Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
16 juin 2013 7 16 /06 /juin /2013 07:45
Un mot de passe facile à avaler ! Los Angeles, le samedi 15 juin 2013 – On ne vous y reprendra plus. Vous avez encore omis de boire votre jus d’orange ce matin. Si vous vous répandez contre cet oubli, ce n’est pas à cause des vitamines que vous comptiez retirer de ce breuvage, mais à cause d’une autre vitamine que vous ingurgitez tous les matins en même temps que le fameux jus : une « vitamine d’authentification ». Or sans elle il vous est impossible de rien faire : ni travailler, ni téléphoner, ni allumer votre ordinateur. Car elle vous permet de vous connecter à tous les appareils électroniques qui peuplent votre vie. Superpouvoir Scénario digne d’un mauvais conte de science fiction ? Pas si sûr. Fin mai, lors de la conférence « All Things Digital », les responsables de Motorola (racheté par Google) ont présenté les pouvoirs d’une gélule d’un genre particulier qu’ils ont donc baptisée « vitamine d’authentification ». Ingérée chaque matin, cette petite puce est activée lorsqu’elle entre en contact avec le milieu acide de l’estomac. Le signal émis alors par la puce, d’une puissance d’environ 18 bits, permet au « corps » de se connecter, sans usurpation d’identité possible, à tous les appareils qui lui appartiennent. « Je touche mon téléphone, mon ordinateur, ma porte, ma voiture et je suis authentifiée. C’est mon tout premier superpouvoir » s’est émerveillée Regina Dugan, vice présidente de Motorola Mobility. Bon ou mauvais pour la santé ? Ce système a été développé par la firme Proteus Digital Health qui souhaite également utiliser cette technologie dans le cadre d’applications médicales, pour surveiller par exemple certaines constantes chez des patients ou déterminer le moment de libération d’un médicament. La Food and Drug Administration a en tout état de cause déjà approuvé un tel système en considérant qu’il ne représente aucun danger pour la santé. Si l’on en juge par l’analyse de Jan Valcke président de Vasco Data Security, signataire d’une récente tribune dans le journal Les Echos, les « mots de passe statiques » représentent pour leur part une menace bien plus certaine pour la santé. Ces derniers, en effet, « peuvent être facilement devinés » et « n’apportent pas (…) le niveau de protection nécessaire ». Or, concernant les informations médicales « la garantie que la personne qui accède à des données est effectivement celle qui possède le droit d’y accéder est (…) cruciale » analyse-t-il. Aussi, semble-t-il nécessaire de trouver des méthodes permettant de mieux sécuriser l’accès à ces informations, en lieu et place des mots de passe actuels, fragiles barrières. Faut-il pour autant en passer par ce type de pilule ? Pour l’heure, le système est plutôt l’objet de railleries que ressenti comme une véritable avancée dans le domaine de la sécurité. Aurélie Haroche 15/06/2013

Partager cet article

Repost 0
Published by Chronimed
commenter cet article

commentaires