Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
21 janvier 2017 6 21 /01 /janvier /2017 09:46

Suite à notre enquête sur le faux médicament Immunorex, l'OMS et l'Onusida ont alerté les pays africains sur ce produit présenté comme efficace dans le traitement du sida.

La RDC, premier pays à lui avoir accordé une autorisation de mise sur le marché le 1er décembre 2016, vient tout juste de suspendre sa commercialisation.

OMS. Le 1er décembre 2016, nous révélions sur notre site l’existence du trafic d’un faux médicament anti-VIH entre la France et l’Afrique.

Ce médicament, appelé Immunorex DM28, venait tout juste d’être mis sur le marché en République démocratique du Congo (RDC), et ce avec le soutien de deux scientifiques de renommée internationale : le Francais Jean-Claude Chermann, codécouvreur du VIH et le Canadien Mark Wainberg, découvreur de la 3TC, l’une des molécules les plus utilisées par l’industrie pharmaceutique pour l’élaboration des trithérapies.

“Immunorex n’est pas un médicament recommandé pour le traitement du VIH par l’OMS”

Nous venons d’apprendre que le ministère de la santé de la RDC a décidé le 19 janvier, de suspendre temporairement l’autorisation de mise sur le marché (AMM) du produit Immunorex sur son territoire, et ce le temps qu’une enquête vérifie les allégations avancées par ses promoteurs.

Cette suspension est consécutive aux nombreuses alertes émises, notamment par l’Onusida (le Programme commun des Nations Unies sur le VIH/sida), l’Organisation mondiale de la santé et le Fonds mondial de lutte contre le sida, la tuberculose et le paludisme à la suite de nos révélations du 1er décembre.

Dans un message commun, reçu ce 19 janvier, l’OMS et l’Onusida nous ont confié un avis clair et simple sur ce produit que nous dénoncions : “Immunorex n’est pas un médicament recommandé pour le traitement du VIH par l’OMS.”

Un message précisant que l’OMS comptait prendre des mesures de suivi sur cette affaire. Document officiel du ministère de la Santé de la RDC annonçant la suspension d'Immunorex.

COMITÉ SCIENTIFIQUE.

Immunorex est un produit à base de DHEA, inventé par le professeur Donatien Mavoungou, originaire du Gabon et soutenu par l’IIDSRSI, un obscur institut français créé et présidé par Michel-Paul Correa.

En 2011, ce dernier rencontre Jean-Claude Chermann pour lui présenter Immunorex.

Le virologue lui conseille alors de créer un comité scientifique dont il prend la présidence. La vice-présidence revient à Mark Wainberg, une vieille connaissance du professeur Donatien Mavoungou.

Ce comité scientifique est en fait un leurre qui n’a pour seule vocation que de cautionner avec des noms prestigieux un produit qui n’a jamais fait la preuve de son efficacité dans le traitement du sida.

Pire, quelques mois seulement avant la constitution du comité scientifique, Immunorex avait été interdit au Gabon, son pays d’origine. À l’époque, il ne s’appelait pas Immunorex DM28 mais Immunor IM28.

"Nous avons été appelés à donner notre avis sur ce sujet en 2010 et 2011 et avons conclu que l’IM28 de Donatien Mavoungou n’était pas un médicament contre le sida et qu’il ne pouvait être vendu.

Nous avons présenté toute l’argumentation au Conseil scientifique national, qui avait fort heureusement décidé du retrait de ce produit alors vendu, de façon aussi incroyable qu’invraisemblable, dans une pharmacie de Libreville.

Ladite pharmacie avait d’ailleurs été fermée le temps de l’enquête par l’Inspection générale de la Santé", nous avait confié lors de notre enquête le professeur Franck Idiata, commissaire général du Cenarest, le centre national de la recherche scientifique du Gabon.

Si aujourd’hui Immunorex est suspendu en RDC après avoir été interdit au Gabon, rien ne dit qu’il ne réapparaitra pas dans un autre pays, sous un autre nom.

Lors de nos échanges, Michel-Paul Correa, le président de l'IIDSRSI, nous avait indiqué avoir fait des demandes d’AMM pour la République du Congo, le Cameroun, la Côte-d'Ivoire, le Sénégal, l'Angola, le Nigeria, le Togo, la Tunisie, le Bénin et même le Kazakhstan.

De son côté, l’Onusida nous a assurés qu’elle avait alerté ces pays sur l’éventuel lancement de ce produit.

Dans le daté mars de notre magazine (n°841), nous reviendrons en détails sur Immunorex et sur les nombreuses fraudes et escroqueries qui entourent cette affaire.

science et avenir

Repost 0
Published by Jean-Pierre LABLANCHY - CHRONIMED - dans Concept
commenter cet article
21 janvier 2017 6 21 /01 /janvier /2017 09:25

Agents infectieux et maladies neurodégénératives: Explorer les liens.

Alam MZ, et al. Curr Top Med Chem. 2017.

Des études récentes ont montré que les infections bactériennes et virales sont des facteurs de risque de diverses maladies neurodégénératives telles que la sclérose latérale amyotrophique (SLA), la sclérose en plaques (SM), la maladie d'Alzheimer (AD) et la maladie de Lyme.

Cependant, il est toujours controversé comment les infections jouent un rôle dans la progression des maladies neurologiques.

Les infections du système nerveux central peuvent entraîner des dommages multiples dans les cellules infectées et voisines.

L'infection conduit à l'activation des processus inflammatoires et des réponses immunitaires de l'hôte, qui agit comme mécanisme de défense et provoque également des dommages aux fonctions neuronales de l'hôte et la viabilité.

Plusieurs pathogènes bactériens et viraux ont été signalés pour la neurodégénérescence, comme la production et le dépôt d'agrégats de protéines mal repliés, le stress oxydatif, les processus autophagiques déficients, les synaptopathies et la mort neuronale.

Ces effets peuvent agir en combinaison avec d'autres facteurs, comme le vieillissement, les maladies métaboliques et la composition génétique de l'hôte.

Nous nous concentrerons dans cette étude sur le lien possible entre la neurodégénérescence et les infections en particulier Chlamydophila pneumoniae, Borrelia burgdorferi, Mycoplasma etc.

PMID 28049398 [PubMed - fourni par l'éditeur]

Repost 0
Published by Jean-Pierre LABLANCHY - CHRONIMED - dans Infections froides
commenter cet article
21 janvier 2017 6 21 /01 /janvier /2017 08:16

Traitement préventif non pharmacologique et oxyde nitrique dans la migraine chronique. Ciancarelli I, et al. J Douleur de tête Douleur. 2005.

Dans la migraine chronique, la sensibilisation centrale et les changements du flux sanguin cérébral régional sont médiés par l'oxyde nitrique (NO) et les radicaux libres d'oxygène.

Le biofeedback est considéré comme un traitement préventif non pharmacologique réduisant les crises de migraine.

Nous avons étudié si l'efficacité du biofeedback est liée aux processus de relaxation et son influence sur le stress oxydatif.

Le score d'évaluation de l'incapacité de la migraine (MIDAS) et les métabolites stables de NO (x) ont été évalués chez 20 patients atteints de migraine chronique avant et à la fin des séances de biofeedback.

Le score MIDAS était plus bas après le biofeedback que celui rapporté avant le traitement.

Les taux sériques de NO (x) étaient plus élevés après le biofeedback que ceux mesurés avant le début du traitement.

Ainsi, l'efficacité du biofeedback est liée à une relaxation musculaire et à son influence sur la biodisponibilité du NO chez les patients souffrant de migraine chronique.

PMID 16362706 [PubMed - indexé pour MEDLINE] PMCID PMC3452005

Repost 0
Published by Jean-Pierre LABLANCHY - CHRONIMED - dans Concept
commenter cet article
21 janvier 2017 6 21 /01 /janvier /2017 08:13

Les immunoglobulines intraveineuses suppriment les récurrences du virus de l'herpès génital: une étude clinique et immunologique.

Essai contrôlé randomisé

Masci S, et al. Immunopharmacol Immunotoxicol. 1995.

Un traitement efficace n'est pas actuellement disponible pour supprimer la récurrence des infections par le virus de l'herpès génital (HSV).

Comme les immunoglobulines intraveineuses (IVIG) se sont révélées utiles contre le HSV dans des modèles expérimentaux, nous avons traité des patients présentant une fréquence très élevée de récidive génitale du VHS (plus de 15 épisodes par an) avec IVIG (400 mg / kg toutes les quatre semaines).

Le groupe témoin a été traité par l'acyclovir oral intermittent (800 mg deux fois par jour pendant une semaine tous les mois).

Les deux groupes ont été traités pendant six mois et, ensuite, les patients ont été suivis jusqu'à six mois de plus.

L'IVIG et l'acyclovir ont été efficaces pour réduire la fréquence des récidives génitales du VHS par rapport à la ligne de base.

Cependant, les patients traités par IVIG ont eu une réduction plus frappante de la fréquence des récidives ainsi qu'une durée moyenne plus courte et une gravité mineure des lésions par rapport aux patients traités par acyclovir.

En outre, nous avons trouvé une tendance indiquant IVIG comme étant plus efficace dans la réduction de la charge virale.

Puisque dans les receveurs d'IgIV, nous avons constaté une forte augmentation des lymphocytes du sang périphérique avec le phénotype de surface du tueur naturel (NK), nous suggérons que l'efficacité clinique du traitement IVIG est probablement médiée via l'expansion des populations de cellules NK.

Notre étude indique que le traitement par IVIG est un outil efficace et sûr pour supprimer les récurrences des infections génitales du VHS.

PMID 7759773 [PubMed - indexé pour MEDLINE]

Repost 0
Published by Jean-Pierre LABLANCHY - CHRONIMED - dans Infections froides
commenter cet article
21 janvier 2017 6 21 /01 /janvier /2017 08:09

Infection à Helicobacter pylori et migraine. Ciancarelli I, et al. Céphalée. 2002.

L'étude vise à déterminer si l'infection à Helicobacter pylori (Hp) est responsable de la vulnérabilité au stress oxydatif observé chez les migraineux.

La positivité sérologique Hp a été évaluée par ELISA d'anticorps spécifiques IgA et IgG chez 30 sujets (11 mâles et 19 femmes) souffrant de migraine sans aura pendant la période sans céphalalgie.

L'infection à Hp a été détectée chez 16,7% des migraineux.

L'accumulation plasmatique de substances peroxydantes (TBA-RS), un indice de l'état oxydant systémique, a été augmentée chez les migraineux sans infection Hp par rapport aux témoins (P

Des valeurs non modifiées des concentrations plasmatiques de nitrite / nitrate, l'expression de l'oxyde nitrique systémique (NO), ont été obtenues chez les migraineurs comparativement aux témoins indiquant que l'infection par Hp ne modifie pas l'état oxydatif du plasma et la biodisponibilité systémique du NO des migraineux.

En conclusion, nos résultats ne supportent aucune corrélation spécifique entre l'infection à Hp et la migraine.

PMID 12047462 [PubMed - indexé pour MEDLINE]

Repost 0
Published by Jean-Pierre LABLANCHY - CHRONIMED - dans Infections froides
commenter cet article
20 janvier 2017 5 20 /01 /janvier /2017 07:25

Des pesticides dans nos tisanes !

Alors que, par précaution, Kusmi Tea retire sa camomille du marché, retour sur les soupçons de contamination pesant sur les thés et autres infusions.

Selon une enquête de 60 millions de consommateurs, les thés noirs sont moins susceptibles que les verts de contenir des résidus nocifs.

Coup de grisou chez Kusmi Tea, la maison des thés aux couleurs acidulées, chouchou des fashionistas et des bourgeois-bohèmes en quête de zen. Mardi 17 janvier, l'association de consommateurs allemande Warentest a publié dans son journal les pré-résultats de tests effectués sur un lot de camomille Kusmi Tea et émis un avis d'alerte dû à une concentration importante d'alcaloïdes pyrrolizidiniques.

Cette substance est considérée comme cancérigène et peut provoquer des intoxications hépatiques.

Les alcaloïdes ne sont pas nocifs dès lors qu'une personne adulte de 60 kilos en consomme 0,42 microgramme/jour.

Or d'après Warentest, un seul sachet de camomille contient 161 microgrammes, soit 380 fois plus que la dose à partir de laquelle cette substance pourrait être nocive sur la santé.

Contacté par Le Point, le directeur général de Kusmi Tea France, Arnaud Fleury, tient à préciser que « les alcaloïdes détectés dans la camomille sont présents naturellement dans de nombreuses plantes sauvages récoltées en même temps que la fleur et ne font l'objet, aux dires mêmes de la fondation Warentest, d'aucun seuil maximum légal dans les produits alimentaires.

Il n'existe en effet aucun consensus scientifique sur le taux de nocivité de ces alcaloïdes.

À ce jour, seules des recommandations existent et la camomille Kusmi Tea est bien en deçà du seuil maximal préconisé actuellement au niveau européen par l'Efsa. » Reste que, soucieux de préserver son image et en attendant des détails de l'étude et des analyses qui ont été diligentées, Kusmi Tea France a, par mesure de précaution, immédiatement retiré de la vente les boîtes de camomille actuellement sur le marché européen et sur son site internet.

L'entreprise va saisir l'Efsa afin qu'elle précise les normes à respecter.

La contamination galopante

Cette affaire relance la question sur la présence de substances nocives pour l'organisme dans les tisanes, thés, infusions ou autres herbes médicinales, aux vertus indéniables, rappelons-le.

La culture du thé vert est une grande industrie dans le monde entier. Ses bienfaits ont fait décupler la demande.

Parallèlement, on constate que, d'année en année, de nombreux médias scientifiques publient des rapports concernant la contamination galopante des produits alimentaires de masse dont le thé fait partie. Il faut s'être promené une fois dans certaines plantations de thé de Darjeeling pour comprendre que cette boisson si vertueuse n'est pas dépourvue de cochonneries.

Les travailleurs sont malades.

Les parcelles sont bourrées de pesticides. Il faut compter sept ans au moins pour les décontaminer et espérer obtenir un thé bio.

En 2014, l'Agence canadienne d'inspection des aliments (Acia) a montré que sur dix marques connues de thé – la boisson la plus consommée au monde après l'eau –, cinq contenaient des pesticides dans des proportions dépassant les limites maximales de résidus autorisées, selon la loi sur les produits antiparasitaires.

Deux ans plus tard, ces mêmes produits ont été analysés, au cours d'une émission de télévision, pour aboutir, à peu de choses près, aux mêmes conclusions.

Nos bons vieux sachets Lipton

Cette étude fait écho à celle du magazine 60 millions de consommateurs, menée deux ans plus tôt sur une sélection de trente thés en sachet (thés verts, thés noirs et thés aromatisés) vendus en grande surface.

Les experts s'étaient penchés sur la présence de trace de pesticides, fongicides, métaux lourds (cadmium, mercure), matières radioactives, ainsi que sur la richesse des antioxydants, argument de vente n° 1, pas toujours légitime, des maisons de thé.

Les fous de thé ont froncé les sourcils en découvrant que Le Palais des thés, auréolé d'un bon score, se retrouvait sur la même marche du podium que nos bons vieux sachets Lipton.

Ce n'était pas de leurs vertus gustatives dont il était question, mais de leur qualité sanitaire et, si elles étaient honorables, elles ne faisaient pas rêver.

Dans la catégorie thés verts,

Bjorg équitable (thé vert de Ceylan Bio),

Destination (thé vert bio nature) et Lipton (thé vert nature,

Rainforest alliance) occupent les trois première marches du podium.

Les thés noirs sont représentés par Mieux Vivre (Auchan, thé noir bio), Monoprix (thé royal Ceylan) Lipton (Yellow label tea).

Enfin, pour les thés Earl Grey, Jardin Bio, marque équitable labellisée Max Havelaar, remporte le pompon.

Ce banc d'essai fait ressortir plusieurs choses. Les thés les plus respectables sont les thés noirs : plus de la moitié d'entre eux ne recèlent aucun pesticide et, dans le peloton de queue, l'Escale équitable en contient 4, ce qui resterait acceptable selon le magazine.

Les thés verts, en revanche, peuvent mieux faire : de 0 pour les 5 thés en tête du classement à 11 molécules indésirables dans le Leader Price.

Quant aux Earl Grey, ils s'en sortent correctement : la moitié d'entre eux ont montré patte blanche.

Et l'emballage ?

Un banc d'essai ne peut pas être exhaustif, mais on regrette toutefois l'absence des grands noms du thé, Mariage Frères, Dammann Frères, Kusmi Tea ou Compagnie coloniale.

Ceci étant, il a eu une fonction éducative. À la suite de l'enquête qui a montré la présence dans ses thés de fongicides dix fois supérieur à la limite autorisée, la marque Alter Eco a procédé à une contre-expertise dans les sols, sur les feuilles de thé et sur le traitement des théiers dans sa coopérative en Inde, mais n'a rien trouvé.

Un test sur l'emballage a révélé que la présence de ces fongicides provenait de l'encre utilisée sur les sachets.

Alter Eco a changé d'encre.

De nombreux thés verts sont empaquetés dans des emballages non-hermétiques.

Certains revendeurs les présentent en rayon directement dans les cartons en papier recyclé, source de pollution à l'huile minérale.

Au final, seulement une petite quantité de thés provient de plantations jouissant d'un savoir ancestral et de pratiques équitables, excellence qui se répercute sur les prix.

PAR NATHALIE LAMOUREUX Publié le 19/01/2017 Le Point.fr

Repost 0
Published by Jean-Pierre LABLANCHY - CHRONIMED - dans Nutrition
commenter cet article
19 janvier 2017 4 19 /01 /janvier /2017 09:30

http://www.cancero.net/index.php STRESS, COPING et ESPOIR (première partie)

Par le Dr Jean-Pierre Mérel (CHU de Montpellier)

Stress, coping, and hope Folkman S

Psychooncology. 2010 ; 19(9):901-8

Le concept d'espoir, comme stimulant des stratégies d'adaptation, est supposé jouer un rôle thérapeutique, dans le champ de la Psychologie Positive, pour les patients sévèrement malades et leurs proches.

Il est encore fréquemment pris en compte aujourd'hui en recherche psycho-oncologique mais ses définitions sont multiples.

Aussi nous est-il apparu utile de relire le très intéressant article de Susan Folkman (2010) qui vise à approfondir ce concept à la lumière de la "théorie du stress et du faire face" (stress and coping theory).

Celle-ci soutient que le stress est contextuel, c'est-à-dire qu'il suppose une interaction entre un sujet et son environnement, et qu'il s'agit d'un processus, ce qui implique des changements dans la durée.

Il se définit comme une situation qui est appréhendée (évaluation) par l'individu comme ayant des implications (significations) personnelles conduisant à des exigences qui dépassent les ressources pour y faire face. -

L'EVALUATION PRIMAIRE : correspond à la signification particulière de la situation pour un sujet donné : elle dépend de ses croyances, de ses valeurs et de ses objectifs. -

L'EVALUATION SECONDAIRE : réfère aux options possibles pour faire face qui dépendent de la situation (quelles possibilités ?) et par les compétences personnelles du sujet (physiques, psychiques, matérielles, spirituelles). De cette double évaluation découle la perception singulière pour chaque sujet de la situation, comme perte ou comme dommage, comme défi (challenge) ou comme menace.

LE COPING (FAIRE FACE) : fait référence aux pensées et aux comportements mis en oeuvre pour gérer les pressions internes et externes générées par une situation stressante. - Il peut être centré sur le problème (CCP), visant à le résoudre par l'élaboration de projets, de stratégies (information par ex.) et donc à la prise de décisions. - Il peut être centré sur les émotions (CCE), visant à réguler les conséquences émotionnelles négatives du stress par des stratégies comme la distanciation, l'évitement ou la recherche de soutien. - Il peut être centré sur la signification (CCS), visant à réguler les émotions positives qui paradoxalement peuvent se manifester en cas de stress intense en aidant par exemple à transformer une menace en défi, soutenant les valeurs et croyances dans la réévaluation des buts poursuivis, le re-centrement des forces acquises par l'expérience vitale, la redéfinition des priorités.

Ces 3 modes oeuvrent ensemble, de telle sorte que la régulation émotionnelle (CCE) permette au sujet de se concentrer sur une prise de décision (CCP) qui est sous-tendue par l'évaluation des valeurs et des objectifs (CCS). -

L'ESPOIR a été défini de multiples façons : aspiration à l'amélioration d'une difficulté majeure en psychologie, état de motivation positif à atteindre un objectif, ou vertu, entre foi et charité en théologie.

Dans le domaine des soins, il lui est attribué une dimension d'ÊTRE (capacité personnelle d'être positif en toute circonstance), de FAIRE (capacité pragmatique de se fixer des buts concrets) et d'ANTICIPER (des possibilités futures).

L'espoir partage de multiples caractéristiques avec le stress : il est comme lui contextuel, dépend d'une évaluation personnelle, connait des fluctuations. Il comprend une dimension cognitive (information, objectifs), il génère une énergie exprimée en terme de "désir" ou de "volonté".

Il s'accompagne d'une coloration émotionnelle à la fois positive et négative (dans la mesure où ce qui est espéré peut ne pas advenir).

Pour beaucoup, il est ancré dans la religion ou la spiritualité ce qui conduit alors à l'assimiler à la foi. Date de publication : 16 Janvier 2017

STRESS, COPING et ESPOIR (deuxième partie)

Par le Dr Jean-Pierre Mérel (CHU de Montpellier)

Stress, coping, and hope Folkman S Psychooncology. 2010 ; 19(9):901-8

COPING et ESPOIR sont dans une INTERDEPENDANCE DYNAMIQUE, la reviviscence de l'espoir dans les situations de stress grave dépend en partie des processus cognitifs du coping et, à l'inverse faire face dépend de la capacité de maintenir l'espoir.

Cette interdépendance prend des aspects très divers selon la maladie, les caractéristiques du patient comme l'âge, l'état de santé, l'accès aux soins, le soutien familial et social, les ressources physiques, psychologiques, économiques ou spirituelles.

Mais certains mécanismes d'adaptation se retrouvent chez la majorité des malades atteints de maladie grave et chez leurs proches : ce sont par exemple l'adaptation à l'incertitude et la prise en compte d'une réalité changeante. -

FAIRE FACE à L'INCERTITUDE s'impose chaque fois qu'un patient est informé du diagnostic de maladie cancéreuse ou de sa progression. La réponse peut faire appel à des stratégies centrées sur l'émotion comme la minimisation ou l'évitement.

Mais la plus typique est de rechercher des éléments d'évaluation qui vont prendre la forme de probabilités statistiques associées aux options thérapeutiques, à la nature de la maladie, à son pronostic, "chances" dont l'estimation invite à l'espoir et que le sujet va tenter de majorer en recourant à des rationalisations diverses comme trouver des raisons personnelles ou circonstancielles pour lesquelles les statistiques négatives ne s'appliquent pas à lui. Ce qui peut conduire à une certaine -

DISTORSION de la REALITE : celle-ci prend la forme habituelle du déni, rarement total (déni du diagnostic) et alors non durable, le plus souvent partiel concernant les conséquences de l'information et non l'information elle-même. S'il n'est pas souhaitable que le médecin facilite le déni et encore moins le suscite, ce dernier apparaît comme une défense temporairement utile qu'il faut savoir respecter. -

GERER L'INCERTITUDE dans la DUREE constitue un défi pour soutenir l'espoir et faire face à une réalité qui évolue (rechutes, métastases). Reconnaître les changements, faire le deuil de certains espoirs ne signifie pas perdre tout espoir. Il peut exister une "réserve d'espoir" basée sur la foi, les dispositions personnelles ou l'expérience passée qui permette la révision nécessaire des objectifs quand la réalité l'exige et l'identification de nouveaux buts, plus réalistes et porteurs de sens. La qualité de la relation avec le médecin peut faciliter ce processus essentiel du coping centré sur la signification. Certains patients échouent dans cette révision, d'autres s'y refusent. Mais ce qui sous-tend le rôle important attribué par l'auteur à la révision des objectifs comme processus de faire face à la réalité qui change, c'est l'idée qu'un nouvel objectif donne un support à l'espoir. Il est donc utile d'interroger les objectifs des patients et en particulier, au-delà des plus concrets (ex: "voir naître mon petit-fils"), leurs objectifs plus élevés (ex: "être en paix avec moi-même, maintenir ma dignité") qui constituent le fondement de l'espoir et le moteur du faire-face. Date de publication : 16 Janvier 2017

Repost 0
Published by Jean-Pierre LABLANCHY - CHRONIMED - dans Concept
commenter cet article
19 janvier 2017 4 19 /01 /janvier /2017 09:01

L'inhibition de l'autophagie remédie à de multiples mécanismes de résistance à l'inhibition de BRAF dans les tumeurs cérébrales.

Mulcahy Levy JM, et al. Elife. 2017.

Les inhibiteurs de la kinase sont des thérapies efficaces contre le cancer, mais les tumeurs développent fréquemment une résistance.

Les stratégies actuelles pour contourner la résistance visent les voies identiques ou parallèles.

Nous rapportons ici que le ciblage d'un processus complètement différent, l'autophagie, peut surmonter plusieurs mécanismes de résistance BRAF inhibiteur dans les tumeurs cérébrales.

BRAF (V600E) : les mutations se produisent dans de nombreuses tumeurs cérébrales pédiatriques.

Nous avons signalé précédemment que ces tumeurs sont dépendantes de l'autophagie et qu'un patient a été traité avec succès avec l'inhibiteur d'autophagie chloroquine après échec de l'inhibiteur BRAF (V600E) vemurafenib, ce qui suggère une inhibition autophagie a surmonté la résistance à l'inhibiteur de la kinase.

Nous avons testé cette hypothèse dans les tumeurs cérébrales résistantes au vemurafenib. L'inhibition de l'autophagie génétique et pharmacologique a surmonté les mécanismes de résistance moléculairement distincts, inhibé la croissance des cellules tumorales et augmenté la mort cellulaire.

Les patients ayant une résistance ont eu des réponses cliniques favorables lorsque la chloroquine a été ajoutée au vemurafenib.

Ceci fournit une stratégie fondamentalement différente pour contourner de multiples mécanismes de résistance aux inhibiteurs de la kinase qui pourraient être rapidement testés dans des essais cliniques chez des patients souffrant de tumeurs cérébrales BRAF (V600E).

PMID 28094001 [PubMed - en cours]

Repost 0
Published by Jean-Pierre LABLANCHY - CHRONIMED - dans Concept
commenter cet article
19 janvier 2017 4 19 /01 /janvier /2017 08:16

Test moléculaire de lésions pré-malignes dans la cytologie cervicale à base liquide et test de l'ADN cellulaire libre circulant à partir d'urine, à l'aide d'un panel de virus de papilloma humains méthylés et des gènes hôtes.

Guerrero-Preston R, et al. Cancer Précédent Res (Phila). 2016.

Les outils moléculaires cliniquement utiles pour tester les femmes pour une biopsie lors du renvoi à la colposcopie ne sont pas disponibles.

Nous avons cherché à mettre au point un panel moléculaire pour détecter les lésions de grade 2 ou supérieures (CIN2) chez les femmes présentant une cytologie cervicale anormale et un HPV à haut risque (VPH +) pour détecter les néoplasies intraépithéliales cervicales (CIN).

Nous avons testé un panel de biomarqueurs dans l'ADN de l'épithélium cervical obtenu auprès de 211 femmes évaluées dans une clinique de cancer du col du Chili de 2006 à 2008.

Les résultats ont été vérifiés dans une cohorte prospective de 107 femmes évaluées dans une clinique à haut risque à Puerto Rico de 2013 à 2015

La méthylation des ZNF516, FKBP6 et INTS1 a permis de discriminer les échantillons de brosses cervicales avec des lésions CIN2 (+) provenant d'échantillons sans lésions intraépithéliales ou malignité (NILM) avec une sensibilité de 90%, 88,9% de spécificité, 0,94 zone sous la courbe (ASC), 93,1 %

De la valeur prédictive positive (VPP) et 84,2% de la valeur prédictive négative (VPN). Les résultats du panel ont été vérifiés dans des échantillons de cytologie cervicale à base liquide provenant d'une cohorte indépendante avec une sensibilité de 90,9%, une spécificité de 60,9%, une ASC de 0,90, une VPP de 52,6% et une VAN de 93,3% après addition de la méthylation de HPV16-L1.

Des résultats de séquençage de la prochaine génération ont permis d'utiliser des cellules en culture HPV (+) et de l'ADN cellulaire sans circulation d'urine (ccfDNA) pour concevoir des essais cliniques réalisables dans un sous-groupe (n = 40) de plasma apparié (AUC = 0,81) et d'urine (AUC = 0,86) échantillons de ccfDNA obtenus à partir de la cohorte prospective.

Les panels de méthylation de l'ADN virale et de l'hôte peuvent être testés en cytologie liquide et en urine ccfADN chez des femmes en référence à la colposcopie, pour trier les lésions CIN2 (+) pour la biopsie et pour informer les algorithmes de dépistage personnalisés

Cancer Précédent Rés; 9 (12); 915-24. © 2016 AACR. © 2016 Association américaine pour le cancer

Repost 0
Published by Jean-Pierre LABLANCHY - CHRONIMED - dans Concept
commenter cet article
19 janvier 2017 4 19 /01 /janvier /2017 07:59

Une "superbactérie" a causé la mort d'une femme aux Etats-Unis.

Des chercheurs s'inquiètent d'une sous-estimation de l'évolution de ces bactéries résistantes aux antibiotiques.

Les Centres américains de contrôle des maladies (CDC) ont révélé vendredi 13 janvier 2017 le décès d'une femme infectée par une bactérie résistante aux antibiotiques.

Résidant dans le Nevada, la septuagénaire a succombé à un choc septique en septembre 2016.

Elle aurait été infectée lors d'un voyage en Inde où elle était restée longtemps hospitalisée pour une fracture de la jambe.

C'est la bactérie Klebsiella pneumoniae, ou bacille de Friedländer, qui a été isolée dans la blessure de la patiente.

Naturellement présente dans le tube digestif et les voies aériennes supérieures de l'homme et des animaux, mais également dans l'eau, les sols ou la poussière, cette entérobactérie est dite "opportuniste" en ce qu'elle peut déclencher, chez des sujets fragiles (patients âgés, hospitalisés, personnes diabétiques...) des infections des voies respiratoires.

Klebsiella pneumoniae est ainsi à l'origine de nombreuses infections nosocomiales.

La résistance aux antibiotiques développée par cette bactérie n'a cessé d'évoluer ces dernières années (cf. graphique ci-dessous).

Toutefois, la souche en cause dans ce décès ne présentait pas le gène MCR-1 de résistance à la collistine, un antibiotique de dernier recours.

Ce gène parfois dit de "super-résistance" inquiète tout particulièrement, car les bactéries porteuses sont en mesure de transmettre à d'autres bactéries cette super résistance.

Une telle super-bactérie avait été détectée pour la première fois aux Etats-Unis en mai 2016, chez une femme de 49 ans qui avait toutefois survécu, son infection ayant fini par réagir à un antimicrobien.

L'annonce de ce décès par les autorités sanitaires américaines intervient à quelques jours de la publication d'une étude dans les PNAS (la revue des Comptes rendus de l'Académie des sciences américaine) qui révèle qu'une famille de bactéries résistantes, les entérobactérie carbapénème résistante (CRE), se répand plus largement et de façon plus insidieuse que ce que l'on croyait jusqu'à présent.

Ces bactéries, dont fait partie Klebsiella pneumoniae, se caractérisent par leur résistance à une classe d'antibiotiques puissants, les carbapénèmes. Les chercheurs de l'Ecole de santé publique de l'université Harvard ont ainsi étudié les CRE ayant causé des décès dans quatre hôpitaux américains (région de Boston et en Californie).

En décryptant le génome de 250 échantillons, ils sont tombés sur une variété d'espèces qu'ils ne soupçonnaient pas.

Surtout, ils ont établi qu'une large variété de caractéristiques génétiques permettait aux CRE de résister aux antibiotiques ; et que ces profils génétiques pouvaient se transmettre facilement d'une espèce de CRE à l'autre.

De sorte que, selon les chercheurs, ces bactéries pourraient s'être répandues bien plus largement, se transmettant notamment d'une personne asymptomatique à une autre.

"Alors qu'on s'est concentré jusqu'à présent sur les patients atteints d'infection causée par des CRE, nos travaux suggèrent que ce type de bactéries résistantes se propage au-delà des cas évidents d'infection.

Nous devons être plus attentifs à cette transmission non observée dans nos communautés et nos établissements de santé si nous voulons la stopper", alerte William Hanage, professeur d'épidémiologie à l'Ecole de santé publique Harvard.

Les chercheurs appellent à une surveillance génomique renforcée de cette famille de bactérie. Le cas de l'Américaine décédée en septembre ne saurait leur donner tort.

L'ère post-antibiotique redoutée En effet, ce dernier cas intensifie les craintes d'une perte d'efficacité des antibiotiques qui rendrait très dangereuses des infections aujourd'hui bénignes.

La bactérie Klebsiella pneumoniae "est considérée par quasiment toutes les instances sanitaires y compris l'Organisation mondiale de la santé, comme 'une menace urgente pour la santé humaine'", a noté dans un communiqué le professeur Nick Thomson, directeur du groupe de génomique bactérienne au Wellcome Trust Sanger Institute au Royaume-Uni, en réaction au cas signalé aux Etats-Unis.

Cet expert relève que la grande fréquence des voyages internationaux et la mauvaise qualité des traitements dans certains pays ont facilité la diffusion de cet agent pathogène aux Etats-Unis.

L'OMS a averti que le phénomène de résistance aux antibiotiques représentait "un immense danger" et que, si rien n'était fait, la planète se dirigeait vers une "ère post-antibiotique, dans laquelle les infections courantes pourront recommencer à tuer".

En 2016, le gouvernement britannique estimait qu'en l'absence de mesures pour arrêter la résistance aux antibiotiques, 10 millions de personnes par an pourraient décéder d'infections par ces bactéries d'ici 2050, soit plus que les morts par cancer.

Repost 0
Published by Jean-Pierre LABLANCHY - CHRONIMED - dans Infections froides
commenter cet article