVERTE EXPLOSIVE DU DR JUDY MIKOVITS

Judy Mikovits, Ph.D., biochimiste, spécialiste en biologie moléculaire avec plus de 33 ans d’expérience.

Connue internationalement comme une véritable « Rock Star » du monde scientifique, elle a été directrice, à l’Institut National du Cancer, du laboratoire qui étudie les mécanismes des médicaments antiviraux avant de prendre la direction du programme de la biologie du cancer à l’ « EpiGenX Pharmaceuticals ».

C’est elle qui a fondé le premier institut de neuroimmunologie.

Ses premiers travaux se sont centrés sur le cancer et le HIV.

Ensuite, elle a étudié le Syndrome de Fatigue Chronique et l’autisme.

Elle a publié plus de 50 articles évalués par les pairs.

En 2011, elle a fait une découverte qui a détruit sa carrière.

Elle a découvert que 30% au moins de nos vaccins sont contaminés par des gammarétrovirus.

Cette contamination est, non seulement associée à l’autisme et au syndrome de fatigue chronique, mais également à la maladie de Parkinson, la maladie de Lou Gehring et à la maladie Quand elle a publié cette information choquante, elle fut avertie par le Dr A.Wakefield qu’elle risquait de devenir une cible comme ce fut le cas pour lui.

Mais elle lui a assuré que tout son travail avait été dûment examiné et que, bien sûr, elle était en sécurité.

Elle avait tort.

Elle fut menacée et sommée de détruire ses données.

Comme elle refusa, elle fut licenciée.

Puis arrêtée pour avoir prétendument volé ses données sur son lieu de travail.

Elle a dû faire face à plusieurs accusations et fut réduite au silence par ordre d’un tribunal au cours des quatre dernières années.

Il y a peu, les charges ont été abandonnées et l’ordre de bâillonage levé. Aujourd’hui, le Dr Mikovits est libre de parler et elle ne s’en prive pas.

Les rétrovirus qui contaminent les vaccins proviennent des souris utilisées pour la recherche.

Le Dr Mikovits se demande : « combien de nouveaux rétrovirus avons-nous créés au cours de ces recherches avec les souris, les recherches effectuées sur les vaccins, la thérapie génique ?

Plus important encore : combien de nouvelles maladies avons-nous créées ? «

Quand ils ont détruit tout notre travail et discrédité tout ce que Frank Ruscetti et moi-même avions publié et qu’ils se sont arrangés pour publier mon coup de gueule dans le magazine Science, le NIH (National Institute of Health) a délibérément envoyé le message à tous les chercheurs du monde pour faire comprendre ce qui pouvait arriver à n’importe quel scientifique honnête qui s’aventurerait à poser d’importantes questions.

» Il existe cependant aujourd’hui une nouvelle technologie qui permet de débarrasser les vaccins, de même que les échantillons de sang des rétrovirus.

Le Dr Mikovits pense que nous gagnerons cette guerre, que finalement nous arriverons à purifier les vaccins, à cesser de vacciner les nourrissons, comme à arrêter d’injecter des vaccins multiples chez les enfants.

Mais elle pense aussi que le gouvernement continuera à couvrir sa culpabilité dans l’épidémie actuelle d’autisme et autres maladies.

Lorsqu’on l’interroge sur les enfants dont la santé a été endommagée par les vaccins, elle répond :

« Ce sont eux les victimes !

Et c’est la raison pour laquelle je travaille d’arrache-pied, parce que je ne me tairai jamais.

Ce sont des victimes que l’on a négligées.

» Le Dr Mikovits prend clairement position contre les vaccins et le calendrier vaccinal actuels.

Les rétrovirus cependant ne sont pas sa seule préoccupation.

Elle parle également des effets de l’aluminium, du mercure, du formaldéhyde et du polysorbate 80.

Elle estime que ces neurotoxines jouent un rôle précis dans la contamination par rétrovirus, comme dans l’augmentation de plusieurs maladies qui touchent le pays. En raison de la contamination des vaccins par des rétrovirus et des neurotoxines, le Dr Mikovits pense que personne ne devrait recevoir des vaccins avant qu’ils n’aient été purifiés.

Quand cela sera fait, il ne faudra vacciner que pour une maladie à la fois et si, et quand ce sera nécessaire.

Nous ne devrions jamais vacciner une personne qui ne dispose pas d’un système immunitaire sain ou dont certains membres de la famille ont une histoire de maladies auto-immunes ou toute personne qui est actuellement malade.

Pour en savoir davantage sur les travaux du Dr Mikovits et comment le gouvernement a tenté de la faire taire, lisez son livre : PLAGUE (la Peste, le fléau) la recherche acharnée de la vérité sur les rétrovirus humains, le Syndrome de Fatigue Chronique, l’Autisme et autres maladies.

La science ne certifie pas que les vaccins sont sûrs et efficaces.

Ce n’est là nullement une conclusion scientifique. Il s’agit d’un slogan marketing....

CONTAMINATION DES VACCINS PAR DES RÉTROVIRUS : LA DÉCOUVERTE EXPLOSIVE DU DR JUDY MIKOVITS.
Repost 0
Published by Jean-Pierre LABLANCHY - CHRONIMED - dans Concept
commenter cet article
12 août 2017 6 12 /08 /août /2017 18:26

"Crise des opioïdes" : Trump change d'avis sur l'état d'urgence nationale

Par Jean-Christophe Catalon le 11/08/2017.

Je le dit officiellement maintenant :

C'est une urgence,

c'est une urgence nationale.

Nous allons passer beaucoup de temps, beaucoup d'efforts et beaucoup d'argent dans la crise des opioïodes, a précisé le président des Etats-Unis lors d'une session de questions-réponses jeudi à son golf de Bedminster (New-Jersey).

"Je le dit officiellement"

Le président des Etats-Unis lors d'une session de questions-réponses jeudi à son golf de Bedminster (New-Jersey).

Alors que son ministre de la Santé avait coupé court à cette option, le président américain a annoncé le déclenchement prochain du dispositif "d'urgence nationale" pour lutter contre la crise des opioïdes, responsable de la majorité des overdoses dans le pays.

Le président américain, Donald Trump, a déclaré jeudi qu'il s'apprêtait à déclarer l'état d'urgence nationale pour lutter contre la crise des opioïdes, selon l'Associated Press (AP).

Son ministre de la Santé, Tom Price, avait pourtant rejeté cette option en sa présence, lors d'une conférence de presse.

Six cas d'overdose sur dix résultent d'une prise abusive d'opioïdes

Le gouverneur républicain du New-Jersey, Chris Christie, s'est réjoui de l'annonce.

Ancien adversaire de Donald Trump durant la primaire du "GOP" en 2016, il préside aujourd'hui la commission de la Maison-Blanche sur la crise des opioïdes et avait inscrit la déclaration de l'état d'urgence nationale en tête de ses recommandations.

Lors d'une conférence de presse mardi, où Donald Trump avait dévoilé ses intentions pour résoudre la crise, son ministre de la Santé avait coupé court à toute possibilité de déclencher l'état d'urgence nationale, arguant que l'administration n'avait pas besoin de ce dispositif pour agir.

Le président américain n'avait alors pas contredit son ministre, mais a visiblement changé d'avis depuis.

Les Etats-Unis font face à une sérieuse crise sanitaire ces dernières années. Depuis 2008, les overdoses tuent plus que les accidents de la route outre-Atlantique.

Les statistiques les plus récentes dénombrent plus de 50.000 victimes par an, et les experts sont très pessimistes pour les années à venir.

Dans 6 cas sur 10, ces overdoses résultent d'une prise excessive d'opioïdes, des substances dérivées de la morphine comme le fentanyl ou l'héroïne.

Donald Trump avait insisté sur un prochain renforcement des moyens régaliens pour faire face au trafic de drogue et aux prescriptions abusives.

"Crise des opioïdes" : Trump lance l'état d'urgence nationale aux USA.
"Crise des opioïdes" : Trump lance l'état d'urgence nationale aux USA.
Repost 0
Published by Jean-Pierre LABLANCHY - CHRONIMED - dans Concept
commenter cet article
12 août 2017 6 12 /08 /août /2017 17:10

Un médecin tué après avoir refusé de prescrire des anti-douleurs opioïdes Robert Lowes

Le Dr Todd Graham, d'Indianapolis, a exercé principalement comme psychiatre et consacré seulement un petit partie de sa pratique à la prise en charge de la douleur. Selon son meilleur ami, le Dr Graham a essayé les patients à sortir de la dépendance en particulier à cause de l'épidémie de la consommation d'opioïdes qui se développe énormément .

Le Dr Todd Graham disait que ses "patients devenaient de plus en plus difficiles," nous dit rapporté le Dr A.J. Mencias, dans une interview pour medscape médical News .

"beaucoup de patients réagissent mal quand vous refusez de prescrire des opioïdes analgésiques."

Parfois ce sont des proches qui réagissent mal face à ce refus. Et c'est ce qui est arrivé au Dr Graham, un Medecin populaire de 56 ans.

Il a été assassiné ce 26 juillet par le mari d'une patiente qui était en manque d'opioïde analgésiques et à qui il venait de refuser une prescription.

Le mari de la patiente, Michael Jarvis, s'est ensuite suicidé.

Le meurtre du Dr Graham est un fait saillant qui montre le risque de violence auquel font face les médecins qui traitent la douleur.

Tout particulièrement, il doivent affronter de fortes pressions lorsqu'ils tentent d'éviter de prescrire des opioïdes pour des douleurs chroniques.

La mesure de ce risque est un objet d'étude de la conjecture.

Lors d'une enquête auprès des membres de la société américaine interventionnelle sur la douleur, les médecins (asipp) ont publié dans "douleur et médecine" en 2015, que 52% des patients les avait menacés personnellement , habituellement dans le contexte de recherche de médicaments opioïdes, et 7% des menaces avec un fusil ou une arme.

Soixante-cinq pour cent de ces membres ont du appeler la sécurité. Presque 3% ont signalé avoir été blessés par un patient.

Et 8% disent porter une arme pour se protéger .

Si les membres de l'association se pose encore dès questions après cette enquête - sous-estime-t-elle ou surestime-t-elle le problème de potentiels belligérant avec parfois la violence des patients, la spécialité a néanmoins installé ses propres garde à l'étage du dessus, et pratique l'entraînement des cliniciens à "comment ne pas intensifier les confrontations" et le développement d stratégies d'évitement pour ceux qui sont en première ligne.

En résumé le risque est réel, nous dit le Dr Edward Michna, qui est au conseil des administrateurs de la " société américaine pour la douleur" (aps). "personne n'est surpris d'entendre que ce Medecin spécialiste de la douleur a été tué," nous répète le Dr Michna au "medscape médical News".

Suivi dans son parking au moment de sa mort, le Dr Graham avait exercé dans une clinique orthopédique, où il a été un associé. Il a pratiqué une approche multimodale, pour la gestion de la douleur, en s'appuyant sur tout ce qui est possible allant des thérapies physiques aux antidépresseurs, nous dit le Dr Mencias.

"il a cru aux opioïdes Mais seulement pour des thérapies à court-terme."

Le Dr Graham, dit-il, avait un excellent comportement au chevet des malades, et patients l'ont confirmé par de nombreux messages sur le site web de la clinique. ... " le Dr Graham ... a toujours été très bon pour moi, à m'expliquer mes problèmes, à répondre à mes questions et en expliquant le traitements,"

Un patient écrit. "c'est un fait, il était si agréable, si amical dans son comportement et dans l'intérêt qu'il portait aux autres."

Score de satisfaction score a été de 4.3 sur 5. Quelques patients ont commenté le Dr Graham qui ressemblait à un roseau, il prenait son temps.

En dehors de la médecine, le Dr Graham a vécu une pleine vie.

Avec sa femme julie il faisait du Fund rising pour des associations caritatives comme pour le centre local pour les handicapés, et il consulté avec l'université de notre dame sur un volontariat. il a skié. il a joué au golf. il passait ses vacances en suisse, dans le sud de la france, et aux îles comme st barth dans le caraïbes.

Ce 26 juillet le Dr Graham avait un rendez-vous avec la femme de Michael Jarvis 48 ans, qui l'accompagnait. Atteinte de douleurs chroniques, au chômage , selon l'enquête du comté de st joseph (indianapolis)

Ce n'était pas la première visite au Dr Graham. Ils étaient venus à son bureau le mois précédent, avec sa femme en recherche de soulagement pour sa douleur chronique, et l'avocat Cotter de déclarer au medscape médical News que le Dr Graham avait diminué la prescription d'opioïdes analgésiques et que deja avaient surgi les étincelles d'un "fort désaccord" avec Michael Jarvis, a dit Cotter. "il n'acceptait pas les réponses."

Pareille scène s'est rejouée le juillet 26 Juillet et le Dr Graham a refusé à son épouse d'accéder à sa demande ces opioïdes analgésiques, en expliquant qu'ils n'étaient pas appropriés pour sa douleur chronique.

Elle a compris, nous dit Cotter sur la conclusion de la seconde visite. "mais [le mari] a été très pressant." et le mari est revenu au bureau 2 heures plus tard avec un pistolet semi-automatique.

Il a intercepté le Dr Graham et a échangé quelques mots avec lui. Puis Jarvis a suivi le Dr Graham et a tiré sur lui, deux fois dans le tête dans un parking après que le médecin soit forcé de sortir de son véhicule.

Jarvis a alors conduit jusqu'à la maison d'un ami de maison, où il s'est suicidé. Selon Cotter, il n'y a aucune preuve pouvant suggérer que la femme de Jarvis femme ai été impliquée dans le plan meurtrier de son mari. "elle est trop en souffrance, trop," dit-il dans un nouvelles conférence peu de temps après le tir. ... "je ne sais où vivre"

Tout ça pour un refus a une demande pour des opioïdes analgésiques, et les réponses hostiles viennent habituellement du patient, et non pas d'un parent.

"quelqu'un qui pratique la Medecine de la douleur a été menacé," dit le Dr Michna, un anesthésiste et spécialiste de la douleur à brigham un hôpital de Boston, massachusetts.

Parfois le courroux se déclenche quand un médecin expérimenté découvre qu'en plus des opioïdes le patient est aussi sous prise illicite d'autres médicaments. un autre potentiellement difficile concerne un prescripteur d'opioïde analgésiques au long cours, prend sa retraite, et un jeunes remplaçant tente de sevrer les patients de leurs médicaments.

Le risque d'un comportement conflictuel, avec menaces, et violence, reflète l'origine démographique de patients dans la douleur, et selon le Dr Michna et d'autres, des chiffres "proches de 70% de ces patients à douleur chronique, présentent des troubles psychologiques en comorbidités, comme par exemple la dépendance comportement," dit-il.

"beaucoup sont passés par la prison. ils sont désespérés."

Selon le Dr Michna, l'enquête asipp qui dit que 52% des médecins de la douleur avaient été menacés, sous estime fortement la réalité.

En contraste, le Dr Joanna Katzman, msph, présidente de l'académie de gestion intégrative de la douleur (aipm), pense ce chiffre est trop élevé, surtout à la lumière de sa propre expérience.

Le Dr Katzman dirige à l'université du nouveau-mexique, le centre anti douleur d'albuquerque. "nous n'avons aucune violence quelle que ce soit," dit le Dr Katzman, professeur de neurologie à l'université du nouveau-mexique et son école de médecine, dans un interview avec medscape médical News .

"Les incidents verbaux et menaces sont très rares." . Elle crédite l'atmosphère pacifique pour les patients sachant que ce son centre anti-douleur ne prescrit jamais d'opioïdes lors de la première visite, et que ces médicaments sont loin en bas sur la liste des traitements possibles, qui sont interdisciplinaires par nature. " meme si tout est prévu dès le début, il y a toujours des insatisfaits quant à leurs attentes," dit le Dr Katzman. Ie dr michna accepte cette approche, qui a abaissé le niveau de conflit et de colère dans son hôpital.

" il faut être franc et atténuer les fausses attentes," dit-il. Le Dr Steven Stanos, président de l'académie américaine de Medecine de la douleur demande aux médecins de cesser de regarder la pendule pour une chose, pour prendre du temps à expliquer pourquoi un patient est ou pas un candidat pour les opioïdes, et le Dr Stanos dit au medscape médical News . mais la longueur de la consultation est insuffisante.

"vous avez besoin de construire rapport avec les patients, pour gagner leur confiance," dit le Dr Stanos, "quand vous ne prescrivez pas d'opioïdes analgésiques, vous pouvez etre vu comme quelqu'un qui est est alarmant et prend des décisions à leur place.

Il est précieux avec ces patients de pratiquer le "motivation interviewing", où le médecin aide le patient d'une manière évitant la confrontation à examiner comment vaincre ces comportements et trouver la motivation interne motivation pour accepter ce changement, pour eux. Le danger persiste néanmoins .. "

@lowesrobert medscape médical News 7 août 2017.

Du danger des opiodes (tramadol, ixprim) pour les patients mais aussi pour les médecins prescripteurs. Épidémie aux USA, en Europe demain.
Repost 0
Published by Jean-Pierre LABLANCHY - CHRONIMED - dans Concept
commenter cet article
12 août 2017 6 12 /08 /août /2017 12:30

Œufs contaminés: Des produits vont être retirés des rayons dans des grandes surfaces en France

Le feuilleton de la crise sanitaire liée aux œufs contaminés au fipronil continue.

Certains lots d' œufs vont être retirés des rayons dans les supermarchés français par mesure de sécurité, a annoncé Fanny Molin, la porte-parole de la direction générale de l'alimentation au ministère de l'Agriculture, ce vendredi, au micro de franceinfo.

« Des produits [pouvant contenir du fipronil] peuvent être dans les rayons et ont été identifiés.

Ils seront donc retirés des rayons dans l'attente des résultats des analyses », a expliqué Fanny Molin, qui a précisé que « même s'il n'y a pas de risque, les consommateurs ont le droit de savoir s'il y a ou pas du fipronil ».

« Il peut aussi y avoir des remises en rayon » Le ministère de l'Agriculture, qui prend la menace au sérieux, a tenté de rassurer sur la situation :

« Il peut y avoir des retraits tous les jours, mais il peut aussi y avoir des remises en rayon. » Fanny Molin n'a pas voulu préciser les produits et les marques concernés par ce retrait, avançant que « les entreprises, au même titre que les consommateurs, sont victimes de cette fraude ».

« Il ne faudrait pas jeter l'opprobre sur ces marques, alors même que la contamination ne pourrait concerner qu'une toute petite gamme ou quelques produits », selon la porte-parole.

«Les entreprises, au même titre que les consommateurs, sont victime de cette fraude.

Le feuilleton de la crise sanitaire liée aux œufs contaminés au fipronil continue.

Certains lots d’ œufs vont être retirés des rayons dans les supermarchés français par mesure de sécurité, a annoncé Fanny Molin, la porte-parole de la direction générale de l’alimentation au ministère de l’Agriculture, ce vendredi, au micro de franceinfo.

« Des produits [pouvant contenir du fipronil] peuvent être dans les rayons et ont été identifiés. Ils seront donc retirés des rayons dans l’attente des résultats des analyses », a expliqué Fanny Molin, qui a précisé que « même s’il n’y a pas de risque, les consommateurs ont le droit de savoir s’il y a ou pas du fipronil ».

« Il peut aussi y avoir des remises en rayon » Le ministère de l’Agriculture, qui prend la menace au sérieux, a tenté de rassurer sur la situation : « Il peut y avoir des retraits tous les jours, mais il peut aussi y avoir des remises en rayon. » Fanny Molin n’a pas voulu préciser les produits et les marques concernés par ce retrait, avançant que « les entreprises, au même titre que les consommateurs, sont victimes de cette fraude ». « Il ne faudrait pas jeter l’opprobre sur ces marques, alors même que la contamination ne pourrait concerner qu’une toute petite gamme ou quelques produits », selon la porte-parole.

Manon Aublanc

Le feuilleton de la crise sanitaire liée aux œufs contaminés au fipronil continue.
Repost 0
Published by Jean-Pierre LABLANCHY - CHRONIMED - dans Nutrition
commenter cet article