Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
8 février 2017 3 08 /02 /février /2017 08:29

D’après une étude du Silent Spring Institute, aux Etats-Unis certains emballages de fastfoods contiendraient des substances chimiques.

Pour certaines jugées nocives pour la santé. Nourriture de fast-food et santé ne font décidément pas bon ménage.

Pas franchement réputée pour son équilibre nutritionnel, la cuisine des chaines de restauration rapide est cette fois pointée du doigt à propos des emballages dans laquelle elle est servie aux consommateurs.

En effet, une étude du Silent Spring Institute, (organisation à but non lucratif dédiée aux études sur la santé) explique que les papiers qui emballent les burgers, nuggets et autres cornets de frites sont traités avec des substances telles que le perfluoroalkyle, le polyfluoroalkyle (PFASs) ainsi que de l'acide perfluorooctanoïque (PFOA).

Ces produits permettent d’imperméabiliser et empêchent donc l’eau ou la graisse de pénétrer le papier par exemple. Ils sont généralement utilisés pour imperméabiliser des vêtements, ou poêles anti-adhésives.

Si, grâce à eux, le consommateur n’a pas à s’inquiéter pour ses vêtements, il n'en va pas forcément de même concernant sa santé. Car une partie de ces substances diffuserait de l'emballage vers la nourriture, démontre l'étude. 400 échantillons testés

Pour ce faire, les chercheurs ont prélevé des échantillons dans pas moins de 27 chaînes de restauration rapide, parmi lesquelles McDonald’s, Starbucks ou encore Burger King.

L'équipe a ainsi collecté plus de 400 pièces, comme des emballages pour hamburger et sandwich, des gobelets, des sachets à pâtisserie etc. Les résultats ont révélé la présence des PFAS sur 56% des emballages pour dessert et pour pain, 38% pour ceux des sandwichs et hamburgers et 20% des cartons de frites.

Graham Peaslee, professeur de physique nucléaire expérimentale à l'université des sciences de Notre-Dame et en charge des échantillons rappelle que: "PFAS est une classe entière de produits chimiques.

Il en existe des centaines et un doute subsiste quant à la façon dont chacun d'eux agit.

Cependant, il est assez clair qu'ils se lient bien au sérum sanguin et s'accumulent dans le corps, chez les animaux comme chez les humains".

Et de poursuivre:"Les implications pour la santé humaine sont claires pour seulement deux des produits chimiques PFAS (PFOA et PFOS).

Ils ont été positivement corrélés avec six maladies majeures: cancer du rein et du testicule, hyperthyroïdie, hypertension, pré-éclampsie et colite ulcéreuse.

" Pour les autres composés de cette famille, les tests n'ont pas encore été réalisés. Mais le scientifique craint que pour bon nombre d'entre eux, les effets soient comparables en raison de structures très similaires.

Les enfants pourraient être la tranche de la population la plus vulnérable. L’United States Environmental Protection Agency, explique sur son site, que les PFAS peuvent également entraîner des problèmes au niveau du développement et du système immunitaire.

Inquiétant puisqu’une autre étude du National Center for Health Statistics a rapporté qu'un tiers des enfants États-Uniens consommaient de la restauration rapide… tous les jours.

Les réactions des grandes marques

De son côté Graham Peaslee explique que certains de ses collaborateurs ont contacté les PDG des grands détaillants de produits alimentaires.

"La plupart n’ont pas encore répondu, exception faite de deux d’entre eux, disant qu’ils ignoraient qu’ils utilisaient des produits de ce type". Bénéfice du doute, le chercheur leur accorde même qu’ils ignoraient peut-être ce qu’il se passait au niveau des emballages individuels.

De l'autre côté, parmi les chaînes de restauration rapide, MacDonald’s se veut clair et rassurant : "Avec près de 2 millions de repas servis chaque jour, McDonald’s ainsi que l’ensemble de ses partenaires ont à cœur d’assurer la qualité et la sécurité alimentaire des produits.

" Le géant américain affirme que les substances en question ont été bannies des emballages de leurs produits depuis 10 ans, en France.

Pourtant, en Europe ces produits n'ont toujours pas été interdits. Le 17 mars 2010, la commission avait adopté la recommandation 2010/161/EC sur la surveillance de ces substances.

La commission précise que les données sont toujours en cours de collecte...

Emballages des fast-food= danger. Fluorine.

Partager cet article

Repost 0
Published by Jean-Pierre LABLANCHY - CHRONIMED - dans Nutrition
commenter cet article

commentaires