Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
5 juillet 2017 3 05 /07 /juillet /2017 05:14

Des champignons présents sur le papier peint produisent des toxines qui se retrouvent dans l'air, au risque d'affecter la santé des individus dans la pièce, révèle une étude.

Les cafetières sont aussi incriminées.

Dans un même bâtiment, de nombreux individus pris pendant plusieurs jours de nausées, maux de tête, vertiges, tremblements, sans cause identifiée : c'est ce que l'on appelle le "syndrome du bâtiment malsain".

Il n'existe pas de définition universelle de ce syndrome méconnu, mais il désigne la plupart du temps des "épidémies" qui surviennent dans des bâtiments neufs, mal ventilés ou encore contenant des contaminants chimiques, précise l'agence Santé Publique France.

Et s'il survenait à cause de toxines produites par des champignons sur les murs, plus particulièrement sur la tapisserie ?

C'est ce que suggère une étude réalisée par des chercheurs de l'Université de Toulouse et publiée dans la revue Applied and Environmental Microbiology.

Papier peint et cafetières favorisent les moisissures dans la pièce

Les chercheurs ont simulé les conditions d'une pièce ventilée, en contrôlant la vitesse et la direction de l'air, avec papiers peints contaminés.

Trois espèces de champignons, fréquemment retrouvées dans les bâtiments et produisant des mycotoxines (moisissures), ont été étudiées :

Penicillium brevicompactum,

Aspergillus versicolor et

Stachybotrys chartarum.

Les scientifiques ont remarqué que la plupart des moisissures restent sur le mur, mais une partie se retrouve dans l'air sur des microparticules de poussière ou des tous petits fragments de papier peint, pouvant facilement être inhalés par les personnes présentes dans la pièce.

"Les mycotoxines peuvent être transférées d’un matériel moisi à l’air, en fonction des conditions d'aération et de ventilation, explique dans un communiqué Jean-Denis Bailly, l’un des principaux auteurs de l’étude.

Ainsi, les moisissures peuvent être inhalées et doivent être considérées comme des paramètres de qualité de l'air intérieur, en particulier dans les foyers où elles sont visibles."

Pour l'instant, il n'existe "pratiquement aucune donnée sur la toxicité des mycotoxines par inhalation, la plupart des recherches portant sur la contamination alimentaire", déplore le scientifique.

Ce qui ne permet pas de déterminer quels sont les effets de ces toxines sur la santé. Autre problème pour Jean-Denis Bailly : les nouvelles normes en termes d'isolation thermique des habitations, qui peuvent aggraver la situation.

"Ces maisons sont fortement isolées de l'extérieur pour économiser l'énergie", sans compter que divers appareils libérant de la vapeur, tels que les cafetières à capsules ou dosettes, "pourraient conduire à des conditions favorables à la croissance fongique."

Un conseil : après avoir bu votre café, n'oubliez pas de bien aérer la pièce.

Le syndrome du bâtiment malsain lié à des champignons. Rôle du papier peint et des cafetières.

Partager cet article

Repost 0
Published by Jean-Pierre LABLANCHY - CHRONIMED - dans Infections froides
commenter cet article

commentaires