Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
29 juin 2017 4 29 /06 /juin /2017 07:03

De nouvelles recherches en cancérologie sur le Roundup —

Qu'est-ce que cela signifie aux consommateurs éprouvant des inquiétudes?

Alors que le public a toujours été ébranlé par la détermination d’une « substance potentiellement cancérogène » par le Centre international de recherche sur le cancer (CIRC), des développements récents ont révélé que tout pourrait changer.

Une nouvelle enquête de Reuter a révélé qu'un certain scientifique avait des données tirées d’une vaste étude et qui sont tout à fait l'opposé des idées reçues, mais il a caché ces informations lors de l’étude.

Aaron Blair, l'un des chercheurs principaux chargés de l'étude initiale et aussi l'un des scientifiques qui ont dirigé l’étude avec CIRC sur le glyphosate, avait toujours eu accès à ces données.

Il parait que les données auxquelles Blair avait eu accès et qui prouvent qu’il n’y a aucun lien entre le glyphosate et le cancer n'avaient pas été publiées lorsque l’étude a eu lieu, c’est probablement la raison pour laquelle le CIRC n'a pas pu prendre ces informations en considération lors de la prise de leur décision.

Au cours d'un témoignage assermenté, Aaron Blair a déclaré que si les données faisaient partie de l’étude menée par le CIRC, cela aurait influencé voire changé leur décision définitive.

Le raisonnement expliquant pourquoi les données n'ont pas été publiées avant l’étude menée par le CIRC ne semble pas vraiment convainquant.

Cependant, Blair a affirmé que les données contenaient trop d'informations à publier dans un document avant l’étude. Même s’il est prouvé que Blair et d'autres co-auteurs de l'ébauche des rapports de recherche savaient que les résultats de l'étude seraient d’une importance significative pour la science et la santé publique.

D'autres experts d’une grande renommée, quand sollicités par Reuter, n’ont trouvé aucune raison valable de ne pas publier les résultats car les données étaient solides et pertinentes.

Un éminent défenseur de la science, Michael Eisen, qui est également professeur de génomique, de développement et de génétique à l'Université de Californie-Berkeley, a estimé que la décision du CIRC de ne pas dévoiler ces données non publiées est débile.

Il a également annoncé que le CIRC se précipitait pour arriver à une conclusion pareille.

Un simple regard dans le début du glyphosate Glyphosate

Des agriculteurs et propriétaires d'entreprises dont l’activité est liée à l'agriculture et jusqu’au consommateur moyen, tous se sont appuyés sur des produits contenant du glyphosate comme une sorte de Roundup pour éliminer les mauvaises herbes et freiner leur croissance indésirée dans les jardins, les champs de culture, les forêts et l'aménagement paysager et ce pendant des décennies.

Cet herbicide non sélectif fait des miracles pour se débarrasser rapidement de la croissance indésirée et il a toujours été le remède pour beaucoup depuis sa découverte en 1970 par le chimiste Monsanto John E. Franz.

Malheureusement, la polémique sur une utilisation aussi large du produit chimique a conduit à des résultats assez contradictoires pour les consommateurs.

Certains chercheurs ont affirmé que le produit chimique est directement lié à certains types de cancers.

Pourtant, il existe des sources fiables qui ont dit autrement.

En 2015, le CIRC a effectivement déclaré que le glyphosate représentait une substance potentiellement cancérogène, ce qui signifie, théoriquement, que toute substance contenant ce produit chimique pourra causer un cancer.

Ce changement a provoqué une énorme protestation par les consommateurs publics qui se sont longtemps appuyés sur Roundup et des produits similaires pendant des années et a mené à des litiges assez étonnants.

Mais quelle est la fiabilité de cette information?

L'histoire des études sur le glyphosate La dépendance totale sur le glyphosate a conduit à son innocuité étudiée depuis les années 1980 par L'Agence pour la Protection de l'environnement des États-Unis et diverses autres agences internationales, telles que l'Autorité européenne de sécurité des aliments et la Commission japonaise de la sécurité alimentaire.

Même après un examen régulier au cours des 35 dernières années, toutes ces agences impliquées affirment que le produit chimique n’est pas susceptible de causer le cancer chez les êtres humains.

C’était un point de vue totalement différent à propos du test du glyphosate qui émanait de certains savants qui ont mené des recherches sur le produit chimique.

Des chercheurs de toutes catégories confondues ont également testé le produit chimique sur les animaux de laboratoire et ont également observé son effet dans plusieurs environnements tels que les réserves d’eau et les sources de nourriture pour finir par déclarer son innocuité et son effet sur les personnes ayant une exposition répétée.

Quel serait l'avenir des produits contenant du glyphosate ?

Bien qu'il existe des preuves claires et irréfutables selon lesquelles le glyphosate ne devrait pas être lié au cancer, il est difficile de juger si les avis à propos du CIRC changeront.

Jusqu'à présent, le CIRC ne montre aucune indication visible selon laquelle il prévoit faire appel de sa décision selon laquelle le produit chimique est une substance potentiellement cancérogène. Néanmoins, les informations qui indiquent autrement sont dévoilées et le public en est informé, ce qui peut changer les choses pour les consommateurs qui auraient déjà été concernés.

La nouvelle preuve a même été soulevée lors d'une audience budgétaire récente de l'EPA à l'administrateur de l'EPA, Scott Pruitt, lorsqu'il a simplement été invité à examiner la nouvelle preuve qui a été retenue lors de l'examen du produit chimique par le CIRC.

Il existe également des travaux en cours dont l’objectif est de mener des études plus approfondies qui prouvent que le glyphosate est un produit cancérogène, avec un écrit couvrant une éventuelle étude scientifique à soumettre dans un futur proche.

Alors qu'une date montrant si ces nouvelles études ont lieu est encore au-delà de l'horizon, il est encourageant de prendre en considération les changements possibles qui pourraient avoir lieu grâce à ces travaux.

Sources motherjones.com cnbc.com

De nouvelles recherches en cancérologie sur le Roundup Monsanto.

Partager cet article

Repost 0
Published by Jean-Pierre LABLANCHY - CHRONIMED - dans Nutrition
commenter cet article

commentaires