Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
24 avril 2011 7 24 /04 /avril /2011 12:07
Surv Ophthalmol. 2004 Jan-Feb;49(1):38-50.

Anthocyanosides of Vaccinium myrtillus (bilberry) for night vision--a systematic review of placebo-controlled trials.

Source

Complementary Medicine, Peninsula Medical School, Universities of Exeter & Plymouth, Exeter, UK. peter.canter@pms.ac.uk

 

 

We have systematically reviewed placebo-controlled trials of V. myrtillus-extracted anthocyanosides for evidence of positive effects on night vision.

Searches of computerized databases and citations in retrieved articles identified 30 trials with outcome measures relevant to vision in reduced light. Of these, 12 were placebo-controlled.

The 4 most recent trials were all randomized controlled trials (RCTs) and were negative in outcome.

A fifth RCT and 7 non-randomized controlled trials reported positive effects on outcome measures relevant to night vision.

Negative outcome was associated with more rigorous methodology but also with lower dose level and extracts from geographically distinct sources that may differ in anthocyanoside composition. Healthy subjects with normal or above average eyesight were tested in 11 of the 12 trials.

The hypothesis that V. myrtillus anthocyanosides improves normal night vision is not supported by evidence from rigorous clinical studies.

There is a complete absence of rigorous research into the effects of the extract on subjects suffering impaired night vision due to pathological eye conditions.


Evidence from methodologically weaker trials and auxiliary evidence from animal studies, trials of synthetic anthocyanosides, and a recent randomized controlled trial of Ribes nigrum (black currant) anthocyanosides may warrant further trials of V. myrtillus anthocyanosides in subjects with impaired night vision.


PMID:
 
14711439
 
[PubMed - indexed for MEDLINE]
Repost 0
Published by Chronimed - dans Nutrition
commenter cet article
24 avril 2011 7 24 /04 /avril /2011 12:04
Arzneimittelforschung. 1991 Sep;41(9):905-9.

Effects of Vaccinium Myrtillus anthocyanosides on arterial vasomotion.

Source

Consiglio Nazionale delle Ricerche, Institute of Clinical Physiology, Pisa, Italy.

The effects of Vaccinium Myrtillus anthocyanosides (Myrtocyan, VMA; CAS 84082-34-8) on arteriolar vasomotion were assessed in cheek pouch microcirculation of anesthetized hamsters and in skeletal muscle microvasculature of unanesthetized hamster skin fold window preparation.

 

Intravenously injected VMA induced vasomotion in cheek pouch arterioles and terminal arterioles with higher frequency in smaller vessels.

 

In the skeletal muscle arteriolar networks VMA increased vasomotion frequency and amplitude in all vessel orders.

 

The results indicate that VMA are effective in promoting and enhancing arteriolar rhythmic diameter changes, that play a role in the redistribution of microvascular blood flow and interstitial fluid formation.


PMID:
 
1796918
 
[PubMed - indexed for MEDLINE]
Repost 0
Published by Chronimed - dans Nutrition
commenter cet article
24 avril 2011 7 24 /04 /avril /2011 11:56
Metabolism. 2000 Jul;49(7):880-5.

In vivo sequential study of skeletal muscle capillary permeability in diabetic rats: effect of anthocyanosides.

Source

Laboratory of Biophysics, Paris 6 University, France.

 

Alterations in the capillary filtration of macromolecules are well documented in diabetic patients and experimental diabetes.

 

Various flavonoids including anthocyanosides and ginkgo biloba extracts have been shown to be effective against experimentally induced capillary hyperfiltration.

 

The aim of the present study was to test the effects of anthocyanosides on capillary filtration in diabetic rats.

For this purpose, we have validated the use of our previously described in vivo method for measurement of the capillary filtration of albumin (CFA) in rats.

Male Wistar rats with streptozotocin (STZ)-induced diabetes were randomized in 3 groups to receive either ginkgo biloba (group A), Vaccinium myrtillus (group B), or no treatment (group C).

The isotopic test of CFA consisted of intravenously injecting 99mtechnetium-labeled albumin, inducing venous compression on a hindquarter, and measuring radioactivity externally on the limb before, during, and after removal of venous compression.

After removal of the tourniquet, the radioactivity curve decreased. Interstitial albumin retention (AR) and the ratio of the amplitudes of the low- and high-frequency peaks (LF/HF ratio), an index of lymphatic function obtained by the fast Fourier transform of the last part of the radioactivity curve, were calculated.

In STZ-treated animals, the isotopic test was performed at a mean age of 97 days (time 1) and after 6 weeks (time 2) and 12 weeks (time 3) of treatment, ie, 6 and 12 weeks after time 1.

At time 1, AR was significantly higher in the 3 diabetic groups than in the control rats, without a significant difference between these groups.

In group B, AR decreased significantly (P = .015) at times 2 and 3.

In group C, AR increased significantly (P < .0005) from time 1 to time 3.

In group A, AR increased slightly (NS) between time 1 and time 3. In groups A and C, the LF/HF ratio significantly increased with time (P < .0005) and the levels at time 3 were significantly higher versus control rats (P < .0001).

In group B, the LF/HF ratio remained unchanged from time 1 to time 3 and similar to the values found in the control rats. In conclusion, these data show that

(1) this new in vivo noninvasive method can be used to study CFA in skeletal muscle in diabetic rats,

(2) it is reproducible and may be repeated over several months to evaluate spontaneous microcirculatory changes, and

(3) anthocyanosides appear to be effective in preventing the increase in CFA and the failure of lymphatic uptake of interstitial albumin in diabetic animals.

PMID:
 
10909999
 
[PubMed - indexed for MEDLINE]
Repost 0
Published by Chronimed - dans Nutrition
commenter cet article
24 avril 2011 7 24 /04 /avril /2011 11:53

Exposition sur la médecine traditionnelle

20 février 2011 

APA-Nouakchott (Mauritanie) Le musée de Nouakchott abrite actuellement une exposition des plantes médicinales, sous le thème ‘’ les merveilles de la médecine traditionnelle ‘’, dans le but de sensibiliser les populations sur l’importance capitale de certaines plantes pour l’existence humaine sur terre, a constaté un correspondant de APA en Mauritanie. 


Organisée sous le haut patronage de la veuve du premier président mauritanien, Marièm Daddah , l’exposition dure dix jours et est initiée par M. Abdoulaye N’Diouack, spécialiste en phytothérapie et membre de la société française d’Ethnopharmacologie.


Selon M. Abdoulaye N’Diouack , les plantes sont des produits naturels mieux adaptées à la nature humaine et leurs effets secondaires sont minimes .


Il souligne l’efficacité de certaines plantes qui contiennent des anthocyanosides dans le traitement du diabète en permettant de rétablir la vascularisation du pancréas.


Même chose pour les hémorroïdes, maladies graves pour lesquelles la médecine conventionnelle à ses limites. Il précise que les plantes médicinales permettent l’afflux veineux et l’effet vitaminique ‘’P’’ qui renforce les vaisseaux sanguins.


Par rapport à sa coopération avec les spécialistes de la médecine physique, M. Abdoulaye N’Diouack, lui-même sortant de la faculté de médecine de l’université ‘’Cheikh Anta Diop de Dakar, a précisé qu’il s’y réfère parfois, particulièrement dans les cas nécessitant l’imagerie ou la biochimie.


Enfin, il explique que 500.000 plantes médicinales existent de par le monde, même si certaines sont toxiques.

Repost 0
Published by Chronimed
commenter cet article
24 avril 2011 7 24 /04 /avril /2011 11:51

Plaidoyer pour une complémentarité entre médecine moderne et traditionnelle

 

3 mars 2011 

APA- Conakry (Guinée) Le ministre guinéen de l’Enseignement supérieur et de la Recherche scientifique, Moriké Damaro Camara, a plaidé à l’ouverture des travaux du 16ème Colloque du Conseil africain et malgache des ministres de l’enseignement supérieur (CAMES), ‘’pour une complémentarité entre la médecine traditionnelle et celle moderne’’. 

 

''Les tradi-thérapeutes ne sont pas des adversaires à combattre, mais des partisans incontournables à approcher et à écouter’’, a indiqué M. Camara, se félicitant de ce que ‘’les tenants de la médecine moderne’’ abondent dans le même sens que lui.

 

Dans le même registre, le ministre d’Etat des Transports et des Travaux publics, Bah Ousmane, a souhaité qu’on accorde plus d’attention à la médecine traditionnelle, qui connait aujourd’hui des difficultés d’intégration scientifique.

 

Selon M. Bah, les difficultés portent notamment sur la faiblesse de la couverture sanitaire de base, l’absence d’une production pharmaceutique locale entrainant une forte dépendance extérieure en matière d’approvisionnement médical, la menace de disparition de certaines valeurs du patrimoine culturel.

 

Pour sa part, le directeur général du centre de recherche et de valorisation des plantes médicinales de Dubréka, le Pr Mamadou Baldé, a indiqué que la médecine traditionnelle occupe une place de choix en Afrique. ‘’Des remèdes issus de la pharmacie et de la médecine traditionnelle africaine continuent à être utilisés par environ 80 % de la population’’, a-t-il révélé.

 

Le 16-ème Colloque du Conseil africain et malgache des ministres de l’Enseignement supérieur (CAMES) s’est ouvert mardi à Conakry. D’une durée de cinq jours, les travaux prévoient une trentaine de communications, toutes axées sur les vertus de la pharmacopée et de la médecine traditionnelle africaine.

Repost 0
Published by Chronimed - dans Concept
commenter cet article
24 avril 2011 7 24 /04 /avril /2011 11:46

Plaidoyer pour la valorisation de la médecine traditionnelle africaine

18 mars 2011 

APA-Dakar (Sénégal) Le Président de l’ONG internationale de Promotion des médecines traditionnelles (PROMETRA), le Docteur Erick Gbodossou, a plaidé pour l’inscription dans les cursus scolaires et universitaires de la médecine traditionnelle africaine en vue de la valoriser.

 

Dans un entretien exclusif avec APA, il a soutenu que le moment est plus qu’opportun de promouvoir la valorisation de la médecine traditionnelle africaine, avant de relever : ‘’on voit que pour un petit rien, les médicaments manquent dans les pharmacies. Alors il ne faut pas exposer les populations à des dangers. Il faut valoriser la médecine traditionnelle en produisant des médicaments locaux pour répondre aux problèmes de santé locaux’’.

 

Dr Gbodossou, interpellé en marge de la Conférence sur savoirs traditionnels et innovation scientifique organisé jeudi à Dakar par le Groupe des amis de la francophonie, a précisé qu’’’il faut formaliser ce type de médecine en l’inscrivant dans les cycles scolaires et universitaires et en lui traçant un cadre administratif et légal’’.

 

Selon le président de PROMETRA, ‘’les Etats perdent beaucoup d’argent pour importer des médicaments toxiques, inefficaces et sans effet qui ont d’ailleurs montré leurs limites et lacunes’’.

 

Soulignant l’urgence de chercher des pistes aptes à de réconcilier les deux formes de médecines, il a déclaré : ‘’il faut des études collaboratives entre médecine moderne et médecine traditionnelle. Cela peut permettre d’avoir des résultats extrêmement importants et positifs pour l’Humanité’’.

 

A en croire, Dr Erick Gbodossou, 80% de la population au sud du Sahara s’adressent aux guérisseurs traditionnels pour leur santé, mais aussi pour des besoins d’éducation à la santé.

 

Repost 0
Published by Chronimed - dans Concept
commenter cet article
24 avril 2011 7 24 /04 /avril /2011 11:42

 

Forte diminution du VIH/SIDA en Afrique subsaharienne ces deux dernières années (rapport)

29 mars 2011 

APA-Addis-Abeba (Ethiopie, Omar Faye : Envoyé spécial) De meilleurs résultats ont été obtenus dans la lute contre le VIH/SIDA en Afrique, concernant aussi bien l’incidence que le traitement de la pandémie par la thérapie antirétrovirale (ART), se félicite la Commission économique pour l’Afrique (CEA), dans son rapport 2011 sur la situation économique du continent publié mardi à Addis-Abeba (Ethiopie). 

 

Dans 22 pays de l’Afrique subsaharienne, l’incidence du VIH a diminué de 25 pour cent entre 2001 et 2009, note le document intitulé ‘’ Rapport économique sur l’Afrique 2011’’.

 

Bien que le taux des nouvelles infections à VIH ait baissé, le nombre total de personnes vivant avec le VIH continue d’augmenter, souligne le document qui note par ailleurs qu’en 2009, ce nombre a atteint 22,5 millions, soit 68 pour cent du total mondial. Dans ce nombre, les femmes continuent de constituer le gros lot des victimes de la pandémie.

 

Le rapport salue toutefois ‘’les nets progrès’’ enregistrés dans la réduction de l’incidence et de l’impact du VIH chez les enfants âgés de moins de 15 ans en Afrique australe, le nombre d’enfants nouvellement infectés par le VIH ayant diminué de 32 pour cent et le nombre de décès d’enfants liés au sida ayant baissé de 26 pour cent.

 

A la fin de 2009, 37 pour cent des adultes et des enfants éligibles pour la thérapie antirétrovirale en étaient bénéficiaires en Afrique, soit 41 pour cent en Afrique de l’Est et australe et 25 pour cent en Afrique de l’Ouest et centrale, contre seulement 2 pour cent sept ans auparavant, rappelle la source.

 

Le document signale aussi une diminution de 18 pour cent des décès lies au Sida en Afrique australe.

 

Selon les estimations, 610 000 personnes sont mortes de maladies liées au sida en Afrique australe en 2009 contre 740 000, cinq ans auparavant.

 

Le rapport économique sur l’Afrique 2011 est une publication conjointe de la CEA et de la commission de l’Union africaine. Il traite essentiellement des aspects fondamentaux de l’expérience de l’Afrique en matière de développement.

 

Repost 0
Published by Chronimed - dans Concept
commenter cet article
24 avril 2011 7 24 /04 /avril /2011 11:39

Premier salon international de la médecine traditionnelle au Gabon en juin prochain

3 avril 2011

APA-Libreville (Gabon) Libreville, la capitale gabonaise, abritera du 5 au 15 juin 2011 le premier salon international de la médecine traditionnelle, organisé par le gouvernement gabonais pour développer et promouvoir cette médecine et présenter à la communauté internationale le savoir-faire du pays en la matière, a appris APA.

La manifestation doit également favoriser les échanges d’expériences entre praticiens, souligne un communiqué officiel publié à l’issue d’un l’atelier de normalisation de la médecine traditionnelle tenu du 29 au 31 mars dans la commune du Cap Estérias, au nord-ouest de Libreville.

La rencontre, organisée par l’association gabonaise des tradi-praticiens avec l’appui du service de la médecine traditionnelle et du secrétariat général du ministère de la santé, visait l’élaboration des grandes lignes de la politique nationale sur la médecine traditionnelle, la mise en place d’une législation réglementant sa pratique et l’élaboration d’un code de déontologie, d’éthique et de pratique de la profession.

Le 25 avril prochain, les praticiens gabonais doivent se retrouver à Oyem, chef-lieu de la province du Woleu-Ntem (nord), pour adopter et valider la politique nationale sur la médecine traditionnelle.

La volonté des autorités gabonaises d’organiser et de promouvoir la médecine traditionnelle s’est traduite en 1976 par l’adoption d'un décret créant un institut de pharmacopée et de médecine traditionnelle (IPHAMETRA) au sein du Centre national de la recherche scientifique et technologique (CENAREST).

L’IPHAMETRA a reçu, entre autres missions, de rendre plus scientifique l’utilisation des végétaux thérapeutiques gabonais

Repost 0
Published by Chronimed - dans Concept
commenter cet article
24 avril 2011 7 24 /04 /avril /2011 11:33

Gabon : Un reméde contre le sida découvert par un chercheur gabonais au cœur d’une polémique

6 avril 2011

 

 

APA – Libreville (Gabon) Une molécule visant à lutter contre le VIH/Sida découverte par un chercheur gabonais, Pr Donation Mavoungou et dénommée IM28 continue d’alimenter la polémique entre son inventeur et les autorités gabonaises, notamment le ministère de la Santé publique qui réfute de l’efficacité de ce nouveau médicament. 

 

Le Pr Mavoungou a, de nouveau relancé le débat autour de sa découverte, affirmant que sa molécule IM28 a reçu la reconnaissance de la communauté scientifique internationale, dont l’Organisation mondiale de la santé (OMS) et l’Organisation des nations unies pour la lutte contre le sida (ONUSIDA) comme un remède antirétroviral efficace.

Le chercheur a même annoncé la signature récente d’un contrat avec une firme pharmaceutique américaine pour la production industrielle de l’IM28, en vue de sa commercialisation.

Des déclarations battues en brèche par le directeur général de la prévention du sida, au ministère de la Santé, Dr Guy Patrick Obiang Ndong qui a remis en cause les vertus thérapeutiques supposées de la molécule découverte par le Pr Mavoungou.

‘’IM28 est un immuno-modulateur qui agit à court terme sur le système immunitaire des individus. Sur le plan thérapeutique, cette molécule est simplement paradoxale’’, car elle agirait en même temps au niveau des inhibiteurs de fusion, de la réplication virale et des CD4’’, a déclaré le Dr Obiang Ndong, demandant par ailleurs au chercheur de les édifier sur les sites d’action de sa molécule.

Selon lui, les recherches médicales effectuées à travers la planète n’ont pas encore mis à jour un médicament agissant sur tous les sites du virus.

‘’IM28 n’est pas un médicament miracle’’, a conclu le Dr Obiang Ndong, exhortant le Pr Mavoungou de prendre part aux forums mondiaux sur le VIH/sida, notamment celui qui aura lieu en décembre prochain à Addis-Abeba (Ethiopie) sur la pandémie du sida.

Un discours également tenu par beaucoup des chercheurs gabonais qui réfutent de la véracité scientifique des travaux du professeur Mavoungou.

Le Pr Donation Mavoungou, par ailleurs directeur du Centre de recherches sur les pathologies hormonales (CRPH) a présenté pour la première fois sa découverte en 2000 à Durban (Afrique du sud) lors de la 13ème conférence internationale sur le sida.

Selon lui, l’IM28 a été breveté trois fois. Le premier a été déposé à l’INPI (Institut national de la propriété industrielle) en France, puis a été élargi au niveau européen et finalement au niveau mondial.

 

 

Virol J. 2005 Feb 11;2:9.

Inhibition of human immunodeficiency virus type-1 (HIV-1) glycoprotein-mediated cell-cell fusion by immunor (IM28).

Mavoungou D, Poaty-Mavoungou V, Akoume MY, Ongali B, Mavoungou E.

Source

Centre de recherche sur les pathologies hormonales, Libreville, Gabon. crph2000@yahoo.fr


BACKGROUND:

Immunor (IM28), an analog of dehydroepiandrosterone (DHEA), inhibits human immunodeficiency virus type-1 (HIV-1) by inhibiting reverse transcriptase. We assessed the ability of IM28 to inhibit the cell-cell fusion mediated by HIV envelope glycoprotein in an in vitro system. For this purpose, we co-cultured TF228.1.16, a T-cell line expressing stably HIV-1 glycoprotein envelopes, with an equal number of 293/CD4+, another T cell line expressing CD4, and with the SupT1 cell line with or without IM28.

RESULTS:

In the absence of IM28, TF228.1.16 fused with 293/CD4+, inducing numerous large syncytia. Syncytia appeared more rapidly when TF228.1.16 was co-cultured with SupT1 cells than when it was co-cultured with the 293/CD4+ cell line. IM28 (1.6 - 45 microg/ml) completely inhibits cell-cell fusion. IM28 also prevented the development of new syncytia in infected cells and protected naive SupT1 cells from HIV-1 infection. Evaluation of 50% inhibitory dose (IC50) of IM28 revealed a decrease in HIV-1 replication with an IC50 of 22 mM and 50% cytotoxicity dose (CC50) as determined on MT2 cells was 75 mM giving a selectivity index of 3.4

CONCLUSIONS:

 

These findings suggest that IM28 exerts an inhibitory action on the env proteins that mediate cell-cell fusion between infected and healthy cells.

They also suggest that IM28 interferes with biochemical processes to stop the progression of existing syncytia.

This property may lead to the development of a new class of therapeutic drug.

 

 

Nucleosides Nucleotides Nucleic Acids. 2000 Oct-Dec;19(10-12):2019-24.

Inhibition of human immunodeficiency virus type-1 (HIV-1) replication by immunor (IM28), a new analog of dehydroepiandrosterone.

Diallo K, Loemba H, Oliveira M, Mavoungou DD, Wainberg MA.

Source

McGill AIDS Centre, Jewish General Hospital, Montreal, Quebec, Canada.

 

The inhibition of HIV-1 replication in vitro by Immunor 28 (IM28), an analog of dehydroepiandrosterone (DHEA), was monitored using the HIV-1 laboratory wild-type strain IIIB.

Evaluation of the 50% inhibitory dose (IC50) revealed a decrease in HIV-1 replication giving an IC50 value around 22 microM.

The toxicity of the drug has been determined also, in MT2 cells and PBMCs. 60 microM of IM28 provoked a 50% decrease in cell viability while DHEA caused the same decrease at 75 microM in MT2 cells.

These values are 125 microM for IM28 in PBMCs and 135 microM for DHEA. Thus, DHEA is less toxic than IM28, but IM28 has a higher antiviral activity.

PMID: 11200288 [PubMed - indexed for MEDLINE]

 

 

Repost 0
Published by Chronimed - dans Concept
commenter cet article
24 avril 2011 7 24 /04 /avril /2011 10:12

 

 

 

Video : 

 

 

http://www.ted.com/talks/lang/fre_fr/aditi_shankardass_a_second_opinion_on_learning_disorders.html

 

et

 

http://www.playattention.com/solution/

 

Repost 0
Published by Chronimed - dans Concept
commenter cet article