Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
3 décembre 2014 3 03 /12 /décembre /2014 17:49

Le Pro12A et le polymorphisme des gènes PPARy2 interagit avec un régime méditerranéen qui préviennent le raccourcissement des télomères dans le vieillissement

 


Circ Cardiovasc Genet. 2014 novembre 18. pii: CIRCGENETICS.114.000635.

 


García-Calzon S1, Martínez-González MA2, Razquin C3, D4 Corella, Salas-Salvadó J5, Martínez JA6, Zalba G7, Marti A8.


Résumé


CONTEXTE:


-La Variante du gène Pro / Ala (de rs1801282) dans le PPARy2 a été associée à un risque cardiovasculaire plus faible et plus grand bénéfice dans le style de vie.

 

Ce polymorphismesemble également être associé à une plus grande durabilité, mais aucune information sur la longueur des télomères (TL) n’est disponible.

 

Notre objectif était d'étudier l'association entre l'allèle Ala et les changements de TL chez les sujets à haut risque cardiovasculaire, et l'interaction potentielle avec un motif régime méditerranéen (MDEIE).


MÉTHODES ET RÉSULTATS:


-Un Totale de 521 sujets (55-80 ans) participant à la Prévention par le Régime Méditerranéen  (PREDIMED) --essai randomisé- ont été génotypés.

 

Les changements dans TL, mesurés par PCR quantitative en temps réel, ont été évalués sur 5 ans avec intervention nutritionnelle qui a favorisé l'adhésion au MDEIE.

 

Fait intéressant, les transporteurs qui ont montré une Ala inférieure ont présenté un raccourcissement des télomères après 5 ans, contre le génotype Pro / Pro (P = 0,031).

 

Cette association a étémodulée par MDEIE  

Des  transporteurs Ala qui ont montré une meilleure adhésion à la Mediet présentaient des TL augmentés (P <0,001).

En outre, une réduction de l'apport en glucides (≤9.5 g / j) a entraîné une augmentation TL parmi les transporteurs Ala.

 

Notamment, une interaction gène-alimentation apparente a été retrouvée dans les changements observés dans le rapport AGMI + AGPI / Glucides: ce ratio a augmenté, et les TL s’allongent et il a été détectée à une plus grande mesure dans les sujets Ala par rapport aux sujets Pro / Pro (P pour interaction <0,001).

 


CONCLUSIONS:


-Le Polymorphisme Pro12Ala est associé à une homéostasie des TL après 5 ans de suivi chez des sujets à haut risque cardiovasculaire.

 

En outre,une adhésion plus élevée au régime Mediet renforce la prévention du raccourcissement des télomères sur les sujets Ala.

 

Repost 0
Published by Jean-Pierre LABLANCHY - CHRONIMED - dans Nutrition
commenter cet article
3 décembre 2014 3 03 /12 /décembre /2014 17:41

Régime méditerranéen, le maintien des télomères et de l'état de santé chez les personnes âgées.

 

 

PLoS One. 30 avril 2013; 8 (4): e62781. doi: 10.1371 / journal.pone.0062781. Imprimer 2013.

Boccardi V1, Esposito A, Rizzo MR, Marfella R, M Barbieri, Paolisso G.


Résumé


La longueur des télomères des leucocytes (LTL) et le taux de raccourcissement des télomères sont des biomarqueurs du vieillissement bien connus, de nombreuses études ont montré que le régime alimentaire méditerranéen (DM) peut augmenter la longévité.

 

Nous avons étudiél'association entre la longueur des télomères, l'activité de la télomérase et le respect du Régime Méditerranéen  (RM) et de ses effets sur l'adulte sain.

 

L'étude a été menée sur 217 sujets suivant le régime méditerranéen (RM) à faible adhésion (RM ≤3), avec adhésion moyenne (RM 4-5) et à haute adhésion (RM ≥6) groupes.

 

Le LTL a été mesuré par amplification en chaîne par polymérase quantitative et l'activité de la télomérase par un protocole PCR-ELISA.

Le Groupe à haute adhésion a  montré plus LTL (p = 0,003) et l'activité de la télomérase était plus élevé (p = 0,013) par rapport aux autres groupes.

 

L’Analyse de la régression linéaire y compris pour l’âge, le sexe, et l'habitude de fumer et RM, on a montré que le RM  était indépendamment associée à LTL (p = 0,024) et les niveaux d'activité de la télomérase (p = 0,006).

 

L'activité de la téloméraseétait indépendamment associée à LTL (p = 0,007) et modulée négativement par une inflammation et par le stress oxydatif.

 

En effet, les niveaux de télomérase ont été associés au statut de bonne santé indépendamment de plusieurs variables (p = 0,048).

 

Ces résultats appuientun nouveau rôle favorable du RM dans la protection de la santé en  suggérant que le maintien des télomères, plutôt que LTL est le déterminant majeur de l'état de santé chez les personnes âgées.

 

Repost 0
Published by Jean-Pierre LABLANCHY - CHRONIMED - dans Nutrition
commenter cet article
3 décembre 2014 3 03 /12 /décembre /2014 12:01

Le Centre international de recherche sur le cancer (CIRC) vient de réaffirmer dans un rapport issu d’une réunion d’experts qui s’est tenue à Lyon en 2013 l’efficacité de la stratégie d’éradication de la bactérie Helicobacter pylori dans la prévention du cancer de l’estomac.

Le groupe de travail demande aux pays d’examiner la possibilité d’un dépistage de la bactérie en population générale, selon les priorités nationales de santé publique. Ces programmes ne pourront être implantés qu’avec une évaluation rigoureuse et scientifique de leur faisabilité et d’analyses coût efficacité pour éviter toutes conséquences délétères.

720 000 décès dans le monde

En 2012 , rappelle le CIRC, environ 1 million de nouveaux cas de cancers gastriques ont été diagnostiqués dans le monde et dans le même temps 720 000 décès lui ont été attribuables, dont la majorité survient sur le continent asiatique.

En Europe, et malgré une décroissance du taux d’incidence d’environ 2 % chaque année, le nombre de cancers gastriques risque à nouveau d’augmenter. Environ 78 % de ces cancers sont attribués à une infection chronique par la bactérie Helicobacter pylori, classée dès 1994 comme un carcinogène du groupe 1.

 

Le groupe de travail a estimé que le cancer gastrique représente une part importante de la santé globale et a donc recommandé à tous les pays de le considérer dans les programmes nationaux de lutte contre le cancer, de mener des études épidémiologiques sur la prévalence du portage d’Helicobacter pylori et d’identifier les sous-populations les plus à risque qui pourraient en premier bénéficier des traitements.

 

En France, l’Institut national du cancer (INCA) met à disposition des outils pour aider les médecins à devenir acteurs de la prévention des cancers de l’estomac, rappelant qu’en 2011, 6 438 cas ont été diagnostiqués sur le territoire national.

 

 

Dr Anne Teyssédou Quotidien du Médecin  07/10/2014

Repost 0
Published by Jean-Pierre LABLANCHY - CHRONIMED - dans Infections froides
commenter cet article
3 décembre 2014 3 03 /12 /décembre /2014 10:42

Maladies psychiatriques la piste inflammatoire se confirme

   

Schizophrénie, dépression, suicide

Maladies psychiatriques : la piste inflammatoire se confirme

Trouver les biomarqueurs de l’inflammation, c’est un des axes phares de la recherche en pyschiatrie. Le lien cause-effet reste à démontrer.

 

Sur Fréquence Médicale ( dossier audio)

http://www.frequencemedicale.com/index.php?op=H18&id=353&see=ok&spec=16

Repost 0
Published by Jean-Pierre LABLANCHY - CHRONIMED - dans Concept
commenter cet article
3 décembre 2014 3 03 /12 /décembre /2014 09:54

La génétique à haut débit dans la prise en charge des cancers

 

 

 

C. LE TOURNEAU,

Institut Curie, Paris, Institut Curie, Saint-Cloud, Unité INSERM/Institut Curie U900, Paris

 

Les outils d’analyses génétiques à haut débit n’étaient auparavant utilisés que dans le domaine de la recherche. Du fait de la diminution drastique de leur coût et de la rapidité des analyses, ces outils sont désormais utilisables en pratique clinique. Ceci est d’autant plus pertinent que des données précliniques et cliniques suggèrent qu’à l’avenir, le traite- ment du cancer devra sûrement être basé, non plus sur la localisation tumorale et l’histologie, mais sur la biologie de la cellule tumorale. Bien qu’il y ait beaucoup d’espoir dans ce nouveau concept classiquement dénommé médecine personnalisée, l’utilisation de ces outils d’analyses génétiques à haut débit est associée à de nombreux défis. Enfin, il reste à démontrer de façon formelle que l’utilisation de ces outils permet d’améliorer le pronostic des patients atteints de cancer. 

Depuis quelques années, les outils de génétique à haut débit permettent de déterminer l’ensemble de la séquence d’ADN d’une cellule. Ces outils ont été initialement utilisés exclusivement dans les unités de recherche. Du fait de la décroissance rapide des coûts et de l’amélioration technologique, les outils de génétique à haut débit ont investi le champ de la médecine. Le cancer étant considéré comme une maladie génétique, dans le sens où une cellule saine devient cancéreuse suite à une succession d’altérations du génome, la cancérologie a été l’une des premières disciplines à utiliser ces outils en clinique. L’utilisation de ces outils rend envisageable les stratégies de médecine personnalisée dont le principe est d’utiliser les données biologiques du patient afin de mieux prévenir, diagnostiquer et traiter. Nous abordons ici les différents outils de génétique à haut débit. Viennent ensuite le concept de médecine personnalisée et les différents essais de médecine personnalisée qui sont en cours. Enfin, les défis associés à l’utilisation des outils de génétique à haut débit dans les essais de médecine personnalisée sont abordés.

Les outils de génétique à haut débit

Les outils de génétique à haut débit permettent d’analyser de multiples altérations en une seule fois.

 

Avant de présenter ces différents outils, revenons sur les outils utilisés pour détecter une seule altération moléculaire. Les altérations moléculaires peuvent être analysées à toutes les étapes de l’ADN (analyses génomiques), de l’ARN (analyses transcriptomiques) et de la protéine (analyses protéomiques) (tableau). La méthode de référence pour la recherche de mutations et de translocations de l’ADN est la méthode qui a été développée par Sanger.

 

Essai de médecine personnalisée SHIVA


Le séquençage à haut débit permet de détecter de multiples anomalies en une seule fois. La méthode de référence pour la recherche d’altérations du nombre de copies de gènes, que ce soit des amplifications ou des délétions, est la FISH. La CGH (Comparative genomic hybridization)permet une étude pangénomique. Ces techniques sont très largement utilisées aujourd’hui. Il faut bien distinguer la génétique somatique, qui est l’étude de l’ADN tumoral, et la génétique constitutionnelle, qui est l’étude de l’ADN constitutionnel (ex. : étude des gènes de prédisposition au cancer du sein BRCA). L’étude de l’ARN est, en revanche, moins fréquente en clinique. La méthode de référence pour l’analyse d’une variation de séquence d’ARN est la méthode de Sanger, tandis que le séquençage permet l’analyse de multiples variations. L’expression d’un transcrit est évaluée grâce à la RT-PCR, alors que les puces d’expression permettent l’analyse de multiples transcrits. Enfin, l’étude du niveau d’expression d’une protéine est réalisée grâce à l’immunohistochimie. La reverse phase protein array(RPPA) permet d’évaluer en une seule fois le niveau d’expression de plusieurs protéines. L’immunohistochimie est une technique de référence couramment utilisée en clinique, tandis que la RPPA est plutôt utilisée dans le domaine de la recherche.

Concept de médecine personnalisée

L’arsenal thérapeutique en cancérologie comporte les traitements locorégionaux (chirurgie et techniques d’irradiation) et les traitements systémiques. Ces derniers comprennent les agents de chimiothérapie cytotoxique et, depuis la fin des années 1990, les thérapies ciblées. À la différence des premiers qui détruisent les cellules en division (et donc surtout les cellules tumorales) en ciblant la machine de division cellulaire, les thérapies ciblées ciblent une (ou plusieurs) altération(s) moléculaire(s) censées être cruciales pour la prolifération, l’angiogenèse, etc. L’hormonothérapie utilisée dans les cancers du sein fait en réalité partie de cette classe thérapeutique, puisque efficace seulement lorsque la cible (les récepteurs hormonaux) est exprimée. Depuis le trastuzumab qui a été approuvé dans le traitement du cancer du sein HER2+ (qui représente environ 20 % des cancers du sein) en 1998, une quarantaine de thérapies ciblées ont été commercialisées.

http://www.jim.fr/FMC/rhumato/puce.gif Les thérapies ciblées ont suivi le même développement clinique que les agents de chimiothérapie cytotoxique, c’est-à-dire par organe et type histologique. Ceci est lié au fait que certaines altérations moléculaires ont initialement été rapportées dans certains types de cancer. Le séquençage complet de nombreux types de cancers a montré qu’en réalité, de nombreuses altérations moléculaires étaient communes à différents types de cancer(1). Plus tard, des altérations de HER2 ont ainsi été rapportées dans les cancers de l’estomac, puis dans les cancers bronchiques. Il a été démontré que cibler HER2 dans le cancer de l’estomac est efficace, et des résultats prometteurs ont été rapportés dans le cancer bronchique.

http://www.jim.fr/FMC/rhumato/puce.gif Tous ces éléments font que se pose aujourd’hui une question fondamentale qui constituerait un changement de paradigme si la réponse était affirmative : faut-il sortir du dogme de l’organe pour le traitement du cancer et traiter le cancer uniquement sur la base de la biologie ? C’est ce que l’on entend classiquement par le concept de médecine personnalisée.

http://www.jim.fr/FMC/rhumato/puce.gif Deux études suggèrent que guider le traitement du cancer en fonction du profil moléculaire de la tumeur et ce, indépendamment du type de cancer, pourrait améliorer le pronostic des patients, du moins en situation de récidive après échec des traitements standard. Dans la première étude, un profil moléculaire a été réalisé et le traitement décidé en fonction (2). Les auteurs ont montré que dans presqu’un tiers des cas, les patients répondaient durant au moins 30 % de temps de plus sous le traitement déterminé par le profil moléculaire que sous le dernier traitement reçu par le patient. La seconde étude s’adressait à des patients qui devaient être inclus dans un essai de phase I (évaluation pour la première fois chez l’homme d’un nouveau médicament ou d’une nouvelle association)(3). Les auteurs ont rapporté que les patients qui étaient inclus dans un essai de phase I avec un médicament correspondant à une altération moléculaire détectée sur leur tumeur, non seulement répondaient mieux au traitement, mais vivaient plus longtemps que ceux qui étaient inclus dans un essai de phase I sans cette correspondance. Ces deux études n’étant pas randomisées, elles n’ont pu que générer l’hypothèse que réaliser le profil moléculaire de la tumeur des patients afin de choisir le traitement pourrait améliorer leur pronostic.


Les essais de médecine personnalisée

Plusieurs essais, dits de médecine personnalisée utilisant les outils de génétique à haut débit, ont été initiés afin de démontrer l’hypothèse de la médecine personnalisée. Ces essais sont radicalement différents des essais traditionnels, car ils n’évaluent pas l’efficacité d’un médicament dans un groupe de patients ayant tous un même type de cancer et éventuellement porteurs d’une même altération moléculaire. Ils évaluent en réalité l’algorithme de traitement utilisé pour décider du traitement.

http://www.jim.fr/FMC/rhumato/puce.gif L’essai SHIVA est le premier essai randomisé qui compare l’efficacité d’une thérapie ciblée prescrite sur la base d’une altération moléculaire identifiée sur le profil moléculaire de la tumeur à celle d’une chimiothérapie conventionnelle chez des patients ayant n’importe quel type de cancer réfractaire aux traitements standard (figure)(4). Le profil moléculaire comprend l’analyse de mutations, amplifications et délétions de l’ADN ainsi que l’expression des récepteurs aux estrogènes, à la progestérone et aux androgènes. Il est prévu de randomiser 200 patients. Cet essai promu par l’Institut Curie et ouvert dans 7 autres centres français a démarré en octobre 2012 et devrait se terminer durant l’année 2014.


http://www.jim.fr/FMC/rhumato/puce.gif D’autres essais ont emboîté le pas à l’essai SHIVA et abordent la question de la médecine personnalisée sous des angles différents.


http://www.jim.fr/FMC/rhumato/puce.gif L’essai WINTHER, ouvert en juin 2013 dans quelques centres dans le monde, reprend le même principe que l’étude de von Hoff en prenant chaque patient comme son propre témoin pour évaluer l’efficacité. Le profil moléculaire réalisé est similaire à celui de SHIVA, à l’exclusion des récepteurs hormonaux. Pour les patients n’ayant pas d’altération au niveau de l’ADN, une analyse de l’ARN tumoral et de l’ADN du tissu sain est utilisée pour guider le traitement. Aux États-Unis, le NCI prévoit de lancer très prochainement l’essai MPACT qui s’adresse à la même population de patients que l’essai SHIVA. À la différence de SHIVA, cet essai randomisé compare l’efficacité d’une thérapie ciblée basée sur le profil moléculaire de la tumeur à celle de toute thérapie ciblée sauf celle qui correspond à l’altération moléculaire détectée. Cet essai permet de n’évaluer que l’algorithme de traitement. L’essai MOST promu par le Centre Léon-Bérard à Lyon vient de démarrer et consiste à prescrire la thérapie ciblée correspondant à l’anomalie moléculaire détectée à tous les patients dans un premier temps. Le profil moléculaire est similaire à celui de SHIVA. Au bout de 3 mois de traitement, les patients progressant sont sortis d’étude tandis que ceux qui répondent selon les critères RECIST continuent. Les patients stables selon ces mêmes critères sont randomisés entre la poursuite et l’arrêt du traitement. Les patients qui arrêtent le traitement ont la possibilité de le reprendre 3 mois plus tard s’ils progressent. Cet essai permet de distinguer les patients qui sont stabilisés du fait du traitement, de ceux qui le sont du fait de l’histoire naturelle de la maladie. Enfin, les essais SAFIR02 promus par Unicancer évaluent de façon randomisée l’efficacité d’une thérapie ciblée de maintenance, prescrite sur la base du profil moléculaire de la tumeur, chez des patients ayant un cancer du poumon d’un côté et un cancer du sein de l’autre en situation métastatique après une ou deux lignes de chimiothérapie première(5). Le bras expérimental est comparé au traitement de maintenance réalisé classiquement dans ces situations. Ces essais doivent démarrer très prochainement.

Les défis liés aux essais de médecine personnalisée

Les essais de médecine personnalisée qui utilisent les analyses génétiques à haut débit sont associés à de multiples défis. 

http://www.jim.fr/FMC/rhumato/puce.gif Logistiques : il est bien souvent nécessaire de réaliser une biopsie d’un site métastatique afin de réaliser les analyses génétiques à haut débit, ce qui n’est pas toujours possible. De plus, la cellularité tumorale doit être suffisamment élevée. 

http://www.jim.fr/FMC/rhumato/puce.gif Techniques : les outils d’analyse génétique à haut débit utilisés en clinique doivent être validés. Cela signifie que les résultats obtenus avec ces outils doivent être les mêmes que ceux qui auraient été identifiés avec les méthodes de référence.  

http://www.jim.fr/FMC/rhumato/puce.gif Biologiques : la biologie est le point clé de ces essais dans lesquels des analyses génétiques à haut débit sont conduites. La question essentielle est celle de la valeur prédictive de la réponse aux thérapies ciblées des différentes altérations moléculaires. Les algorithmes de traitement sont l’hypothèse qui est évaluée dans ces essais. Se pose également la question de la hiérarchi sation lorsque plusieurs altérations moléculaires sont détectées.  

http://www.jim.fr/FMC/rhumato/puce.gif Statistiques : ces nouveaux essais nécessitent des designs statistiques nouveaux, surtout lorsque de multiples pathologies tumorales sont impliquées et lorsque les altérations moléculaires sont de faible prévalence.  

http://www.jim.fr/FMC/rhumato/puce.gif Financiers : même si les coûts de ces technologies ont diminué de façon drastique, ils sont élevés. Les essais de médecine personnalisée coûtent cher et nécessitent des financements plus importants que les essais cliniques classiques. Si le concept de médecine personnalisée est validé, se posera la question du financement des technologies afin qu’elles soient disponibles pour tous les patients concernés.  

http://www.jim.fr/FMC/rhumato/puce.gif Éthiques : il est fort à parier que c’est l’exome complet qui sera analysé dans un proche avenir. Cependant, cette analyse nécessite l’étude du génome constitutionnel. Ceci soulèvera des questions éthiques lors de la découverte de gènes de prédisposition qui, de facto,impliqueront la descendance.

Conclusion

Les outils d’analyses génétiques à haut débit ne sont plus exclusivement utilisés en recherche, mais font désormais partie de la pratique clinique à travers les essais de médecine personnalisée. Bien qu’il y ait beaucoup d’espoir dans ces nouvelles technologies, elles ne sont pas d’utilisation simple, mais sont associées à de nombreux défis.

Enfin, il n’a pas encore été démontré de façon formelle que l’utilisation de ces outils permet d’améliorer le pronostic des patients atteints de cancer. 

Références

1.Ciriello G, Miller ML, Aksoy BA et al. Nat Genet2013 ; 45 : 1127-33.
2.Von Hoff DD, Stephenson JJ Jr, Rosen P et al.J Clin Oncol2010 ; 28 : 4877-83.
3.Tsimberidou AM, Iskander NG, Hong DS et al.The M. D. Anderson Cancer Center Initiative. Clin Cancer Res2012 ; 18 : 6373-83.
4.Le Tourneau C, Kamal M, Trédan O et al.Target Oncol2012 ; 7: 253-65.
5.Andre F, Bachelot T, Commo F et al. Lancet Oncol[epub ahead of print on February 6, 2014].

Publié le 02/12/2014

 

Repost 0
Published by Jean-Pierre LABLANCHY - CHRONIMED - dans Concept
commenter cet article
3 décembre 2014 3 03 /12 /décembre /2014 08:56
Isolement et purification de psoralène et isopsoralène et de leur efficacité et la sécurité dans le traitement de l'ostéosarcome chez les rats nus. Auteurs Lu H1, L1 Zhang, Liu D1, Tang P1, Song F1. Journal Afr Sci santé. 2014 septembre; 14 (3): 641-7. doi: 10,4314 / ahs.v14i3.20. Résumé CONTEXTE: Des études récentes ont montré que le psoralène a un effet inhibiteur significatif sur la croissance tumorale chez une variété d'animaux et chez les humains. OBJECTIF: Pour obtenir des composés dérivés de la coumarine - psoralène et isopsoralène - la médecine traditionnelle chinoise utilise des techniques chromatographiques et des méthodes d'isolement et de purification, à partir de Psoralea corylifolia L. afin d'observer les effets inhibiteurs sur la croissance de tumeurs transplantées et leurs effets indésirables éventuels par psoralène et isopsoralène chez des rats nus atteints d'ostéosarcome. MÉTHODES: Les fruits mûrs séchées de Psoralea corylifolia L. ont été utilisés comme matière première pour préparer un extrait brut de Psoralea corylifolia L. par la méthode d'extraction à l'éthanol. Une Chromatographie sur colonne a été utilisée pour isoler l'extrait brut; les composés ont été identifiés sur la base de structure (1) H-RMN, (13) et les spectres de C-RMN, les deux composés ont été identifiés comme anisopsoralène, psoralène et leurs concentration ont été de 99,7% et 99,6, respectivement. Le Modèle de rat nu porteur d'ostéosarcome a été choisi; les rats ont été randomisés en: groupe normal avec solution saline et faible dose de psoralène et un groupe à dose élevée, les groupes à dose faible et à forte dose d'isopsoralène, et un groupe cisplatine. Le volume et le poids de l'ostéosarcome et son taux d'inhibition chez les rats nus dans chaque groupe ont été observés; L'analyse radio-immunologique a été utilisée pour déterminer l'activité de la phosphatase alcaline sérique; sur cellules de sang périphérique et de moelle osseuse nucléées, ainsi que le nombre de cellules; La microscopie optique a été utilisée pour observer le cœur, le foie, la rate, les poumons, les reins et l'histopathologie de la tumeur; et la microscopie électronique a été utilisée pour observer la structure fine des cellules tumorales. RÉSULTATS: Le volume tumoral a connu un taux d'inhibition de 43,75% et de 40,18%, respectivement, dans le groupe psoralène et les groupes à faible dose d'isopsoralène, et les taux d'inhibition du poids de la tumeur étaient de 38,83% et de 37,77%. Le Volume tumoral a connu un taux d'inhibition de 67,86% et de 66,96%, respectivement, dans le groupe psoralène et les groupes à dose élevée isopsoralène, et les taux d'inhibition du poids de la tumeur étaient de 49,47% et de 47,87%. Psoralène et ispsoralene avaient nettement réduit le niveau de l'AKP du sérum. Psoralène induit l'apoptose ou la nécrose de l'ostéosarcome comme avec l'isopsoralène. Après l'administration de doses élevées de psoralène et d'isopsoralène, des réactions toxiques tels que convulsions, lassitude, ou hypoactivité et ont été observés. L'histopathologie du Rein a montré une dilatation et une congestion tubulointerstitielle, et l'agrégation de cellules inflammatoires dans l'espace intercellulaire rénal. Psoralène et isopsoralène ne causent pas d'effets secondaires toxiques significatifs à la moelle osseuse, ou d'autres organes tels que le coeur, les poumons, le foie et la rate. CONCLUSION: Les psoralène et isopsoralène ont des effets inhibiteurs sur la croissance tumorale transplantée chez les rats nus atteints d'ostéosarcome, et peuvent induire l'apoptose des cellules tumorales ou de nécrose, sans effets toxiques significatifs.
Repost 0
Published by Jean-Pierre LABLANCHY - CHRONIMED - dans Nutrition
commenter cet article
3 décembre 2014 3 03 /12 /décembre /2014 00:47
Les Bergaptenes contre l'ostéoporose Les Bergaptènes empêchent par la voie des lipopolysaccharide la formation des ostéoclastes, la résorption osseuse et favorisent la survie des ostéoclastes. Auteurs Zheng M1, Ge Y, Li H, M Yan, Zhou J, Zhang Y. Journal Int Orthop. 2014 Mar; 38 (3): 627-34. doi: 10.1007 / s00264-013-2184-y. Epub 2013 le 4 décembre. Résumé OBJECTIF: Cette étude a été conçue pour étudier l'effet potentiel des bergaptènes sur les lipopolysaccharide (LPS) régulant la formation des ostéoclastes, la résorption osseuse et la survie des ostéoclastes in vitro. Méthodes: Après que les cellules RAW264.7 précurseurs d'ostéoclastes ont été traitées avec des Bergaptènes (5, 20, 40 umol / L) pendant 72 heures en présence de LPS (100 ng / ml), l'ostéoclastogenèse a été identifié par la phosphatase acide résistante au tartrate (TRAP), et le nombre de cellules positives pour TRAP multinucléées [TRAP (+) MNC] ont été comptés dans chaque puits. Pour étudier l'effet des bergaptènes sur la résorption osseuse ostéoclastique, les cellules ont été traitées avec RAW264.7 ou bergaptène pendant six jours en présence de LPS, et la région de la résorption osseuse a été analysée par Image Pro Plus. Ensuite, nous avons examiné l'apoptose des cellules RAW264.7 après l'incubation avec bergaptène pendant 48 heures par cytomètre en flux en utilisant l'annexine V / iodure de propidium (PI) double marquage. Enfin, la survie des ostéoclastes a été observé par Hoechst 33342 et Western blot après traitement avec bergaptène pendant 24 heures. Résultats: Les données ont montré que bergaptène (5-40 pmol / L) dose-dépendante induite par LPS a inhibé la formation des ostéoclastes et la résorption osseuse. Le traitement par bergaptène déclenché mort apoptotique des Bergaptène empêche lipopolysaccharide médiée par la formation des ostéoclastes, la résorption osseuse et la survie des ostéoclastes. Auteurs Zheng M1, Ge Y, Li H, M Yan, Zhou J, Zhang Y. Informations sur l'auteur Journal Int Orthop. 2014 Mar; 38 (3): 627-34. doi: 10.1007 / s00264-013-2184-y. Epub 2013 le 4 décembre. Affiliation Résumé OBJECTIF: Cette étude a été conçue pour étudier l'effet potentiel de bergaptène sur lipopolysaccharide (LPS) médiée par la formation des ostéoclastes, la résorption osseuse et la survie des ostéoclastes in vitro. Méthodes: Après que les cellules RAW264.7 précurseurs d'ostéoclastes ont été traitées avec bergaptène (5, 20, 40 umol / L) pendant 72 heures en présence de LPS (100 ng / ml), de l'ostéoclastogenèse a été identifié par la phosphatase acide résistante au tartrate (TRAP) coloration, et le nombre de cellules positives pour TRAP multinucléées [TRAP (+) MNC] par puits ont été comptés. Pour étudier l'effet de bergaptène sur la résorption osseuse ostéoclastique, les cellules ont été traitées avec RAW264.7 bergaptène pendant six jours en présence de LPS, et la région de la résorption osseuse a été analysée avec Image Pro Plus. Ensuite, nous avons examiné l'apoptose des cellules RAW264.7 après incubation bergaptène pendant 48 heures par cytomètre en flux en utilisant l'annexine V / iodure de propidium (PI) double marquage. Enfin, la survie des ostéoclastes a été observé par Hoechst 33342 étiquetage et Western blot après traitement bergaptène pendant 24 heures. Résultats: Les données ont montré que bergaptène (5-40 pmol / L) dose-dépendante induite par LPS inhibé la formation des ostéoclastes et la résorption osseuse. Le traitement par bergaptène a déclenché la mort apoptotique des cellules RAW264.7 précurseurs des ostéoclastes d'une manière dépendante de la dose. En outre, le bergaptène a considérablement réduit la survie des ostéoclastes matures, comme en témoigne l'émergence de noyaux apoptotiques et activation de la protéine caspase 3/9 apoptotique. CONCLUSIONS: Ces résultats suggèrent que les bergaptènes empêchent efficacement l'ostéoclastogenèse induite par le LPS, la résorption osseuse et la survie via réponse apoptotique des ostéoclastes et de leurs précurseurs. L'étude identifie les bergaptènes comme inhibiteurs de la formation d'ostéoclastes et de la résorption osseuse et fournit la preuve que les bergaptènes pourraient être bénéfiques comme alternative pour la prévention et le traitement de la perte osseuse inflammatoire.de type cellules RAW264.7 précurseurs des ostéoclastes d'une manière dépendante de la dose. En outre, les bergaptènes ont considérablement réduit la survie des ostéoclastes matures, comme en témoigne l'émergence de noyaux apoptotiques et activation de la protéine caspase 3/9 apoptotique. CONCLUSIONS: Ces résultats suggèrent que les bergaptènes empêchent efficacement l'ostéoclastogenèse induite par le LPS, la résorption osseuse et la survie via réponse apoptotique des ostéoclastes et de leurs précurseurs. L'étude identifie des bergaptènes en tant qu'inhibiteurs de la formation d'ostéoclastes et la résorption osseuse et fournit la preuve que le bergaptène pourrait être bénéfique comme une alternative pour la prévention et le traitement de la perte osseuse inflammatoire.
Repost 0
Published by Jean-Pierre LABLANCHY - CHRONIMED - dans Nutrition
commenter cet article
3 décembre 2014 3 03 /12 /décembre /2014 00:31
Effets des psoralènes en tant qu'agents anti-tumoraux sur des cellules de cancer du sein. Auteurs Panno ML1, Giordano F1. Informations sur l'auteur Journal J Clin Oncol mondiale. 10 août 2014; 5 (3): 348-58. doi: 10,5306 / wjco.v5.i3.348. Résumé Cette revue examine les propriétés biologiques des coumarines, largement distribuées à des taux élevés dans le fruit, suivie par les racines, les tiges et les feuilles de bergamote, fenouil, céleri etc... en rendant compte de leurs effets bénéfiques dans la prévention de certaines maladies et comme agents anti-cancéreux. Ces composés sont des médicaments photosensibilisants qui ont été utilisés en tant qu'agents pharmaceutiques pour un grand nombre d'applications thérapeutiques nécessitant des inhibiteurs de la division cellulaire. (Puvatherapie). Malgré cela, et même en l'absence de rayons ultraviolets, ils sont actifs. Le présent document se concentre principalement sur les effets des psoralènes sur le cancer du sein humain car ils sont en mesure d'influencer de nombreux aspects du comportement des cellules, telles que la croissance cellulaire, la survie et l'apoptose. En outre, les données analytiques et pharmacologiques ont montré que certains psoralènes antagonisent les enzymes métabolisant, ou affectant la stabilité des récepteurs des oestrogènes et peuvent contrer l'invasivité des cellules ainsi que la résistance aux médicaments contre le cancer. Les conclusions scientifiques résumées soulignent les fonctions pléiotropiques des médicaments phytochimiques, étant donné que, récemment, ont été identifiés les signaux des cibles et comment ceux-ci sont modifiés dans les cellules. Les résultats sont encourageants et suggèrent que les stratégies de modulation multiple fondées sur la coumarine et dérivée en combinaison avec des agents chimiothérapeutiques ou avec la radiothérapie pourraient être une approche utile pour aborder le traitement de nombreux types de cancer.
Repost 0
Published by Jean-Pierre LABLANCHY - CHRONIMED - dans Nutrition
commenter cet article
2 décembre 2014 2 02 /12 /décembre /2014 12:55

Faut-il avoir peur du Gluten ?

https://www.youtube.com/watch?v=iJucRI5ew7o

Repost 0
Published by Jean-Pierre LABLANCHY - CHRONIMED - dans Nutrition
commenter cet article
1 décembre 2014 1 01 /12 /décembre /2014 23:31
La vitamine B12 et la fonction cognitive: une analyse fondée sur des preuves. Auteurs Ontario Health Quality. Journal Ont Santé Technol Évaluer Ser. 1 novembre 2013; 13 (23): 1-45. eCollection 2013. Résumé CONTEXTE: Plus de 2,9 millions de tests évaluant la vitamine B12 sérique ont été réalisées en 2010 en Ontario, pour un coût de 40 millions $. La carence en vitamine B12 a été associée aux troubles neurocognitif. OBJECTIF: Déterminer l'utilité clinique de ces tests de B12 chez des patients avec suspicion de démence ou de déclin cognitif. MÉTHODES: Trois questions ont été abordées: Y at-il un lien entre la carence en vitamine B12 et l'apparition de la démence ou de déclin cognitif? Est-ce que le traitement par supplémentation en vitamine B12 permet d'améliorer la fonction cognitive chez les patients atteints de démence ou de déclin cognitif et de carence en vitamine B12? Quelle est l'efficacité des voies orale ou parentérale pour cette supplémentation en vitamine B12 chez ceux ayant confirmé par le réduit une carence en vitamine B12? Une recherche documentaire a été réalisée en utilisant Medline, Embase, EBSCO Index cumulatif à Nursing & Allied Health Literature (CINAHL), la Cochrane Library, et le Centre d'examens et base de données de diffusion, de Janvier 2002 à Août de 2012. RÉSULTATS: Dix-huit études (7 revues systématiques et 11 études d'observation) ont été identifiés pour répondre à la question de l'association entre B12 et l'apparition de la démence. Quatre examens systématiques ont été identifiés pour répondre à la question du traitement par B12 sur les fonctions cognitives. Enfin, trois essais contrôlés randomisés ont été identifiés par rapport B12 orale ou intramusculaire. CONCLUSIONS: Sur la base des preuves très faibles, il ne semble pas exister d'association entre des niveaux plasmatiques d'homocystéine élevés (un sous-produit de vitamines B) et l'apparition de la démence. Ceci est basé sur des données de qualité modérée, mais avec trop peu de durée dans le suivi, et le traitement par B12 ne change pas sensiblement la fonction cognitive. Sur la base de preuves faibles à modérées le traitement par la vitamine B12 et l'acide folique chez les patients atteints de déficience cognitive légère semble ralentir le rythme de l'atrophie cérébrale. Basé sur des données de qualité modérées, la vitamine B12 par voie orale est aussi efficace que la vitamine B12 parentérale chez les patients présentant un déficit confirmé en B12. Résumé: Les faibles niveaux de vitamine B12 ont été associés à des troubles neurocognitifs. Cette analyse factuelle permet d'évaluer l'utilité des tests de vitamine B12 sérique en ce qui concerne le fonctionnement du cerveau. Cet examen a révélé des niveaux de preuve de qualité très faible qui suggèrent un lien entre les niveaux d'homocystéine plasmatiques élevés (un sous-produit du métabolisme de la vitamine B dans le corps) et l'apparition de la démence. Des Données de qualité modérée indiquent qu'un traitement avec la vitamine B12 n'améliore pas la fonction cérébrale. Des Données de qualité modérée indiquent également que le traitement utilisant la vitamine par voie orale en vitamine B12 et est aussi efficace que des injections de vitamine B12. PMID 24379897 [PubMed - classé pour MEDLINE] PMCID PMC3874776
Repost 0
Published by Jean-Pierre LABLANCHY - CHRONIMED - dans Nutrition
commenter cet article