Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
25 mars 2011 5 25 /03 /mars /2011 15:31

Congrès UEGW

Des résultats prometteurs de phase II avec l'antibiotique rifaximine dans le traitement de la maladie de Crohn ont été présentés le 27 octobre.

« Une réponse immunitaire altérée de la microflore entérique semble jouer un rôle clef dans le développement et l'entretien de l'inflammation intestinale dans la maladie de Crohn », a indiqué le Pr Herbert en présentant ses résultats au congrès de l’United European Gastroenterology Week (UEGW). « Un nombre limité d'études » a évalué certains antibiotiques dans le traitement de la maladie de Crohn active mais leur efficacité est « controversée », ajoutent les chercheurs.

Selon les résultats de cette étude de phase II menée avec de la rifaximine à libération intestinale prolongée. « Il s'agit du plus large essai montrant l'efficacité d'un antibiotique sur l'induction de la rémission de la maladie de Crohn », estiment les investigateurs. La rifaximine est un antibiotique à large spectre ciblant les voies gastro-intestinales. Déjà homologué aux Etats-Unis pour le traitement de la diarrhée du voyageur et la réduction du risque de récurrence de l'encéphalopathie hépatique manifeste, il a fait l'objet de deux études pivots dans le syndrome de l'intestin irritable avec diarrhée.


L'étude de phase II présentée à l'UEGW a porté sur 402 patients atteints d'une maladie de Crohn, avec un indice d'activité compris entre 220 et 400. Les patients ont reçu pendant 12 semaines soit un placebo soit la nouvelle formulation de rifaximine à raison de 400, 800 ou 1200 mg deux fois par jour. Les traitements tels que l'acide 5-aminosalicylique (5-ASA, mésalazine) ou les immunosuppresseurs pouvaient être poursuivis à des doses stables pendant l'étude. Le taux de rémission clinique, définie par un indice d'activité de moins de 150, était significativement supérieur avec la rifaximine et surtout à la dose de 800 mg qu'avec le placebo. Les effets de la rifaximine à 800 mg ont été maintenus pendant les 12 semaines suivantes de suivi sans traitement.
 

Virginie BAGOUET

Impact-santé.fr 2010 

Partager cet article

Repost 0
Published by chronimed - dans Infections froides
commenter cet article

commentaires