Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
7 octobre 2017 6 07 /10 /octobre /2017 23:16

Une bactérie "aphrodisiaque" conduisant de très anciens organismes unicellulaires à s'accoupler...

C'est l'étonnante découverte réalisée par des microbiologistes de l'université de Californie à Berkeley qui sont peut-être remontés grâce à leurs travaux jusqu'à l'origine de la reproduction sexuée dans le règne animal.

Les Salpingoeca rosetta étudiés sont des choanoflagellés, petit groupe d'eucaryotes unicellulaires très étudiés en biologie évolutive comme les ancêtres les plus primitifs du règne animal.

Ces petites créatures à l'allure de spermatozoïdes humains sont un modèle pour comprendre comment la vie unicellulaire a évolué vers les premiers organismes multicellulaires.

En principe, ces S. Rosetta ne se reproduisent que par division cellulaire.



Mais l'équipe dirigée par la microbiologiste Nicole King s'est aperçue qu'il était possible de les pousser à se reproduire par accouplement en intégrant à leur environnement des bactéries marines : des Vibrio fischeri, connue pour leurs propriétés bioluminescentes, qui jouent alors le rôle d'entremetteuses d'une reproduction sexuée.

"C'était totalement inattendu", reconnaît Jon Clardy, biochimiste à l'Ecole de médecine de Harvard (Boston, Massachusetts), co-auteur de l'étude publiée dans la revue Cell.

Sur le schéma publié par les auteurs, la bactérie est ainsi surnommée Eros, du nom du dieu de l'amour dans la mythologie grecque.

En y regardant de plus près, les chercheurs ont compris que c'est une protéine sécrétée par les bactéries qui titille la curiosité des choanoflagellés pour leurs congénères.

Mis en présence de cette protéine, les organismes unicellulaires se regroupent par grappe d'environ 35 individus qui fusionnent puis dupliquent et recombinent leur ADN pour enfin se diviser en une descendance au patrimoine génétique singulier.

Soit le processus type d'une méiose, spécifique à la reproduction sexuée. "C'est la première fois que je vois une bactérie induire un accouplement dans une cellule eucaryote", explique au journal Nature Vanessa Sperandio, microbiologiste à l'Université du Texas qui n'a pas participé à l'étude.

Selon elle, les bactéries pourraient en fait jouer un rôle insoupçonné jusque là dans les processus d'accouplement d'animaux multicellulaire.

Pour les auteurs de l'étude, il est bien possible que ce mécanisme soit celui par lequel les S. Rosetta se reproduisent dans la nature, étant donné leur proximité avec ces bactéries luminescentes dans les écosystèmes.

Surtout, les concentrations importantes de ces bactéries favoriseraient ainsi des accouplements de masse des organismes unicellulaires, rendant plus probable une évolution vers un "animal" à une ou plusieurs cellules.

Quoi qu'il en soit, ces bactéries ont des vertus "aphrodisiaques", au moins chez nos très, très, très lointains ancêtres.

Des bactéries sexuées inventent la reoroduction sexekeesx.

Partager cet article

Repost 0
Published by Jean-Pierre LABLANCHY - CHRONIMED
commenter cet article

commentaires