Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
8 février 2017 3 08 /02 /février /2017 23:01

Autisme : la transplantation fécale améliore les symptômes intestinaux et comportementaux

Aude Lecrubier

Auteurs et déclarations 06 février 2017 Paris,

Les preuves s’accumulent de l’influence du microbiote intestinal sur le fonctionnement cérébral.

Dans une nouvelle petite étude, des chercheurs américains montrent que rééquilibrer le microbiote intestinal d’enfants autistes par la transplantation fécale améliore non seulement les troubles gastro-intestinaux, fréquents dans cette population, mais aussi les symptômes comportementaux [1].

Un enfant sur 160 présente un trouble du spectre autistique (TSA), selon l’Organisation Mondiale de la Santé. Or, l’origine de ces troubles reste encore mal comprise. En raison de la forte prévalence des problèmes gastro-intestinaux chez ces enfants et de la corrélation entre ces symptômes et la sévérité de la maladie autistique, depuis quelques années la communauté scientifique est allée investiguer du côté du microbiote des jeunes autistes.

D'après une méta-analyse publiée en 2014 dans la revue Pediatrics [2], les enfants autistes souffrent au moins quatre fois plus souvent de troubles gastrointestinaux que les enfants témoins.

Ils ont trois fois plus de diarrhées et de constipation et 2,5 fois plus de douleurs abdominales. Jusqu’ici, plusieurs études ont montré que le microbiote intestinal des enfants atteints de troubles autistiques était moins diversifié que celui des autres .

Les chercheurs ont donc émis l’hypothèse que les symptômes gastro-intestinaux et comportementaux des enfants atteints de troubles autistiques pourraient, en partie, trouver leur origine dans la dysbiose du microbiote intestinal.

En 2015, une étude publiée dans la revue Cell a d’ailleurs montré qu’en modulant le microbiote intestinal, il était possible d’influencer les symptômes de l’autisme chez les souris. En parallèle, une étude sur 10 enfants souffrant de TSA a montré qu’un traitement antibiotique injectable, la vancomycine pendant 8 semaines, améliorait temporairement les symptômes gastro-intestinaux et comportementaux de 8 d’entre eux (Sandler et al, 2000).

Dans une nouvelle étude, des chercheurs de l’université de l’Etat de l’Ohio ont évalué l’intérêt de la transplantation fécale chez 18 enfants atteints de TSA et souffrant de troubles intestinaux modérés à sévères. « Nous espérions une amélioration des symptômes gastro-intestinaux mais nous avons été surpris de constater une amélioration dans 80 % des cas », a commenté Ann Gregory, l’un des auteurs principal de l’étude (Ohio State University, Columbus) pour Medscape.

« En outre, nous espérions aussi voir les symptômes autistiques s’améliorer et nous avons été agréablement surpris de constater une amélioration de près de 25 % dans les 10 semaines qui ont suivi le traitement ».

L’étude a été publiée dans l’édition en ligne du 23 janvier du journal Microbiome [1]. Rééquilibrer la flore intestinale Le protocole de l’étude a consisté à administrer à 18 enfants âgés de 7 à 17 ans, deux semaines d’antibiotiques par vancomycine, suivi d’un lavage intestinal puis d’une transplantation fécale standardisée.

La bactériothérapie fécale a débuté par une forte dose administrée oralement ou par voie rectale puis elle a été suivie de doses de maintenance quotidiennes orales plus faibles pendant 7 à 8 semaines.

Un antiacide a été administré conjointement pour améliorer la survie des nouvelles bactéries dans l’estomac.

Une amélioration de 80 % des symptômes gastro-intestinaux Globalement, les symptômes gastro-intestinaux ont diminué de 82 % entre le début et la fin du traitement, notamment les douleurs abdominales, les indigestions, les diarrhées et la constipation.

L’amélioration était maintenue 8 semaines après l’arrêt du traitement (77 % de baisse de symptômes par rapport à l’entrée dans l’étude ; p

Seuls 2 enfants sur 18 ont eu une amélioration

Les chercheurs indiquent notamment que le nombre de jours avec des selles anormales a diminué significativement (p=0,002) et s’est maintenu dans le temps (8 semaines après l’arrêt du traitement).

Moins de symptômes autistiques

La transplantation fécale a également été corrélée à une baisse des symptômes autistiques (scores PGI-III et CARS).

D’après l’échelle d’évaluation de l’autisme infantile (CARS), les symptômes ont diminué de 22 % entre le début et la fin du traitement et de 24 % entre le début du traitement et les 8 semaines de suivi après traitement (p

Peu d’effets secondaires, une bonne colonisation bactérienne Le protocole de transplantation fécale a été globalement bien toléré avec des effets secondaires temporaires (principalement une hyperactivité légère à modérée, et des colères/agressions) au début du traitement par vancomycine.

Autre point positif, la diversité bactérienne au niveau de l’intestin des enfants s’est accrue. Suite à la greffe, les bactéries ont colonisé leur nouvel hôte et des bactéries comme Bifidobacterium, Prevotellaet Desulfovibrio ont pu être détectées en abondance.

Concernant l’interprétation de ces résultats, les chercheurs rappellent qu’il s’agit une petite étude réalisée en ouvert et qu’il peut donc y avoir un effet placebo important.

Ils ajoutent qu’une plus grande étude de phase 2 est planifiée (randomisée, en double aveugle, contrôlée contre placebo, multicentrique).

REFERENCES: 1. Kang DW et coll. Microbiota Transfer Therapy alters gut ecosystem and improves gastrointestinal and autism symptoms: an open-label study. Publié en ligne le 23 janvier 2017. Microbiome. 2.McElhanon BO et coll.Gastrointestinal symptoms in autism spectrum disorder: a meta-analysis. Pediatrics. 2014 May;133(5):872-83. doi: 10.1542/peds.2013-3995.

Partager cet article

Repost 0
Published by Jean-Pierre LABLANCHY - CHRONIMED - dans Nutrition
commenter cet article

commentaires