Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
20 mai 2017 6 20 /05 /mai /2017 21:40

Au coeur de nos cellules, la température n’est pas de 37°C

Sacrée surprise !

La température au cœur des cellules est loin d’être la même que celle globale du corps humain.

Les conséquences de cette découverte sont multiples.

C’est une sacrée surprise .

Au cœur de nos cellules, la température n’est pas de 37 °C, comme le laisse penser la température globale du corps humain, mais peut flirter avec les 50 °C!

«Les propriétés physiques, chimiques et électriques de la mitochondrie vont devoir être réévaluées, étant donné que toute la littérature scientifique précédente reflète des expérimentations conduites bien loin de la température physiologique», écrivent les chercheurs français Dominique Chrétien, Paule Bénit et Pierre Rustin (Inserm, hôpital Robert-Debré et université Paris-VII) qui ont fait cette découverte étonnante avec d’autres chercheurs coréens, allemands, libanais, singapouriens et finlandais.

Respiration cellulaire

Les mitochondries sont des constituants déterminants pour le fonctionnement des cellules.

De véritables centrales capables de produire énergie et chaleur.

C’est d’ailleurs dans les mitochondries que se fait la respiration cellulaire.

Sans surprise, on trouve de nombreuses mitochondries dans les cellules musculaires, grosses consommatrices d’énergie mais aussi dans les cellules du foie, organe majeur de la chimie du corps humain.

«Parmi les espèces à sang chaud, la chaleur produite lors des réactions du métabolisme assure une température interne stable à travers l’organisme, en dépit des variations des conditions environnementales», remarquent les chercheurs.

Ils ont réussi à mesurer la température des mitochondries grâce à une mesure de fluorescence et se sont aperçus au cours d’une expérimentation que, «à une température environnante constante de 38 °C, les mitochondries étaient plus chaudes d’au moins dix degrés».

Les mitochondries ne sont pas seulement atteintes dans des maladies comme des myopathies, elles semblent aussi jouer un rôle important dans de nombreuses autres pathologies: sclérose en plaques, maladie de Parkinson, etc.

La diminution de leur nombre après la cinquantaine pourrait aussi expliquer la moindre endurance musculaire des seniors.

Mais c’est surtout la piste de la cancérologie qui pourrait s’avérer prometteuse.

Voilà près d’un siècle que le médecin allemand et Nobel Otto Warburg a émis l’hypothèse d’un défaut de respiration cellulaire comme première étape du processus de cancérisation.

À la lumière de ces nouvelles découvertes, la piste des mitochondries comme cible thérapeutique dans le cancer pourrait être relancée.

Par Damien Mascret le 19/05/2017

Au coeur de nos cellules, la température n’est pas de 37°C

Partager cet article

Repost 0
Published by Jean-Pierre LABLANCHY - CHRONIMED - dans Concept
commenter cet article

commentaires