Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
14 mai 2017 7 14 /05 /mai /2017 20:59

A Shot against Post-Traumatic Stress Disorder Tweaking the gut microbiome may hold promise for fighting stress, anxiety

By Sandra Lamb on May 9, 2017

Each night before “Greg” goes to bed he brushes and flosses his teeth.

Then he double-checks the instructions on the dark brown bottle his nurse gave him before he unscrews the cap and tips five drops of a light-amber, oily liquid onto a spoon.

The brew, glistening from the light of the bathroom fixture, is tasteless and has no odor he can detect.

But it’s chock-full of bacteria.

He sloshes the substance around in his mouth and swallows.

Greg hopes that while he sleeps the foreign microbes will wage war with other organisms in his gut, changing that environment to ultimately help him manage some of the post-traumatic stress disorder (PTSD) symptoms that cloud his mind and riddle his days and nights with nightmares, flashbacks, thoughts of suicide and irrational responses to stressful events.

The bacteria he is swallowing, his doctors tell him, “may help reduce symptoms of stress.” Each drop of Greg's brew is filled with millions of Lactobacillus reuteri, a bacterium isolated and derived from human breast milk.

The Denver VA Hospital orders the substance and prescribes it as part of a PTSD clinical trial involving 40 veterans who either receive the bacteria or a placebo mix of sunflower oil and other inactive substances. (The bacterium is also currently used to treat a dental condition called chronic periodontitis because it has been shown to help fight inflammation.)

Altering the immune system to help build resilience to stressful events is a roundabout way to fight PTSD.

But despite the massive burden of this disorder, there are few treatments for many of its crushing symptoms.

Of the more than two million troops deployed in U.S. military conflicts worldwide, an estimated 11 to 23 percent have sustained some level of either traumatic brain injury (TBI) or PTSD. Greg, whose name has been changed in this article to protect his identity, is among them. He served in Operation Iraqi Freedom and was injured when the vehicle he was in detonated a roadside improvised explosive device—killing several of his comrades and leaving him with a badly wounded leg, a traumatic brain injury and the constellation of symptoms that comprise PTSD.

With few options available after he tried a variety of mental health therapies, last year he and 39 other veteran volunteers—all suffering from PTSD and being treated at the Rocky Mountain MIRECC for Veteran Suicide Prevention center in Denver—volunteered to be part of an early clinical trial to determine if L. reuteri can reduce their physiological and psychological responses to stressful situations.

The roughly $200,000 trial is funded by the Department of Veterans Affairs and aimed at evaluating the feasibility, acceptability, tolerability and safety measures for the possible use of the bacterium to treat PTSD.

GUT REACTION

The bacterium was chosen after earlier animal trials suggested it produced anxiety-fighting responses.

Last year a team of researchers at the University of Colorado Boulder found that injecting beneficial bacteria into mice helped them become more resilient to the stress of residing with much larger, aggressive mice. In that study the scientists injected healthy mice with a heat-killed preparation of Mycobacterium vaccae—which, like L. reuteri, acts like a drug, modulating the mouse’s immune system. (The two microbes are cousins and share a common ancestor.)

The injected mice exhibited less anxiety or fearlike behaviors, and behaved more proactively around their aggressors than did those in a control group, which had to make do without the shots.

The vaccinated mice’s amplified calm made sense biochemically: The researchers discovered that the gut-altered mice also had more Tph2, an enzyme involved in the biosynthesis of the calming neurotransmitter serotonin, in the brain.

The bacterial brew provided another benefit in the gut as well: Biopsies showed the injected mice were 50 percent less likely to suffer stress-induced colitis, as measured by cellular damage to the colon; and they had less system-wide inflammation.

That study was hailed as a major breakthrough and named among the top 10 advancements and breakthroughs of 2016 by the nation’s leading nongovernmental funder of mental health research, the Brain and Behavior Research Foundation.

“There is a growing recognition that the microbiome can impact health in general and, more specifically, mental health,” clinician Jeffrey Borenstein, the organization’s president, said in a statement about the research.

The mouse work “can potentially be a game changer in our understanding of this, and ultimately lead to new treatments,” he added. “Our study in PNAS showed we can prevent a PTSD-like syndrome in mice,” says Christopher Lowry, a professor in the Department of Integrative Physiology at C.U.–Boulder, who headed up the study on mice that demonstrated M. vaccae’s effects on stress resilience. Lowry’s results were also consistent with earlier evidence about the powers of M. vaccae bacteria: Previous work established that M. vaccae increases serotonin in the prefrontal cortex, an area of the brain that modulates anxiety. (The researchers are not using M. vaccae in humans because it is not yet approved for human use whereas L. reuteri works along the same immune-regulating pathway and could be tapped without needing further regulatory approvals.)

ANSWERS FROM POOP

The human trials with L. reuteri began in August 2016 at the Denver VA Hospital, headed up by Lowry and Lisa Brenner, a psychiatry professor at the University of Colorado Denver School of Medicine. In addition to asking veterans to down a daily allotment of bacteria or placebo—the volunteers are unaware of which substance they are taking—each participant has been asked to keep a diary of gastrointestinal symptoms for about two weeks, and submit to stool tests.

Participants then return for further blood tests covering various biomarkers of inflammation and gut permeability.

Then, after eight weeks, the veterans are subjected to stress testing like the mice. Instead of exposing them to large mice, however, they are asked to do something even more intimidating to many humans: give a speech in front of a group while researchers collect their psychological and physiological stress measures (including heart rate variability and galvanic skin response).

Participants also receive final blood and stool tests for biomarkers of inflammation, gut permeability and any changes in the microbiome.

Final results from the study are expected in May 2018.

The foundational work behind this study is “very provocative” because it validates the concept of immunizing against a variety of stress-related disorders, says John Cryan, head of the Department of Anatomy and Neuroscience at University College Cork in Ireland, who was not involved with the work.

The findings, he says, suggest this may be a promising way to help fight anxiety in PTSD patients.

par sandra agneau 9 mai 2017

balayage électron micrograph (sem) de divers bactéries trouvé dans un échantillon de humain fèces. crédit: steven gschmeissner getty images publicité | rapport annonce chaque nuit avant "greg" va à lit il brosses et flosses son dents. alors il double-contrôles le instructions sur le sombre brun bouteille son infirmière a donné lui avant il unscrews le casquette et conseils cinq gouttes de un lumière-ambre, huileux liquide sur un cuillère. le brasser, brillant de le lumière du salle de bains appareil, est fade et a aucun odeur il peut détecter. mais c'est cale-plein de bactéries. il sloshes le substance environ dans son bouche et hirondelles. greg espoirs ce tout il dort le étranger microbes sera guerroyer avec autre les organismes dans son intestin, changement ce environnement à finalement aide lui gérer certains du poste-traumatique stress trouble (ptsd) symptômes ce nuage son esprit et devinette son jours et nuits avec cauchemars, flashbacks, pensées de suicide et irrationnel réponses à stressant événements. le bactéries il est avaler, son médecins dire lui, "mai aide réduire symptômes de stress." chaque goutte de greg's brasser est rempli avec millions de lactobacillus reuteri, un bactérie isolé et dérivés de humain lait maternel. le denver va hôpital ordres le substance et prescrit il comme partie de un ptsd clinique procès impliquant 40 anciens combattants qui soit recevoir le bactéries ou un placebo mix de huile de tournesol et autre inactif substances. (le bactérie est aussi actuellement habitué traiter un dentaire condition appelé chronique periodontitis parce que il a été montré à aide lutte inflammation.) modifier le système immunitaire à aide construire résilience à stressant événements est un manège manière à lutte ptsd. mais malgré le massif fardeau de cette trouble, il y a peu traitements pour beaucoup de ses écrasant symptômes. du plus que deux million troupes déployé dans u.s. militaire conflits mondial, un estimé 11 à 23 pour cent avoir soutenu certains niveau de soit traumatique cerveau blessure (tbi) ou ptsd. greg, dont nom a été changé dans cette article à protéger son identité, est parmi eux. il servi dans opération irakien liberté et a été blessé quand le véhicule il a été dans detonated un bord de la route improvisé explosif appareil-meurtre plusieurs de son camarades et laissant lui avec un mal blessé jambe, un traumatique cerveau blessure et le constellation de symptômes ce comprendre ptsd. avec peu options disponible après il essayé un variété de mental santé thérapies, l'année dernière il et 39 autre vétéran bénévoles-tout souffrance de ptsd et être traités à le rocheux montagne mirecc pour vétéran suicide prévention centre dans denver-volontaire etre partie de un tôt clinique procès à déterminer si l. reuteri peut réduire leur physiologique et psychologique réponses à stressant situations. le approximativement $ 200,000 procès est financé par le département de anciens combattants affaires et visant à évaluation le faisabilité, acceptabilité, tolérabilité et sécurité mesures pour le possible utiliser du bactérie à traiter ptsd. intestin réaction le bactérie a été choisi après plus tôt animal essais suggéré il produit anxiété-lutte réponses. l'année dernière un équipe de chercheurs à le université de colorado rocher trouvé ce injecter bénéfique bactéries dans souris aidé eux devenir plus élastique à le stress de résidant avec beaucoup plus, agressif souris. dans ce étude le scientifiques injecté sain souris avec un chaleur-tué préparation de mycobacterium vaccae-qui, comme l. reuteri, actes comme un drogue, modulation le la souris de système immunitaire. (le deux microbes sont cousins et partager un commun ancêtre.) le injecté souris exposé moins anxiété ou fearlike comportements, et comportés plus proactive environ leur agresseurs que ne ces dans un contrôler groupe, qui dut se débrouiller sans le coups. le vaccinés souris's amplifié calme fait sens biochimiquement: le chercheurs découvert ce le intestin-modifié souris aussi avait plus tph2, un enzyme impliqué dans le biosynthèse du calmer neurotransmetteur sérotonine, dans le cerveau. le bactérien brasser pourvu que un autre avantage dans le intestin aussi: biopsies a montré le injecté souris ont été 50 pour cent moins susceptible de souffrir stress-induite colite, comme mesuré par cellulaire dommage à le côlon; et ils avait moins système-large inflammation. ce étude a été salué comme la majeur percée et nommé parmi le sommet 10 progrès et percées de 2016 par le nation en tête non gouvernementales bailleur de fonds de mental santé recherche, le cerveau et comportement recherche fondation. "il y a un croissance reconnaissance ce le microbiome peut impact santé dans général et, plus spécifiquement, mental santé," clinicien jeffrey borenstein, le organisation président, dit dans un déclaration sur le recherche. le souris travail "peut potentiellement être un jeu changeur dans notre compréhension de cette, et finalement conduire à nouveau traitements," il ajouté. "notre étude dans pnas a montré nous peut empêcher un ptsd-comme syndrome dans souris," dit christophe lowry, un professeur dans le département de intégrative physiologie à c.u.-rocher, qui tête en haut le étude sur souris ce démontré m. vaccae's effets sur stress résilience. lowry's résultats ont été aussi compatible avec plus tôt preuve sur le pouvoirs de m. vaccae bactéries: précédent travail établi ce m. vaccae augmentations sérotonine dans le préfrontal cortex, un zone du cerveau ce module anxiété. (le chercheurs sont non utilisation m. vaccae dans les humains parce que c'est pas encore approuvé pour humain utiliser alors que l. reuteri œuvres le long de pareils immunisé-réglementation voie et pourrait être tapped sans besoin plus réglementation approbations.) réponses de poupe le humain essais avec l. reuteri a commencé dans août 2016 à le denver va hôpital, tête en haut par lowry et lisa brenner, un psychiatrie professeur à le université de colorado denver école de médecine. en outre à demande anciens combattants à vers le bas un quotidien attribution de bactéries ou placebo-le bénévoles sont ignorant duquel substance ils sont prise-chaque participant a été demandé à garder un journal intime de gastro-intestinaux symptômes pour sur deux semaines, et soumettre à tabouret tests. participants alors retour pour plus sang tests couverture divers biomarqueurs de inflammation et intestin perméabilité. alors, après huit semaines, le anciens combattants sont soumis à stress essais comme le souris. à la place de exposant eux à grand souris, cependant, ils sont demandé à faire quelque chose même plus intimidant à beaucoup les humains: donner un discours dans front de un groupe tout chercheurs recueillir leur psychologique et physiologique stress mesures (y compris coeur taux variabilité et galvanique peau réponse). participants aussi recevoir finale sang et tabouret tests pour biomarqueurs de inflammation, intestin perméabilité et tout changements dans le microbiome. finale résultats de le étude sont attendu dans mai 2018. le foundational travail derrière cette étude est "très provocant" parce que il valide le concept de immunizing contre un variété de stress-liées troubles, dit john cryan, tête du département de anatomie et neurosciences à université collège liège dans irlande, qui a été non impliqué avec le travail. le conclusions, il dit, suggérer cette mai être un prometteur manière à aide lutte anxiété dans ptsd patients. droits & autorisations publicité | rapport annonce sur le auteur (s) sandra agneau lire cette prochaine neurologique santé dommage à pois-taille glande mai cause ptsd-comme symptômes dommage à pois-taille glande mai cause ptsd-comme symptômes juillet 13, 2016 - dina amende maron santé pentagone's géant sang sérum banque mai fournir ptsd indices pentagone's géant sang sérum banque mai fournir ptsd indices août 12, 2013 - dina amende maron esprit qui avantages la plupart de ptsd traitement? qui avantages la plupart de ptsd traitement? juillet 1, 2015 - kristin leutwyler ozelli esprit peut-on endroit soldats à risque pour ptsd? peut-on endroit soldats à risque pour ptsd? juillet 1, 2015 - moises velasquez-manoff bulletin signer partager dernier chaque question. chaque année. 1845 - présent souscrire maintenant! suivre nous facebooktwittergoogle + youtuberss magasin sur presse salle plus scientifique américain est partie de springer nature, qui possède ou a commercial relations avec des milliers de scientifique publications (beaucoup de eux peuvent être trouvé à www.springernature.com/us). scientifique américain maintient un strict politique de éditorial indépendance dans rapports développements dans science à notre lecteurs. © 2017 scientifique américain, un division de nature amérique, inc. tout droits réservé.

Le microbiome contre les effets du stress post traumatique . (PTSD).
Le microbiome contre les effets du stress post traumatique . (PTSD).

Partager cet article

Repost 0
Published by Jean-Pierre LABLANCHY - CHRONIMED - dans Nutrition
commenter cet article

commentaires