Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
5 février 2017 7 05 /02 /février /2017 15:33

VIH: L'extrait de racine de géranium, un antiviral puissant par seroposition

Les extraits de racine de géranium, "la fleur balcon ", sont en mesure d'inactiver le virus de l'immunodéficience humaine.

Qui aurait pensé que l'une des plantes à fleurs les plus populaires qui ornent la plupart des balcons et les rebords de fenêtres des maisons puissent être également une arme efficace contre le VIH de type1.

Ce sont les chercheurs allemands Helmholtz Zentrum München et Ruth Brack-Werner de l'intitut de virologie et le Professeur Philippe Schmitt - Kopplin de l'Unité de Recherche Analytique Biogéochimique (BGC) qui ont soumis à de nombreux tests des extraits de racine du Pelargonium sidoides ( un type de géranium )montrant que ces extraits attaquent les particules du vih1 et en empêchent la réplication

Et pas seulement. Ces extraits sont capables de protéger le sang et les cellules immunitaires de l'infection. L'étude a été publiée sur PLoS One.

Les analyses chimiques effectuées en laboratoire ont révélé que l'effet antiviral des extraits de PS est médiée par les polyphénols.

Ces substances, isolées de l' extrait brut, ont montré être moins toxique et très efficace dans l'action antivirale.

Le sidoide de géranium est déjà connu en Allemagne pour son utilisation dans la médecine à base de plantes, dont des extraits sont utilisés pour réduire les symptômes de la bronchite chronique .

" Les extraits de PS sont une option très prometteuse pour le développement du premier phytomédicament scientifiquement validé contre le VIH - 1 - explique le Dr Brack -Werner -

Ces extraits attaquent le VIH-1 avec un mode d'action qui est différent de tous les autres médicaments utilisés dans la pratique clinique contre le VIH -1 ".

" Ainsi, un phytomédicament basé sur le PS peut être un complément précieux aux thérapies anti-VIH existantes- ajoute Brack -Werner -

En outre, les extraits de PS sont des candidats intéressants pour élargir les options thérapeutiques anti VIH - 1 en ressources ilimitées car ils sont faciles à produire et ne nécessitent pas de réfrigération.

Les résultats de notre étude et la sécurité prouvée des extraits de PS encouragent les essais ". Le géranium pourrait donc devenir plus qu'une simple fleur d'ornement, mais un véritable traitement contre une pathologie qui concerne plus de 35 millions de personnes dans le monde. Les chercheurs allemands pensent que de l'étape du laboratoire à l'homme doit être effectuée au plus vite, parce que des millions d'êtres humains qui attendent une réponse de la recherche ne peuvent attendre plus longtemps.

Repost 0
Published by Jean-Pierre LABLANCHY - CHRONIMED - dans Infections froides
commenter cet article
5 février 2017 7 05 /02 /février /2017 15:20

« L’HORRIBLE VÉRITÉ SUR LES MÉDICAMENTS ANTICHOLESTÉROL » Livre :

L'horrible vérité sur les médicaments anticholestérol Disponible sur Amazon

C’est le titre de mon prochain livre.

C’est un copain de raid en Ubaye qui a trouvé ce titre ! Merci Philippe ! Il y a un sous-titre :

« Comment les statines empoisonnent en silence »

Écrit en moins de trois mois ; mais peut-être le meilleur et le plus accessible de mes livres.

Vous y trouverez l’essentiel des effets toxiques de ces médicaments ; selon les critères scientifiques les meilleurs…

Bien sûr ! Finalement, il y a beaucoup de données ; beaucoup plus qu’on aurait pu le croire sur la base de ce qui est admis par les industriels, leurs complices rémunérés (avec ou sans blouse blanche) et les Agences Sanitaires !

Certains vont penser que ces titres sont des exagérations d’une réalité plus maussade ; hélas, non, nous sommes réellement dans l’horreur ! Plus que ce que je croyais !

Pour bien comprendre, il faut une grille de lecture ; dès qu’on l’a, chacun peut faire le travail soi-même et, sans doute, découvrir encore plus ; car je ne prétends pas avoir été exhaustif. Je vous demande donc, à tous et à chacun, d’apporter votre pierre à l’édifice !

Une fois la démarche comprise, je vous demande d’apporter vos témoignages.

Vous œuvrez ainsi pour l’humanité car, malheureusement, je doute que les Autorités le fassent ne serait-ce qu’un peu ; et encore moins les industriels ; sans parler de leurs inénarrables complices rémunérés qui ne manqueront pas d’accuser ce livre d’être criminel sous prétexte que des patients pourraient décéder à la suite de l’arrêt de leur statine.

On a déjà entendu ça, mais les données scientifiques disent autre chose ! Je réponds donc à l’avance (et en scientifique) à ces « maîtres-chanteurs » de la peur ; chaque lecteur de mon livre pourra en faire autant ; et aussi aider son médecin à prendre les bonnes décisions.

MERCI d’avance Partager : Email Facebook Twitter Cette entrée a été publiée dans ANTICHOLESTÉROL INJECTABLE, ARYTHMIES CARDIAQUES, CANCERS, CHOLESTÉROL, CHOLESTÉROL ET CANCER, CHOLESTÉROL ET CERVEAU, CHOLESTÉROL ET DIABÈTE, CHOLESTÉROL ET STATINES, CHOLESTÉROL ET VIE SEXUELLE, DIABÈTE, ETHIQUE ET TRANSPARENCE, FIBRILLATION AURICULAIRE, HORMONES SEXUELLES, JUPITER, et marquée avec athérosclérose, cancers, cardiovasculaires, cerveau, cholestérol, coeur, Diabète, essais cliniques, expert, industrie, JUPITER, livre, mortalité, prévention, statines, le 10 août 2015 par Michel de Lorgeril. Ces articles peuvent également vous intéresser : MON DERNIER LIVRE "PREVENIR L'INFARCTUS ET L'ACCIDENT VASCULAIRE CEREBRAL" Disponible sur Amazon CE NOUVEAU LIVRE SERA DANS LES LIBRAIRIES EN DÉCE ... NOUVEAU LIVRE SUR LE CHOLESTÉROL ET LES STATINES CHOLESTEROL, MENSONGES ET PROPAGANDE est le titre de mon nouveau livre à paraître en s ... JE SERAI EN DIRECT SUR RADIO FRANCE INTERNATIONALE LE MARDI 12 MARS ENTRE 10:00 ET 11:00, HEURES DE LA FRANCE Suite à la sortie de la nouvelle version de mon livre "Cholestérol, mensonges et propa ... SORTIE DE NOTRE NOUVEAU LIVRE SUR L'ALIMENTATION MÉDITERRANÉENNE Janvier 2015 : nous publions un nouveau livre aux Éditions Terre Vivante (une maison d ... VIDEOS POUR ILLUSTRER LE LIVRE "PRÉVENIR L'INFARCTUS ET L'AVC" Pour ceux qui aiment les images et les "discours" plutôt que lire un bon bouquin, voic ... Navigation des articles← Comment échapper aux cancers, et aussi aux nouveaux traitements anticancer ?Les programmes télévisuels sont-ils utiles à l’émergence des évidences en médecine ? → 427 réflexions au sujet de « « L’horrible vérité sur les médicaments anticholestérol » » Ottello 9 décembre 2015 à 13:58 Bonjour, J’ai lu tous vos livres sur le cholestérol. J’ai 67 ans et 2,86 à 3g/l de Chol total dont 1,90 de LDL et je m’en fiche totalement car j’ai bien compris l’innocence du cholestérol, surtout avec un régime maigre, de l’activité physique et non fumeur sans HTA et sans surpoids. J’ai arrêté Crestor il y a 4 ans mais le mal était fait sur les tendons et les coiffes des rotateurs des 2 épaules ! Dans la fameuse émission sur France 5, le Dr Giral a déclaré : « … le cholestérol traverse la paroi des artères pour alimenter les tissus … » J’aimerais beaucoup votre commentaire sur ce dire. Merci et grandes félicitations et reconnaissance à vous. Michel de Lorgeril Michel de Lorgeril Auteur de l’article 9 décembre 2015 à 16:11 En réponse à : Ottello « … le cholestérol traverse la paroi des artères pour alimenter les tissus … » Je suppose que ce brave et brillant « acteur » du système spectaculaire voulait dire (mais je n’en suis pas sûr vu le niveau des débats…) que le cholestérol transporté dans les lipoprotéines de la circulation sanguine sert à couvrir les besoins des cellules et tissus. Au niveau du cerveau, ça ne marche pas. Lisez vite ou relisez « L’Horrible vérité… » où c’est expliqué. Pour arriver à ses fins (ailleurs que dans le cerveau), ce cholestérol circulant ne traverse évidemment pas la paroi de l’artère ; comme tous les nutriments circulants, il est délivré aux tissus via les capillaires, c’est-à-dire les tout petits vaisseaux sanguins traversant nos tissus, là où l’épaisseur vasculaire se réduit à une seule couche (endothéliale) de cellules. La pénétration du cholestérol (et de bien d’autres nutriments transportés par la lipoprotéine) dans la cellule réceptrice se fait via un récepteur des lipoprotéines, une grosse protéine qui doit être « normale » pour que l’échange se produise de façon satisfaisante et que la cellule réceptrice soit heureuse de tous ces petits cadeaux. Si le récepteur ou la lipoprotéine est « anormal », l’échange se produit mal et la cellule est mal nourrie… (la suite au prochain numéro…) L’impétrant (pensant que son auditoire est simplet) voulait (j’espère) sans doute simplifier son propos… Pas sûr… Loiseau 17 janvier 2016 à 17:49 Après 30 ans de statines à plus fortes doses, due à mon hypercholestérolémie (comme disent ceux qui disent savoir la vérité sur le méchant cholestérol), cela fait maintenant 2 ans que j’ai arrêté (44 ans) et je m’en porte que mieux. Merci à vous Dr Lorgeril, qui m’avez ouvert les yeux. Seul reproche serait de ne pas vous avoir découvert plus tôt. Ceci dit, si j’ai bien compris que le cholestérol n’est pas coupable, mais que bien au contraire il est mon ami… je pense avoir malgré tout compris que le fort taux de LDL (utilisé pour culpabilisé le cholestérol aujourd’hui) reste un problème. Que ce fort taux de LDL est un réel problème pour les cas les plus extrêmes, dont la seule solution serait (si je ne dit pas de bêtise, n’étant pas médecin et ayant lu vos livres avec une grande attention, celle d’un profane) un renouvellement sanguin. Maintenant, je me pose deux questions: - Après toute ces années, je n’ai rien décelé (chance pour moi, dans la mesure où rien ne viendra se déclarer dans un futur plus ou moins proche) comme effets pervers des statines. Une chose malgré tout… Il m’arrive de façon épisodique (1 à 2 fois par mois environ en moyenne), d’avoir les quelques symptômes suivants: - Tâche noire couvrant 80% de l’œil gauche pendant 2 mins avant de se résorbée - Vertiges accompagnés d’un problème de vue… qui dans les dernières fois se traduisaient par une sorte de Nystagmus (mouvement des yeux incontrôlé à l’horizontal dans mon cas) pendant 2 mins. Après une visites chez l’ophtalmologue, bilan… Rien. Ouf. Du coup visite chez le Neurologue…. suite à une IRM cérébrale… Rien… ouf ! Quoique, si mon Neurologue me dit ne rien trouver, le protocole de l’IRM mentionne un kyste du Septum Pellucidum. Apparemment rien de grave puisque le neurologue ne l’a pas mentionné verbalement lors de ma visite et m’a conseiller d’aller, maintenant, voir un ORL (Ok pour les pertes d’équilibre, mais je ne vois pas en quoi cela va expliquer les mouvements des yeux incontrôlés) Questions donc, si vous me le permettez: - Pensez-vous que les Statines auraient pu provoquer ce kyste? - Est-il si anodin que cela? (sur internet, il semble transpirer que si les neurologues ne considère pas ce type de kyste comme important, c’est principalement parce qu’ils n’en connaissent rien qu’en à leur effets potentiels) Sachant que si le cholestérol est mon ami, le fort taux de LDL non… et que cela peut éventuellement dégénéré dans des problèmes sérieux sur la durée. Ne voyant pas vraiment d’alternatives pour me protéger de cela, j’ai beaucoup chercher… et je suis tombé sur le Tibétane ou Padma 28 (qui semblent protéger contre la formation de plaques d’athérome mais également les supprimer au bout de deux mois !) - Qu’en pensez-vous? http://www.micheldogna.fr/tibetane-article-6-19-281.html http://www.nutranews.org/sujet.pl?id=356 Soit cela ne sert à rien…. mais si pas, je me disais que transmettre cette information à d’autres pourraient en aider plus d’un. Bien à vous Michel de Lorgeril Michel de Lorgeril Auteur de l’article 17 janvier 2016 à 21:11 En réponse à : Loiseau Ceci n’est pas une consultation. Je ne me risquerais à aucun commentaire sur votre cas particulier ; les manifestations oculaires notamment ; j’espère qu’on a exploré le axes carotidiens et vertébraux et qu’on a recherché l’existence d’arythmies auriculaires asymptomatiques (type fibrillation auriculaire). Parlez-en à votre médecin ; c’est ce que votre cas (sur la base de ce que vous me dites) m’évoque… Quant aux recettes tibétaines, désolé, nous sortons de mon champ de compétence… Pas un mot de plus ! Bon vent, matelot nag 17 janvier 2016 à 22:49 En réponse à : Loiseau Cher blogueur Alternatif, pour alternatif , va voir à coté ….chez Laurent, qui aime aussi le « pinard »dans le bon sens du terme , et qui soigne avec des produits disponibles. Car si on conçois la rigidification des artères (comme notre hote à qui je souhaite la bonne année 2016 ) comme une sorte de cancérisation de l’endothélium ! Alors…….. http://www.cancer-et-metabolisme.fr/le-traitement/ ça peux faire effet en 6 semaines cordialement Michel de Lorgeril Michel de Lorgeril Auteur de l’article 18 janvier 2016 à 10:22 En réponse à : nag Alternatif ou complémentaire. Nous avons, collectivement (notre prochaine Association l’illustrera), un regard bienveillant vis-à-vis de toutes les thérapies dites complémentaires du moment qu’elles sont clairement documentées et expliquées via un médias adéquate. Scientifiques rigides et stricts, et indépendants ; mais aussi bienveillants ! nag 20 janvier 2016 à 22:43 Bonsoir , A propos de l’effet anti …inflammatoire de la composante alcool dans le vin rouge, outre les polyphenols ! J’ose un parallèle avec le naltrexone, qui est prescrite a dose maximale de 50 mg https://www.vidal.fr/substances/15266/naltrexone/ Dans la SEP sclérose en plaque , ou la maladie de chron elles prescrite a moins de 1/10 de dose , 4.5 mg. Pour son effet anti inflammatoire qui est expliqué sur ce site http://www.autism.com/trans_french_ARRIV20No22006LDN et en retournant a sa prescription par Laurent SWARTZ et son equipe dingenieurs atypiques , son collegue Iranien + les dix mille souris iraniennes ( non voilées) testées avec 1- Naltrexone qui bloque l’entrée du glucose dans la cellule 2-le regime cetonique qui diminue les féculents et la disponibilité du glucose 3-l’acide alpha lipoique( qui est un turbo pro oxidant notemment de la vitamine C, E et du glutathion ) et l’hydroxy citrate ( donné habituellement pour maigrir) agirait au niveau de la mitochondrie pour « bruler » ( exercice etc ..) au detriment de la synthese (cancerisation) le 1 et 2 nous intéressent ici qui tendent a occuper ou priver les recepteurs opioides ( glucose, drogues etc…) ce qui oblige selon le site http://www.autism.com/trans_french_ARRIV20No22006LDN , l’organisme a fournir le lendemain des endorphines et/ou cytokines….ANTI INFLAMMATOIRES cequi expliquerait 1-l’irritabilité quand je prescris un regime sans gluten , sans sucres et sans féculents à mes patients 2- l’effet de la Metformine dans l’alzheimer, et autre pathologie anti inflammatoires ( Laurent s’aprete a en donner des tonnes aux cancéreux….. 3-l’irritabilité quand on donne la naltrexone même a faible dose et pas qu’aux alcooliques 4-la gueule de bois des lendemain de prise d’alcool donc la gueule de bois est signe que le corps reagira en produisant les endorphines /cytokines …à effet bénéfique Cordialement….hips alors …allez savoir à quoi ? Michel de Lorgeril Michel de Lorgeril Auteur de l’article 21 janvier 2016 à 17:15 En réponse à : nag Intéressant. Merci. nag 22 janvier 2016 à 13:05 En réponse à : Michel de Lorgeril une thèse encore plus éloquante sur le sujet http://www.cancer-et-metabolisme.fr/these-diplome-detat-docteur-en-medecine-ludivine-buhler/ Commentaires : page 12 sur 12 « Plus anciens...«89101112 Les commentaires sont fermés. CHER VISITEUR DE CE BLOG Ce site n'est pas un lieu de consultation médicale. Ce Blog est bien un outil particulier ! Nous essayons de rendre service à un maximum d'utilisateurs dans cet espace limité, par le temps... RECHERCHE PAR MOTS-CLÉS Recherche pour: LIVRES Livre : L’horrible vérité sur les médicaments anticholestérolLivre : Le nouveau régime méditerranéenLivre : Cholestérol mensonges et propagande - nouvelle édition Livre : Prévenir l’infarctus et l’accident vasculaire cérébralLivre : Dites à votre médecin que le cholestérol est innocent il vous soignera sans médicamentLivre : Le pouvoir des Oméga-3 TWITTER LES DERNIERS COMMENTAIRES Michel de LorgerilMichel de Lorgeril JE SERAI À AIX-LES-BAINS LE 10 MARS 2017 J'aurais une heure seulement ; mais si vous n'avez jamais eu une conférence moderne sur l... Michel de LorgerilMichel de Lorgeril JE SERAI À AIX-LES-BAINS LE 10 MARS 2017 Bordeaux ? C'est en zone civilisée ? A vous d'agir ! Vous pouvez contacter mes amis des &... Reliquet JE SERAI À AIX-LES-BAINS LE 10 MARS 2017 Aix les Bains, vous dites? C'est presque tout près de chez moi, banco!... Michel de LorgerilMichel de Lorgeril LES VACCINS MIRACULEUX DU PROFESSEUR SAN... Bon Dieu ! J'adore : "guerre d’escarmouche aux statinopétrifiés" ! Magnifique ! L... Michel de LorgerilMichel de Lorgeril INFLUENZA… « LASCIA CH&... Vous êtes mignon (ou mignonne) mais je vous serais reconnaissant de bien vouloir lire les messages ... LES ARTICLES Les plus commentésLes plus récents 427 « L’HORRIBLE VÉRITÉ SUR LES MÉDICAMENTS ANTICHOLEST... 370 UN « CRIME SEXUEL » PRESQUE PARFAIT : STATINES CO... 349 STATINES ET CHOLESTEROL : ILLUSIONS SCIENTIFIQUES ET MEDICALES 314 NOUVEAU LIVRE SUR LE CHOLESTÉROL ET LES STATINES 301 SORTIE DE NOTRE NOUVEAU LIVRE SUR L’ALIMENTATION MÉDITERRANÉENN 273 APARTÉ D’ENTRE DEUX SAISONS THÈMES PRÉVENTION DES MALADIES CARDIOVASCULAIRES CHOLESTÉROL CHOLESTÉROL ET VIE SEXUELLE CHOLESTÉROL ET CERVEAU CHOLESTÉROL ET DIABÈTE CHOLESTÉROL ET CANCER CHOLESTÉROL ET STATINES JUPITER NUTRITION DIÈTE MÉDITERRANÉENNE AGRICULTURE ET ALIMENTS « BIO » ALCOOL ET VIN NUTRITION ET IMMUNITÉ ACIDES GRAS OMÉGA-3 OMÉGA-6 POLYPHÉNOLS ET FLAVONOÏDES OBÉSITÉ ET AMAIGRISSEMENT MEDIATOR DIVERS CONFÉRENCES WEB MOTS-CLÉS acide alpha-linolénique acides gras oméga-3 acides gras oméga-6 alcool et vin Alzheimer anthocyanidines athérosclérose AVC biotechnologies cancers cardiovasculaires cerveau cholestérol coeur Diabète diète méditerranéenne e-book ebook essais cliniques expert industrie infarctus du myocarde insuffisance cardiaque JUPITER livre margarine mesurer mortalité Médiator médicaments méta-analyse nutrition PDF phytostérols polyarthrite rhumatoïde polyphenol prévention publications rosuvastatine régime crétois statines tabac Vaccins vidéo vie sexuelle ARCHIVES VIDÉOS NUTRITION Association Nutri-Santé Prévention Editions Thierry Souccar ON THE WEB ! Feuilleter mon livre le DVD sur la vérité Read my e-book WHO'S WHO (RÉSEAU) Dr KOSTUCKI Willy Dr Patricia PACAUT Dr RUEFF Dominique SIGNALER UN BUG Si vous rencontrez un problème technique, vous pouvez utiliser le formulaire dédié à cet usage. Ce faisant, vous contribuez à l'amélioration de ce site et nous vous en remercions. Signaler un bug S’ABONNER Fil des articles Fil des commentaires Gérer vos notifications par email

Repost 0
Published by Jean-Pierre LABLANCHY - CHRONIMED - dans Nutrition
commenter cet article
5 février 2017 7 05 /02 /février /2017 15:09

ALERTE : CONFIRMATION DE LA NEUROTOXICITÉ DES MÉDICAMENTS ANTICHOLESTÉROL !

Lentement mais sûrement, ils « lâchent le morceau » comme disent les policiers…

Bien sûr, ils « freinent des quatre pattes » ; mais finalement ça sort…

Mais, soyons rassurés, il y aura d’autres épisodes !

Pour beaucoup de victimes, ça émerge trop tard ; le mal est fait, hélas ; mais les complices de cette malfaisance n’en ont cure, ils auront fait du business (du petit minable comme du gros) jusqu’au bout de la nuit !

Il faut dire que la stratégie des industriels et de leurs complices est formidablement bien organisée.

Faut dire que pour certains (les vendeurs d’anti-PCSK9) c’est une question de vie ou de mort.

Si nous devons sombrer, pensent-ils, autant avoir tout essayé, même le pire…

Ça passe ou ça casse, dit-on ; seulement voilà, même si ça passait, par ces temps, ça casserait… CQFD !

Ci-dessous le titre d’un article paru en 2016 dans le journal officiel du Collège Américain de Cardiologie (l’équivalent de notre Société Française de Cardiologie) où les auteurs présentent un « state-of-art » (l’état des connaissances) de la supposée toxicité des statines, incluant de façon anecdotique (selon eux) leur neurotoxicité.

Michel de Lorgeril (blog)

Ils nous disent simplement que les données publiées suggérant une neurotoxicité des médicaments anticholestérol (seules les statines sont d’intérêt pour eux dans cet article) sont soit de faible valeur scientifique soit négatives ; et, d’un revers de main ample et capricieux, ils rejettent cette idée absurde (selon eux) que les statines soient toxiques de façon significative.

Cela dit, seuls les naïfs peuvent être trompés. Il suffit de lire la liste des liens d’intérêt de nos auteurs (ci-dessous).

Cette sorte d’experts factices ne devraient pas pouvoir s’exprimer dans des revues supposées rapporter les avis et recommandations officielles de Sociétés Savantes nationales ou internationales, au-dessus de tout soupçon en principe.

Ça nous donne une bonne idée de la valeur (éthique et scientifique) des discours émis par lesdites Sociétés Savantes et autres académies ; là-bas et ici ; complotisme inclus ou pas…

Reste que nous (experts indépendants) devons informer sans relâche ; et contre vents et marées, comme disent les navigateurs. Il faut le répéter encore : ces médicaments sont très toxiques pour le système nerveux et ne servent à rien pour protéger le système cardiovasculaire !

Pourquoi j’insiste aujourd’hui ? Quelque chose de nouveau ? Effectivement, il y a du nouveau. je résume ! Un article de Février 2017 (ci-dessous), publié par des scientifiques américains se prétendant libres de tout lien commercial, rapporte de très mauvaises nouvelles concernant la neurotoxicité de la nouvelle classe de médicament anticholestérol injectables, les anti-PCSK9.

Ils n’ont pas eu accès aux données brutes des essais cliniques qu’ils décrivent et qui sont généralement inaccessibles du fait de « secret industriel ».

Autrement dit, ils analysent sagement des données que les industriels ont bien voulu libérer. A prendre avec prudence ; c’est probablement la pointe de l’iceberg.

Malgré ces restrictions, la neurotoxicité des ces nouveaux médicaments anticholestérol saute aux yeux. Pourtant les 11 études analysées sont de brève durée (entre 6 mois et 2 ans) et le groupe témoin (9 fois sur 11) reçoit déjà un traitement anticholestérol. Les anti-PCSK9 ne sont pas comparés à un placebo ; leur neurotoxicité est comparée à d’autres traitements neurotoxiques ; ce qui affaiblit la signification statistique et clinique.

Enfin, la plupart des études ont un faible recrutement puisqu’il s’agissait plutôt d’études pilotes visant justement à vérifier la toxicité des ces médicaments ; et donc recrutant soigneusement des sujets ou des patients qui n’étaient pas « à risque » d’effets adverses.

Ce point est important car, une fois ces médicaments sur le marché, les prescripteurs ne prendront pas les mêmes précautions que les recruteurs des études pilotes de l’industriel. Malgré ces limites, et sans entrer dans les détails, les auteurs nous disent que le risque de neurotoxicité est multiplié par 3 environ !

Ce qui est considérable et justifie effectivement le titre assez alarmiste de l’article. D’autant que la durée d’exposition a été brève, que les témoins étaient eux-mêmes exposés à des traitements neurotoxiques et surtout que seules des complications neurologiques sévères ont été enregistrées dans cette base de données « commerciales » ; laissant penser que d’autres évènements moins sévères n’ont probablement pas été rapportés ou pas analysés dans cette étude … En l’occurrence, les sévères complications rapportées (quoique mal décrites dans l’article) sont des delirium, des états confusionnels, des désordres (je traduis de l’anglais) cognitifs, des états démentiels, des amnésies, des troubles de la pensée et de la perception, et autres troubles mentaux sans autres précisions ; on mesure la gravité potentielle de ce qui est rapporté ; laissant présumer qu’il y avait probablement d’autres manifestations moins graves de neurotoxicité… et qu’avec une durée d’exposition prolongée…

Conclusions provisoires :

1) baisser le cholestérol (quel que soit le moyen utilisé) est neurotoxique, à plus ou moins long terme ;

2) ce qui confirme totalement les données antérieures avec les statines ;

3) et démontre qu’il ne faut pas croire les experts rémunérés qui prétendent le contraire ;

4) et laisse penser que des patients non sélectionnés (une fois les anti-PCSK9 commercialisés et utilisables par tous les médecins) pourraient être beaucoup plus sensibles et donc beaucoup plus souvent victimes de ces médicaments anticholestérol ;

5) comme on le voit déjà avec les statines (voir le livre « L’horrible vérité sur…« ), malgré le déni des experts rémunérés ;

6) les anticorps anti-PCSK9 passent donc réellement dans le cerveau (franchissent la barrière hémato-méningée), c’est une confirmation, comme le font les statines ;

7) les anticorps anti-PCSK9 ne semblent pas (selon cette étude) amplifier les effets toxiques musculaires des statines ; ce qui suggère que les statines auraient un effet toxique spécifique (indépendant de la diminution du cholestérol) probablement dû à leurs effets sur les mitochondries.

Petite addition anecdotique, pour avoir une idée du degré de désinformation actuelle à propos des médicaments anticholestérol.

En ce début d’année 2017, une autre équipe d’experts (mais rémunérés cette fois) publie l’exact contraire de l’article que je viens de commenter.

Pour eux, il n’y a pas de neurotoxicité des anti-PCSK9 ! Je me contente de rajouter la conclusion de cet article (ci-dessous) et la liste des liens d’intérêt des auteurs, une brochette d’individus peu « recommandables » !

Comment faire la part des choses ?

Qui croire ?

Ce n’est pas si difficile.

Avec plus de 40 années d’activité professionnelle dans ce milieu, je peux (en toute modestie et hors de tout complotisme paranoïde) donner la formule magique : en cas de discordance frontale dans des données scientifiques, plutôt que d’essayer une impossible synthèse, contentez vous de vérifier le degré de dépendance ou d’indépendance des investigateurs…

Ne pas croire les experts rémunérés !

C’est une précaution minimale.

L’absence de conflit d’intérêt ne garantit pas la qualité et la présence de conflit d’intérêts n’est pas automatiquement associée à de la corruption, certes, mais il s’agit souvent de « vie ou de mort » pour des équipes de recherche ou des petites sociétés commerciales. Ils sont prêts à tout et l’éthique médicale et scientifique est le dernier de leurs soucis.

De façon générale, il faut désormais exiger une totale indépendance des comités scientifiques en charge de faire des recommandations aux médecins.

Et évidemment, il faut exiger, quel que soit le médicament étudié, un accès libre aux données cliniques brutes de l’étude.

Pas de commercialisation sans une vérification des données brutes par de vrais experts vraiment indépendants !

C’est vrai pour les statines, et les anti-PCSK9 et même aussi pour les vaccins ! On ne devrait même pas avoir à le demander…

Quelle époque !

Et pas un seul politicien pour le dire.

Repost 0
Published by Jean-Pierre LABLANCHY - CHRONIMED - dans Nutrition
commenter cet article
5 février 2017 7 05 /02 /février /2017 11:36

Trouble de personnalité limite : des anomalies cérébrales dans la régulation des émotions

Le trouble de la personnalité limite (ou borderline) est caractérisé par une grande instabilité émotionnelle.

Une étude, publiée dans la revue Biological Psychiatry visait à résumer les résultats des études de neuro-imagerie sur les anomalies cérébrales sous-tendant ce trouble.

Lars Schulze de la Freie Universität Berlin et ses collègues de l'université Heidelberg ont réalisé une méta-analyse de 19 études portant sur la neuroimagerie fonctionnelle (l'activité du cerveau) impliquant un total de 281 participants ayant le trouble et un groupe de comparaison de 239 personnes en santé ; ainsi que 10 études portant sur la neuro-imagerie structurelle (anatomie) impliquant un total de 263 personnes ayant le trouble et 278 personnes en santé.

Durant le traitement mental d'émotions négatives, les participants ayant le trouble présentaient une activation relativement accrue dans l'amygdale et le cortex cingulaire postérieur de l'hémisphère gauche en même temps qu'une réponse atténuée du cortex dorsolatéral préfrontal dans les deux hémisphères comparativement aux groupes de comparaison.

L'hyperactivité de l'amygdale gauche est combinée à un volume réduit de sa matière grise. L'amygdale, qui est hyperactive dans le trouble borderline, est connue pour être responsable de l'activation émotionnelle.

Le cortex préfrontal dorsolatéral, qui est moins actif dans le trouble pendant le traitement des émotions négatives, joue un rôle clé dans la régulation des émotions. « Afin de comprendre ces résultats, il pourrait être utile d'imaginer que le cerveau est comme une voiture », explique John Krystal, rédacteur en chef de Biological Psychiatry.

« La pédale de gaz pour l'émotion pourrait être l'amygdale et le frein émotionnel pourrait être le cortex préfrontal dorsolatéral.

Les résultats actuels semblent suggérer que, dans le trouble de la personnalité borderline, le cerveau met le gaz mais ne fonctionne pas aussi efficacement pour freiner émotion.

» Ensemble, ces résultats soutiennent la notion du trouble de la personnalité borderline comme étant un trouble de dérégulation de l'émotion.

Les options de traitement qui peuvent aider à ajuster le « moteur » du cerveau pourraient aider à soulager certains des symptômes cliniques pénibles contre lesquels les personnes atteintes luttent tous les jours, conclut Lars Schulze.

Psychomédia Publié le 18 janvier 2016

Psychomédia avec sources : Elsevier, Biological Psychiatry.

Trouble de personnalité limite : des anomalies cérébrales dans la régulation des émotions: apport de l'imagerie aux états "borderline".
Repost 0
Published by Jean-Pierre LABLANCHY - CHRONIMED - dans Concept
commenter cet article
5 février 2017 7 05 /02 /février /2017 10:42

Véritable poison insidieux pour notre santé, l’aluminium est partout dans notre environnement quotidien.

L’alimentation est l’une des voies d’exposition les plus simples et les plus récurrentes.

Les personnes souffrant de maladies du tube digestifs sont directement concernées par ce problème. Comment y remédier ?

Conseils du meilleur spécialiste mondiale sur le sujet, le Prof. Christopher Exley, de l’Université de Keele (Grande-Bretagne) (1).

Comment se débarrasser durablement de l’aluminium dans l’alimentation ?

Christopher Exley passe d’abord en revue les éléments qui contiennent de l’aluminium.

Et donne des idées pour s’en protéger. 2 sortes sont à surveiller : les produits qu’on utilise pour conserver les aliments ; les aliments eux-mêmes.

1- Les produits pour conserver les aliments A bannir : les feuilles d’aluminium ! Elles peuvent facilement se remplacer par du papier végétal pour les cuissons, pour emballer les sandwichs, les fromages, les légumes, etc.

Autres dangers : les boites de conserve, les emballages en Tetra Pak (qui contiennent une feuille d’aluminium parmi les 3 couches qui les composent) et tous ceux qui permettent une longue conservation .

“L’aluminium se voit sur ce genre d’emballage, assure le scientifique britannique. Il est utilisé pour ses actions antibactériennes qui permettent la conservation”. aluminium-lait-fermeAttention donc aux plats préparés, aux packs de jus de fruits et de lait, à tous les emballages de longue conservation des aliments !

Le conseil du Prof Christopher Exley : privilégier les plats faits maison ! Et les produits frais !

2- Les aliments Mais dans les produits frais, on n’est pas à l’abri d’une contamination non plus ! “Les légumes qui captent bien l’aluminium sont les légumes racines.

Des études ont été faites en particulier sur les carottes et montrent des taux d’aluminium important”, explique le Professeur britannique

Il note un autre point important qui fait dégringoler le mythe du potager privé : “Il a été montré que les potagers privé peuvent contenir plus de pesticides et donc d’aluminium que les grandes exploitations agricoles, surtout quand elles travaillent en agriculture raisonnée ou bio “, explique le spécialiste de l’aluminium.

L’explication ?

Une terre moins retournée. Attention donc aux légumes racines, et à la carotte en particulier (puisqu’on sait pour celle-là au moins) !

A la question de choisir ou pas des aliments bio comme solution radicale pour éviter toute contamination à l’aluminium, le scientifique reste circonspect :

“On n’a pas grand chose sur l’aluminium en particulier dans les aliments bio”…

Pourtant, il est maintenant clairement démontré que les aliments bio contiennent moins de pesticides que les autres.

L’avis de la diététicienne Pas facile de ne plus manger de légumes ! Surtout les légumes-racines qui sont les principaux légumes de l’hiver et dont les vertus sur la santé (quand ils ne contiennent pas d’aluminium et autres pesticides !) sont reconnues.

On peut quand même se tourner vers les légumes bio, qui sont aussi bons pour la planète que pour nous. Et alterner avec d’autres légumes d’hiver comme les choux et les légumes secs.

On ne mange pas de carottes tous les jours quand même ! Quant au conseil de manger des plats maison et des produits frais, je ne peux que l’appuyer bien sûr !

Pourquoi se prévaloir autant de l’aluminium dans notre alimentation ?

Les études récentes montrent qu’il y a des liens entre l’aluminium et les maladies du tube digestif. Aluminium et maladies du tube digestif : des liens délétères Les études les plus récentes sur les liens entre aluminium et maladies du tube digestif ont montré deux phénomènes négatifs : - l’aluminium participerait à l’augmentation de l’intensité et de la durée de l’inflammation (expérience chez les souris dans un modèle de maladie de Crohn).

- l’aluminium augmenterait la sensibilité à la douleur. “Les ballonnements sont ressentis comme une douleur, précise Christopher Exley. C’est particulièrement noté chez les patients souffrant de colopathie fonctionnelle”.

Voilà des arguments pour se protéger au maximum de l’aluminium (voir article sur L’aluminium : un poison au quotidien).

Repost 0
Published by Jean-Pierre LABLANCHY - CHRONIMED - dans Nutrition
commenter cet article
5 février 2017 7 05 /02 /février /2017 10:15

Vaccins : l’exception française en débat

Faut-il conserver l’obligation de vaccination ?

Pourquoi les Français sont-ils champions du monde en défiance envers les vaccins ?

Que penser de la Concertation citoyenne sur la vaccination lancée par Marisol Touraine, ministre des affaires sociales et de la santé ?

Quels rôles jouent la presse, les médecins, les pouvoirs publics dans cette exception culturelle surprenante… autant de questions que je viens de poser à Jocelyn Raude, sociologue à l’Ecole des hautes études en santé publique (EHESP).

Jocelyn Raude a participé récemment au séminaire « les journalistes faces aux vaccins » organisé par l’Ajspi – Association des journalistes scientifiques de la presse d’information – et l’ISCC – Institut des sciences de la communication du CNRS – sur la vaccination.

Sylvestre Huet : Le ministère de la santé a lancé un grand débat national, une «concertation citoyenne», sur la vaccination. Quelles en sont les raisons ?

Jocelyn Raude Jocelyn Raude : L’organisation de ce débat national sur la vaccination constitue probablement un tournant dans l’histoire de la santé publique et des débats publics autour de l’intervention étatique.

Jusqu’à présent ces questions étaient traitées par la Direction générale de la santé, ou d’autres institutions publiques de santé, qui sont perçues comme très politisées.

La même évolution est observable au sein de l’Organisation Mondiale de la Santé.

Le gouvernement français a manifestement pris acte du niveau de défiance très important de la population vis à vis des institutions en charge de la santé publique, une défiance liée à la proximité ressentie entre ces institutions et les responsables politiques.

Cette défiance rend «inaudible» les propositions qui émanent des acteurs officiels.

Il fallait donc ouvrir le débat public, sous la forme d’une concertation citoyenne, à l’instar de ce que l’on pratique dans les pays scandinaves, avec la participation d’acteurs de la société civile, des corps intermédiaires, des sociétés savantes.

Cette décision prend en compte l’idée qu’avec un tel niveau de défiance, la simple répétition du discours officiel passé ne peut aller que droit dans le mur…

Sylvestre Huet : L’opinion de la population française est-elle singulière au regard d’autres pays sur cette question des vaccins ?

Jocelyn Raude : Oui, de manière très spectaculaire. Ce constat fut incontestablement la grande surprise d’une vaste étude mondiale, conduite sur 67 pays, sur les attitudes du public vis-à-vis de la vaccination.

Sur un grand nombre d’indicateurs testant la confiance du public, la France se distingue au niveau mondial, et particulièrement en comparaison des autres pays développés, par une inquiétude très forte exprimée par la population sur la question de la sécurité des vaccins.

Près de 40 % des Français considèrent ainsi que les vaccins ne sont pas sûrs, un chiffre beaucoup plus élevé que ceux relevés dans des pays comparables comme les États-Unis, la Grande-Bretagne ou l’Allemagne.

Débat sur la sûreté vaccinale en France. Faut-il conserver l’obligation de vaccination ?
Débat sur la sûreté vaccinale en France. Faut-il conserver l’obligation de vaccination ?
Repost 0
Published by Jean-Pierre LABLANCHY - CHRONIMED - dans Concept
commenter cet article
5 février 2017 7 05 /02 /février /2017 10:08

Maladie de Lyme : une plainte pénale met en cause le dépistage en France

Une femme atteinte de la maladie de Lyme, infection transmise par les tiques, a déposé plainte à Paris pour "tromperie aggravée" en mettant en cause notamment la fiabilité des tests de diagnostic pratiqués en France, a indiqué vendredi son avocat, confirmant une information du Parisien.

"Défaut d'informations".

Dans cette plainte, cette mère de famille, résidant dans le Cantal, dénonce "le manque de fiabilité" de certaines marques de tests de diagnostic, ce qui a eu pour effet de "retarder la prise en charge de sa maladie", a expliqué son avocat,

Me Philippe Meilhac. La plaignante, qui met en cause "le défaut d'information" des laboratoires pharmaceutiques et les autorités sanitaires, s'interroge sur le maintien de tests en dépit de réserves sur leur performance émises notamment par un avis du Haut Conseil de la santé publique (HCSP) en 2014.

En France, deux méthodes de détection, par sérologies, sont appliquées selon des recommandations officielles de 2006: un premier test baptisé Elisa et un test de confirmation, Western Blot. Un "mal inconnu".

La plaignante, qui "souffrait d'un mal inconnu depuis des mois", avait subi ces tests qui s'étaient révélés négatifs, selon l'avocat, qui a déposé plainte au pôle santé publique du parquet de Paris.

"Après une quantité d'autres d'examens", elle avait finalement découvert à l'automne dernier sa maladie en faisant passer son dossier médical pour celui d'un chien auprès d'un laboratoire vétérinaire.

Son cas avait alors pu être détecté par le PCR, une méthode alternative par extraction de l'ADN de la bactérie de la maladie de Lyme, la Borrelia.

Cette démarche vient s'ajouter à une action en responsabilité civile initiée en octobre par deux avocats,

Catherine Faivre et Julien Fouray, devant les tribunaux de grande instance de Paris et Nanterre.

Cent trente personnes ont déjà assigné cinq laboratoires en réparation des préjudices "liés au retard de diagnostic et à l'aggravation des symptômes", selon Me Julien Fouray.

Soixante autres personnes devraient prochainement se joindre à la procédure, selon lui. 27.000 cas chaque année.

En France, 27.000 nouveaux cas de Lyme, une maladie transmise par les tiques, sont déclarés chaque année.

Mais selon l'association "Lyme sans frontières", ce chiffre serait sous-estimé à cause d'un défaut de détection.

Fin septembre, le gouvernement a annoncé "un plan national" pour améliorer la prise en charge de cette maladie, avec notamment la révision d'ici le printemps du protocole officiel de diagnostic et de soins.

@AFP

Repost 0
Published by Jean-Pierre LABLANCHY - CHRONIMED - dans Infections froides
commenter cet article
5 février 2017 7 05 /02 /février /2017 08:05

La kétamine pourrait radicalement traiter la dépendance à l'alcool

Une dose unique de kétamine pourrait aider les alcooliques à surmonter leur dépendance en «effaçant» les souvenirs liés à la boisson.

Des chercheurs de la Division de psychologie et des sciences du langage de l'UCL sont en train de tester si le tranquillisant peut être utilisé pour perturber les comportements nuisibles en écrasant les souvenirs et les «signaux» qui entraînent la dépendance.

Le chercheur Ravi Das nous dit que "Les souvenirs que vous formez peuvent être détournés par la drogue chez certaines personnes".

«Si vous étiez un alcoolique, vous pourriez avoir un fort souvenir d'être dans un certain endroit et de vouloir boire. Ces souvenirs se déclenchent continuellement par des situations liées à l'environnement que vous ne pouvez pas éviter ", a déclaré Das.

Ces souvenirs pourraient impliquer le clinking de verres, une bouteille de vin récompensant une longue journée de travail ou une bière à un barbecue.

Cependant, il est maintenant de plus en plus évident que les mémoires sont plus malléables qu'on ne le pensait autrefois.

Lorsque notre cerveau récupère une mémoire, les connexions neuronales qui le codent sont déstabilisées temporairement - ce qui entraîne des versions légèrement différentes de ces mémoires qui reviennent en mémoire.

Les chercheurs considèrent cette période d'instabilité comme une occasion d'affaiblir ou de démanteler des souvenirs inutiles liés à l'alcool.

Au cours de l'essai, les chercheurs déclencheront ces souvenirs chez les gros buveurs en positionnant des verres de bière devant eux, puis perturberont la mémoire en surprenant le participant.

Les participants, qui recevront soit de la kétamine, soit un placebo, seront suivis durant l'année suivante, en surveillant leurs habitudes de consommation après le traitement .

La dépendance à l'alcool s'est avérée difficile à traiter dans le passé, avec un taux de rechute très élevé après le traitement.

Une fois que les patients cessent d'être étroitement surveillés à l'hôpital et se retrouvent à la maison, où ils sont de nouveau exposés aux mêmes déclencheurs ou signaux d'alcool.

La kétamine est utilisée comme un puissant anesthésique dans les soins traumatologiques.

Il est illégal d'être en possession du médicament de classe B, qui est connu pour avoir des effets psychédéliques et ce faisant entraîné le risque d'un maximum de cinq ans de prison et d'une amende.

La recherche, qui a débuté l'année dernière, est en cours et les chercheurs sont à la recherche de 40 participants supplémentaires, qui se considéreraient comme des buveurs lourds, à prendre part à l'étude qui se déroule sur trois séances à UCL et UCLH au cours de deux semaines. "Il y a juste l'attitude sociale générale qui pense que tout ce qui est illégal est terrible. Il y aura évidemment ce genre de rétroaction myope, " selon Das.

"Mais si c'est sûr et efficace, il devrait être recommandé." nous dit le Dr Ravi Das Profil académique Département de recherche en psychologie clinique, pédagogique et de la santé Unité de psychopharmacologie clinique (UC)

Repost 0
Published by Jean-Pierre LABLANCHY - CHRONIMED - dans Nutrition
commenter cet article
4 février 2017 6 04 /02 /février /2017 08:19

Le probleme du diagnostic biologique des sprirochetes existe depuis toujours Ce fut le cas de la siohylis.

Redécouvrir le test de Nelson Et l'appliquer aux Borrelies (?)

Test d’immobilisation des tréponèmes (TPI) ou test de Nelson Technique de référence, mais quasiment plus réalisé (entretien des animaux vivants infectés). Principe: Anticorps spécifiques immobilisant (immobilisines) les tréponèmes vivants, après addition de complément et en comparaison avec un tube témoin. Résultats qualitatifs exprimés en pourcentage d’immobilisation spécifique. Cinétique des anticorps: immobilisines décelées en moyenne un mois après l’apparition du chancre. Négativation chez la plupart des malades après traitement. http://www.microbes-edu.org/etudiant/treponema.html

http://www.medinfos.com/principales/fichiers/pm-inf-syphilis4.shtml

Repost 0
Published by Jean-Pierre LABLANCHY - CHRONIMED - dans Infections froides
commenter cet article
4 février 2017 6 04 /02 /février /2017 08:11

Des chercheurs américains estiment que les requins n'ont pas de cancers grâce à l'évolution de deux de leurs gènes.

RÉSISTANCE.

Le système immunitaire des raies et des requins (du sous-groupe dit des Elasmobranches) mute depuis 400 millions d'années sous l'effet de l'Evolution.

Et selon une étude menée par des chercheurs américains et publiée le 30 janvier 2017 dans la revue BMC Genomics, les modifications apportées aux gènes impliqués dans le système immunitaire de ces animaux durant toutes ces années pourraient expliquer leur capacité à cicatriser rapidement ainsi que leur résistance aux cancers.

Durant cette recherche, les scientifiques ont analysé l'ADN extraits de cellules issues du tissu cardiaque de 7 espèces : 4 Elasmobranches dont le grand requin blanc (Carcharodon carcharias) et le grand requin-marteau (Sphyrna mokarran), et 3 Téléostéens plus communément appelés les "poissons".

Des gènes Bag 1 et legumain alternatifs L'analyse de ces cellules a démontré que les requins possèdent les gènes Bag1 et legumain, qui comme leurs homologues dans le génome humain, codent des protéines nécessaires à la défense immunitaire.

Cependant, chez nous, une surexpression de ces gènes est l'un des facteurs associés à l'apparition d'un large éventail de cancer.

Par exemple, le Bag1 humain code une protéine qui empêche la mort programmée des cellules, processus aussi appelée apoptose.

Une surproduction de cette molécule empêche aussi le "suicide" des cellules dysfonctionnelles qui vont donc pouvoir proliférer dans l'organisme induisant ainsi la formation de tumeurs.

Pour les chercheurs, les quelques modifications dans la séquence codante du Bag1 des requins permettent la production d'une protéine alternative qui n'a pas pour effet d'empêcher l'apoptose des cellules ou tout du moins, pas de celles malades. Bien au contraire, les scientifiques supposent que chez ces animaux,

Bag1 tout comme legumain jouent un rôle majeur dans la prévention du cancer.

Cependant, de prochaines études devraient déterminer plus précisément le mécanisme de ces gènes. Des découvertes d'intérêt pour la médecine Comparées aux espèces de Téléostéens étudiées, les requins mais également les raies possèdent un grand nombre de gènes codant pour des anticorps et certains ne sont présents que dans le génome des Elasmobranches.

Pour le docteur Shivji qui a participé à la recherche : "Utiliser les approches génomiques pour comprendre la genèse du système immunitaire c'est faire de nombreuses découvertes excitantes dont certaines seront peut-être transposable à la médecine".

Cependant, devant le succès de la médecine traditionnelle, l'homme se voit contraint de préciser que non, manger du requin n'aidera pas à soigner le cancer ni même à le prévenir.

Repost 0
Published by Jean-Pierre LABLANCHY - CHRONIMED - dans Concept
commenter cet article