Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
7 janvier 2017 6 07 /01 /janvier /2017 10:50

Effet cytotoxique du fucoidan extrait de Sargassum cinereum sur la lignée cellulaire de cancer du côlon HCT-15.

Somasundaram SN, et al. Int J Biol Macromol. 2016.

La présente étude visait à étudier l'activité antioxydante et cytotoxique contre le HCT-15 du fucoidan de Sargassum cinereum.

La purification du fucoïdane a été effectuée par DEAE cellulose et dialyse. La caractérisation physicochimique du fucoidane a été analysée par dosage calorimétrique, FT-IR, HPLC et RMN.

Le fucoidan extrait contient respectivement 65,753% de fucose et 3,7 ± 1,54% de sulfate. Les résultats de CLHP ont montré que le fucoidane contient la composition de monosaccharide telle que le fucose, le galactose, le mannose et le xylose.

L'effet antioxydant du fucoidan dans Sargassum Cinereum a été déterminé par DPPH.

L'activité DPPH maximale a été trouvée à la concentration de 100 ug, où, comme l'extrait brut a montré que l'activité de piégeage était de 63,58 ± 0,56%.

L'effet de cytotoxicité a été réalisé par dosage MTT. L'extrait de Fucoidan a provoqué environ 50% de la mort cellulaire après 24h d'incubation avec 75 ± 0,9037 μg / ml contre HCT-15.

Copyright © 2016 Elsevier B.V. PMID 27370748 [PubMed - en cours]

Repost 0
Published by Jean-Pierre LABLANCHY - CHRONIMED - dans Concept
commenter cet article
7 janvier 2017 6 07 /01 /janvier /2017 10:32

L'ascorbate intracellulaire empêche la perméabilisation des barrières endothéliales par la thrombine.

Parker WH, et al. J Biol Chem. 2015.

On a déjà montré que l'ascorbate intracellulaire (vitamine C) resserrait la barrière endothéliale et préservait l'intégrité de la barrière pendant l'inflammation aiguë in vitro.

Cependant, les effecteurs en aval de l'ascorbate dans la régulation de la perméabilité endothéliale restent peu clairs.

Dans cette étude, nous avons évalué l'ascorbate comme médiateur de la perméabilisation de la barrière induite par la thrombine dans les cellules endothéliales de la veine ombilicale humaine et leur lignée d'hybridomes immortalisés, EA.hy926.

Nous avons découvert que la vitamine ascorbate empêchait totalement une perméabilité accrue à l'inuline polysaccharidique par la thrombine de manière dose-dépendante, et elle a pris effet avant et après l'assujettissement à la thrombine. L'exposition à la thrombine consommait de l'ascorbate intracellulaire mais pas d'antioxydant endogène la GSH.

De même, les antioxydants dithiothréitol et tempol n'ont pas inversé la perméabilisation.

Nous avons identifié un rôle nouveau pour l'ascorbate dans la préservation de l'AMPc pendant la stimulation de la thrombine, ce qui entraîne deux effets en aval.

Tout d'abord, l'ascorbate a maintenu le cytosquelette d'actine corticale de manière dépendante de Rap1 et Rac1, conservant ainsi des jonctions adhérentes stables entre des cellules adjacentes.

Deuxièmement, l'ascorbate a empêché la polymérisation d'actine et la formation de fibres de contrainte en réduisant l'activation de RhoA et la phosphorylation de la chaîne légère de myosine.

Bien que l'ascorbate et la thrombine nécessitent tous deux du calcium pour leurs effets respectifs, l'ascorbate n'a pas empêché la perméabilisation de la thrombine en obstruant l'influx de calcium.

Cependant, on a constaté que la préservation de l'AMPc par l'ascorbate dépendait à la fois de la production d'oxyde nitrique par l'oxyde nitrique synthase endothéliale, dont on sait que l'ascorbate est activé et de la génération subséquente de GMPc par la guanylate cyclase.

Ensemble, ces données impliquent l'ascorbate dans la prévention de la perméabilisation de la barrière endothéliale inflammatoire et expliquent le mécanisme de signalisation sous-jacent.

© 2015 par l'American Society for Biochemistry and Molecular Biology, Inc. PMID 26152729 [PubMed - indexé pour MEDLINE] PMCID PMC4571875

Repost 0
Published by Jean-Pierre LABLANCHY - CHRONIMED - dans Nutrition
commenter cet article
7 janvier 2017 6 07 /01 /janvier /2017 10:19

Effets synergiques de l'ascorbate et du sorafénib dans le carcinome hépatocellulaire:

Nouveaux aperçus de la cytotoxicité par ascorbate sur les cellules tumorales

Rouleau L, et al. Gratuit Radin Biol Med. 2016.

Nous avons étudié le mécanisme de la cytotoxicité sélective induite par l'ascorbate sur les cellules tumorales, y compris les cellules Hep G2, comparativement aux hépatocytes primaires.

La formation de H2O2 était nécessaire pour obtenir la cytotoxicité de l'ascorbate, car l'action de la catalase extracellulaire protégeait aussi les cellules tumorales.

Le H2O2 généré par le traitement par la glucose oxydase a également causé la destruction cellulaire, mais le traitement avec une dose pharmacologique (5-20 mM) d'ascorbate était significativement plus cytotoxique à des taux comparables de production de H2O2, ce qui suggère que l'ascorbate a augmenté la cytotoxicité H2O2.

Ceci a été encore étayé par la constatation que l'ascorbate à une dose non cytotoxique (1 mM) a augmenté la destruction cellulaire causée par la glucose oxydase.

Conformément à cette conclusion, le traitement par ascorbate a provoqué la dérégulation de l'homéostasie du calcium cellulaire, entraînant une accumulation massive de calcium mitochondrial.

L'ascorbate agit de manière synergique avec le sorafénib chimiothérapeutique en tuant les cellules Hep G2, mais pas les hépatocytes primaires, ce qui suggère que le traitement par adjuvant par ascorbate peut élargir la gamme thérapeutique du sorafenib.

Le sorafénib a provoqué une dépolarisation mitochondriale et a empêché la séquestration du calcium mitochondrial.

L'adjonction subséquente d'ascorbate libère davantage l'homéostasie du calcium cellulaire provoquant la mort cellulaire.

De plus, nous présentons le cas d'un patient atteint d'un carcinome hépatocellulaire (CHC) qui avait une régression prolongée d'une métastase des côtes lors d'un traitement combiné avec l'ascorbate et le sorafénib, ce qui indique que ces études ont une pertinence clinique directe.

© 2016 Elsevier Inc. PMID 27036367 [PubMed - en cours] PMCID PMC4867251 [Disponible le 2017-06-01]

Repost 0
Published by Jean-Pierre LABLANCHY - CHRONIMED - dans Concept
commenter cet article
7 janvier 2017 6 07 /01 /janvier /2017 08:45

Découverte: la piperlongumine (Poivre Long) comme un nouveau senolytiques.

Wang Y, et al. Vieillissement (Albany NY). 2016.

Les preuves s'accumulent qui indiquent que les cellules sénescentes jouent un rôle important dans de nombreuses maladies associées à l'âge.

L'épuisement pharmacologique des cellules sénescentes (CS) avec un «agent sénolytique», une petite molécule qui tue sélectivement les SC, est une nouvelle approche thérapeutique potentielle pour ces maladies.

Récemment, nous avons découvert que l'ABT-263, un agent senolytique puissant et hautement sélectif, en criblant une banque de composés choisis rationnellement.

Avec cette approche de dépistage, nous avons également identifié un deuxième agent senolytique appelé piperlongumine (PL).

La PL est un produit naturel dont on dit qu'il a de nombreux effets pharmacologiques, y compris une activité antitumorale.

Nous montrons ici que la PL a préférentiellement tué des fibroblastes WI-38 humains sénescents lorsque la sénescence était induite par un rayonnement ionisant, un épuisement réplicatif ou une expression ectopique de l'oncogène Ras.

La PL a tué les SC en induisant l'apoptose, et ce procédé n'a pas nécessité l'induction d'espèces oxygénées réactives.

De plus, nous avons découvert que la PL a éliminé synergiquement les SC en association avec l'ABT-263, et les modifications structurales initiales de PL ont permis d'identifier des analogues avec une puissance et / ou une sélectivité améliorées pour induire la mort SC.

Dans l'ensemble, nos études démontrent que la PL est un nouveau leader pour le développement des agents sénolytiques.

PMID 27913811 [PubMed - en cours] PMCID PMC5191878

Repost 0
Published by Jean-Pierre LABLANCHY - CHRONIMED - dans Nutrition
commenter cet article
6 janvier 2017 5 06 /01 /janvier /2017 23:06

Naltrexone à de faibles doses upregulates une expression de gène unique non vu à des doses normales: Implications pour son utilisation dans le traitement du cancer.

Liu WM, et al. Int J Oncol. 2016.

Il a été rapporté que des doses plus faibles de l'antagoniste des opioïdes naltrexone sont capables de réduire la croissance tumorale en interférant avec la signalisation cellulaire ainsi qu'en modifiant le système immunitaire.

Nous avons évalué le profil d'expression génique d'une lignée cellulaire cancéreuse après traitement avec une faible dose de naltrexone (LDN), et évalué l'effet que l'adaptation des programmes de traitement avec

LDN peut avoir sur l'amélioration de l'efficacité. LDN avait un impact sélectif sur les gènes impliqués dans la régulation du cycle cellulaire et la modulation immunitaire.

De même, les gènes pro-apoptotiques BAD et BIK1 ont été augmentés seulement après LDN.

Le traitement continu avec le LDN a eu peu d'effet sur la croissance dans différentes lignées cellulaires;

Cependant, la modification du programme de traitement pour inclure une phase de culture en l'absence de médicament après un cycle initial de traitement LDN, a entraîné une destruction cellulaire accrue.

De plus, les cellules prétraitées par LDN étaient plus sensibles aux effets cytotoxiques d'un certain nombre d'agents chimiothérapeutiques courants.

Par exemple, l'amorçage de HCT116 avec LDN avant traitement avec oxaliplatine a significativement augmenté la destruction cellulaire à 49 ± 7,0 contre 14 ± 2,4% dans les cultures où l'amorçage n'a pas été utilisé.

Il est intéressant de noter que l'amorçage avec NTX avant l'oxaliplatine a entraîné une destruction cellulaire de seulement 32 ± 1,8%.

Nos données appuient l'idée que LDN possède une activité anticancéreuse, qui peut être améliorée en modifiant le calendrier de traitement.

Repost 0
Published by Jean-Pierre LABLANCHY - CHRONIMED - dans Concept
commenter cet article
6 janvier 2017 5 06 /01 /janvier /2017 22:54

Le traitement à faible dose de naltrexone améliore la maladie de Crohn active.

Smith JP, et al. Am J Gastroenterol. 2007.

OBJECTIFS:

On a montré que les opioïdes endogènes et les antagonistes opioïdes jouent un rôle dans la guérison et la réparation des tissus.

Dans un essai pilote prospectif, l'innocuité et l'efficacité de la naltrexone à faible dose (LDN), un antagoniste opioïde, ont été testées chez des patients atteints de la maladie de Crohn active. Méthodes:

Les sujets admissibles avec un score de 220-450 d'activité active de la maladie de Crohn active confirmé histologiquement et endoscopiquement ont été inclus dans une étude utilisant 4,5 mg de naltrexone / jour.

L'infliximab n'a pas été autorisé pour un minimum de 8 semaines avant l'initiation de l'étude.

Une autre thérapie pour la maladie de Crohn qui était à une dose stable pendant 4 semaines avant l'inscription a été continuée aux mêmes doses.

Les patients ont rempli le questionnaire sur la maladie inflammatoire de l'intestin (IBDQ) et les enquêtes de qualité de vie courte (SF-36) et les scores CDAI ont été évalués avant traitement, toutes les 4 semaines après la thérapie et 4 semaines après la fin du traitement.

Le médicament a été administré par voie orale chaque soir pendant une période de 12 semaines. Résultats: Dix-sept patients avec un score CDAI moyen de 356 +/- 27 ont été inscrits.

Les scores CDAI ont diminué significativement (P = 0,01) avec LDN, et sont restés inférieurs à la ligne de base 4 semaines après avoir terminé le traitement.

Quatre-vingt-neuf pour cent des patients ont présenté une réponse au traitement et 67% ont obtenu une rémission (P

Des améliorations ont été enregistrées dans les deux sondages sur la qualité de vie avec LDN par rapport aux données de référence.

Aucune anomalie de laboratoire n'a été notée. L'effet secondaire le plus fréquent était les troubles du sommeil, survenus chez sept patients.

CONCLUSIONS:

Le traitement LDN semble efficace et sûr chez les sujets atteints de la maladie de Crohn active.

D'autres études sont nécessaires pour explorer l'utilisation de ce composé.

PMID 17222320 [PubMed - indexé pour MEDLINE]

Repost 0
Published by Jean-Pierre LABLANCHY - CHRONIMED - dans Concept
commenter cet article
6 janvier 2017 5 06 /01 /janvier /2017 22:47

Naltrexone à faible dose pour le traitement de la fibromyalgie: résultats d'un petit essai randomisé, en double aveugle, contrôlé par placebo, contrebalancé, évaluant les niveaux de douleur quotidiens.

Essai contrôlé randomisé

Younger J, et al. Arthrite rénale

OBJECTIF:

Déterminer si de faibles doses (4,5 mg / jour) de naltrexone réduisent la gravité de la fibromyalgie par rapport aux effets non spécifiques du placebo.

Dans cette étude de réplication et d'extension d'un essai clinique antérieur, nous avons testé l'impact de la faible dose de naltrexone sur la douleur quotidienne autodéclarée.

Les résultats secondaires comprenaient la satisfaction générale à la vie, l'humeur positive, la qualité du sommeil et la fatigue.

Méthodes:

Trente et une femmes atteintes de fibromyalgie ont participé à l'étude randomisée, en double aveugle, contrôlée par placebo et contrebalancée. Pendant la phase active, les participants ont reçu 4,5 mg de naltrexone par jour.

Une conception longitudinale intensive a été utilisée pour mesurer les niveaux quotidiens de douleur.

Nous avons observé une réduction significativement plus importante de la douleur initiale chez les patients prenant une dose faible de naltrexone que chez ceux recevant le placebo (réduction de 28,8% versus réduction de 18,0%, p = 0,016).

Une faible dose de naltrexone a également été associée à une amélioration de la satisfaction générale à l'égard de la vie (P = 0,045) et à une amélioration de l'humeur (P = 0,039), mais sans amélioration de la fatigue ou du sommeil.

Trente-deux pour cent des participants ont répondu aux critères de réponse (définis comme une réduction significative de la douleur plus une réduction significative de la fatigue ou des troubles du sommeil) lors d'un traitement à faible dose de naltrexone, contrairement à un taux de réponse de 11% = 0,05).

La dose faible de naltrexone a été jugée tout aussi tolérable que le placebo et aucun effet secondaire grave n'a été rapporté.

CONCLUSION:

La preuve préliminaire continue de montrer que la faible dose de naltrexone a un effet spécifique et cliniquement bénéfique sur la douleur fibromyalgie.

Le médicament est largement disponible, peu coûteux, sûr et bien toléré.

Des essais contrôlés randomisés en groupes parallèles sont nécessaires pour déterminer pleinement l'efficacité du médicament.

Copyright © 2013 par l'American College of Rheumatology. PMID 23359310 [PubMed - indexé pour MEDLINE]

Repost 0
Published by Jean-Pierre LABLANCHY - CHRONIMED - dans Infections froides
commenter cet article
6 janvier 2017 5 06 /01 /janvier /2017 08:47

Les microbiomes interagissent avec les états de stress et de dépression.

Les gens qui sentent un «estomac nerveux» lors des périodes de stress comprendront le lien entre l'intestin et l'humeur d'une personne. Il semble qu'il existe maintenant des preuves scientifiques à l'appui de ce lien.

Une nouvelle étude fournit des preuves supplémentaires que le microbiome d'une personne (les micro-organismes trouvés dans une niche particulière et qui interagissent avec le corps) joue un rôle important dans la santé et la maladie.

Cette fois, la preuve pointe vers le bien-être psychologique, spécifiquement l'humeur et l'équilibre mental. La preuve vient du laboratoire du Dr Vicki Ellingrod. L'universitaire a entrepris des études sur la connexion entre le microbiote de l'intestin et les modèles d'humeur et d'anxiété. Plus précisément, ce lien a été démontré à l'aide de rats.

Pour la recherche, les rats de laboratoire ont été soumis à un stress chronique sur une période de sept semaines.

Pendant ce temps, la diversité des microorganismes intestinaux a été évaluée en utilisant des méthodes de séquençage génétique.

On a constaté que, pendant la contrainte, la population de microorganismes diminue (à un rythme proportionnel à l'augmentation du stress). En outre, comme les populations microbiennes ont diminué le comportement des rats est modifié et ils ont commencé à montrer ce que les chercheurs ont décrit comme "des états de quasi désespoir" du comportement.

Lors d'un second cycle de recherche, les microorganismes particuliers associés aux rats stressés ont été transférés dans un nouveau groupe de rongeurs qui n'avaient pas été soumis aux facteurs de stress.

Fait intéressant, ces rats ont commencé à démontrer des changements comportementaux similaires après seulement cinq jours.

L'alternance suggère que la composition des microorganismes résidant dans l'intestin est liée à des réponses de type stress.

Les tests effectués sur des êtres humains ayant des problèmes de santé mentale, tels que la dépression et des trouble bipolaire, suggèrent également une réduction de la diversité et de la population de microorganismes chez les personnes atteintes de telles affections par rapport à la population générale.

Étant donné que certaines personnes souffrant de dépression, et qui prennent des médicaments antidépresseurs, ont un gain de poids et ce changement de masse corporelle pourrait être attribuable à des changements du profil microbien.

L'implication de la recherche se dirige vers une cure microbienne lors des états de stress impliquant l'utilisation d'un cocktail approprié de probiotiques.

La recherche a été publiée dans la revue Neuropsychopharmacology.

L'étude de recherche est appelée «Communauté microbienne intestinale et les changements comportementaux dans un modèle de stress chronique doux de dépression chez les rats." Lire la suite: http://www.digitaljournal.com/life/health/how-your-microbiome-may-affect-mental-illness/article/481969#ixzz4UxsBZSYN

Repost 0
Published by Jean-Pierre LABLANCHY - CHRONIMED - dans Infections froides
commenter cet article
6 janvier 2017 5 06 /01 /janvier /2017 07:58

Une équipe dirigée par la Harvard University publie dans le dernier numéro de l'American Journal of Psychiatry les résultats préliminaires d'une étude sur l'impact de niveaux trop bas de testostérone sur la dépression à long terme chez l'homme.

Les personnes recevant un apport supplémentaire de testostérone ont connu une amélioration soit importante soit sensible de leur état dépressif.

Les chercheurs soulignent que l'étude est trop limitée pour permettre d'émettre une recommandation définitive quant à l'administration de traitements comprenant de la testostérone associée à d'autres thérapies.

Cependant, ils estiment que leurs travaux ont démontré clairement que le niveau de testostérone d'au moins la moitié des hommes testés avant la réalisation de cette étude était insuffisant, ce qui infirme les résultats d'études antérieures.

En attendant de poursuivre de nouvelles recherches dans cette direction, les auteurs de l'article recommandent que tous les hommes ne réagissant pas aux antidépresseurs se soumettent à des examens afin de tester leur taux de testostérone.

Repost 0
Published by Jean-Pierre LABLANCHY - CHRONIMED - dans Concept
commenter cet article
5 janvier 2017 4 05 /01 /janvier /2017 17:26

Une loi américaine reconnaît la forme chronique de la maladie de Lyme

http://www.egora.fr/sites/default/files/imagecache/thumb_article/lymeee.jpg

Mi-décembre, un pas supplémentaire a été franchi outre-Atlantique avec le vote du "21st Century Cures Act", qui reconnaît la forme chronique de la maladie de Lyme. Cette loi prévoit un groupe de travail associant les malades et annonce des financements pour la recherche sur cette pathologie.

"Je suis optimiste" après ce vote, qui débloque notamment des financements pour la recherche sur Lyme. "L'Europe va suivre", a affirmé à l'AFP le Pr Christian Perronne, spécialiste de cette pathologie émergente et chef de service en infectiologie à l'hôpital Raymond-Poincaré de Garches (Hauts-de-Seine). Ce dernier dénonce, dans un livre à paraître ce mercredi, l'"aveuglement collectif" qui prévaut jusqu'à présent autour de cette maladie bactérienne complexe, transmise par les morsures de tiques.

Le Gouvernement a ouvert une brèche en annonçant fin septembre un "plan Lyme", mais le protocole officiel est toujours en place et une biologiste alsacienne a été condamnée et un médecin lyonnais suspendu, mi-décembre, pour ne pas l'avoir respecté. Ces recommandations officielles, adoptées en 2006, sont calquées sur celles émises par un groupe d'experts aux Etats-Unis. Or, le gouvernement américain les a récemment abandonnés, raconte le Pr Perronne dans "La vérité sur la maladie de Lyme" (Odile Jacob).

Officiellement, il y a 33.200 nouveaux cas par an de maladie de Lyme en France, selon Santé publique France, mais beaucoup plus en réalité, selon le Pr Perronne. "Rien que pour la Borrelia burgdorferi (principale bactérie responsable de la maladie de Lyme en Amérique du Nord et en Europe, NDLR), il y a au minimum un million de nouveaux cas par an en Europe", estime-t-il.

Repost 0
Published by Jean-Pierre LABLANCHY - CHRONIMED - dans Infections froides
commenter cet article