Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
29 mars 2013 5 29 /03 /mars /2013 07:24
Un diurétique pourrait atténuer la sévérité de certains troubles de l'autisme, révèle une étude de chercheurs de l'Inserm rendue publique mardi. L'essai de l'Inserm, réalisé en double aveugle, a porté sur soixante enfants âgés de 3 à 11 ans atteints d'autisme. Ils ont reçu - par tirage au sort - pendant 3 mois, soit un diurétique (1mg de bumétanide par jour), permettant de "réduire les niveaux de chlore" dans les cellules, soit un placebo. Les enfants ont, par la suite, été suivis pendant 4 mois, le dernier mois ne comportant aucun traitement. Résultat de cette étude publiée mardi : le diurétique atténuerait la sévérité de certains troubles de l'autisme. Des enfants "plus présent" Bien que non curatif, ce traitement entraîne, pour les trois quarts des enfants traités, une diminution de la sévérité des troubles autistiques, d'après les chercheurs de l'Inserm dont les travaux paraissent cette semaine dans le journal Translational Psychiatry. A l'arrêt du traitement, certains symptômes sont toutefois réapparus. "Même s'il ne peut pas guérir la maladie, le diurétique diminue la sévérité des troubles autistiques de la plupart des enfants. D'après les parents de ces enfants, ils apparaissent plus "présents", explique Yehezkel Ben-Ari, l'un des co-auteurs de l'essai. A titre d'exemple, des professionnels notent une attention et un contact amélioré. Afin de déterminer la population concernée par ce traitement, les chercheurs ont déposé une demande d'autorisation pour faire un essai dans plusieurs centres à l'échelle européenne et, à terme, obtenir une autorisation de mise sur le marché (AMM) pour cette indication. Ils soulignent, en effet, la nécessité d'évaluer l'effet à long terme de ce type de traitement et d'approfondir la recherche sur ses mécanismes d'action. Scepticisme Une spécialiste, la professeure émérite Uta Frith (UCL Institute of Cognitive Neuroscience, Londres) se dit, pour sa part, "sceptique" après avoir vu nombre de traitements de l'autisme surgir puis disparaître. Elle juge "modeste" l'effet du médicament, mais souligne néanmoins le caractère sérieux de l'essai "randomisé en double aveugle" (ni les médecins, ni les patients ne savent qui reçoit le traitement, attribué par tirage au sort). Par Eleonore GRATIET-TAICHER, le 11/12/2012

Partager cet article

Repost 0
Published by Chronimed
commenter cet article

commentaires