Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
14 février 2011 1 14 /02 /février /2011 15:41

   SYNDROME DE  FATIGUE CHRONIQUE ET STRESS OXYDANT

 

 

Deux « cercles vicieux » d’auto-alimentation  du stress oxydant :

 

-       Les infections  froides, qui l’aggravent  en retour, et  de façon très importante  d’après le Pr Montagnier (cf Livre : « Les  combats de la vie » , février  2008)

 

-       Les symptômes psychiatriques (irritabilité, hyper-anxiété, dépression) qui entraînent une moins bonne  « gestion » du  stress psychique quotidien, d’où là aussi une augmentation du stress oxydant.

 

-  On peut aussi noter l’aggravation directe des symptômes par  la  voie  Psychosomatique directe (en fonction du  vécu psychique douloureux).

 

 

III  ANALYSE SÉMIOLOGIQUE

 

 

        A     RECUEIL DES DONNÉES

 

 

Il s’agit d’une analyse tirée d’une étude sur 137  patients adultes présentant :

 

-       Une  pathologie chronique non stabilisée sous traitement médical (dépression chronique, syndrome douloureux chronique, fatigue chronique, colopathie…).

-       Des symptômes multiples, touchant plusieurs sphères (ex : crampes, gastralgies, sueurs nocturnes, lipothymies…) appartenant  à une liste de  symptômes déjà répertoriés dans les études des Dr Philippe Bottero (France), Dr Cécile Jadin (Afrique du sud) ou Pr Garth Nicolson (USA).

-       d’autre part une sérologie positive à Chlamydiae  Pneumoniae, Trachomatis, ou Mycoplasma Pneumoniae;

 

 

Buts  de l’étude :

-  Confirmer la responsabilité d’une infection chronique à germes intracellulaires dans ces pathologies.

- Répertorier  les symptômes significatifs de ces infections, afin d’établir  une « aide diagnostique ». 

En :

-  Contrôlant la disparition de la symptomatologie sous traitement antibiotique ciblé.

-  Vérifiant la négativation des sérologies après  guérison clinique.

 

 

Certains  patients  présentaient  des  sérologies  positives à Rickettsia, Coxiella  ou Borrelia (sérologies  à rechercher en pratique). Leur prise  en charge a été  quasiment identique  mais ils  n’ont  pas été inclus  dans  cette étude en raison de leur nombre  insuffisant.

 

Dans chaque cas, la pathologie chronique  était installée  depuis  plus d’un an : de 1 à 35 années d’évolution  avec une moyenne de 9,4 années.

 

Chaque patient était interrogé suivant une liste de 80 symptômes.

 

Puis classement par groupes selon les résultats sérologiques :

 

- 78 cas avec IgA positives à CP

- 24 cas avec seules les IgG positives  à CP

- 17 cas avec IgG (et/ou IgM)  positives  à MP

- 8 cas avec IgA positives à CT

- 10 cas avec IgG seules positives  à CT

 

(dont 29 cas de double positivité sérologique)

 

Chaque mois, un suivi scrupuleux de chaque symptôme était réalisé pour constater objectivement l’évolution  sous traitement.

 

Mais sur ces 80 symptômes, tous ne sont pas spécifiques. Certains sont rares, d’autres sont mal quantifiables pour le diagnostic et pour le suivi; enfin quelques-uns sont irréversibles.

 

Après analyse statistique, n’ont été retenus comme critères sémiologiques fiables que les symptômes exploitables, c’est à dire:

 

-  Suffisamment fréquents ou/et suffisamment spécifiques :

(Symptôme présent régulièrement, plus de 1 fois par semaine depuis au moins 6 mois. Evidemment certains symptômes sont quotidiens, voire pluri quotidiens et depuis de nombreuses années…)

-  Quantifiables par le patient (fréquence  d’apparition par  semaine/jour).

-  Réversibles sous traitement antibiotique.

 

 

On en retient une trentaine, que l’on a choisi de regrouper en 19 «critères diagnostiques»

Ces symptômes reflètent l’atteinte vasculaire, musculaire, et l’irritation à distance  provoquée par  ces toxines  d’origine bactérienne.

 

Dans cette étude,  tous les cas  présentaient au moins 5 de ces « critères », en plus du symptôme « fatigue » (8,9 en moyenne, et très souvent plus de 10  critères par patient…).

 

De façon surprenante, la clinique était indépendante du type de germe retrouvé: Il n’existe que peu de différences sémiologiques significatives que la sérologie soit positive à Chlamydiae Pneumoniae, Mycoplasma Pneumoniae ou Chlamydiae Trachomatis.

 

 

B     SYMPTOMATOLOGIE

 

                    I   LA   FATIGUE

 

Pour  être  retenue, elle doit être présente depuis plus de 6 mois, et  quotidienne.

 

Il s’agit d’un symptôme indispensable au diagnostic.

 

Son origine est expliquée par  la production de neurotoxines d’origine bactérienne.

 

Elle peut être soit :

                             

                              - Physique: continue ou « coups de fatigue » soudains  (notamment post prandiaux), besoin de  sieste, fatigabilité sportive…

 

                               - Psychique : Irritabilité, anxiété exagérée, démotivation ou syndromes dépressifs vrais, impulsivité mal contrôlée, insatisfaction chronique…

 

                              - Intellectuelle : difficulté de concentration ("brain fog"), lenteur intellectuelle, troubles de  mémoire…

 

                              - Troubles du sommeil : Réveils de  milieu de  nuit (même  par périodes), sommeil non réparateur, somnolence diurne…

 

 

Ces 4 types de fatigue sont souvent associés… mais pas nécessairement (la présence d’un seul suffit)

 

-    Il ne faut pas retenir les asthénies d’origine dépressive pure: réactionnelles à un vécu psychique  douloureux, avec culpabilité, dévalorisation,  et sans vision de l’avenir …

 

 

 

                   II    CRITÈRES NEURO-VASCULAIRES (9)

 

 

Expliqués physio-pathologiquement  par la localisation  des bactéries dans l’endothélium vasculaire et la production de toxines vaso-constrictives.

 

Les 5 premiers critères sont très spécifiques (soulignés)

 

1-         Sueurs excessives (notamment nocturnes) ou Flushes ou Rashes

 

- Sueurs nocturnes : quelquefois seulement localisées au niveau de la nuque, mais souvent intenses  et diffuses: les patients changent de T-shirt au cours de la nuit, trempent leur oreiller…

-  Bouffées de chaleur : Il ne faut évidemment pas en tenir compte en cas de pré-ménopause. Mais elles sont significatives en cas de  ménopause  confirmée !...

- Rashes (« placards érythémateux ») localisés sur visage ou le torse,  déclenchés généralement après la douche, ou à l’effort. Ils ne sont pas prurigineux.

 

Dans cette étude, sur  les 110 cas ayant  répondu favorablement au traitement, ce critère était  présent  dans 53% des cas; sa sensibilité au traitement après 2 mois était de 85% (cf tableau  paragraphe IV B 4)

 

2-            Lipothymies positionnelles

 

- Sensations vertigineuses passagères, souvent lors du passage en position debout,  quelquefois lors d’autres mouvements (ex : en se baissant ou en regardant en l’air)

- Les patients décrivent des  « chutes de tension ».

 

- Fréquence : 44 %

- Sensibilité au traitement à 2 mois: 100%

 

3         Sensations de « palpitations »

 

Cela peut être une tachycardie passagère, des extrasystoles…

Même si  ce symptôme dépend de l’état émotionnel (co-facteur  psychique), il est significatif et donc à retenir.

La plupart du temps,  l’ECG est  normal.

 

- Fréquence : 41 %

- Sensibilité au traitement à 2 mois: 93%

 

4-         Troubles visuels atypiques (flou visuel intermittent, ombres visuelles latérales        

             fugaces,  phosphènes, traits, photophobie excessive …)

 

- De façon intermittente mais pouvant durer plusieurs minutes : sensations bizarres comme un flou visuel, ou  des descriptions de « vagues », de traits, d’éclairs, de kaléidoscope, et aussi de pseudo hallucinations (« chat qui passe », souris , araignée, ombre humaine…).

 

Ce dernier symptôme est, à mon avis, pathognomonique (pseudo hallucinations).

Mais si vous ne les interrogez pas, les patients ne vous le déclareront jamais spontanément !

- Soit ils considèrent cela comme normal (pour se rassurer), soit ils ont peur qu’on les « traite de fous » !

A cause de cette crainte, ce symptôme est souvent minimisé lors de la première consultation et c’est le mois suivant, quand il a disparu (ou quasiment), que les patients nous avouent que ces phénomènes visuels apparaissaient en fait de façon plus fréquente que ce qu’ils avaient décrit initialement…

Après 2 mois de traitement, ces « pseudo hallucinations » ont disparu dans  100% des cas. 

 

-  Photophobie: gène par le soleil, mais aussi les phares de voitures, les néons.  Ces personnes  portent constamment des lunettes de soleil, ne conduisent plus la nuit…

 

On constate l’amélioration de la photophobie (à partir du 3ème mois de traitement en moyenne), quand les patients ne portent plus systématiquement leur lunettes de soleil.

Aussi surprenant que cela puisse paraître, ce symptôme, souvent ancien, disparaît  dans 80% des cas sous traitement anti-chlamydia.

 

Photophobie :

- Fréquence : 37 %

- Sensibilité au traitement à 2 mois: 69%, et 90% à 5 mois

 

Pseudo-hallucinations :

- Fréquence : 13 %

- Sensibilité au traitement à 2 mois: 100%

 

Flou visuel :

- Fréquence : 29 %

- Sensibilité au traitement à 2 mois: 90%

 

Phosphènes

- Fréquence : 35 %

- Sensibilité au traitement à 2 mois: 92%

 

 

 

5-            Ecchymoses spontanées ou au moindre choc

 

Ces patients ont constamment des ecchymoses sur les membres inférieurs, et aussi sur les membres supérieurs. Ils  décrivent bien cet état de fragilité veineuse qui est  souvent très ancien.

Ce symptôme aussi s’améliore vite (dès le premier mois).

Mais il est difficile au patient d’admettre que cela a vraiment disparu ! Généralement, à la consultation de fin de première cure, ils regardent  leurs jambes, remarquent qu’il y a moins, ou pas du tout, d’ecchymose, et disent «  je n’ai pas dû me cogner  ces temps-ci » … c’est à la consultation suivante, quand on constate qu’il n’y a  toujours pas d’ecchymose, qu’il admettent (avec réticence !) que cela est durable et probablement dû au traitement anti-

infectieux.

 

- Fréquence : 34 %

- Sensibilité au traitement à 2 mois: 92%

 

 

6-            Extrémités froides ou frilosité générale

 

- Mains ou pieds ou  même oreilles froides; quelquefois de façon unilatérale (plus spécifique)

Ce symptôme étant souvent très ancien, les patients n’imaginent pas que cela puisse changer … et pourtant…

- Frilosité : encore un symptôme subjectif, mais que les patients connaissent bien. La frilosité est indépendante du climat ; elle est présente même en été (besoin de mettre un lainage le soir). Objectivement, il s’agit de patients trop chaudement habillés, et on peut remarquer le changement vestimentaire quand la frilosité disparaît.

 

Extrémités froides :

- Fréquence : 56 %

- Sensibilité au traitement à 2 mois: 79%,  et 97 % à 4 mois

 

Frilosité :

- Fréquence : 40 %

- Sensibilité au traitement à 2 mois: 78% et  96%  à 4 mois

 

 

7-            Dysesthésies des extrémités

 

- Elles sont moins spécifiques  et  il faut  bien les différencier  d’un syndrome  de compression nerveuse  (canal carpien, compression cubitale, sciatique, névralgie cervico-brachiale…).

 Les patients décrivent  des sensations de  « fourmillements » ou quelquefois d’hypoesthésies.

- Cela concerne les mains, les pieds ou les jambes, mais aussi d’autres parties du corps, sans correspondance métamérique.

- Elles se déclenchent spontanément ou après une position prolongée qui limite la vascularisation : Position assise basse (aux WC par exemple) ou bras levés (coiffage, bricolage) ou positions nocturnes.

 

- Fréquence : 48 %

- Sensibilité au traitement à 2 mois: 89%

 

8-       Acouphènes intermittents

 

On retrouve le plus souvent  des acouphènes unilatéraux, pluri-hebdomadaires, peu invalidants.

Malheureusement, les acouphènes très anciens, bilatéraux et  permanents sont moins sensibles au traitement (autres facteurs, irréversibilité ?).

S’il s’agit d’acouphènes permanents, bien vérifier  que  le bilan ORL a  déjà été  pratiqué et que  toute  cause somatique  est  éliminée.

 

- Fréquence : 41 %

- Sensibilité au traitement à 2 mois: 80%, et 95 %  à 5 mois

 

 

9-        Jambes lourdes vespérales

 

Ce symptôme, lui aussi, est très bien décrit par les patients, car plus invalidant qu’on ne  l’imagine: Jambes lourdes ou douloureuses, ou  sensation de « gonflement »,  plutôt vespéral mais  peut être présent dès le matin.

Symptôme pourtant  bien  commun, non spécifique mais réagissant très bien au traitement...

 

- Fréquence : 31 %

- Sensibilité au traitement à 2 mois: 80%,   et  85%  à 6 mois

 

 

                   III   CRITÈRES  MUSCULAIRES (5) :

 

 

Ils  sont  très évocateurs, et  très sensibles au traitement (améliorés  à 90% en moyenne dès le premier mois).

 

1-            Crampes nocturnes ou de repos

 

Elles concernent les mollets, mais aussi les pieds, les cuisses ou même les mains.

Si elles sont unilatérales, il s’agit souvent du même côté.

Elles peuvent aussi être positionnelles (mais ne pas retenir les crampes après l’effort).

Il s’agit d’un symptôme fréquent en médecine  générale, dont les patients se plaignent volontiers… et traité classiquement par des cures de magnésium ou de  quinine.

 

- Fréquence : 42 %

- Sensibilité au traitement à 2 mois: 87%, 97 %  à 3 mois

 

2-            Myoclonies ou sursauts d’endormissement

 

Il s’agit de  sursauts pendant la phase d’endormissement, vécus comme  « l’impression de  tomber »

Seul l’interrogatoire systématique permet de repérer ce symptôme, car les patients n’en parlent jamais spontanément.

Ces myoclonies sont constatées encore plus objectivement par le conjoint. 

 

 - Fréquence : 33 %

- Sensibilité au traitement à 2 mois: 78%,  et 100%  à 5 mois

 

 

3-            « Impatience » des jambes, diurne

 

- Attention, il ne s’agit  pas du  SJSR (syndrome des jambes sans repos) qui  est vespéral ou nocturne, incontrôlable, associé à sensations neurologiques anormales, obligeant à se lever … 

 

Cette « impatience » est diurne ; elle survient en position assise ; Elle est très  fréquente et connue de tous.

C’est une trémulation de la jambe (et du talon), de haut en bas. Ce mouvement est automatique, mais  peut être contrôlé (stoppé).

C’est  un symptôme souvent très ancien, que le patient associe (à juste titre) aux périodes de  stress psychique (co-facteur psychique), mais qui progressivement devient pluri-quotidien et  indépendant des périodes de stress.

A la longue, même l’entourage est agacé !

Les patients sont très surpris de voir ce symptôme disparaître ou même s’améliorer simplement …

 

- Fréquence : 23 %

- Sensibilité au traitement à 2 mois: 92%

 

 

4-            Fasciculation  d’une paupière

 

La  paupière « frétille » de façon passagère.

Généralement considéré comme un signe  de fatigue psychique ou physique, ou carence magnésique. 

Mais devient  très significatif s’il est pluri-hebdomadaire depuis plusieurs  trimestres …

Plus rarement, ces fasciculations peuvent toucher  d’autres  muscles : membre supérieur, thorax ou abdomen, donnant des impressions  bizarres et inquiétantes au  patient.

 

- Fréquence : 36%

- Sensibilité au traitement à 2 mois: 97%

 

 

5          Besoin d’inspirer profondément (sensation de  « manque d’air »)

 

Il s’agit d’une  oppression thoracique,  soulagée par une  grande inspiration ou bien une expiration profonde (plus rarement). Cela ressemble  à un « gros  soupir ».

Les patients reconnaissent ce symptôme  immédiatement quand  vous le  mimer !

 

Il est souvent  pluri quotidien.

Il est toujours vécu comme la conséquence d’un état de stress psychique.

 

Il a été  classé dans les critères musculaires car il semble en rapport avec une contracture des muscles intercostaux, et un besoin d’étirement de ces muscles

 

- Fréquence :   47%

- Sensibilité au traitement à 2 mois: 89%

 

 

                   IV   CRITÈRES « IRRITATIFS » (5)

 

 

Ce sont des symptômes présents quotidiennement

 

Ils ont été regroupés en 5 critères. Les trois premiers sont très spécifiques (soulignés).

 

 

1-            Prurit cutané

 

Prurit sine materia … sans éruption ni érythème…

 

On peut voir tous les stades:

- Soit diffus et  intense avec lésions de grattage, très invalidant.

- Soit de simples démangeaisons localisées : elles sont aussi significatives, s’il s’agit toujours de la même zone et si elles sont quotidiennes (souvent vespérales).

Zones concernées: cuir chevelu, avant-bras, crête tibiale, lobe oreille, nuque …

                       

- Fréquence :   41%

- Sensibilité au traitement à 2 mois: 89%

 

 

2-            Arthralgies ou myalgies migratrices, ou tendinites multiples

 

- Il s’agit là aussi d’un symptôme très évocateur : les patients  décrivent un  point douloureux, localisé  à  une articulation, qui dure quelques secondes, minutes, ou heures sans  raison,  quelquefois intense mais cédant spontanément. Quelques dizaines de minutes plus tard, un nouveau point douloureux apparaît dans une autre articulation.

Cela se répète plusieurs fois par jour.

Le patient décrit ainsi des douleurs articulaires mobiles, fugaces,  génantes mais sans substratum anatomique ni biologique pour le médecin qui considère ces douleurs comme fonctionnelles; d’autant plus qu’elles sont souvent associées  aux autres symptômes qui sont eux aussi d’allure fonctionnelle.

 

Ce sont ces fameux patients qui ont toujours « mal partout » !

 

Moins fréquemment, il peut aussi s’agir de zone douloureuse  musculaire, ou tendineuse.

(Patients avec tendinites multiples, syndromes douloureux chroniques…)

A l’extrème, ces points douloureux sont permanents et donnent  un syndrome fibromyalgique.

 

- Fréquence :   41%

- Sensibilité au traitement à 2 mois: 80%, 96% à 5 mois

 

 

3-            Irritations oculaires

 

Les patients se frottent régulièrement les yeux,  décrivent des « yeux qui piquent », du « sable dans les yeux ». Ils  responsabilisent le  travail sur  écran  …

A l’examen : pas de conjonctivite vraie  mais souvent une paupière inférieure  irritée.

Quelquefois, ces patients  sont déjà traités par des larmes artificielles pour syndrome des yeux secs…

 

- Fréquence :   40%

- Sensibilité au traitement à 2 mois: 84%, et 96 % à 5 mois

 

4-            Irritations pharyngées ou rhinite chronique

 

- Pharyngite chronique ou simple gène pharyngée  permanente obligeant le patient à « se racler  la gorge » régulièrement.

- Rhinite obstructive ou rhinorrhée  per-annuelle, souvent matinale

 

Les autres diagnostics ayant, comme toujours, déjà été éliminés (sinusite, RGO, allergies…)

 

Irritations pharyngées :

- Fréquence :   29%

- Sensibilité au traitement à 2 mois: 91%

 

Rhinite chronique :

- Fréquence :   35%

- Sensibilité au traitement à 2 mois: 67%, et  97 %  à 5 mois

 

 

5-         Gastralgies ou dyspepsie ou Troubles du transit ou Troubles Fonctionnels Intestinaux

 

 

Ces  symptômes gastro-intestinaux sont  regroupés  dans  un même critère diagnostique. Ils sont  très  fréquents, invalidants, variables selon les patients, mais là aussi, s’améliorent  sous  traitement  antibiotique de façon surprenante pour le patient comme pour le médecin !

 Et l’on peut ensuite constater la diminution ou la suppression des traitements symptomatiques antérieurement pris.

 

 

Sont  à  retenir :

- Les gastralgies/dyspepsies chroniques, sans signe endoscopique, nécessitant souvent des IPP/prokinétiques au long cours (après avoir éliminé un ulcère GD, la présence  d’Helicobacter pylori ou une  oesophagite)

- La diarrhée chronique,  la constipation chronique, la colopathie,  les TFI.

 

 

Gastralgies :

- Fréquence :   43%

- Sensibilité au traitement à 2 mois: 94%

 

Dyspepsie / nausées :

- Fréquence :   16%

- Sensibilité au traitement à 2 mois: 94%

 

Diarrhée chronique :

- Fréquence :   15%

- Sensibilité au traitement à 2 mois: 94%

 

Constipation chronique :

- Fréquence :   18%

- Sensibilité au traitement à 2 mois: 70%, et  95  %  à 5 mois

 

Colopathie / TFI :

- Fréquence :   24%

- Sensibilité au traitement à 2 mois: 78% et  96 %  à 4 mois

 

 

Donc en résumé, si votre patient chronique, fatigué (ou dépressif) présente 5 de ces 19 « critères diagnostiques » , plus d’une fois par semaine, (avec au moins 1 critère vasculaire, 1 musculaire et 1 irritatif) depuis plusieurs trimestres, vous pouvez évoquer une origine infectieuse, demander  un bilan sérologique du type :

Chlamydia Pneumoniae, Chlamydia Trachomatis, Mycoplasma Pneumoniae, Borreliose, Rickettsioses, Coxiella Burnetii, et selon le contexte Mycoplasmes urogénitaux (M. Hominis et Uréaplasma Urealyticum), Chlamydia Psittaci, Helicobacter Pylori, Anticorps antistreptococciques.

 

 

Les 137 cas de cette étude présentaient tous ces 5 critères, et l’on obtient après  traitement par  Macrolides ou  Cyclines  (cf  tableau paragraphe C) :

 

- 110 très bons  résultats : disparition d’au moins  90% des symptômes.

 (selon le groupe sérologique : de 75 à 87 % de succès thérapeutiques, sauf dans le groupe  IgG CP : 58 %)

- 18 résultats mitigés : amélioration des signes cliniques mais  jugée insuffisante.

- 9 échecs : quasiment  aucune amélioration après  2 mois de traitement.

 

 

                   V    AUTRES   SYMPTOMES

 

 

Les patients décrivent souvent d’autres symptômes, qui peuvent être en lien avec  une  infection chronique :

 

Soit des symptômes peu spécifiques: céphalées atypiques, migraines vraies,  otalgies, éruptions cutanées variées, eczéma, allergies, cystalgies, leucorrhées, saignements gingivaux, lombalgies, douleurs  atypiques, perte de  l’odorat, dyspnée d’effort, troubles des  phanères

 

Mais aussi des  symptômes particuliers du patient,  plus « personnels ».

L’essentiel est de les noter.

On sera souvent surpris de voir qu’ils disparaissent eux aussi avec le traitement antibiotique, parallèlement aux autres symptômes.

 

 

                   VI   DISCUSSION

 

 

      a :     Il s’agit d’un ensemble de symptômes :

 

-  Familiers pour les médecins, considérés souvent comme fonctionnels, et pour lesquels nous avons peu de traitements à part quelques traitements symptomatiques.

Il s’agit d’un bel exemple « d’évolutionisme » de la  part de  ces bactéries capables de persister dans l’organisme sous des formes chroniques, peu virulentes et difficilement diagnosticables…

 

- Améliorés ou masqués par les psychotropes,

Remarque : Dans ma patientèle, 50 % des dépressifs chroniques que je suivais, présentaient  de tels symptômes et 80% d’entre eux ont guéri  sous traitement antibactérien…

 

- Quelquefois améliorés par les  techniques de gestion du stress,  relaxation, magnésium, vitamines, anti oxydants…

 

- Aggravés en cas d’excès de  stress psychique.

 

- Ces symptômes correspondent  à la  définition du Syndrome de Fatigue Chronique,  mais seul un  petit nombre de patients a réellement eu ce diagnostic posé.

 

 

       b :      Il faut bien éliminer :

 

      - Toute cause psychosomatique  directe (suite  à deuil, rupture, conflit relationnel, professionnel, familial..). Mais les deux causes (psychosomatique et infectieuse) peuvent co-exister (ou l’une ayant entraîné l’autre) et seront toutes deux  à traiter.

 

- Les autres causes somatiques classiques (vérifier bilans déjà faits)

 

Souvent, ces patients « traînent » depuis des années, ont vu de nombreux médecins et tous les bilans ont déjà  été faits. Pour eux, tester un nouveau traitement sur  quelques mois n’est pas un problème.

 

 

        c :      Il existe une liaison directe entre Infection Chronique et Stress Oxydant. Mais ces symptômes  sont-ils dus au SO ou à l’infection ?

 

- En faveur du Stress Oxydant :

 

-       Symptômes quasi identiques  quelque soit le germe

-       Symptômes améliorés avec le traitement antioxydant  et qui peut suffire si la pathologie est récente (patient jeune).

 

- En faveur de l’infection :

 

-       Symptômes présents même quand  l’hygiène de vie est bonne.

-       Souvent persistants si traitement antioxydant seul.

-       Ces symptômes disparaissent sous antibiotiques seuls dans 80% des cas.

 

 En fait, les 2 traitements sont  souvent complémentaires.

 

 

         d :      On remarque une association de symptômes variés qui signe  une atteinte générale de l’infection : dans chaque cas de l’étude, on retrouvait au moins 1 critère neuro-vasculaire, 1  critère musculaire, et  1  critère irritatif.

 

 

         e :     En pratique, quels patients doivent attirer l’attention ?:

 

- Patients qui se plaignent de crampes, de douleurs atypiques ou chroniques, de dysesthésies, de palpitations, de lipothymies,

 

- Patients avec gastralgie chronique, rhinite ou pharyngite chronique, colopathes

 

- Patients chez qui l’on constate une « impatience des jambes »  ou des ecchymoses.

 

- Patients dépressifs chroniques, insomniaques, hyper-anxieux, ou « fonctionnels »

 

- Et puis tous ces patients toujours  insatisfaits, les « renfrognés chroniques » …

 

 

 

 

 

        

 

 f :   Rappels :

 

-  Le symptôme fatigue est indispensable.

 

 - Les co-infections ne sont pas rares (1/5 des cas).

 

-  Il n’est pas toujours facile de faire la part entre  cause psychique et cause infectieuse ; qui « s’auto-entretiennent » (cf boucle du schéma initial).

Partager cet article

Repost 0
Published by chronimed - dans Infections froides
commenter cet article

commentaires