Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
2 juillet 2017 7 02 /07 /juillet /2017 12:29

CANCER Cancer : vers un diagnostic grâce aux ondes sismiques produites par le corps

Par Damien Desbordes

@DesbordesDamien Le 28.06.2017

Une nouvelle technique de diagnostic est en cours de validation clinique en France. L'élastographie passive s'appuie sur les ondes sismiques produites naturellement dans le corps pour repérer des tumeurs et d'autres maladies.

L'échographie fait appel aux ultrasons. L'élastographie s'apparente à l'échographie (illustration).

Les chercheurs travaillent actuellement sur une version non invasive.

Tendre l'oreille aux ondes qu'il produit naturellement et qui pourraient nous renseigner sur ce qu'il se passe à l'intérieur.

Sur le papier, l'élastographie "passive" est une technique pleine de promesses. Censée compléter un jour les techniques actuelles, elle est actuellement en cours d'expérimentation depuis 2010, notamment au Centre d'investigation clinique de Tours et à l'Inserm de Lyon.

C'est là que travaille Stefan Catheline, qui a dirigé plusieurs études sur cette nouvelle technique d'imagerie très peu invasive.

Et à l'occasion d'un congrès aux Etats-Unis, du 25 au 29 juin 2017, il a dressé le bilan.

Qu'est-ce que l'élastographie passive, cette méthode diagnostique qui utilise les ondes sismiques ?

Quelles sont ses promesses ?

Où en est la recherche de pointe ?

Imagerie en zone profonde

Le corps, tout comme les couches superficielles de la Terre, est parcouru en permanence d'ondes ondes mécaniques (comme les séismes) de très faible intensité.

Ce qui a poussé Stefan Catheline à penser qu'on arrivera un jour à les écouter pour mieux comprendre l'intérieur du corps.

"L'élastographie passive pourrait être une bonne technique de détection des cancers dans les zones les plus enfouies du corps telles que la prostate ou le foie mais aussi dans les organes protégés comme le cerveau ou fragiles comme l'œil."

Cette méthode est dite "non-invasive" car il n'y a pas besoin d'ouvrir le corps, et elle est passive car elle utilise les ondes produites par l'organisme lui-même.

Mon corps fait des ondes ?!

"L'idée, poursuit Stefan Catheline, est d'utiliser à notre avantage les ondes naturellement présentes dans le corps humain à cause de l'activité musculaire pour construire une carte de l'élasticité des tissus."

Outre les muscles habituels, les chercheurs peuvent s'appuyer sur le cœur, grand producteur de vibrations, mais également d'autres processus métaboliques générateurs d'ondes.

Pour arriver à un diagnostic, le médecin n'aurait qu'à suivre la carte de l'élasticité des tissus du patient.

La physicienne Marion Tardieu écrit dans sa thèse que "les propriétés mécaniques des tissus biologiques sont des paramètres importants en médecine : ce sont des biomarqueurs du fonctionnement normal ou pathologique d'un tissu."

Bref, si les ondes indiquent qu'une région est moins souple que les autres, il y a peut-être un problème.

Car leur propagation dans le corps peut être modifiée par toute une batterie d'obstacles, listés par Marion Tardieu :

"l'hypertension ou un traumatisme, mais également la présence de certaines maladies, telles que le cancer, la fibrose, l’inflammation ou la maladie d'Alzheimer."

Il existe déjà une version "active" de l'élastographie, couramment utilisée pour dépister les cancers du sein et les fibroses du foie.

Quand ils y ont recours, les thérapeutes génèrent artificiellement des ondes grâce un outil vibratile, placé près de l'organe à étudier.

Problème : certains organes sont inaccessibles ou trop fragiles.

D'où l'idée d'une élastographie passive, qui se propose de suivre les ondes produites naturellement.

Cancer : un diagnostic par élastigraphie, grâce aux ondes sismiques produites par le corps.

Partager cet article

Repost 0
Published by Jean-Pierre LABLANCHY - CHRONIMED - dans Concept
commenter cet article

commentaires