Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
1 janvier 2017 7 01 /01 /janvier /2017 22:54

Pour la première fois en France, un couple a été autorisé à congeler le cordon ombilical de son bébé, à naître à Nice, afin de s’en servir plus tard pour le soigner.

La justice a tenu compte des cas de cancers présents dans la famille.

La démarche n’a pourtant aucun fondement scientifique.

La conservation du sang du cordon ombilical n’est pas une pratique nouvelle en France mais celle-ci se fait dans le cadre d’un don qui doit servir à la collectivité.

Ici, pour la première fois, le tribunal de Grasse a autorisé un couple à congeler les cellules du cordon de son bébé et à les faire conserver par une société pour ses besoins privés.

Le couple est motivé par l’idée que, grâce aux progrès de la science, leur enfant pourra être soigné par les cellules de son cordon.

Dans les familles des deux parents, d’après leur avocat, il y avait de lourds problèmes de santé, avec notamment des cas de cancers foudroyants du pancréas.

Légalement en France, il n’est pas possible de conserver le cordon ombilical pour les besoins futurs de son bébé.

Le sang du cordon ombilical contient des cellules souches hématopoïétiques, qui sont à l’origine des globules rouges, des globules blancs et des plaquettes.

La greffe de cellules de cordon aide à traiter des maladies graves du sang : leucémies, lymphomes, drépanocytose ou thalassémie.

C’est une alternative à la greffe de moelle osseuse. Les femmes peuvent donner le cordon à la naissance, mais ce don est anonyme et gratuit ; il s’inscrit dans une approche solidaire.

La loi permet cependant que, par dérogation, le cordon serve à un frère ou une sœur du bébé (on parle parfois de « bébé médicament »).

Les cordons prélevés sont conservés par le Réseau français de sang placentaire (RFSP), incluant 28 maternités et 11 banques.

D'après l'agence de biomédecine, il y a, en moyenne, chaque année, 200 greffes utilisant du sang de cordon ombilical.

Une démarche commerciale sans fondement scientifique

Mais quel est l’espoir de guérir un cancer du foie ou du pancréas avec ses propres cellules souches de cordon ombilical ?

Aujourd’hui, c’est impossible.

Certes, des chercheurs espèrent traiter un jour des maladies avec des cellules souches, par exemple en injectant des cellules dans le cerveau pour traiter Alzheimer ou Parkinson, mais pourquoi utiliser des cellules du cordon ?

Les adultes possèdent déjà des cellules souches hématopoïétiques dans leur moelle osseuse. D’après l’agence de biomédecine, « conserver le sang du cordon de son enfant dans une banque pour le soigner avec ses propres cellules au cas où il serait malade plus tard ne repose actuellement sur aucun fondement scientifique validé par consensus d’experts ».

C’est donc inutile.

Les entreprises qui proposent cette congélation jouent sur la peur des parents qui souhaitent, légitimement, protéger leur enfant, en leur faisant miroiter l’espoir d’une hypothétique découverte de traitement.

De plus, si l’enfant a une maladie du sang ou une maladie génétique depuis sa naissance, cela n’a pas de sens de lui réinjecter ses propres cellules déjà atteintes.

Au contraire, pour lutter contre une maladie sanguine, mieux vaut injecter les cellules provenant d’un autre cordon.

ertains pays autorisent les banques privées de cordons ombilicaux.

Cette conservation est payante.

Ainsi, chez Virgin Health Bank, le coût de l’opération est estimé à 1.995 livres sterling (2.385 euros).

D’après un article du Daily Mail datant de 2011, près de 100.000 parents britanniques auraient fait cette démarche.

Partager cet article

Repost 0
Published by Jean-Pierre LABLANCHY - CHRONIMED - dans Concept
commenter cet article

commentaires