Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
4 juin 2017 7 04 /06 /juin /2017 15:23

Neurosciences. Un sixième sens sur la langue ?

Certaines cellules sur la langue permettraient aux mammifères de distinguer l’eau des autres fluides, suggère une nouvelle étude.

“Sous un microscope, la langue est un paysage étrange, hérissé de bourgeons dentelés et bosselés qui distinguent les cinq saveurs de base : salé, acide, sucré, amer et umami, décrit Science.

Mais les papilles gustatives des mammifères pourraient avoir un sixième sens.” Il permettrait d’identifier l’eau, rouvrant par la même occasion un débat séculaire : l’eau a-t-elle un goût ?

Le journal scientifique fait référence à une étude parue le 29 mai dans Nature Neuroscience qui explique comment les animaux peuvent distinguer l’eau des autres fluides.

Pour ce faire, les scientifiques ont d’abord cherché à savoir s’il existait, dans la bouche des souris, des cellules réceptrices du goût (TCR) sensibles à l’eau.

Ils ont modifié génétiquement des souris pour “éteindre” différents types de TCR. Ils ont ensuite arrosé la bouche des souris avec de l’eau afin de voir lesquelles réagissaient.

“La partie la plus surprenante de ce projet, c’est que les TCR qui perçoivent l’acidité et qui sont bien connues ont réagi vigoureusement en présence d’eau”, indique à Science Yuki Oka, neuroscientifique à l’Institut de technologie de Californie (CalTech), premier auteur de l’étude.

En l’absence de ces TCR liées à l’acidité, les rongeurs mettaient plus de temps à choisir l’eau plutôt qu’une huile de silicone synthétique transparente et sans goût, “suggérant que ces cellules contribuent à distinguer l’eau d’autres fluides”, précise le journal.

La lumière à boire

Dans un second temps, les chercheurs ont utilisé une technique d’optogénétique pour activer artificiellement les cellules à l’aide d’une lumière laser bleue.

“Quand les souris ‘buvaient’ la lumière, elles agissaient comme si c’était de l’eau”, raconte Yuki Oka.

“Les rongeurs n’ont jamais su que la lumière n’était qu’une illusion, mais ils ont continué à boire bien plus longtemps que des souris buvant de l’eau ne l’auraient fait, écrit Science.

Ce qui laisse supposer que même si les signaux sur les TCR de la langue peuvent déclencher l’action de boire, ils ne jouent aucun rôle pour dire au cerveau quand s’arrêter”, précise encore le chercheur.

Des recherches complémentaires sont cependant nécessaires pour mieux comprendre les mécanismes à l’œuvre et déterminer précisément comment les cellules sensibles à l’acide réagissent à l’eau.

En outre, pour Patricia Di Lorenzo, chercheuse à l’université d’État de New York : Quand on trouve un exemple qui contredit l’avis dominant selon lequel il n’y a que cinq saveurs de base, c’est signe qu’il faut revenir à la case départ.”

Neurosciences. Un sixième sens sur la langue.

Partager cet article

Repost 0
Published by Jean-Pierre LABLANCHY - CHRONIMED - dans Concept
commenter cet article

commentaires