Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
2 juillet 2013 2 02 /07 /juillet /2013 20:16
Ces dernières années ont été marquées par de nombreux progrès thérapeutiques dans la sclérose en plaques. Le fingolimod et le natalizumab ont actuellement pris une place importante dans le traitement de seconde ligne. Prochainement seront disponibles de nouvelles formes orales, le fumarate et le tériflunomide. Un autre anticorps monoclonal, l’alemtuzumab, spécifique d'une glycoprotéine située à la surface des lymphocytes (CD52) pourra être prochainement utilisé en seconde ligne. Cette avalanche thérapeutique pourrait se poursuivre car une étude publiée récemment dans Lancet suggère qu’un autre produit, le daclizumab, serait très efficace.
Les cliniciens sont d'autant plus chanceux que toutes ces molécules agissent sur des cibles immunitaires différentes. Ainsi, le daclizumab est un anticorps monoclonal humanisé spécifique du récepteur CD25 diminuant l’activation immunitaire via l’interleukine 2. Plus de 600 patients ont été inclus dans l'étude SELECT, randomisée, en double aveugle et contre placebo : 204 sous placebo, 208 sous daclizumab HYP 150 mg et 209 sous daclizumab HYP 300 mg. Le produit était injecté par voie sous-cutanée une fois toutes les quatre semaines et pendant 52 semaines. Les critères d’évaluation étaient tout à fait classiques pour ce type d'études.
Il a été observé une diminution du taux annualisé de poussées dans les deux groupes traités (réduction de 50 à 54 %), une réduction du nombre de lésions prenant le gadolinium, de nouvelles lésions en T2 et en T1. Le taux d'effets indésirables a été de 6 % dans le groupe placebo, 7 % dans le groupe traité par 150 mg et de 9 % dans le groupe 300 mg. Deux pour cent des patients ont eu des infections sérieuses. Un malade sous 150 mg de daclizumab est décédé d'un abcès du psoas. Quatre patients ont eu un cancer (2 mélanomes et un cancer du col dans le groupe traité et un cancer du col dans le groupe placebo).
Les auteurs concluent à l’efficacité du daclizumab. Ce traitement est cependant associé à une augmentation du risque d’infection et d’effets secondaires cutanés et hépatiques. D’après les auteurs, un monitoring étroit pourrait diminuer les conséquences de ces problèmes. On peut cependant regretter que cette étude soit conduite contre placebo chez des patients qui dans 75 % des cas n’avaient jamais eu de traitement de leur sclérose en plaques. Toutes les sociétés savantes et les cliniciens sont pourtant d’accord sur l’intérêt d’un traitement précoce par les molécules de référence que sont les interférons. Il existe des contraintes méthodologiques dans les phases de développement des médicaments mais le fait que la majorité des patients inclus proviennent de pays non européens suscite des interrogations éthiques.


Dr Christian Geny Publié le 02/07/2013


Ralf Goldet coll. for the SELECT study investigators. : Daclizumab high-yield process in relapsing-remitting multiple sclerosis (SELECT): a randomised, double-blind, placebo-controlled trial. Lancet 2013; 381: 2167–75

Partager cet article

Repost 0
Published by Chronimed - dans Infections froides
commenter cet article

commentaires