Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
29 février 2012 3 29 /02 /février /2012 18:32

Les patients allergiques au pollen de bouleau ont fréquemment une allergie associée à la pomme se manifestant le plus souvent par un syndrome oral. Cette allergie croisée est en relation avec une similarité des allergènes Bet v 1 du pollen de bouleau et  Mal d 1 de la pomme.

L’immunothérapie spécifique au pollen de bouleau n’améliorant pas obligatoirement l’allergie à la pomme, une autre approche thérapeutique s’avère nécessaire pour améliorer le quotidien des allergiques.

L’induction de tolérance est une technique prometteuse confirmée par une étude randomisée contrôlée ouverte menée sur 40 patients ayant une rhino-conjonctivite avec allergie au pollen de bouleau associée à un syndrome oral lors de l’ingestion de pommes confirmé par un test de provocation oral.

L’induction de tolérance orale a été menée chez 27 des ces patients par une administration progressive de doses croissantes de pomme suivie par une phase de maintenance avec consommation d’au moins 3 pommes par semaine. Les 13 autres patients n’ont pas été traités et ont servi de groupe contrôle.

La première dose administrée correspondait à la dose maximale tolérée lors du test de provocation oral. Celle-ci était doublée toutes les 2 à 3 semaines en cas de bonne tolérance de la dose précédente jusqu’à consommation d’une pomme entière, soit 150 à 200 grammes de fruit.

La tolérance d’au moins 128 g de pommes a été obtenue chez 17 des 27 patients dans le groupe actif et chez aucun des témoins (P = 0,0001).

La dose de maintien a été atteinte après un intervalle moyen de 20 semaines (7 à 30). Les patients ont ensuite continué à manger 4 à 7 pommes par semaine.

Cinq patients ont été considérés comme non répondeurs. La dose de maintien n’a pu être atteinte en dépit d’essais répétés.

Des effets secondaires significatifs sont survenus chez 2 patients du groupe actif : une aggravation du syndrome oral lors de la saison pollinique et une diarrhée après 3 semaines de consommation de pomme. Ces 2 patients ont été retirés de l’étude.

Les paramètres immunologiques évalués avant puis après le traitement n’ont pas permis de différencier le groupe traité du groupe contrôle (IgE, IgG4, test d’activation des basophiles).

L’acquisition de la tolérance n’est pas définitive, elle doit être entretenue. Un patient a oublié de manger des pommes pendant 1 mois. Il a perdu sa tolérance…

 

 

Dr Geneviève Démonet Publié le 29/02/2012

 

Kopac P et coll. : Continuous apple consumption induces oral tolerance in
birch-pollen-associated apple allergy. Allergy 2012; 67 : 280–285

Partager cet article

Repost 0
Published by Chronimed - dans Nutrition
commenter cet article

commentaires