Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
15 décembre 2016 4 15 /12 /décembre /2016 08:06

Alors que plusieurs centaines de personnes se déclarent « électro-hypersensibles », l'Organisation mondiale de la santé rappelle que « l'hypersensibilité électromagnétique n'est pas un diagnostic médical ».

En France, au 14 décembre 2016, 1391 personnes s'étaient déclarées «électro-hypersensibles» sur le site d'une association qui s'efforce de les recenser.

Mais pour la science, les choses sont claires: l'électrosensibilité provoquée par l'exposition aux champs électromagnétiques n'existe pas.

Même analyse de l'Académie de médecine, qui souhaite néanmoins que l'on s'occupe des personnes qui en manifestent des symptômes (position défendue également par l'Organisation mondiale de la santé, OMS).

Si l'affaire est entendue pour la science, c'est que les personnes électrosensibles placées dans un milieu ou l'on a arrêté les ondes électromagnétiques sont incapables de savoir quand on les laisse passer ou pas.

L'OMS le rappelle: «l'hypersensibilité électromagnétique n'est pas un diagnostic médical.»

Le 5 mai 2014, par un communiqué de presse, l'Académie déplorait «(qu')aucune réglementation n'empêche d'habiles commerçants de se lancer sur ce marché, d'autant plus florissant qu'il est alimenté par une inquiétude largement distillée dans les médias et que ces produits s'adressent à des personnes particulièrement fragiles».

Les dispositifs anti-ondes sont parfaitement inutiles puisqu'ils ne les protègent de rien de dangereux.

Les symptômes sont très variés Soucieuse des personnes qui se plaignent de ces troubles très invalidants, «l'Académie regrette le détournement des personnes électrosensibles des circuits de prise en charge médicale».

Car la médecine ne nie pas la souffrance des personnes.

Douze sites dédiés ont même été créés dans des hôpitaux pour les personnes qui se pensent électrosensibles.

Car les symptômes peuvent être très variés. Suite à l'installation d'une antenne-relais sur le toit de leur immeuble, en 2009, une famille avec un bébé présente ainsi rapidement «un goût métallique dans la bouche et un mal au crâne derrière la tête» pour le père.

Même chose, une semaine plus tard, pour la mère et son bébé «dont le nez a commencé à saigner». Agitation médiatique immédiate d'autant que l'immeuble est proche de deux écoles et d'une clinique, jusqu'à ce que l'on s'aperçoive que l'antenne est inactive: elle n'est pas encore raccordée au réseau électrique!

Cette affaire n'apparaît pas dans les actes du colloque organisé à l'Assemblée nationale le 11 février 2016 par les députées écologistes Laurence Abeille et Michèle Rivasi.

En revanche, le Dr Pierre Biboulet, médecin généraliste expert, était invité à participer à la table ronde. Il a réussi à convaincre en 2015 un tribunal de Toulouse d'accorder pour une durée de deux ans une allocation adulte handicapée à une femme de 39 ans affirmant souffrir d'un «syndrome d'hypersensibilité aux ondes électromagnétiques».

Mais loin d'avoir prouvé l'électrosensibilité de la plaignante, le Dr Biboulet n'a fait que constater une absence de symptôme loin de toute exposition! Après s'être rendu dans le hameau au fond d'une vallée pyrénéenne où vit la plaignante, sans eau courante ni électricité, le médecin a témoigné: «Le lien de causalité entre le déficit et la cause était évident.

Il suffisait de supprimer la cause pour que le symptôme disparaisse. C'est donc l'environnement qui crée le handicap.»

lefigaro.fr

Partager cet article

Repost 0
Published by Jean-Pierre LABLANCHY - CHRONIMED - dans ondes
commenter cet article

commentaires