Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
13 juillet 2013 6 13 /07 /juillet /2013 11:08
L’implantation transcathéter d’une valve aortique (TAVI) constitue aujourd’hui un traitement efficace du rétrécissement aortique sévère et symptomatique. Il arrive cependant que pendant le séjour hospitalier, la procédure soit suivie de complications infectieuses. Jusqu’alors, elles n’avaient pas fait l’objet d’études systématiques. C’est ce qui a poussé van der Boon et coll. à tenter de déterminer l’incidence, le type, les facteurs prédictifs et le pronostic des infections survenant au décours immédiat d’un TAVI. L’étude a été menée auprès de 298 patients consécutifs, issus de 2 centres, qui avaient bénéficié d’un TAVI entre novembre 2005 et novembre 2011. Pendant le séjour hospitalier, le diagnostic d’infection a été porté sur les données cliniques recueillies par le praticien en charge du patient et sur les résultats des examens complémentaires mis en œuvre pour confirmer la présence du processus infectieux. C’est ainsi qu’après TAVI, une infection est survenue pendant le séjour hospitalier chez 58 patients (19,5 %). Il s’agissait d’une infection urinaire dans 25 cas (43,1 %), d’une pneumopathie dans 12 cas (20,7 %) et d’une infection localisée au niveau du site de l’intervention dans 7 cas (12,1 %). Chez 12 patients (20,7 %) l’origine de l’infection n’a pas pu être déterminée et chez 2 patients (3,4 %), l’infection était multifocale. La voie d’abord, un facteur déterminant En analyse multivariée, il est apparu que l’abord chirurgical via l’artère fémorale était le facteur déterminant le plus important de la survenue d’une infection (odds ratio [OR] 4,18 ; intervalle de confiance [IC] 95 % [1,02 à 17,19]), immédiatement suivi par l’accident vasculaire cérébral majeur périopératoire (OR 3,21 ;IC 95 % [1,01 à 9,52]) et la surcharge pondérale (indice de masse corporelle ≥25 kg/m²; OR 2,27; IC 95 % [1,12 à 4,59]). La survenue d’une complication infectieuse a allongé significativement la durée moyenne de l’hospitalisation : 15 jours (8 à 22) vs 7 jours (4 à 10 ) en l’absence d’infection (p < 0,0001). La survenue d’une infection n’a pas modifié significativement la survie à un an ; à ce terme, selon les abaques d’estimation de Kaplan-Meier, la survie était de 76,6 % en présence d’une infection vs 74,4 % en son absence (log-rank ; p=0,61). L’étude des OR ajustés et non-ajustés a montré que la survenue d’une infection ne permettait pas de prédire la survie à 30 jours (OR 1,27 ; IC 95 % [0,49 à 3,30]) ou à un an (hazard ratio 1,24 ; IC 95 % [0,68 à 2,25]). En conclusion, dans cette étude, une complication infectieuse est survenue après TAVI chez 19,5 % des patients. Elle était associée à certaines variables concernant le patient mais également à des facteurs propres à la procédure. La prise en compte de ces données et l’amélioration des conditions de réalisation du TAVI devraient conduire à la diminution de la fréquence des complications infectieuses qui peuvent émailler l’évolution hospitalière au décours de la procédure. Dr Robert Haïat 12/07/2013 Van der Boon RMA et coll. : Frequency, Determinants and Prognostic Implications of InfectiousComplications AfterTranscatheterAortic Valve Implantation. Am J Cardiol., 2013; 112: 104-110.

Partager cet article

Repost 0
Published by Chronimed - dans Infections froides
commenter cet article

commentaires