Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
1 novembre 2011 2 01 /11 /novembre /2011 19:02
Antitumor properties of Boswellic acid against Ehrlich ascites cells bearing mouse.

AuthorsAgrawal SS, et al. Show all Journal
Food Chem Toxicol. 2011 Sep;49(9):1924-34. Epub 2011 Apr 12.

Genome Research Laboratory, Delhi Institute of Pharmaceutical Sciences and Research, Pushp Vihar Sec-3, M B Road, New Delhi 110017, India. ssagrawal1946@gmail.com

Boswellic acid (BA), a triterpene, isolated from Boswellia serrata (Burseraceae) has been found to possess potent anti-inflammatory and anti-cancer activity.

The present study aimed at exploring the possible role of BA on ascites and solid Ehrlich tumor.

Ascitic tumor development was evaluated 14 d after tumor implantation by quantification of the ascitic fluid volume whereas solid tumor was evaluated after 30 d tumor implantation by H&E and IHC.

The i.p. administration of BA significantly inhibited ascitic and solid Ehrlich tumor model.

This inhibition was observed with reduced ascitic volume, solid tumor volume and body weight when compared to control mice.

The treatments also increased the survival of tumor-bearing mice. VEGF and TNF- α levels were decreased, whereas the IL-12 levels were increased with BA treatment at 25mg/kg.

Further, results on decrease in the peritoneal angiogenesis and microvessel density showed the anti-angiogenic potential.

Microscopic examination of tumors revealed that in BA-treated groups the expression of Bax and caspase 3 increased, suggesting drug induced tumor cell apoptosis through activating the pro-apoptotic bcl-2 family and caspase-3.

The present study sheds light on the potent antitumor property of the boswellic acid and can be extended further to develop therapeutic protocols for treatment of cancer.

Copyright © 2011 Elsevier Ltd.
Repost 0
Published by Chronimed - dans Nutrition
commenter cet article
1 novembre 2011 2 01 /11 /novembre /2011 18:54
Gum resin of Boswellia serrata inhibited human monocytic (THP-1) cell activation and platelet aggregation.

AuthorsKokkiripati PK, et al. Show all Journal
J Ethnopharmacol. 2011 Sep 1;137(1):893-901. Epub 2011 Jul 8.

Department of Plant Sciences, University of Hyderabad, Hyderabad 500046, India.

ETHNOPHARMACOLOGICAL RELEVANCE: Stem bark gum resin extract of Boswellia serrata is traditionally used in India for its hemostatic, antiinflammatory and cardiovascular health effects and it is named as Śallakī in Ayurvedic medicine.

AIM OF THE STUDY: This study was conducted to evaluate the antioxidative and antithrombotic properties of stem bark gum resin extracts of Boswellia serrata (BS).

MATERIALS AND METHODS: The inhibitory activity of the BSWE and BSAE on FeCl(3) induced lipid peroxidation (in vitro) in rat liver and heart homogenates was measured spectrophotometrically. Their effect on H(2)O(2) induced reactive oxygen species (ROS) generation in human monocytic (THP-1) cells was investigated by tracking intensity of a cell permeable fluorescent dye, H(2)DCFDA and subjecting the cell samples to confocal microscopy. Further, the effect of BSAE and BSWE on ADP-induced platelet aggregation was assessed using a multimode detection plate reader, plasma coagulation times using an automated blood coagulation analyzer and on human blood clotting factors Xa and XIa using chromogenic substrate. Phytomarker analysis of the water (BSWE) and hydroalcoholic (BSAE) extracts of BS-gum resin was done through HPLC using a standard compound AKβBA.

RESULTS: BSAE and BSWE inhibited, to varied extents, the lipid peroxidation in liver (80%) and heart (50%) tissue homogenates of male Wistar rats. Further, BSAE (30 μg dwt/mL) and BSWE (300 μg dwt/mL) attenuated ≥ 60% of H(2)O(2) mediated ROS generation in THP-1 cells. In case of standard compounds, ascorbate (20 μg dwt/mL) and butylated hydroxytoluene (BHT) (10 μg dwt/mL) completely scavenged ROS in the cells. BSAE and BSWE at 3 mg dwt/mL completely inhibited ADP induced platelet aggregation and activities were comparable to 20 μg/mL of heparin. The extracts also showed very high activity in prolonging coagulation time periods. Both types of extracts extended prothrombin time (PT) from ∼13 to >60s and activated partial thromboplastin time (APTT) from ∼32s to >90s. BSAE inhibited clotting factors Xa and XIa remarkably at 6 μg of dwt where as BSWE did not show much effect on FXa and showed 30% inhibition on FXIa at 120 μg. 10 μg of heparin was required to inhibit about 30% activity of the above factors. HPLC analyses suggested that BSAE and BSWE had AKβBA of 9% (w/w) and 7.8% (w/w) respectively.

CONCLUSION: Present study demonstrated antioxidant and antithrombotic anticoagulant activities of water and hydroalcoholic extracts of Boswellia serrata's gum resin. We suggest that BS-gum resin as a good source for lead/therapeutic compounds possessing antioxidant, antiplatelet and anticoagulant activities.

Copyright © 2011 Elsevier Ireland Ltd. All rights reserved.
Repost 0
Published by Chronimed - dans Nutrition
commenter cet article
1 novembre 2011 2 01 /11 /novembre /2011 18:44
Boswellic acid inhibits growth and metastasis of human colorectal cancer in orthotopic mouse model by downregulating inflammatory, proliferative, invasive and angiogenic biomarkers.

AuthorsYadav VR, et al. Show all Journal
Int J Cancer. 2011 Jun 23. doi: 10.1002/ijc.26251. [Epub ahead of print]

Department of Experimental Therapeutics, The University of Texas MD Anderson Cancer Center, Houston, TX.

Abstract
Numerous cancer therapeutics were originally identified from natural products used in traditional medicine.
One such agent is acetyl-11-keto-beta-boswellic acid (AKBA), derived from the gum resin of the Boswellia serrata known as Salai guggal or Indian frankincense.

Traditionally, it has been used in Ayurvedic medicine to treat proinflammatory conditions.

In this report, we hypothesized that AKBA can affect the growth and metastasis of colorectal cancer (CRC) in orthotopically implanted tumors in nude mice.

We found that the oral administration of AKBA (50-200 mg/kg) dose-dependently inhibited the growth of CRC tumors in mice, resulting in decrease in tumor volumes than those seen in vehicle-treated mice without significant decreases in body weight.

In addition, we observed that AKBA was highly effective in suppressing ascites and distant metastasis to the liver, lungs and spleen in orthotopically implanted tumors in nude mice.

We examined for the mechanism, we found that markers of tumor proliferation index Ki-67 and the microvessel density cluster of differentiation (CD31) were significantly downregulated by AKBA treatment.

We also found that AKBA significantly suppressed nuclear factor-κB (NF-κB) activation in the tumor tissue and expression of proinflammatory (cyclooxygenase-2), tumor survival (bcl-2, bcl-xL, inhibitor of apoptosis (IAP-1) and survivin), proliferative (cyclin D1), invasive (intercellular adhesion molecule 1 and matrix metalloproteinase-9) and angiogenic C-X-C (CXC) receptor 4 and vascular endothelial growth factor) biomarkers.

When examined for serum and tissue levels of AKBA, a dose-dependent increase in the levels of the drug was detected, indicating its bioavailability.

Thus, our findings suggest that this boswellic acid analog can inhibit the growth and metastasis of human CRC in vivo through downregulation of cancer-associated biomarkers.

Copyright © 2011 UICC.
Repost 0
Published by Chronimed - dans Nutrition
commenter cet article
1 novembre 2011 2 01 /11 /novembre /2011 18:36
Longtemps délaissée par les médecins et les phytothérapeutes européens, la résine du boswellia a été redécouverte par les chercheurs occidentaux, à la fin du XXème siècle, qui ont mis en évidence ses puissants principes anti-inflammatoires sans effets secondaires. Depuis peu, de nouveaux essais cliniques ont prouvé l’action efficace du Boswellia serrata dans le traitement des voies respiratoires et plus particulièrement dans la prévention des crises d’asthme.

Les traités de médecine ayurvédique accordent une large place à la résine de boswellia qui est utilisée seule (sous le nom de Salai guggul) ou en complexe associée à d’autres plantes indiennes. Les praticiens la recommandent pour le traitement des douleurs rhumatismales, de l’inflammation du tube digestif et des voies respiratoires. En usage externe, le Salai guggul est prescrit pour les problèmes d’acné, les infections fongiques et les furoncles. On utilise également les fumigations à base de cette résine pour purifier les vêtements, les maisons et les cheveux.

Un anti-inflammatoire puissant

L’ensemble de ces indications ont orienté depuis longtemps les chercheurs européens et américains vers les propriétés anti-inflammatoires du Boswellia serrata. De nombreuses études cliniques menées dans les années 80 ont ainsi démontré que cette résine a une activité inhibitrice ciblée et qu’elle ne produit aucun effet secondaire et ne présente aucune toxicité. Ce sont les acides boswelliques qui sont à l’origine de cette propriété. Ils inhibent la formation des leucotriènes, substances qui engendrent l’inflammation en accentuant les dommages causés aux tissus par les radicaux libres. Ils participent au bon fonctionnement des vaisseaux sanguins plus ou moins obstrués par des spasmes. Ces acides améliorent également la circulation sanguine dans les articulations et les autres tissus enflammés. Ils permettent ainsi un apport plus important en sang dans les tissus, alors mieux nourris et mieux drainés et contribuent à faire disparaître l’inflammation.

Asthme : 70 % de rémission

Puisque les leucotriènes interviennent spécifiquement dans la broncho-constriction, des chercheurs ont eu l’idée d’étudier les propriétés du boswellia dans les pathologies respiratoires telles que l’asthme. Au cours d’un récent essai clinique mené par l’équipe du Dr Gupta de la Faculté de médecine de Los Angeles, les chercheurs ont constaté une nette amélioration des symptômes de l’asthme chez les patients traités par le Boswellia serrata. Les trois quarts d’entre eux ont vu disparaître ce que l’on appelle « le ronchu », qui est le râle caractéristique de la difficulté à respirer lors d’une crise. Le volume respiratoire s’est nettement amélioré, le nombre de crises s’est espacé dans le temps et leur intensité a diminué de façon significative. Après six semaines d’un traitement aux acides boswelliques, la rémission de l’asthme a été constatée pour 70 % des patients, dont aucun n’a reçu d’autre traitement médical.

Le Boswellia serrata recèle donc de multiples propriétés thérapeutiques encore mal exploitées aujourd’hui. Bizarrement, ce sont les industriels de la cosmétique qui l’utilisent le plus, pour son parfum exotique et apaisant. Et on le trouve malheureusement plus facilement dans les savons et les cosmétiques que dans les pharmacies.

Recommandation

Pour obtenir de bons résultats, prendre 300 mg d’un extrait de résine de boswellia deux à trois fois par jour. Cet extrait doit contenir 70 % d’acides boswelliques.
Note : Les premiers bienfaits du boswellia se manifestent, en général, au bout de deux semaines. Dans certains cas, il faudra patienter jusqu’à quatre semaines.
Repost 0
Published by Chronimed - dans Nutrition
commenter cet article
1 novembre 2011 2 01 /11 /novembre /2011 13:31
The Iceman genome cometh - October 24, 2011

Ötzi, a 5300-year old man found frozen in the Alps, has become the latest long-dead human to have his complete nuclear genome sequenced. Researchers previewed the Tyrolean Iceman’s genome sequence on 21 and 22 October at the Bolzano Mummy Congress in Italy.

Discovered 20 years ago near the Austrian-Italian border, Ötzi must be among the world’s most closely inspected corpses. We now know that he suffered from arthrosclerosis and cavities, bore mysterious tattoos, and gorged on ibex before dying with an arrow lodged in his back. There was also a lawsuit and a purported death curse linked to his remains.

In 2008, scientists reported the complete sequence of his mitochondrial genome. It suggests that his maternal lineage was similar to that of some modern Central Europeans, but the genome also contained mutations not found in present-day populations that have been surveyed.

To get a better grip on his ancestry and predisposition to disease, Albert Zink, head of the Institute for Mummies and the Iceman in Bolzano, and his team sequenced Ötzi’s 3 billion base pair nuclear genome from a shard of hip bone. Their sequence covers more than 90 percent of the Iceman’s genome. Their team also analysed DNA preserved in Ötzi’s stomach in hopes of revealing the microbes that colonized his gut.

Zink says his team is keeping most of the results of these studies under wraps, pending publication. They had hoped to have the paper out in time for last week’s Mummy Congress and a television special called Iceman Murder Mystery.

His team plans to use the sequence to determine Ötzi’s status for genetic variations linked to diseases in modern humans, particularly arthrosclerosis. A full nuclear genome will also paint a more detailed picture of the Iceman’s ancestry and his relationship to present-day humans. Zink’s team will ask whether Ötzi is an ancestor of people living in Central Europe today, or whether he and his kin died out and were replaced by migrants from elsewhere, such as the Middle East. To buff up this analysis, they are analysing DNA preserved in the skeletons of other ancient inhabitants of central Europe.

Ötzi’s genome has also been subject to genetic navel-gazing: Like many southern Europeans, he lacked mutations that would have helped him break down lactose as an adult, and he had brown hair and eyes (presumably this agrees with his frozen corpse).

Having just finished a feature story on the bacteria that caused the Black Death (which should be online later today), I am particularly interested in the microbes that may have colonized Ötzi. Zink’s team has found hints that he was infected with Borrelia burgdorferi, the bacterium that causes lyme disease, however Zink says this conclusion is preliminary. They have also found sequences matching Escherichia coli (a common gut microbe) and Clostridium bacteria (found in soil as well as the guts of some animals, including giant pandas).

Discerning true pathogen and symbiotic bacteria from soil microbes that have invaded ancient samples can be difficult, and some scientists have been dubious of previous claims -- including some of Zink's previous work on Egyptian mummy pathogens -- that reported ancient microbes. However new technologies in DNA sequencing have led to a renaissance in ancient microbes research, and many once-sceptical researchers are leading the charge. Zink says the analysis of Ötzi's microbiome could keep his team busy for another year.

South Tyrol Museum of Archaeology
Repost 0
Published by Chronimed - dans Infections froides
commenter cet article
1 novembre 2011 2 01 /11 /novembre /2011 12:21
Le Charbon Activé n'est ni un nutriment, ni un médicament, c'est une poudre noire, légère, très fine, sans odeur, sans saveur et insoluble dans l'eau, capable de fixer, de capter, de séquestrer, de pomper, de piéger (absorber) les substances étrangères ou toxiques qui se trouvent dans notre corps.

Ces substances empoisonnent notre corps et surchargent nos reins et notre foie, sont absorbées par le Charbon Activé et rejetées hors du corps.

Le Charbon végétal est traditionnellement utilisé pour traiter les troubles fonctionnels du système digestif, les douleurs abdominales, la diarrhée, les ballonnements, les éructations (renvois d'air) et les gaz intestinaux désagréables.

C'est également une puissante pompe à poison: additifs alimentaires, produits chimiques agricoles, métaux lourds, gaz toxiques, détergents, chimiothérapie... il serait peut-être utile d'inviter cette entreprise de nettoyage dans notre organisme.

Il est surprenant de constater qu’à notre époque où l’intoxication est devenue la source reconnue de la plupart des drames de la santé publique, l’incroyable efficacité du charbon activé, connue depuis près de deux siècles, soit passée sous silence dans le domaine public ainsi que dans l’information médicale professionnelle.

Petites histoires de «prestidigitation médicale»

Cela se passe en 1813. Un certain Bertrand, chimiste français, fait une démonstration publique. Il tient une fiole qui contient 5 g de trioxyde d’arsenic (1 cuillère à thé comble), de quoi tuer 150 hommes. Il lève le bras et porte le breuvage aux lèvres. Les effets inexorables de cette drogue : nausée, vomissement, diarrhée, brûlure intense de la bouche et de la gorge, crampes atroces dans le ventre, déshydratation rapide et mort. Devant les yeux médusés et horrifiés de la foule, Bertrand vaque tranquillement à ses affaires et ne présente aucun trouble.

En 1831, un pharmacien de Montpellier nommé Touéry, effectue le même tour mais, cette fois, devant l’Académie française de médecine. Il avale 1 g de strychnine (10 fois la dose mortelle). Ce poison foudroie un homme en 10 minutes dans des convulsions incontrôlables et un arrêt respiratoire au milieu d’un rire nerveux effrayant, dont le spectacle ne s’oublie jamais. Pourtant, Touéry reste calme et détendu et n’a aucun trouble, à la stupéfaction totale des professeurs.

Le secret ? Bertrand et Touéry avaient tous deux étudié l’action du charbon végétal sur les poisons, en particulier avec des rats – et tous deux ont voulu démontrer qu’ils avaient découvert l’antidote universel.
Ce qui a pu être vérifié par la suite. En ce qui concerne Touéry, celui-ci a rapporté qu’il avait préalablement enrobé la strychnine dans 15 g de poudre fine de charbon végétal.
Il continua ses travaux de recherche jusqu’en 1940. Patience et longueur de temps – et ce n’est qu’en 1984 que le JAMA (Journal of the American Medical Association) publia deux articles sur l’usage du charbon activé contre l’empoisonnement à la théophylline (broncho-dilatateur) et au phénobarbital.

Descconfirmations à travers l’histoire :

• Le papyrus d’Ebers 1550 avant J.-C. mentionne déjà la poudre de charbon.
• Hippocrate (400 avant J.-C.) et Pline (50 avant J.-C.) recommandent le charbon de bois dans le traitement de l’épilepsie, du vertige, de la chlorose et de la « maladie du charbon » contractée par les tanneurs.
• En 1793, D.M. Kehls conseille dans son mémoire l’usage du charbon pour éliminer les odeurs de la gangrène, purifier l’haleine, les fièvres putrides et tous les états bilieux.
• En 1773, Scheele explique le phénomène d’absorption des gaz par le charbon.
• En 1785, Lowitz montre que le charbon est capable de décolorer de nombreux liquides.
• En 1865, Hunter découvre les performances du charbon de noix de coco pour absorber les gaz.
• En 1862, Stenhouse est le précurseur des masques à gaz (au charbon) qui furent utilisés pendant la guerre 14-18.
• En 1846, Garrod publie, en Angleterre, un rapport sur la neutralisation de la strychnine administrée à des chiens, des chats et des lapins, et expérimente ensuite la neutralisation de l’opium, de la morphine, de l’aconitine, de l’ipéca, de l’émétine, de la vératrine, la cantharidine, la ciguë, la stramoine, le delphinium, le bichlorure mercurique, le nitrate d’argent et les sels de plomb.
• En 1848, Rond reprend les expériences de Garrod sur les humains. Il existe plus de 40 exposés sur le sujet, établis entre la fin du XIXe siècle et le début du XXe siècle.

Les applications récentes :

- En milieu hospitalier, les salles d’opération sont assainies par des filtres à charbon pour neutraliser les gaz anesthésiques (halothane, éther, cyclopropane, métoxyflurane, propanidide, protoxyde d’azote).

- Les produits d’assainissement de l’eau : chlore, ozone, bioxyde de chlore, permanganate... tous toxiques, peuvent être éliminés facilement par des filtres à charbon.

- Mais il est aussi efficace pour le mercure, le plomb, les insecticides, les herbicides, les hormones et même certaines substances radioactives.

• Depuis 15 ans, on utilise le charbon activé pour désintoxiquer des analgésiques, des fébrifuges, des antidépresseurs tricycliques, des glucosides cardiotoniques, des solvants organiques, de la plupart des médicaments à effets iatrogènes et des produits chimiques.

• Depuis 10 ans, plus de 500 articles médicaux (uniquement en anglais !!!) ont offert plus de 10 000 références scientifiques sur le sujet.

• Aujourd’hui, on possède les preuves scientifiques que le charbon actif absorbe les virus, les bactéries pathogènes ainsi que les toxines bactériennes dans l’intestin.

Le charbon est probablement l’agent de décontamination le plus simple, et le moins cher que nous connaissions.

- Enfin, d’autres chercheurs ont découvert l’utilité du charbon en cas d’insuffisance rénale sévère.
(NOTA : le charbon végétal est insoluble dans l’eau.)


Les secrets du charbon activé Il est obtenu en deux étapes :

1. La carbonisation
On calcine du bois en le chauffant à une température variant entre 600 et 900° en l’absence d’air.

2. L’activation
Le bois est ensuite recalciné aux mêmes températures, mais cette fois, en présence de vapeur d’eau, d’air ou de gaz oxydants. Ceci permet le développement d’un réseau très dense de micropores qui transforment chaque poussière de charbon en micro-éponge apte à piéger toutes toxines, poisons et molécules indésirables.

L’extrudation de la poussière de charbon développe une surface de contact phénoménale: 1cm3 de charbon pulvérisé présente une surface totale de 1 km2 - et 500 g de charbon contiennent 50 milliards de pores. Ceci explique ses performances : il peut absorber 97 fois son volume de gaz carbonique, 165 fois son volume d’anhydride sulfureux , 178 fois son volume d’ammoniac...

Le travail dans l’intestin:

L’intestin étant une paroi poreuse, il s’y effectue un travail de dialyse par le principe de l’osmose.

Ceci veut dire qu’il se produit un équilibre entre les concentrations de produits solubilisés de part et d’autre de la paroi. Donc, si l’intestin est encombré, les réseaux lymphatiques ne peuvent dégorger dans celui-ci.

Le charbon, en libérant l’intestin, active la désintoxication de la lymphe et du sang par le biais du pompage osmotique.

Le Dr Denis Burkitt, après avoir observé les « besoins » de milliers d’Africains et d’Anglais, a tiré des conclusions étonnantes. L’Africain rural élimine 80% du bol en 32 heures en moyenne, le jeune Anglais en 72 heures, le vieil Anglais en 360 heures (15 jours !).

Pourquoi ? L’Africain mange essentiellement des aliments à fibres complètes et ses selles pèsent entre 300 et 500 g. L’Anglais au régime raffiné, a des selles journalières de 110 g.

Plus un individu est carnivore et lactivore, plus ses selles diminuent (jusqu’à 50 g par jour).

L’Africain aux selles abondantes ne connaît pas l’obésité, l’appendicite, les calculs biliaires, les diverticules, la hernie hiatale, les varices, les hémorroïdes, le cancer du côlon, du rectum, la thrombose, le diabète, l’hypoglycémie.

Il faut néanmoins considérer qu’il faut normalement 5 jours pour éliminer 100% des résidus – ce qui fait que des sécrétions allergiques peuvent mettre jusqu’à 6 jours pour cesser suite à une seule prise d’allergène.

La plus puissante pompe à poisons

La liste des poisons est longue. Elle concerne :

• Les stupéfiants, les médicaments dangereux, les alcaloïdes, les additifs alimentaires, les produits chimiques agricoles, les métaux lourds, les gaz toxiques, les détergents, les solvants organiques, la chimiothérapie.

Mais sont aussi concernés :

• Les staphylocoques, la salmonelle, les virus de la variole, de la fièvre aphteuse, les toxines bactériennes telles que celles de la diphtérie, du tétanos, du botulisme, du perfringens, les amines toxiques de décomposition.

Et il y a encore :

• Les venins de serpent, d’abeille, de guêpe, de frelon, de taon, de scorpion, d’araignée, d’anémone de mer, de physalie, l’histamine du thon, les coquillages, les mycotoxines que l’on trouve dans les aliments à cause des antibiotiques et les redoutables aflatoxines.

Comment utiliser le charbon activé
On considère que la durée moyenne du transit est de 18 à 48 heures.
Pour mesurer la vôtre, manger des betteraves rouges et prenez un top chrono….

EN CAS D’INTOXICATION SEVERE

La dose préconisée est de 50 g pour un adulte, de 1g/kg pour un enfant.
Mélanger à de l’eau froide. Cela n’a aucun goût.

Répéter les prises de 20 à 50 g de charbon activé toutes les 4 à 6 heures pendant 1 ou 2 jours selon la sévérité de l’intoxication.

La quantité théorique du charbon activé doit être au minimum égale à 8 fois le poids de toxique ingéré. La marge de 10 fois est souhaitable.

Toutefois, dans les intoxications suicidaires, et chez les sujets comateux, la quantité du toxique est impossible à connaître. On administre alors entre 100 et 120 g de charbon d’office.
À savoir qu’une cuillère à soupe contient en moyenne 5 g de charbon.


CURE DE DRAINAGE

- Les posologies sont évidemment modulables en fonction de chaque cas.
En moyenne, on peut opter pour le protocole de 1 cuillère à soupe aux 3 repas pendant 2 à 6 semaines selon la profondeur du drainage cellulaire qui est nécessaire.
- Pour des petits nettoyages internes, 1 cuil. à soupe par jour pendant 10 à 15 jours effectue déjà de l’excellent travail.
- Pour un enfant, remplacer les cuillères à soupe par des cuillères à café, et s’en tenir à 10 à 15 jours en tout pour des cas courants.

NOTA : Le charbon est aussi vendu en granulés, mais l’efficacité est en gros 2 fois moindre.
Par ailleurs, l’association charbon / argile est totalement inefficace puisque l’argile colmate les pores du charbon.
Enfin, le charbon en gélule présente un intérêt négligeable au vu des quantités dérisoires en jeu, sans compter le coût d’achat qui est multiplié par 100.

Les indications de la carbothérapie

• Empoisonnement par absorption de substances toxiques ;

• Intoxication alimentaire (tels que ceux dus à la salmonelle, au staphylocoque, à la Listeria...).

• Intoxication par médicaments, stupéfiants, alcaloïdes, produits chimiques agricoles (organo-phosphorés ...), métaux lourds, détergents, solvants organiques. On le préconise tout particulièrement dans les intoxications par antidépresseurs tricycliques, Chloroquine, Paraquat, Barbituriques, Colchicine, Phénothiazines, Benzodiazépines, Digitaliques, Salicylés, Bêta-bloquants, Méprobamate, Théophylline, Carbamazépine, Paracétamol, etc.

• Maladie de Lyme : amortit les troubles par élimination des toxines du borrélia dans le sang

• Epuration digestive. Diarrhées, le charbon actif étant un constipant;

• Aigreurs d’estomac, gastralgies. Aérophagie

• Gastro-entérites et Infection intestinale accompagnée de constipation et de fermentations

• Mauvaise haleine (halitose) - Travaux du Dr Guinney Los Angeles
• Hoquet chronique

• Flatulence - Travaux du Dr Hall (USA)

• Colostomie (anus artificiel) - Travaux Drs Cappeler Rüffenach, Müller et Halter de Bern;

• Selles nauséabondes et diarrhées nerveuses - Travaux Dr Riese et Damran;

• Tourista (diarrhée des pays chauds);

• Complications de l’insuffisance rénale- Travaux Dr Kopp.

• Tous troubles intestinaux - Travaux du Dr Chevreul -Paris;

• Cholestérol et triglycérides - Travaux du Dr Friedmann;

• Prurit généralisé - Travaux de Pederion Matter -Czerwingski - Llach.

• Sels biliaires en excès : Travaux de Needle Krasopoulos et De Bari.

• Jaunisse et bilirubine des nouveaux nés 4,5 gr de charbon actif par jour. (Travaux de kuenger, Schenck, \/ahlenkamp, Kuegking, kuenzer, Ulstrom, Eisenklam, Davis, Yeary, Lee.)

• Cirrhose et encéphalopathie hépatique

• Alcoolisme: il est intéressant de savoir qu’un gramme de charbon (l/2 cuillère à café) neutralise 60 ml de Whisky. A creuser pour les cures de désintoxication...

• Toxicomanies (tabac - drogues)

• Champignons vénéneux: (voir intoxication sévère). La carbothérapie ne dispense pas de contacter un centre anti-poison.

• Problèmes ORL et hygiène dentaire

Par ailleurs, le Dr Yatzidis de l’université d’Athènes a signalé en 1961 que
1 gr de charbon peut capter : 9 mg de créatinine endogène, 8 mg d’acide urique, 1,75 mg des phénols, 0,30 mg d’indican, 1 mg de guanidines, 35 mg d’urée, 0,35 mg d’acides organiques. Entre 4 et 20 mois de traitements en continu, avec des prises de 20 à 50 gr par jour n’ont entraîné aucun inconvénient.

Y a-t-il des inconvénients à un usage prolongé du charbon ?

De multiples expérimentations ont été réalisées sur des rats, des moutons, et autres pour voir si le charbon absorbait les nutriments et provoquait des carences à la longue. Leur sang conservait toujours le taux adéquat de calcium, cuivre, zinc, fer, magnésium.
Par contre, il arrive que le charbon ait un effet constipant sur certaines personnes. On adjoint alors des prises de sorbitol. De toute façon, il convient de boire plus qu’à l’habitude pour compenser l’absorption de l’eau intestinale par le charbon.
Il faut savoir aussi que le charbon inhibe les contraceptifs oraux.
Néanmoins, il peut être pris pendant la grossesse.

Publié le 06 mai 2008 par Terredefemme

Références : Mon petit docteur de Danièle Starenkyj - (Auteur du best-seller : Le mal du sucre), Édition Orion.
Vente dans les boutiques diététiques (en pot de 150 g de poudre) et sur internet
Repost 0
Published by Chronimed - dans Nutrition
commenter cet article
1 novembre 2011 2 01 /11 /novembre /2011 12:07
16 Septembre 2011

Le zinc à faible dose serait bénéfique pour le système immunitaire qui l’utilise pour intoxiquer les microbes tels que le bacille de la tuberculose ou la bactérie E. coli.

Ce mécanisme inédit de défense naturelle contre les infections, mis en évidence par une équipe internationale de chercheurs, permet d’envisager de nouvelles stratégies thérapeutiques, notamment nouveaux candidats-vaccins.
Des mécanismes équivalents pourraient également exister pour d’autres métaux lourds comme le cuivre.

L'une des stratégies connues de notre système immunitaire pour détruire les microbes consiste à les priver de nutriments essentiels comme les métaux lourds, notamment le fer.

Mais pour la première fois, une étude internationale menée par les chercheurs de l’Institut de pharmacologie et de biologie structurale (CNRS/Université Paul Sabatier – Toulouse III), du Centre d'immunologie de Marseille Luminy (CNRS/Inserm/Université de la Méditerranée) et de l’Institut Pasteur, révèle que l’inverse est également vrai.
« Les cellules immunitaires sont capables de mobiliser des réserves de métaux lourds, en particulier de zinc, pour intoxiquer les microbes » expliquent les scientifiques.

Du zinc dans les macrophages

Ce phénomène vient d’être mis en évidence pour Mycobacterium tuberculosis, l’agent de la tuberculose chez l’homme qui fait près de 2 millions de morts par an dans le monde ainsi que pour Escherichia coli dont certaines souches sont responsables d’infections graves du système digestif et urinaire.

Dans les cellules du système immunitaire (macrophages) ayant ingéré M. tuberculosis ou E. coli, les chercheurs ont constaté une accumulation rapide et persistante de zinc.
Les microbes y sont donc exposés à des quantités potentiellement toxiques de zinc.
Ils s’en défendent en produisant des protéines dont la fonction est de rejeter ces métaux lourds à l’extérieur de leur organisme.

Bien que toxique quand il est ingéré en trop grande quantité, le zinc est donc bénéfique pour le système immunitaire, en particulier parce qu’il est utilisé par les macrophages pour intoxiquer les microbes.
Les chercheurs estiment que "des mécanismes équivalents pourraient exister pour d’autres métaux lourds comme le cuivre".

Compléments nutritionnels, antibiotiques ou vaccins

Ces résultats ont des implications cliniques très concrètes, notamment en termes de complémentation nutritionnelle dans le traitement des malades (ex. par le zinc).

Ils pourraient aussi être à l’origine de nouveaux antibiotiques basés sur le blocage des défenses microbiennes contre ces métaux ou de nouvelles souches vaccinales atténuées, actuellement déjà testées comme candidats vaccins.


Source

Botella H et coll.P1-type ATPases mediate microbial resistance to zinc poisoning in human macrophages. Cell Host & Microbe, 14 septembre 2011
Repost 0
Published by Chronimed - dans Infections froides
commenter cet article
1 novembre 2011 2 01 /11 /novembre /2011 11:16
Le paludisme, aussi appelé malaria, fait encore de nos jours plus de 2000 victimes par jour.

Transmis par la piqûre de certains moustiques, cette parasitose frappe pour 80% des cas en Afrique subsaharienne et concerne surtout les enfants de moins de cinq ans et les femmes enceintes.

Une équipe de l'Université de Médecine de Vienne a développé une thérapie actuellement en phase pilote qui pourrait permettre de réduire significativement la mortalité suite à l'infection.

Une combinaison de médicaments intraveineux.

Des membres de l'Institut pour les Prophylaxies Spécifiques et les Maladies Tropicales de l'Université de Médecine de Vienne travaillent depuis 2006 au centre de recherche MARIB [1], au Bangladesh, sur le paludisme.

Près de 20.000 patients y ont déjà été traités, sans frais aucun.

Les débuts d'une étude pilote pour une nouvelle thérapie y ont été effectués au mois de septembre 2011 : il s'agit d'une combinaison en intraveineuse des meilleurs médicaments antipaludéens actuellement sur le marché et d'un antibiotique à spectre large - en l'occurrence, l'artésunate et l'azythromycine respectivement.

Ainsi, les infections bactériennes, responsables d'une grande partie des décès et s'installant en parallèle au paludisme (menant par conséquent à de fréquentes erreurs de diagnostics), peuvent être jugulées.

Dans le même temps, le médicament antipaludéen combat les parasites, d'où l'efficacité attendue du traitement. Il se trouve en outre que cette alliance de médicaments est bien supportée par les enfants.

Si cette étude pilote s'avère couronnée de succès, les chercheurs prévoient une extension de l'étude à une échelle bien plus grande en Afrique et en Asie - les préparatifs pour cette étape ont déjà commencé.

Le docteur Harald Noedl, directeur de l'équipe, pense que si le concept fait ses preuves et si l'équipe parvient à étendre le champ d'action de cette thérapie - en particulier vers l'Afrique - ce seraient les vies de quelques dizaines de milliers d'enfants qui pourraient être sauvées chaque année.

[1] Le MARIB (MAlaria Research Initiative Bandarban) est une association autrichienne qui vise à aider les populations des pays les plus pauvres non seulement à travers une aide médicale directe, mais aussi en effectuant des recherches sur les maladies aux tributs les plus lourds.








Pour en savoir plus, contacts : MARIB : contact@marib.org

Sources : "Neues Therapiekonzept gegen Malaria", APA, 22 septembre 2011
Rédacteurs :Maxime Enderli







Origine : BE Autriche numéro 140 (24/10/2011) - Ambassade de France en Autriche
Repost 0
Published by Chronimed - dans Infections froides
commenter cet article
1 novembre 2011 2 01 /11 /novembre /2011 11:07
Un gel de protection contre la maladie de Lyme

Le nombre de cas de borrélioses – classe de maladies infectieuses, incluant notamment la maladie de Lyme, causées par des bactéries ayant pour réservoirs naturels les petits rongeurs et véhiculées par les tiques ou les poux – semble en augmentation rapide depuis quelques décennies.

En Autriche, quelques 50.000 personnes sont ainsi infectées chaque année.

Or l'Université de Médecine de Vienne a mis au point un gel qui permet de réduire le taux d'infection après morsure de tique, chez l'animal, de 33% à 0% - et ce même si le gel est appliqué de manière prophylactique jusqu'à trois jours après la morsure.

Des résultats prometteurs

Le principal composant de ce gel est l'azithromycine, un antibiotique découvert en 1980 utilisé contre les infections des voies respiratoires, des tissus mous et des infections génito-urinaires.

Les tests in vivo, sur des modèles animaux, ont montré que le gel est efficace dans presque 100% des cas, à raison de deux applications par jour sur le site de morsure.

Les agents pathogènes sont tués localement, dans la peau.

De plus, aucun effet secondaire n'a jusqu'à présent été constaté : en raison des faibles doses et du caractère local de l'application du gel, de tels effets ne en effet sont pas attendus. Le gel se montre également très bien toléré par la peau.

L'Université de Médecine de Vienne recherche maintenant des volontaires, mordus depuis moins de trois jours et ayant gardé la tique – ceci afin de pouvoir tester si cette dernière est porteuse de la maladie de Lyme ou non (il est estimé que c'est le cas de 60% des tiques en Autriche, contre 30% en France).

Si l'efficacité de ce gel se confirme sur l'Homme, des possibilités radicalement nouvelles seraient ouvertes pour la prévention de la maladie de Lyme.

Un vaccin est en effet recherché depuis de nombreuses années, mais sans succès.

Et le traitement de cette maladie repose actuellement sur plusieurs semaines de
traitements antibiotiques, en général seulement après l'apparition des premiers symptômes.
Repost 0
Published by Chronimed
commenter cet article
31 octobre 2011 1 31 /10 /octobre /2011 22:08
Grâce à leur modèle cellulaire, utilisé par l’industrie pharmaceutique pour tester les candidats médicaments lors d’études précliniques, les chercheurs ont montré qu’une exposition in vitro aux nano-TiO2 entraînait leur accumulation dans les cellules endothéliales cérébrales.

Elle est également responsable de la rupture de la barrière, associée à une inflammation, et d’une diminution de l’activité de la P-glycoprotéine, une protéine essentielle à l’élimination des substances toxiques dans les organes vitaux comme le cerveau. Ces résultats sont publiés par la revue Biomaterials, mise en ligne le 24 octobre 2011.

Les nano-TiO2 sont produites à l’échelle industrielle et se retrouvent aussi bien dans des peintures que dans des cosmétiques (protections solaires) ou des systèmes de dépollution (revêtements autonettoyants). Si de nombreuses études in vitro ont décrit leurs effets sur des lignées cellulaires, peu se sont intéressées jusqu’alors au système nerveux central.

Pourtant, une étude faite chez le rat a montré que suite à une instillation nasale, des nano-TiO2 ont été détectées dans le cerveau, principalement dans l’hippocampe et le bulbe olfactif
Ces résultats suggèrent que la présence de nano-TiO2 pourrait être à l’origine d’une inflammation cérébro-vasculaire.
Ils suggèrent également qu’une exposition chronique, in vivo, à ces nanoparticules pourrait entrainer leur accumulation dans le cerveau avec un risque de perturbation de certaines fonctions cérébrales.


Source : communiqué de presse CEA « Les nanoparticules de dioxyde de titane altèrent, in vitro, la barrière hémato-encéphalique » 26/10/2011
Repost 0
Published by Chronimed
commenter cet article