Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
22 décembre 2011 4 22 /12 /décembre /2011 22:05
Vitamine D, sclérose en plaques et maladies inflammatoires chroniques de l’intestin
Par Solène de Gaalon (CHU de Nantes)
Article commenté :
Vitamin D, multiple sclerosis and inflammatory bowel disease
Cantorna MT
Arch. Biochem. Biophys. 2011 Nov 10. [Epub ahead of print]
►Retrouvez l’abstract en ligne

L’implication de la vitamine D dans le développement des maladies dysimmunitaires comme la SEP et les MICI (maladies inflammatoires chroniques de l’intestin) fait l’objet de nombreux travaux depuis quelques années. Cet article fait la synthèse des connaissances de science fondamentale sur ce sujet.
Toutes les cellules immunitaires possèdent un récepteur à la vitamine D (RVD). Les études animales montrent que, par le biais de ce récepteur, la 1.25OH-vitamine D (forme active de la vitamine D) diminue la prolifération des cellules T et inhibent les cellules Th1 et Th17, qui sont les cellules impliquées dans la physiopathologie de la SEP et des MICI. 
Ainsi, la carence en vitamine D et la déficience du RVD prédisposent les souris aux MICI expérimentales, alors que l’adjonction de 1-25OH-vitamine D en diminue les symptômes. L’action de la vitamine D est multiple, par les biais des cellules T régulatrices, de la flore intestinale, de l’IL-2, de l’IL-10 et du TNF-α.
Le rôle de la vitamine D dans l’EAE (encéphalite allergique expérimentale), principal modèle animal de SEP, est encore débattu. En effet, le traitement par 1.25OH-vitamine D supprime l’EAE, mais il semble également qu’il y ait un rôle indépendant du calcium. Plus étonnant, la carence complète en vitamine D protégerait de l’EAE. Les mécanismes de protection de la 1.25OH-vitamine D vis-à-vis de l’EAE sont l’induction de cellules T régulatrices et de cellules Th2 et la suppression de cellules Th1 et Th17.

En conclusion, la vitamine D est nécessaire au développement normal du système immunitaire murin, et le traitement par sa forme active supprime le développement des modèles animaux de SEP et de MICI. Chez l’homme, il est également prouvé que la vitamine D est importante dans le développement des cellules régulatrices de l’immunité, mais son rôle thérapeutique et préventif reste encore à démontrer.

Partager cet article

Repost 0
Published by Chronimed - dans Nutrition
commenter cet article

commentaires

ameli 28/12/2011 14:01

La carence en vitamine D peut alors être source de sclérose en plaques? et quand est il de la carence en calcium?