Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
21 août 2017 1 21 /08 /août /2017 12:46

"Trop de patients ne supportent pas le nouveau Levothyrox, ils ressentent d'importants effets secondaires."

Sylvielou, une personne qui se présente comme patiente traitée sous Levothyrox après un cancer de la thyroïde en 2016, a lancé fin juin 2017 une pétition en ligne afin de dénoncer la nouvelle version du médicament.

Pétition déjà signée par plus de 65.390 personnes au 21 août 2017.

En cause : le changement de formule fin mars 2017 de ce médicament utilisé pour le traitement de l'hypothyroïdie.

Un traitement dont l'objectif est de diminuer la quantité de TSH dans le sang, une hormone produite par l'hypophyse au niveau du cerveau et qui agit sur la thyroïde, une glande régulant de nombreux systèmes hormonaux dans notre organisme.

Or Sylvielou s'inquiète "après avoir lu tous les témoignages de patients souffrant d'effets secondaires [...]".

La lanceuse de pétition s'adresse directement aux "laboratoires fabriquant de Levothyrox" ainsi qu'à l'autorité nationale de sécurité du médicament et des produits de santé (ANSM) et demande à ce que "les laboratoires concernés reviennent à l'ancienne formule".

Suppression du lactose et meilleure stabilité de la substance active du Levothyrox

Alors qu'est-ce qui change concrètement dans cette nouvelle formule ?

Dans une lettre adressée aux professionnels de santé par le laboratoire qui est à l'origine du produit et validée par l'ANSM il y est fait mention d'une "amélioration de la stabilité en substance active durant toute la durée de conservation du produit".

Autrement dit, l'effet thérapeutique que procure le Levothyrox devrait durer plus longtemps.

Dans le domaine des médicaments, les excipients n'ont pas d'effet thérapeutique mais aident à la conservation, au goût ou à l'administration du médicament.

Or le changement notable de la formule concerne notamment la suppression de l'un d'eux : le lactose !

Un excipient "à effet notoire", c'est à dire dont les intolérances individuelles sont connues.

Cet excipient se trouve alors remplacé par le mannitol, un autre excipient supposé justement ne pas présenter d'effet notoire à la dose à laquelle il est présent dans les comprimés.

La nouvelle formule comprend également de l'acide citrique anhydre, un excipient utilisé en tant que conservateur et que l'on retrouve dans d'autres médicaments tels que le Digédryl, un traitement d'appoint des problèmes digestifs.

Quoiqu'il en soit, changer d'excipient n'a pas, selon l'ANSM, d'effet sur le traitement en lui-même puisque :

"La nouvelle formule a été démontrée bioéquivalente à l’ancienne".

Une affirmation basée sur "la base de deux études de pharmacocinétique".

Dans un document questions-réponses, l'autorité précise par ailleurs que :

"Ce changement de formule du Levothyrox a été réalisé par le laboratoire Merck, à la demande de l’ANSM car il pouvait exister des différences de teneur en lévothyroxine (ndlr) :

L'hormone thyroïdienne présente dans le levothyrox) non seulement d’un lot à l’autre de Levothyrox mais aussi au cours du temps pour un même lot".

L'objectif affiché était donc d'uniformiser les produits.

Le Lévotothyrox, un médicament au difficile équilibre

Le Levothyrox reste malgré tout un traitement dont le dosage optimal est difficile à obtenir.

Pas assez dosé et le patient se retrouve anormalement fatigué.

Trop dosé et celui-ci manifeste une extrême nervosité.

Les hormones thyroïdiennes sur lesquelles il influe sont en effet impliquées dans l'humeur et le comportement.

Leur régulation suppose donc un dosage particulièrement précis.

Lorsque l'organisme n'est pas capable d'assurer ce dosage, soit parce que la thyroïde est dysfonctionnelle ou absente (après son ablation à la suite d'un cancer par exemple), le Levothyrox permet de compenser le manque d'hormones thyroïdiennes en assurant la stabilité du mécanisme.

Ce difficile équilibre sera-t-il bouleversé par la nouvelle formule ?

"Dans la grande majorité des cas, il n’est pas attendu d’effet indésirable lié à la modification de formule pour le



patient."

précise l'ANSM.

L'autorité tient cependant à rester prudente :

"La lévothyroxine est une hormone thyroïdienne de synthèse à marge thérapeutique étroite.

Aussi, l’équilibre thyroïdien du patient peut être sensible à de très faibles variations de dose".

Une sensibilité qui pousse l'ANSM à préciser qu'il peut être nécessaire de procéder à "un ajustement minime de la posologie basée sur la modification du taux de TSH."

Un ajustement à réaliser, le cas échéant, avec un spécialiste. Dans la lettre adressée aux professionnels de santé par le laboratoire Merck, il est en outre fait référence aux "[...] patients à risque pour qui un suivi spécifique et un contrôle de l’équilibre thérapeutique est recommandé".

Que faire en cas de constat d'effets secondaires liés à la prise du nouveau produit ?

Au delà de la consultation de son médecin, le consommateur qui constate d'éventuels effets secondaires (fatigue inhabituelle, palpitations, excitation...) peut en faire le signalement sur le site du ministère des solidarités et de la santé.

Une façon de contribuer à son échelle à la sécurité du système de santé.

Nouveau Levothyrox : polémiques.

Partager cet article

Repost 0
Published by Jean-Pierre LABLANCHY - CHRONIMED
commenter cet article

commentaires