Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
18 mars 2017 6 18 /03 /mars /2017 07:42

Mediator, Dépakine, Conflits d'intérêt.Qui est le Pr Descamps, défenseur du vaccin contre le papillomavirus ?

Il a lancé un appel en faveur de la vaccination HPV auprès des candidats à l'élection présidentielle.

Mais est étroitement lié aux labos qui produisent ce vaccin.

Quelle mouche a donc piqué les deux sociétés savantes regroupant les médecins chargées
de la santé des femmes ?

Elles ont confié à l'un des leurs, étroitement lié à l'industrie pharmaceutique, la défense auprès des candidats à l'élection présidentielle d'une vaccination déjà très contestée.

Le Pr Philippe Descamps, gynécologue-obstétricien au Centre hospitalier universitaire d'Angers et président de la commission relations internationales du Collège national des gynécologues et obstétriciens français (CNGOF), publie mercredi 15 mars 2017 une lettre ouverte aux candidats à la présidence de la République en faveur de la vaccination contre les papillomavirus (HPV).

Vive controverse

Ce vaccin HPV, dont il existe deux formes commercialisées, l'une par le laboratoire Sanofi Pasteur MSD, l'autre par GlaxoSmithKline, est censé protéger contre certaines infections à papillomavirus afin de prévenir les lésions précancéreuses et les cancers induits par ces micro-organismes.

Mais il est l'objet d'une vive controverse en France, si bien que très peu de jeunes filles de 15 ans – 14 % d'après ce professeur – ont reçu la totalité des injections en 2015.

Partisans et détracteurs de cette vaccination s'opposent et s'insultent depuis des années, et chacun dans son camp respectif peine à convaincre le plus grand nombre.

Cet appel, soutenu par le CNGOF, de bonne réputation, et la Société française de colposcopie et pathologie cervico-vaginale (SFCPCV), pourrait être intéressant et audible, mais pourquoi donc a-t-il été confié au professeur Descamps ?

40 550 euros d'avantages

Une simple recherche sur la base de données publique Transparence-Santé, instaurée par une loi de 2011 pour renforcer la sécurité du médicament, garantir l'indépendance et l'impartialité des décisions prises en matière de santé, préserver la confiance des citoyens envers les experts et le système sanitaire, révèle qu'entre 2012 et 2016, le Pr Descamps a signé 124 conventions avec l'industrie pharmaceutique, dont 16 avec Sanofi Pasteur MSD et 3 avec GlaxoSmithKline, et a de la part de ces sociétés reçu 199 avantages pour un montant de 40 550 euros, dont 9 146 euros de la part de Sanofi Pasteur MSD et 2 759 euros de la part de GSK.

Les conventions entre les entreprises et les professionnels de santé sont des accords impliquant des obligations de part et d'autre (participation à un congrès, contrat de consultant, contrat de conseil scientifique, formation, etc).

La déclaration de la rémunération perçue dans le cadre de ces collaborations n'est pas prévue par la loi, elle reste donc inconnue.

Les avantages recouvrent tout ce qui est alloué ou versé sans contrepartie par une entreprise à un acteur de la santé (repas, transport, hébergement, etc).

J’ai été consultant et je le suis encore pour les deux fabricants de ce vaccin
Nous avons donc interrogé le Pr Descamps, qui ne voit aucune contre-indication dans le fait de plaider en faveur d'un vaccin, tout en travaillant pour les labos qui le produisent...

Partager cet article

Repost 0
Published by Jean-Pierre LABLANCHY - CHRONIMED
commenter cet article

commentaires