Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
17 mars 2017 5 17 /03 /mars /2017 06:23

Le Pr Jean-Claude Chermann, co-découvreur du virus du SIDA, est impliqué dans la commercialisation en Afrique d'un faux médicament anti-VIH appelé Immunorex.

Nous dévoilons ici les soupçons de fraude qui ont pesé sur le célèbre scientifique il y a quelques années, lors de ses recherches sur le vaccin contre le SIDA.

Enquête sur Immunorex, un faux médicament contre le VIH, commercialisé avec le soutien du Pr Jean-Claude Chermann.

C’est une histoire de sciences à plus de 20 millions d’euros qui finit en procès et se lit dans des rapports de police.

Elle commence en 2001 quand Jean-Claude Chermann, codécouvreur du virus du sida, quitte son laboratoire Inserm de Marseille pour créer la société URRMA R&D à Aubagne (Bouches-du-Rhône) avec le soutien d’investisseurs canadiens.

La start-up doit poursuivre les recherches sur le vaccin contre le sida qu’il promet depuis des années.

Mais en 2004, les investisseurs canadiens, ne voyant rien venir, jettent l’éponge.

Le virologue trouve alors des financiers suisses qui injecteront jusqu’à 19 millions d’euros dans la société avec la promesse de résultats rapides tant les travaux du chercheur sont avancés.

Mais là encore, rien !

Les Suisses soupçonnent alors Jean-Claude Chermann d’avoir "maquillé" ses résultats pour obtenir d’importants financements.

Face à la crise, le virologue licencie en mai 2010 Camille Haslin, sa directrice scientifique, l’accusant d’être responsable de la fraude puis porte plainte contre elle pour escroquerie et abus de confiance.

Impossible de reproduire les résultats

Dans la presse, il accuse ses investisseurs d’un vol de technologies vers la Suisse, affirmant :

« On vole non seulement Chermann, mais aussi l’Inserm, c’est-à-dire la France. »

Mais la machine judiciaire se retourne contre lui.

L’enquête de la brigade financière de Marseille, que nous avons pu consulter, révèle les pratiques douteuses de "l’oublié du Nobel" :

« M. Chermann [...] faisait preuve d’un comportement pour le moins ambigu avec son personnel féminin, insultant, proche du harcèlement sexuel selon certaines et ayant donné lieu à des procédures judiciaires.

Cette attitude se retrouvait également dans le domaine scientifique, M. Chermann ne supportant pas les remises en question sur ses travaux.»

Une scientifique chevronnée recrutée en 2008 pour vérifier les travaux de Jean-Claude Chermann confie encore aux policiers :

« Toute tentative de reproduction des résultats était demeurée vaine. Et M. Chermann refusait de reconnaître ses approximations.»

Accablant : un rapport d’enquête de la brigade financière de Marseille du 14 janvier 2011 révèle les méthodes surprenantes de Jean-Claude Chermann dans son laboratoire.

La conclusion de l’enquête est accablante : « [...] il y a lieu de s’interroger sur les motivations de la plainte de M. Chermann, qui pourrait n’être en somme qu’un écran de fumée visant à éviter que l’on ne s’intéresse de trop près à ses résultats. »

La plainte, classée sans suite, Camille Haslin a donc été complètement blanchie des accusations de Chermann.

Mais elle n’a jamais pu retrouver de travail après qu’il l’eut licenciée.

Pourtant en mars 2016, la cour d’appel d’Aix-en-Provence jugeait définitivement que le licenciement… « était sans cause réelle et sérieuse ».

Sollicité par nous sur les péripéties judiciaires d’URRMA, le Pr Chermann n’a pas souhaité s’exprimer sur ce point.

Partager cet article

Repost 0
Published by Jean-Pierre LABLANCHY - CHRONIMED
commenter cet article

commentaires