Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
7 mai 2017 7 07 /05 /mai /2017 21:23

Le premier essai clinique utilisant des cellules souches vient de commencer.

Il a pour but de démontrer l’innocuité et l’efficacité des cellules souches embryonnaires humaines dans le traitement des lésions de la moelle épinière chez les personnes paralysées.

Les laboratoires Geron ont entrepris les essais cliniques en phase 1 pour l'utilisation de cellules souches embryonnaires humaines dans le but de traiter des patients paralysés suite à des lésions au niveau la moelle épinière.

Le premier pas est d’estimer les risques et la tolérance de la transplantation des cellules sur un homme.

Le devenir des cellules souches dans l’organisme est en effet encore peu compris, et il n’est pas exclu que des multiplications incontrôlées des cellules surviennent, menant à l’apparition de tératomes (tumeur développée à partir de cellules pluripotentes).

Bien sûr, l’efficacité de la transplantation sur les fonctions neurologiques sera aussi déterminée, par observation de la réactivité des muscles sous la lésion, de la locomotion et des sensations éprouvées au niveau des membres inférieurs.

Un seul patient a pour l'heure été choisi car les conditions sont strictes. Ils doivent être volontaires et avoir été victimes d’une lésion complète et soudaine de la moelle épinière au niveau de la région thoracique (entre les vertèbres T3 et T10), classé en grade A (maximal) selon l’American Spinal Injury Association (Asia) Impairement Scale.

Les dommages doivent être survenus très récemment puisque le protocole exige une transplantation des cellules dans les 7 à 14 jours qui suivent l’apparition de la lésion.

Les prochains cobayes ne sont donc probablement pas encore paralysés…

La transplantation proprement dite consiste en une injection de 2 millions de cellules souches au site de la blessure, par un chirurgien compétent assisté d’une machine qui permet de contrôler précisément le point d’entrée des cellules. Immuno-supprimés pour l’opération, les patients vont ensuite être régulièrement contrôlés grâce à des tests standardisés sur une période de 15 ans.

Les cellules souches GRNOPC1 sont cultivées dans un laboratoire spécialisé, dans des conditions stériles drastiques.

Une réussite chez les rats Les cellules thérapeutiques, nommées GRNOPC1, sont des cellules progénitrices des oligodendrocytes dérivées de cellules souches embryonnaires humaines.

Naturellement retrouvés dans le système nerveux, les oligodendrocytes ont pour rôle de synthétiser la myéline, une sorte de gaine qui entoure les fibres neuronales et qui favorisent la conduction des impulsions électriques.

Ils produisent aussi des facteurs neurotrophiques, des molécules qui favorisent la survie et la fonction des neurones.

Au cours des lésions de la moelle épinière, les oligodendrocytes sont perdus, ce qui cause la mort des neurones et la paralysie en deçà de la lésion.

Depuis 2005, les essais successifs utilisant les cellules GRNOPC1 avaient déjà donné de bons résultats sur des rongeurs.

Des rats transplantés sept jours après la blessure avaient bénéficié d’une réactivation de la myélinisation des neurones par les oligodendrocytes, d’une atténuation de la perte des motoneurones et d’une amélioration des fonctions motrices des membres.

L’innocuité des cellules semble également avérée : les rats observés sur une longue durée (12 mois) n’ont pas développé de tératome.

De plus, les chercheurs n’ont rapporté aucune migration des cellules en dehors du système nerveux, aucune allodynie (douleur anormale), ni aucune réponse immunitaire dirigée contre les cellules transplantées.

C’est suite à cette réussite que le laboratoire a obtenu l’autorisation de débuter les essais cliniques sur l’homme. Si l’efficacité et l’innocuité du traitement se confirment, quelques milliers de personnes chaque année victimes de lésions de la moelle épinière pourraient bénéficier de cette avancée.

Si l’essai échoue, l’exosquelette eLEGS pourra au moins faciliter la vie des paraplégiques.

Le premier essai clinique utilisant des cellules souches contre la paralysie.

Partager cet article

Repost 0
Published by Jean-Pierre LABLANCHY - CHRONIMED - dans Concept
commenter cet article

commentaires