Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
14 juillet 2017 5 14 /07 /juillet /2017 19:16

La «lucidité terminale» ou le mystère d'une rémission fugace et inattendue

Repéré par Diane Frances — 13.07.2017 - Repéré sur The New York Times

À l'inverse des râles d'agonie, des difficultés respiratoires ou de l'agitation, ce symptôme surgissant contre toute attente semble annoncer une amélioration de l'état de santé, mais précède bel et bien la mort.

Sara Manning Peskin est résidente en neurologie à l'université de Pennsylvanie et a écrit, pour le New York Times, deux chroniques sur les symptômes annonciateurs de la mort.

Dans la première, publiée le 20 juin dernier, elle évoquait les râles d'agonie, les difficultés respiratoires et l'agitation, signes qui laissent entrevoir explicitement l'imminence du décès.

La seconde, parue le 11 juillet, aborde la «lucidité terminale», terme inventé par le biologiste Michael Nahm en 2009 pour qualifier le bref regain d'énergie et de clarté qui précède parfois la mort, un moment que l'expert en psychologie cognitive Alexander Batthyany a surnommé «la lumière avant la fin du tunnel».

Cette rémission temporaire survient, la plupart du temps, chez des patients atteints de tumeurs, d'accidents vasculaires cérébeaux, de démence ou de troubles psychiatriques.

Si elle semble indiquer une amélioration de leur état, les malades n'étant plus lucides voire conscients depuis un temps plus ou moins long lorsqu'elle surgit, elle n'est en réalité qu'un passage fugace se produisant au crépuscule de leur vie, et qui en présage la fin.

L'auteure et infirmière des hospices Barbara Karnes explique qu'ils ont alors comme «un pied dans chaque monde». «Soudain, elle s'est mise à chanter»

À l'instar de la mort elle-même, cet état demeure un mystère.

S'il peut se justifier dans certains cas –par exemple, une perte de poids chez les patients atteints de tumeurs cérébrales peut provoquer un soulagement éphémère de la pression exercée sur le cerveau et ainsi leur permettre d'avoir les idées claires– aucune théorie n'explique la lucidité terminale observée chez des personnes mourant de démence, d'insuffisance rénale ou d'autres maladies.

Sara Manning Peskin a dressé une liste non exhaustive de cas, tous différents les uns des autres de par l'âge et la situation médicale des personnes, qui décrivent ces manifestations mystérieuses:

«Un garçon de 5 ans dans le coma depuis trois semaines a soudainement repris Sara Manningconscience.

Il a remercié sa famille de le laisser s'en aller et a dit qu'il allait bientôt mourir.

Le lendemain, il est parti.

Une femme de 26 ans souffrant de sévères troubles mentaux n'avait pas prononcé un mot depuis des années. Soudain, elle s'est mise à chanter

“Où l'âme trouve-t-elle sa maison, sa paix? Paix, paix, paix céleste!”

Elle a chanté pendant une demi-heure puis elle s'est éteinte.

Mon grand-père n'avait pas parlé de façon cohérente depuis plusieurs jours. Tout à coup, il était de retour.

“Quelles sont les nouvelles?” a-t-il demandé comme si de rien n'était avant de discuter et blaguer avec ses petits-enfants durant dix minutes.

C'était la veille de sa mort.»

Michael Nahm a collecté 83 compte-rendus de lucidité terminale, rédigés sur une période de 250 ans. 90% des cas se sont produits moins d'une semaine avant la mort, et près de la moitié le jour même.

Les tout premiers rapports datent d'Hippocrate, de Plutarque et de Galien, médecins de l'Antiquité grecque.

Malgré des millénaires d'observation de ce type de phénomène, la science ne l'a toujours pas élucidé.

La «lucidité terminale» ou le mystère d'une rémission fugace et inattendue  au moment de mourir.

Partager cet article

Repost 0
Published by Jean-Pierre LABLANCHY - CHRONIMED - dans Concept
commenter cet article

commentaires