Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
18 août 2011 4 18 /08 /août /2011 20:32
Le manganèse, oligo-élément essentiel, est neurotoxique en cas d’exposition excessive. Si l’exposition professionnelle et environnementale au manganèse aéroporté a été associée chez l’adulte et chez l’enfant à des déficits neurocomportementaux, peu de travaux se sont intéressés aux risques liés à l’exposition à cet élément trace présent dans les eaux souterraines. Les rares études conduites suggérant, chez l’enfant, un lien entre les concentrations excessives de manganèse dans l’eau et la survenue d’altérations du QI, de la mémoire et de l’attention, et de troubles du comportement à type d’opposition et d’hyperactivité, des auteurs canadiens et américains ont entrepris d’évaluer la relation entre exposition au manganèse liée à l’eau potable et QI des enfants.
MF Bouchard et coll. ont pour ce faire mené, de juin 2007 à juin 2009, une étude transversale qui a inclus 362 enfants de 251 familles, âgés de 6 à 13 ans, scolarisés (c’est à l’école primaire que le recrutement a été effectué), vivant dans 8 municipalités du sud du Québec approvisionnées en eau souterraine. Ces auteurs ont mesuré les concentrations de manganèse dans l’eau au robinet et dans un échantillon de cheveux, ainsi que les concentrations de plomb, de fer, d’arsenic, de zinc et de cuivre. Ils ont également estimé les apports en manganèse via l’eau de boisson et l’alimentation, et évalué le QI par échelle abrégée d’intelligence de Wechsler.
Dans la population étudiée, âgée en moyenne de 9,3 ± 1,8 ans, où 85  % des enfants résidaient depuis plus de 12 mois sur les lieux de dosages, la médiane de concentrations de manganèse dans l’eau du robinet était de 34 µg/L (1-2 700 µg/L). La médiane des apports estimés en manganèse liés à la consommation totale d’eau (prenant en compte l’eau de boisson et l’eau utilisée pour la préparation des aliments) était de 8 µg/kg/mois, bien moins élevée que celle des apports alimentaires (2 335 µg/kg/mois). La concentration de manganèse dans les cheveux allait croissant avec les apports en eau de boisson mais non avec les apports alimentaires.
L’étude a pris en compte nombre de facteurs confondants potentiels (dont le QI de la mère, les revenus du foyer, la stimulation de l’enfant à la maison, la structure familiale), et les ajustements ont été poussés sur l’âge de l’enfant, le sexe, le mode public ou privé d’approvisionnement en eau, la teneur en fer de l’eau du robinet.
Après ajustements, l’analyse associe à une multiplication par 10 de la concentration de manganèse de l’eau du robinet une baisse de 2,4 points du QI global (IC à 95 % -3,9  -0,9 ; p < 0,01). L’association, plus marquée pour les scores de performances, n’atteignait pas la significativité statistique pour le QI verbal. Les enfants du quintile de plus haute exposition, dont la médiane de concentrations de manganèse dans l’eau était de 216 µg/L (154-2 700 µg/L), avaient un score de QI de 6,2 points inférieur à ceux du quintile d’exposition la plus basse (1 µg/L ; 0-2 µg/L).
À la multiplication par 10 de la concentration de manganèse dans les cheveux était associée une baisse du score de QI global de 3,3 points (-6,1 -0,5 ; p < 0,05), tandis que pour un même pas d’accroissement des apports alimentaires en manganèse une diminution moindre du QI global, de 1,2 points (-2,3 -0,1 ; p < 0,05) était observée.
Les résultats de cette étude suggèrent une association entre troubles du développement intellectuel chez l’enfant et exposition chronique, à faibles doses, fréquemment relevées, au manganèse via l’eau de boisson. Le risque de survenue de ces effets délétères à des niveaux de manganèse dans l’eau des puits inférieures aux niveaux maximaux recommandés, eu égard aux effets sanitaires, par l’Environmental Protection Agency des États-Unis en 2004 (300 µg/L) et l’OMS en 2008 (400 µg/L) appelle confirmation sur de plus vastes populations. Reste aussi à préciser l’impact d’autres voies d’exposition (par inhalation lors de douches, par exemple), et le rôle de l’exposition précoce, à des âges de forte vulnérabilité, au manganèse de l’eau potable. Les auteurs prônent la révision à la baisse des valeurs recommandées de manganèse dans l’eau.

Dr Claudine Goldgewicht

Bouchard M et coll. Intellectual impairment in school-age children exposed to manganèse from drinking water. Environ Health Perspect 2011 ; 119 : 138-43.

Partager cet article

Repost 0
Published by Chronimed - dans Nutrition
commenter cet article

commentaires