Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
18 février 2012 6 18 /02 /février /2012 07:58
Periodontitis, Porphyromonas, and the pathogenesis of rheumatoid arthritis Mucosal Immunology (2012) 5, 112–120; doi:doi:10.1038/mi.2011.66; published online 25 January 2012 D Farquharson1, J P Butcher2 and S Culshaw1 1Infection and Immunity Research Group, University of Glasgow Dental School, School of Medicine, Glasgow, UK 2Division of Infection, Immunity and Inflammation, College of Medical, Veterinary and Life Sciences, University of Glasgow, Glasgow, UK Correspondence: S Culshaw, (shauna.culshaw@glasgow.ac.uk) Received 7 November 2011; Accepted 19 December 2011; Published online 25 January 2012. Abstract Epidemiological data indicate a link between rheumatoid arthritis (RA) and periodontal disease (PD). In vitro and in vivo studies have sought to dissect potential mechanisms by which PD may contribute to initiation and progression of RA. However, these are both multifactorial, chronic diseases, and their complex etiologies and pathogenesis themselves remain incompletely understood. Could there really be an etiological link or does this simply represent a statistical coincidence muddied by common risk factors? This review seeks to provide background on these two diseases in the context of recent discoveries suggesting that their pathogenesis may be related. In particular, the process of citrullination, a post-translational protein modification, has been highlighted as a process common to both diseases. The evidence for a relationship between the diseases is explored and its potential mechanisms discussed.
Repost 0
Published by Chronimed - dans Infections froides
commenter cet article
18 février 2012 6 18 /02 /février /2012 07:54
The influence of human and environmental exposure factors on personal NO2 exposures Journal of Exposure Science and Environmental Epidemiology (2012) 22, 109–115; doi:10.1038/jes.2011.20; published online 4 May 2011 Ron Williamsa, Paul Jonesa, Carry Croghana, Jonathan Thornburgb and Charles Rodesb aUS Environmental Protection Agency, National Exposure Research Laboratory, Research Triangle Park, North Carolina 27711, USA bRTI International, Research Triangle Park, North Carolina 27709, USA Correspondence: Ron Williams, US Environmental Protection Agency, National Exposure Research Laboratory, MD E-204-05, Research Triangle Park, North Carolina 27711, USA. Tel.: + 1 919 541 2957. Fax: +1 919 541 0905. E-mail: williams.ronald@epa.gov Received 3 February 2011; Accepted 3 February 2011; Published online 4 May 2011. Abstract The US Environmental Protection Agency's (US EPA) Detroit Exposure and Aerosol Research Study (DEARS) deployed a total of over 2000 nitrogen dioxide, NO2, passive monitors during 3 years of field data collections. These 24-h based personal, residential outdoor and community-based measurements allowed for the investigation of NO2 spatial, temporal, human and environmental factors. The relationships between personal exposures to NO2 and the factors that influence the relationship with community-based measurements were of interest. Survey data from 136 participants were integrated with exposure findings to allow for mixed model effect analyses. Ultimately, 50 individual factors were selected for examination. NO2 analyses revealed that season, exposure to environmental tobacco smoke and residential gas appliances were strong influencing factors. Only modest associations between community-based measures of nitrogen dioxide and personal exposures impacted by various exposure factors for heating (r=0.44) or non-heating seasons (r=0.34) were observed, indicating that use of ambient-based monitoring as a surrogate of personal exposure might result in sizeable exposure misclassification. Keywords: nitrogen dioxide; DEARS; personal monitoring; exposure factors
Repost 0
Published by Chronimed - dans Concept
commenter cet article
18 février 2012 6 18 /02 /février /2012 07:48
Journal of Exposure Science and Environmental Epidemiology (2012) 22, 148–160; doi:10.1038/jes.2011.40; published online 21 December 2011 Passive sampling methods to determine household and personal care product use Deborah H Bennetta, Xiangmei (May) Wua, Candice H Teaguea, Kiyoung Leeb, Diana L Cassadya, Beate Ritzc and Irva Hertz-Picciottoa aDepartment of Public Health Sciences, University of California, Davis, California, USA bDepartment of Environmental Health, Graduate School of Public Health, Seoul National University, Seoul, South Korea cDepartment of Public Health Sciences, University of California, Los Angeles, California, USA Correspondence: Professor Deborah H. Bennett, Department of Public Health Sciences, One Shields Avenue, MS1C, University of California at Davis, CA 95616, USA. Tel.: +1 530 754 8282. Fax: +1 530 752 3239. E-mail: dhbennett@ucdavis.edu Received 22 July 2010; Accepted 15 August 2011; Published online 21 December 2011. Top of page Abstract Traditionally, use of household and personal care products has been collected through questionnaires, which is very time consuming, a burden on participants, and prone to recall bias. As part of the SUPERB Project (Study of Use of Products and Exposure-Related Behaviors), a novel platform was developed using bar codes to quickly and reliably determine what household and personal care products people have in their homes and determine the amount used over a 1-week period. We evaluated the acceptability and feasibility of our methodology in a longitudinal field study that included 47 California households, 30 with young children and 17 with an older adult. Acceptability was defined by refusal rates; feasibility was evaluated in terms of readable bar codes, useful product information in our database for all readable barcodes, and ability to find containers at both the start and end of the week. We found 63% of personal care products and 87% of the household care products had readable barcodes with 47% and 41% having sufficient data for product identification, respectively and secondly, the amount used could be determined most of the time. We present distributions for amount used by product category and compare inter- and intra-person variability. In summary, our method appears to be appropriate, acceptable, and useful for gathering information related to potential exposures stemming from the use of personal and household care products. A very low drop-out rate suggests that this methodology can be useful in longitudinal studies of exposure to household and personal care products. Keywords: personal care products; cleaning products; passive sampling; SUPERB; longitudinal
Repost 0
Published by Chronimed - dans Concept
commenter cet article
18 février 2012 6 18 /02 /février /2012 07:43
Journal of Exposure Science and Environmental Epidemiology (2012) 22, 191–197; doi:10.1038/jes.2011.42; published online 23 November 2011 Selenium and maternal blood pressure during childbirth Ellen M Wellsa,b, Lynn R Goldmana,c, Jeffery M Jarrettd, Benjamin J Apelberge, Julie B Herbstmanf, Kathleen L Caldwelld, Rolf U Haldena,g and Frank R Witterh aDepartment of Environmental Health Sciences, Johns Hopkins University Bloomberg School of Public Health, Baltimore, Maryland, USA bDepartment of Environmental Health Sciences, Case Western Reserve University School of Medicine, Cleveland, Ohio, USA cGeorge Washington University School of Public Health and Health Services, Washington, DC, USA dInorganic and Radiation Analytical Toxicology Branch, Centers for Disease Control and Prevention, Atlanta, Georgia, USA eDepartment of Epidemiology, Johns Hopkins Bloomberg School of Public Health, Baltimore, Maryland, USA fThe Columbia Center for Children's Environmental Health, Columbia University Mailman School of Public Health, New York, New York, USA gSwette Center for Environmental Biotechnology, Biodesign Institute, Arizona State University, Tempe, Arizona, USA hDepartment of Gynecology and Obstetrics, Johns Hopkins University School of Medicine, Baltimore, Maryland, USA Correspondence: Dr. Lynn R. Goldman, Department of Environmental Health Sciences, Case Western Reserve University School of Medicine, 2300 Eye St., NW, Suite 106, Washington, DC 20037, USA. Tel.: +1 202 994 5179. Fax: +1 202 994 3773. E-mail: lynn.goldman@gwumc.edu Received 29 March 2011; Accepted 14 June 2011; Published online 23 November 2011. Evidence suggests selenium concentrations outside the nutritional range may worsen cardiovascular health. This paper examines the relationship between selenium and maternal blood pressure (BP) among 270 deliveries using umbilical cord serum as a proxy for maternal exposure levels. Multivariable models used linear splines for selenium and controlled for gestational age, maternal age, race, median household income, parity, smoking, and prepregnancy body mass index. Non-parametric analysis of this dataset was used to select spline knots for selenium at 70 and 90 μg/l. When selenium was <70 μg/l, increasing selenium levels were related to a non-statistically significant decrease in BP. For selenium 70–90 μg/l, a 1 μg/l increase was related to a 0.37 mm Hg (95% confidence interval (CI): 0.005, 0.73) change in systolic and a 0.35 mm Hg (0.07, 0.64) change in diastolic BP. There were very few selenium values >90 μg/l. Other studies indicate that the maternal/cord selenium ratio is 1.46 (95% CI: 1.28, 1.65). This u-shaped relationship between selenium and BP is consistent with a dual role of selenium as an essential micronutrient that is nonetheless a toxicant at higher concentrations; however, this needs to be studied further. Keywords: blood pressure; pregnancy; selenium; umbilical cord
Repost 0
Published by Chronimed - dans Nutrition
commenter cet article
18 février 2012 6 18 /02 /février /2012 07:34
Journal of Exposure Science and Environmental Epidemiology 22, 182-190 (March/April 2012) Zorimar Rivera-Núñez Jaymie R Meliker John D Meeker Melissa J Slotnick Jerome O Nriagu Urinary arsenic species, toenail arsenic, and arsenic intake estimates in a Michigan population with low levels of arsenic in drinking water Zorimar Rivera-Núñez, Jaymie R Meliker, John D Meeker, Melissa J Slotnick and Jerome O Nriagu Abstract The large disparity between arsenic concentrations in drinking water and urine remains unexplained. This study aims to evaluate predictors of urinary arsenic in a population exposed to low concentrations (≤50 μg/l) of arsenic in drinking water. Urine and drinking water samples were collected from a subsample (n=343) of a population enrolled in a bladder cancer case–control study in southeastern Michigan. Total arsenic in water and arsenic species in urine were determined using ICP-MS: arsenobetaine (AsB), arsenite (As[III]), arsenate (As[V]), methylarsenic acid (MMA[V]), and dimethylarsenic acid (DMA[V]). The sum of As[III], As[V], MMA[V], and DMA[V] was denoted as SumAs. Dietary information was obtained through a self-reported food intake questionnaire. Log10-transformed drinking water arsenic concentration at home was a significant (P<0.0001) predictor of SumAs (R2=0.18). Associations improved (R2=0.29, P<0.0001) when individuals with less than 1 μg/l of arsenic in drinking water were removed and further improved when analyses were applied to individuals who consumed amounts of home drinking water above the median volume (R2=0.40, P<0.0001). A separate analysis indicated that AsB and DMA[V] were significantly correlated with fish and shellfish consumption, which may suggest that seafood intake influences DMA[V] excretion. The Spearman correlation between arsenic concentration in toenails and SumAs was 0.36 and between arsenic concentration in toenails and arsenic concentration in water was 0.42. Results show that arsenic exposure from drinking water consumption is an important determinant of urinary arsenic concentrations, even in a population exposed to relatively low levels of arsenic in drinking water, and suggest that seafood intake may influence urinary DMA[V] concentrations.
Repost 0
Published by Chronimed - dans Nutrition
commenter cet article
17 février 2012 5 17 /02 /février /2012 20:19
Face aux dépressions réfractaires aux traitements antidépresseurs, quelle alternative thérapeutique peut-on proposer ? Malgré les progrès des protocoles pour les délivrer (notamment en matière d’assistance anesthésique) et leur « relooking » sous la forme modernisée et « soft » d’électroconvulsivothérapie (ECT), les électrochocs restent marqués par leur passé sulfureux limitant l’engouement à leur égard. D’autres techniques de « neurostimulation » sont parfois proposées (stimulation vagale [1] et stimulation cérébrale profonde [2]), mais elles demeurent marginales, en raison de leur aspect « encore plus invasif que l’ECT » et des risques importants d’effets latéraux. L’idéal serait donc de disposer d’une méthode non invasive et sans effet indésirable. La stimulation magnétique transcrânienne (SMT) constitue précisément une technique « prometteuse, non invasive et bien tolérée. » Elle semble susceptible de constituer l’alternative espérée, lorsque les antidépresseurs seuls se révèlent impuissants, et les études attendues doivent statuer sur ses chances de passer « du stade de la recherche à la pratique clinique. » Dès à présent, une méta-analyse basée sur 31 essais randomisés (réalisés entre 1996 et 2008) a concerné 815 patients recevant effectivement une SMT et 716 un simulacre de traitement par SMT (équivalent au placebo d’une étude contrôlée). Cette recherche a montré un « effet significatif modéré en faveur de la SMT » (g de Hedges [3] = 0,64 ; intervalle de confiance 95 % : 0,50 à 0,79 ). Si le mécanisme d’action de cette SMT reste méconnu, on estime que le champ magnétique ainsi délivré pourrait induire un courant électrique entraînant une dépolarisation des neurones, d’où leur éventuelle « réinitialisation », pour prendre une comparaison avec l’informatique. Cette sorte de « remise à zéro » ou de « reconfiguration » des ensembles de neurones concernés permettrait finalement « l’effacement » des états neuronaux antérieurs, associés aux manifestations cliniques (et sans doute biochimiques aussi) du syndrome dépressif. [1] http://en.wikipedia.org/wiki/Vagus_nerve_stimulation [2] « Méthode invasive d’électrothérapie consistant à implanter chirurgicalement dans le cerveau des électrodes qui délivrent un courant électrique de faible intensité dans certaines structures spécifiques situées en profondeur comme le thalamus. » (Wikipedia) [3] La connaissance du « g de Hedges » est l’un des critères statistiques renseignant sur la magnitude d’un effet : cf. http://en.wikipedia.org/wiki/Effect_size Dr Alain Cohen Allan C et coll. : Transcranial stimulation in depression. Br J Psychiatry, 2012 ; 200 : 10–11.
Repost 0
Published by Chronimed - dans Les ondes
commenter cet article
17 février 2012 5 17 /02 /février /2012 20:14
2011 a été une année d’espoir pour la lutte contre le paludisme, avec le bilan très encourageant publié dans le rapport du Partenariat Roll Back Malaria (Faire Reculer le Paludisme), auquel s’ajoutent les résultats prometteurs d'un essai de vaccination à grande échelle de phase III par le vaccin RTS,S de GlaxoSmithKline. Dans Trends in Parasitology, M B Markus souligne les lacunes qui persistent dans notre connaissance des formes parasitaires quiescentes ou latentes qui représentent une difficulté supplémentaire pour l’éradication du paludisme. Les hypnozoïtes sont des formes quiescentes intra-hépatocytaires responsables des accès de reviviscence qui peuvent survenir après des mois ou des années dans les infections à Plasmodium vivax. Il est très vraisemblable que les hypnozoïtes dérivent directement des sporozoïtes inoculés par le moustique et non de mérozoïtes issus de la division schizogonique hépatique ou érythrocytaire. Si l’hypothèse était avérée, le risque de réactivation des hypnozoïtes pourrait être supprimé en ciblant les stades sporozoïte ou post-sporozoïte mais ce point important reste à prouver. Le seul antipaludéen actuellement actif contre les hypnozoïtes est la primaquine, une amino-8-quinoléine qui induit une hémolyse chez les patients déficients en G6PD et ne peut être utilisé en traitement de masse. L’existence d’hypnozoïtes génétiquement différents chez les individus infectés pose également un problème pour le développement d’un vaccin contre P. vivax. Une protection vaccinale initialement efficace sur les stades de multiplication hépatique primaire pourrait se montrer par la suite inefficiente lors de l’activation plus ou moins tardive des hypnozoïtes résiduels. Des rechutes à long terme peuvent s’observer après plus de 50 ans dans la fièvre quarte due à P. malariae et au moins après 10 ans dans les infections à P. falciparum. Pour ces 2 espèces il est admis qu’il n’existe pas d’hypnozoïtes, et si la baisse progressive de l’état de semi-immunité peut expliquer les rechutes à court terme cela n’est pas le cas pour les réactivations très tardives. L’hypothèse la plus vraisemblable est que ces rechutes tardives sont dues à des mérozoïtes latents ayant échappé à la réponse immunitaire, qui pourraient être localisés au sein des cellules spléniques. Ces parasites latents sont aussi probablement la source de certains accès de reviviscence observés chez P. vivax dans lesquels les parasites ont un génotype identique au génotype initial. Hypnozoïtes ou mérozoïtes latents, l’existence de ces parasites en sommeil au métabolisme réduit et capables d’échapper à la réaction immunitaire devra être prise en compte pour le développement de médicaments ou de vaccins antipaludéens efficaces à long terme. Dr JF Garin Markus MB : Dormancy in mammalian malaria. Trends Parasitol. 2012 ; 28 : 39-45.
Repost 0
Published by Chronimed - dans Infections froides
commenter cet article
16 février 2012 4 16 /02 /février /2012 18:14

Le packing est une technique de traitement consistant à envelopper transitoirement un patient de linges froids et humides. Cette technique est utilisée soit pour des enfants souffrant d'autisme infantile soit pour des adultes psychotiques, notamment en période de récupération après un épisode de décompensation psychotique à symptomatologie floride (abondance de symptômes psychotiques positifs). Elle est aussi et parfois utilisée pour des troubles de personnes âgées où comme pour les autres indications, il s'agit de les aider à reprendre une certaine conscience de leur image du corps.

Cette méthode est devenue l'enjeu de controverses extrêmement vives, surtout autour des traitements de l'autisme infantile et parce qu'il est assimilé aux traitements psychiatriques de choc, à tort selon les psychothérapeutes qui le pratiquent1. Le débat est devenu éminemment politique avec l'action d'associations de parents d'enfants autistes qui en demandent - et parfois obtiennent - son interdiction2,3.

La chambre criminelle de la Cour de Cassation, dans un arrêt du 2 décembre 1998 (n° 97-84.937) a déclaré que les sanctions infligées à de jeunes pensionnaires autistes par le personnel éducatif d'une institution spécialisée, notamment l'administration de douche froide, ne pouvaient être considérés comme des mesures éducatives mais constituaient des traitements dégradants imposés à des êtres humains (décision rendue au visa des articles 222-13 et 222-14 du code pénal relatifs aux violences).

 

APPEL EN FAVEUR DE LA DÉMARCHE DE RECHERCHE ENTREPRISE AUTOUR DU « PACKING » DANS LE CADRE D’UN PROGRAMME HOSPITALIER DE RECHERCHE CLINIQUE NATIONAL

Professeur DELION Pierre Centre Hospitalier Universitaire Service de Pédopsychiatrie 59037 LILLE CEDEX

Lettre à tous les collègues des secteurs de pédopsychiatrie

Chers amis,

Je me permets de vous écrire juste avant le départ en vacances pour vous demander de bien vouloir nous aider à mener la démarche de recherche que nous avons entreprise autour du packing depuis janvier 2009, dans le cadre d’un programme hospita- lier de recherche clinique entrant dans le cadre de campagnes ministérielles annuelles (PHRC) national obtenu pour en valider les effets thérapeutiques selon les critères retenus actuellement en matière de recherche médicale.

Comme vous le savez sans doute, dès avril 2009, une association de parents d’enfants autistes est partie en guerre contre ce projet de recherche et contre la théorico-pratique qui la sous-tend, en demandant à grand renfort de publicité calomnieuse, un moratoire visant à faire cesser le packing avec les enfants présentant des troubles envahissant du développement.

Le ministère de la Santé a répondu à cette demande inhabituelle par une saisine du Haut Conseil de la Santé Publique afin de requérir son avis éclairé. L’avis « relatif aux risques associés à la pratique du packing pour les patients mineurs atteints de troubles envahis- sants du développement sévères » a été rendu le 2 février 2010 par cette instance présidée par le Pr. MICHEL, et sous la forme suivante : « en conclusion, compte tenu de l’absence de risques notables identifiés à ce jour, le Haut Conseil de la santé publique considère que la réalisation du packing ne présente pas de risques qui justifieraient son interdiction. Cependant, l’existence de risques psychiques n’est pas exclue et doit être prise en compte dans l’analyse bénéfice-risque de cette méthode de prise en charge, au même titre que toutes les autres méthodes de prise en charge, médicamenteuse ou non, de l’autisme. Le Haut Conseil de la santé publique signale que ces recommandations doivent être intégrées dans une démarche rationnelle et scientifique visant à statuer sur la place de cette pratique dans la prise en charge complexe des enfants autistes. »

Notre recherche est donc non seulement confortée par cet avis, mais plus encore, encouragée dans ses objectifs de départ.

Malheureusement, la campagne menée contre cette technique de soins a eu des effets dissuasifs sur un grand nombre d’équi- pes de soins, que ce soit dans le sanitaire ou dans le médico-social. Et la conséquence en est le peu d’inclusions réalisées à ce jour.

Après discussions avec le comité scientifique qui préside à la recherche (CHRU de Lille) et avec plusieurs d’entre vous, nous avons obtenu quelques modifications dans les conditions d’inclusion, et notamment la possibilité de recruter des petits patients dans toute la France, et également la prolongation des trois ans antérieurement convenus, d’une, voire de deux années supplé- mentaires. Ces aménagements qui portent sur la forme et non sur le fond de la recherche sont de nature à nous permettre de la mener à son terme.

Mais si je prends le soin de vous écrire, c’est parce que si chaque équipe de pédopsychiatrie de France, familiarisée avec la technique du packing (ou qui désire s’y former), s’engage, ne serait-ce que dans une inclusion, le nombre de 162 inclusions requis par les statisticiens qui nous ont aidés dans la rédaction du protocole, pourra être facilement atteint.

Vous avez compris que bien au-delà de la technique du packing, c’est toute la pensée psychopathologique au sens large et les pratiques thérapeutiques qu’elle permet qui sont visées, et je ne saurais trop vous inciter à nous aider dans la réalisation de cette entreprise importante pour la pédopsychiatrie d’aujourd’hui et de demain.

Je vous joins en annexe un résumé du protocole de recherche et les coordonnées des quatre personnes qui en coordonnent la réalisation. Vous pouvez les joindre dès que vous le souhaitez pour discuter des points qui vous paraissent nécessaires à éclaircir. Par ailleurs, si des équipes souhaitent bénéficier d’une formation pour engager leur participation à la recherche, c’est bien volon- tiers que nous répondrons à cette action prioritaire en fonction des demandes qui nous seront parvenues.

Professeur Pierre Delion

Investigateur principal : Docteur Jean Louis Goeb jlgoeb@wanadoo.fr ; Tél. : 06 20 53 30 10 Psychologue du PHRC : Céline Lallié Psychomotricienne du PHRC : Maud Ravary Assistante de recherche clinique : Aurélie

Repost 0
Published by Chronimed - dans Concept
commenter cet article
16 février 2012 4 16 /02 /février /2012 16:54

A novel lymphocyte transformation test (LTT-MELISA) for Lyme borreliosis.

Valentine-Thon E, Ilsemann K, Sandkamp M.

 

 

Department of Immunology, Laboratory Center Bremen, 28205 Bremen, Germany. evt@lanisa.de

 

 

Diagnosis of active Lyme borreliosis (LB) remains a challenge in clinically ambiguous, serologically indeterminant, and polymerase chain reaction-negative patients. 

Lymphocyte transformation tests (LTTs) have been applied to detect specific cellular immune reactivity, but their clinical application has been severely hampered by the poorly defined Borrelia antigens and nonstandardized LTT formats used. 

In this study, we describe the development and clinical relevance of a novel LTT using a validated format (MELISA) together with well-defined recombinant Borrelia-specific antigens. 

From an initial screening of 244 patients with suspected Borrelia infection or disease, 4 informative recombinant antigens were selected: OspC (Borrelia afzelii), p41-1 (Borrelia garinii), p41-2 (B. afzelii), and p100 (B. afzelii). 

Thereafter, 30 seronegative healthy controls were tested in LTT-MELISA(R) to determine specificity, 68 patients were tested in parallel to determine reproducibility, and 54 lymphocyte-reactive symptomatic patients were tested before and after antibiotic therapy to assess clinical relevance. 

Most (86.2%) of the 36.9% (90/244) LTT-MELISA positive patients were seropositive and showed symptoms of active LB. 

Specificity was 96.7% and reproducibility 92.6%. 

After therapy, most patients (90.7%) showed negative or markedly reduced lymphocyte reactivity correlating with clinical improvement. 

This novel LTT-MELISA assay appears to correlate with active LB and may have diagnostic relevance in confirming LB in clinically and serologically ambiguous cases.

 

Diagn Microbiol Infect Dis. 2007 Jan;57(1):27-34. Epub 2006 Jul 28.

 

PMID: 16876371 [PubMed - indexed for MEDLINE]

Repost 0
Published by Chronimed - dans Infections froides
commenter cet article
16 février 2012 4 16 /02 /février /2012 11:23

Paris, le 4 avril 2011

 

Communiqué


Projet de loi relatif aux droits et à la protection des personnes recevant des soins psychiatriques et aux modalités de leur prise en charge


Les organisations signataires, d'usagers patients, de familles et de professionnels, confirment qu’elles suivent avec la plus grande attention les travaux en cours concernant le projet de loi « relatif aux droits et à la protection des personnes faisant l’objet de soins psychiatriques et aux modalités de leur prise en charge ». Elles ont bien noté que la décision du Conseil constitutionnel du 26 novembre 2010 est venue conforter leur demande d’intervention systématique du juge des libertés et de la détention, en cas de non concordance de vue entre l’autorité administrative et les évaluations médicales.

 

Les avancées du texte voté par l’Assemblée nationale, quant au renforcement des possibilités de recours au juge des libertés et de la détention, restent cependant à compléter au regard de cet enjeu majeur de l’organisation des soins, souligné par la jurisprudence de la Cour européenne des droits de l’homme (arrêts Winterwerp, Wassik).


En effet, certes, l’article L. 3211-12-1 prévoit bien la levée d’une hospitalisation sans consentement par le juge des libertés et de la détention, certes, l’article L. 3211-12-5 prévoit la levée des soins sans consentement et la possibilité d’établir un protocole de soins (Articles L. 3211-2-1, L. 3212-1, L. 3213-1).

 

Mais la saisine du juge des libertés et de la détention devrait être tout aussi automatique lorsque la divergence de vue entre l'autorité administrative et l'évaluation médicale concerne, à tout moment de la prise en charge, le passage de soins sans consentement hospitaliers à des soins sans consentement ambulatoires du fait de l'évolution favorable du patient. Un patient peut donc rester hospitalisé à la demande du préfet, sans que son état de santé le justifie, pendant un temps plus ou moins long, nécessaire à la saisine du juge des libertés et de la détention par le patient ou sa famille lorsqu'ils sont en mesure d'engager cette démarche.

 

Par ailleurs, là où était attendu un cadre législatif souple et fonctionnel, par la succession de versions tentant d’apporter des réponses partielles à certaines craintes émises par les professionnels, les usagers et les familles, on aboutit à superposer les obligations et les contraintes des uns et des autres, à un point tel que la loi, si elle était promulguée en l’état, serait inapplicable dans un grand nombre d’établissements, tant par le juge des libertés et de la détention que par les directeurs des hôpitaux concernés, ou les psychiatres hospitaliers.


Ainsi, les trois certificats médicaux requis entre le 5ème et le 8ème jour - et qui dans certaines situations doivent émaner de psychiatres différents - sont-ils compatibles avec la réalité de la démographie médicale psychiatrique dans nombre d’établissements ?

Si l’éclairage d’un collège peut être utile dans les décisions concernant les situations difficiles, ce collège doit être composé exclusivement de médecins psychiatres pouvant être certificateurs, dans une cohérence des compétences requises entre l’entrée et la sortie du dispositif de soins sans consentement ; l’avis doit être un avis expertal médical conformément à la jurisprudence européenne (arrêts Luberti, Johnson, Winterwerp), s’appuyant tout naturellement sur la réflexion de l’équipe soignante - c’est d’ailleurs ainsi que fonctionne la commission de suivi des unités pour malades difficiles (UMD) composée exclusivement de médecins -.

 

Enfin et surtout, les organisations signataires, d'usagers patients, de familles et de professionnels, rappellent que ce projet de loi concernant une mission de service public, rend indispensable un cadre législatif précisant clairement l’organisation du dispositif de soins et de prévention responsable de sa mise en œuvre. Les enjeux de continuité des soins, de responsabilité et de sécurité impliquent en effet l’inscription du dispositif de soins sans consentement dans une logique de responsabilité territoriale sectorielle claire excluant toute tergiversation dans leur mise en œuvre - avec des modalités précises d’affectation, pour les patients « sans domicile fixe » notamment -.


Page 1/2C’est pourquoi, elles réaffirment avec force la nécessité d’une confirmation dans la loi de ce qui fonde sa spécificité, « le secteur », dans la perspective d'une loi globale annoncée par le Président de la République et préconisée par l’ensemble des rapports LARCHER, COUTY et MILON ; cette reconnaissance des besoins spécifiques des usagers concernés (mécanisme de déni de la maladie, de non demande, situations d’urgence...) impliquant sa déclinaison stratégique et organisationnelle dans le pilotage des agences régionales de santé (ARS) et l'élaboration actuelle des projets régionaux de santé.


Cette loi, en précisant les orientations indispensables à la réforme de la loi de 1990, à l’organisation du dispositif de soins et de prévention et à ses modalités de financement, permettra ainsi que le projet de loi actuel prenne en compte la réalité de la clinique et des appareils de soins, et ne soit pas un rendez-vous manqué sur un enjeu majeur de santé publique, non seulement pour les usagers en santé mentale mais pour notre société dans son ensemble.

 

 

Liste des signataires

Pr Thierry BOUGEROL

Président du Syndicat Universitaire de Psychiatrie (SUP)

M. Jean CANNEVA

Président de l’Union Nationale des Amis et FAmilles de Malades psychiques (UNAFAM)

Dr Jean-Yves COZIC

Président du Syndicat des Psychiatres Français (SPF)

Pr Anne DANION

Présidente du Collège National Universitaire de Psychiatrie (CNUP)

M. Yves-Jean DUPUIS

Directeur général de la Fédération des Établissements Hospitaliers et d’Aide à la Personne Privés Non Lucratifs (FEHAP)

Mme Claude FINKELSTEIN

Présidente de la Fédération Nationale des Associations d’Usagers en Psychiatrie (FNAPSY)

Dr Yvan HALIMI

Président de la Conférence des Présidents des Commissions Médicales d’Etablissement des Centres Hospitaliers

Spécialisés (CME-CHS)

M. Joseph HALOS

Président de l’Association des Établissements participant au service public de Santé Mentale (ADESM)

M. Jean LEONETTI

Président de la Fédération Hospitalière de France (FHF)

Dr Jean-Claude PÉNOCHET

Président du Syndicat des Psychiatres des Hôpitaux (SPH) - Intersyndicale des Psychiatres Publics (IPP)

Mme Annick PERRIN-NIQUET

Présidente du Comité d’Études des Formations Infirmières et des pratiques en Psychiatrie (CEFI-PSY)

Dr Roger SALBREUX

Président de l’Association Scientifique de Psychiatrie Institutionnelle (ASPI)

et Président du Syndicat des Psychiatres Salariés (SPS)

Dr Nicole GARRET-GLOANEC

Présidente de la Fédération Française de Psychiatrie (FFP)

Pr Jean-Louis SENON

Président du Collège de Psychiatrie Médico-légale (Fédération Française de Psychiatrie)

et Président du Collège de Recherche et d’Information Multidisciplinaire en Criminologie de l’Université de Poitiers

(CRIMCUP)

Dr Norbert SKURNIK

Président de l’Intersyndicale de Défense de la Psychiatrie Publique (IDEPP) - Intersyndicale des Psychiatres Publics (IPP)

Repost 0
Published by Chronimed - dans Concept
commenter cet article