Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
16 juin 2012 6 16 /06 /juin /2012 07:18
Ann Intern Mad. 2012 May 28. Nelson HD, Walker M, Zakher B, Mitchell J. Menopausal Hormone Therapy for the Primary Prevention of Chronic Conditions: A Systematic Review to Update the U.S. Preventive Services Task Force Recommendations Résumé Situation : Le Traitement Hormonal de Substitution pour prévenir les troubles chroniques n'est actuellement pas recommandé en raison de ses effets secondaires. But : Mettre à jour les preuves de l'efficacité du traitement hormonal dans la réduction du risque de maladies chroniques et de ses effets secondaires, et examiner si les résultats varient parmi différents sous-groupes de femmes. Sources de données : MEDLINE (Janvier 2002 à Novembre 2011), Registre central Cochrane d'études contrôlées et Base de données Cochrane de revue Systématique (Au cours du premier trimestre 2011), Scopus, et listes de références. Sélection des études : Etudes randomisées, avec contrôle placebo portant sur le traitement hormonal de la ménopause, publiées en Anglais depuis 2002 qui analysent la prévention primaire des troubles chroniques. Synthèse des données : 9 études ont rencontré les critères d'inclusion. Le Women's Health Initiative a signalé que la plupart des résultats faisaient l'objet d'un suivi d'11 ans et présentaient les données les plus applicables aux femmes post ménopausées aux Etats Unis. On y montre que les œstrogènes associés à un progestatif réduisent les fractures (46 de moins par 10 000 femmes-an ) et augmentent le risque de cancer du sein invasif (8 de plus par 10 000 femmes-an), d'infarctus (9 de plus par 10 000 femmes-an), de thrombose veineuse profonde (12 de plus par 10 000 femmes-an), d'embolie pulmonaire (9 de plus par 10 000 femmes-an), de mort par cancer du poumon (5 de plus par 10 000 femmes- an), de maladies de la vésicule biliaire (20 de plus par 10 000 femmes-an), de démence (22 de plus par 10 000 femmes – an), et d'incontinence urinaire (872 de plus par 10 000 femmes-an). Un traitement à base d'œstrogènes seuls réduit les fractures (56 de moins par 10 000 femmes-an) et l'incidence du cancer du sein invasif (8 de moins par 10 000 femmes-an) et de décès (2 de moins par 10 000 femmes-an) et augmente l'infarctus (11 de plus par 10 000 femmes-an), la thrombose veineuse profonde (7 de plus par 10 000 femmes-an), les maladies de la vésicule biliaire (33 de plus par 10 000 femmes-an), et l'incontinence urinaire (1271 de plus par 10 000 femmes-an). Les résultats ne différent pas de façon considérable en fonction de l'âge ou des troubles comorbides.

Partager cet article

Repost 0
Published by Chronimed - dans Concept
commenter cet article

commentaires